Modifié

Voyager est devenu toujours plus sûr ces 40 dernières années en Suisse

Le risque de décès est 68 fois plus élevé en voiture qu'en train en Suisse. [Gaëtan Bally - Keystone]
Voyager est devenu toujours plus sûr ces 40 dernières années en Suisse / Le Journal horaire / 32 sec. / le 5 août 2021
Bien que le nombre de voitures ait doublé en l'espace de quarante ans en Suisse, on compte aujourd'hui cinq fois moins de morts dans des accidents de la route. Le moyen de transport le plus sûr est de loin le train, le plus dangereux la moto.

Durant les dix dernières années (2010 à 2019), on a dénombré en moyenne un décès pour 67,3 milliards de personnes-kilomètres parcourus en chemin de fer (soit 1,7 million de fois le tour du monde), selon les chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Le risque de décès est 68 fois plus élevé en voiture, 782 fois plus élevé à vélo et 1776 fois plus élevé à moto.

Jeunes hommes plus souvent responsables

Derrière l'inattention, première cause des accidents, la part de ceux dus à des excès de vitesse représente 15% des cas. L'alcool, lui, est en jeu dans un peu moins de 10% des cas.

En 2020, le groupe des hommes de 18 à 24 ans était le plus souvent responsable des victimes tuées ou gravement blessées, suivi par celui des hommes de 45 à 64 ans.

Les jeunes femmes sont plus sages au volant: alors que les jeunes hommes sont responsables de plus de 9 accidents graves pour 10'000 habitants en moyenne, moins de 4 sont à la charge des femmes de 18 à 24 ans. En revanche, les femmes de plus de 45 ans provoquent plus d'accidents graves que leurs homologues masculins.

Une heure et demie quotidienne dans les transports

Les Suisses passent par ailleurs 90 minutes par jour dans les transports, dont 8 minutes d'attente et de correspondance, selon cette statistique. La moitié de ce temps est consacrée aux loisirs, soit 2,5 fois plus que le trajet domicile-lieu de travail (17,3 minutes).

Les gens consacrent en moyenne 13,2 minutes dans les transports pour aller faire leurs courses et 5,5 pour se rendre à leur lieu de formation, comme l'école.

La voiture toujours nettement privilégiée

Dans près de trois quarts des cas, la voiture est le moyen de transport privilégié. Le train est le deuxième moyen de transport le plus populaire avec 16%, suivi de la marche avec 4%, du bus et du tramway avec 3% et du vélo avec 2%.

ats/oang

Publié Modifié

Voitures électriques encore très rares

Le trafic routier a changé non seulement sur le plan quantitatif mais aussi qualitatif sur quarante ans et la voiture électrique en est aujourd'hui le sujet dominant.

Elles ne représentent cependant encore qu'une part négligeable de l'ensemble du parc automobile. Sur les 4,7 millions de voitures immatriculées en Suisse en 2020, seules 177'104 étaient électriques ou hybrides, soit 3,75 %.

Au cours des 20 dernières années, les voitures diesel ont connu la plus forte croissance. Le parc a plus que décuplé pour atteindre 1,4 million de voitures. Les voitures à essence ont diminué d'environ 10% pour atteindre près de 3,1 millions de véhicules au cours de la même période.

Les effets momentanés du confinement

En 2020, première année de coronavirus, le trafic routier a considérablement diminué, ce qui se répercute très clairement sur le nombre de décès sur la route.

Alors que 42 personnes sont décédées par million d'habitants en Suisse en 2019, elles n'étaient plus que 22 en 2020, soit 52,4% de moins.

La Suisse prend une position de tête en Europe, seule la Norvège ayant connu un recul légèrement plus marqué l'an dernier, passant de 43 à 20 décès sur la route par million d'habitants.