Le suivi du 5 août. [Keystone]
Publié Modifié

Patricia Borrero: "Le personnel soignant a été heurté par le ton employé par l'Etat de Genève"

- A Genève, les employés non vaccinés contre le Covid-19 et qui travaillent dans des établissements de soins et en contact avec les patients devront, dès le 23 août, se soumettre chaque semaine à un test anti-Covid salivaire, a annoncé jeudi le Conseil d'Etat.

- Invitée dans l'émission Forum de la RTS, Patricia Borrero, présidente de la section genevoise de l'Association des infirmières et infirmiers, s'est dite d'accord sur le fond avec la mesure, mais déplore les sanctions prévues et le ton employé par l'Etat de Genève, qu'elle juge "heurtant".

- La Suisse se situe dans la moyenne européenne concernant la surmortalité durant la pandémie de Covid-19. Des chercheurs allemands et israéliens ont comparé les chiffres de plus d'une centaine de pays.

- La Suisse totalise jeudi 1024 cas supplémentaires de Covid-19 par rapport au chiffre enregistré la veille, indiquent les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Un décès de plus a été enregistré et 37 malades ont été hospitalisés.

Suivi par RTSinfo.

20h25

Tests obligatoires pour le personnel soignant non vacciné à Genève

A Genève, le personnel soignant non vacciné devra se faire tester pour aller travailler. Le Conseil d'Etat genevois a annoncé la mesure aujourd'hui. Elle entrera en vigueur le 23 août prochain.

A partir de cette date, les soignants qui ne sont ni vaccinés ni guéris du Covid-19 devront se faire dépister tous les sept jours au minimum, sans quoi ils risquent une sanction pénale. Cette mesure amorce un changement significatif pour le milieu médical suisse.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Première suisse: à Genève, le personnel soignant non-vacciné devra se faire tester pour aller travailler [RTS]
Première suisse: à Genève, le personnel soignant non-vacciné devra se faire tester pour aller travailler / 19h30 / 1 min. / le 5 août 2021

La bioéthicienne et médecin Samia Hurst, qui a débattu de cette question avec le conseil d'éthique des Hopitaux universitaires genevois, a justifié cette mesure dans le 19h30 par le devoir de protéger les patients.

"L'argument le plus important est le devoir que nous avons en tant que professionnels de la santé, un devoir que les hôpitaux ont eux aussi, d'ailleurs, de protéger les patients qui nous sont confiés, de ne pas leur faire de mal, le fameux 'd'abord ne pas nuire'. Il y a différentes façon de le faire, mais ce devoir n'est pas facultatif."

>> L'interview complète de Samia Hurst dans le 19h30 :

Pass sanitaire obligatoire pour le personnel soignant: les précisions de Samia Hurst, médecin et bioéthicienne [RTS]
Pass sanitaire obligatoire pour le personnel soignant: les précisions de Samia Hurst, médecin et bioéthicienne / 19h30 / 3 min. / le 5 août 2021

19h00

Le personnel soignant heurté par le ton employé par l'Etat de Genève

Le conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé Mauro Poggia a estimé jeudi soir dans Forum que l'obligation des tests pour le personnel soignant genevois non-vacciné est justifiée notamment par le fait que Genève est le canton avec le plus de cas positifs par jour.

"Tout a été mis en place depuis le début de cette épidémie pour protéger les plus vulnérables et protéger aussi notre système hospitalier. Ce sont précisément les hôpitaux, les EMS, mais aussi les établissements pour les personnes handicapées qui sont des lieux où la personne n'a pas le choix de rester ou partir et ne choisit pas qui s'occupe d'elle."

Des mots qui "blessent"

Patricia Borrero, présidente de la section genevoise de l'Association des infirmières et infirmiers, estime aussi que la généralisation des tests est une bonne mesure et se réjouit que la vaccination du personnel soignant reste facultative.

Elle regrette néanmoins le ton employé par l'Etat de Genève: "Dans le communiqué de presse de ce matin, il y avait une phrase qui nous fait bondir, qui dit que le personnel "récalcitrant" s'expose à ces sanctions. C'est un mot qui blesse. [...] Les personnes qui ne sont pas vaccinées ont des raisons qui leur appartiennent et elles méritent aussi tout notre respect. Nous avons été heurtés par ce vocabulaire."

Des sanctions "un peu fortes"

Patricia Borrero juge également que les sanctions pénales prévues pour les soignants qui refuseront les tests vont trop loin.

"Dans le cas présent, il est écrit que la personne s'expose à des sanctions indépendamment des autres sanctions qu'elle pourrait recevoir sur son lieu de travail de par son contrat. Du coup, c'est la double peine pour le travailleur, et ça nous semble un peu fort."

Et de conclure: "On est une profession qui a déjà payé très cher depuis le début de cette épidémie [...]. Les gens sont fatigués, épuisés, donc c'est une pression supplémentaire quand on parle dans ces termes-là."

>> Le débat dans Forum entre Mauro Poggia et Patricia Borrero:

Le personnel soignant genevois non vacciné devra se faire tester chaque semaine: débat entre Mauro Poggia et Patricia Borrero [RTS]
Le personnel soignant genevois non vacciné devra se faire tester chaque semaine: débat entre Mauro Poggia et Patricia Borrero / Forum / 8 min. / le 5 août 2021

16h05

Les autorités jurassiennes sont inquiètes face à la hausse des cas

Le canton du Jura connaît une recrudescence des contaminations de Covid-19. Les autorités ne parlent pas à ce jour de clusters, mais relèvent que des liens ont été clairement établis entre un certain nombre de cas et des manifestations comme des camps de jeunesse ou la fête du 1er août à Boncourt.

Depuis le début de la semaine, 50 cas positifs ont été enregistrés, a annoncé jeudi le canton du Jura, qui souligne également que la couverture vaccinale reste actuellement insuffisante avec "seulement" 50% de la population jurassienne vaccinée au moins une fois.

Plus besoin de prendre rendez-vous pour se faire vacciner

Face à la détérioration de la situation, le Gouvernement jurassien appelle une nouvelle fois la population à se faire vacciner. Pour inciter les personnes non vaccinées à franchir le pas, il souligne que la vaccination sera ouverte sans prise de rendez-vous dès la semaine prochaine au Centre cantonal à Courtételle.

Comme l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), le canton du Jura recommande à la population non vaccinée de se faire tester au retour des vacances. Des tests salivaires seront aussi mis sur pied à la rentrée dans les écoles. Cette pratique se faisait déjà en fin de semestre dernier au niveau jurassien.

13h40

Plus de 1020 cas et un décès en 24 heures

La Suisse compte jeudi 1024 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un décès de plus a été enregistré et 37 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 17'530 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,84%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 10'595, soit 122,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Taux de reproduction: 1,07

Un secteur des soins intensifs du CHUV à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Un secteur des soins intensifs du CHUV à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,07. Les patients Covid-19 occupent 6,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 69,30%.

Au total 9'099'341 doses de vaccin ont été administrées et 48,74% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 10'162'800 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 5'095'219 personnes vaccinées.

Plus de 10'400 décès

Depuis le début de la pandémie, 722'801 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'172'768 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'409 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'669.

Le pays dénombre par ailleurs 5703 personnes en isolement et 6127 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 902 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h30

Infections et admissions à l'hôpital en hausse

Davantage d'infections, plus d'hospitalisations et aussi plus de décès liés au coronavirus: tel est le bilan du dernier rapport hebdomadaire du 26 juillet au 1er août de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour la Suisse et le Liechtenstein.

Au total, 5243 nouvelles infections au Covid-19 ont été enregistrées au cours de la semaine sous revue, contre 4954 la semaine précédente, soit une augmentation de 5,8%, c'est-à-dire une incidence de 60,6 pour 100'000 habitants.

La classe d'âge la plus touchée est celle des 20 à 29 ans, la moins touchée celle des 70 à 79 ans. La variante Delta du coronavirus est à l'origine de la quasi-totalité des cas, a annoncé l'OFSP jeudi.

Le taux d'incidence des cas de coronavirus confirmés en laboratoire au cours de la semaine de référence variait de 18 cas pour 100'000 habitants par semaine en Appenzell Rhodes-Extérieures à 159 cas dans le canton de Genève. Dans 17 cantons, le taux d'incidence a augmenté de plus de 10%.

Plus de monde aux soins intensifs

Le nombre d'admissions à l'hôpital est passé de 76 à 91. Après une baisse continue depuis fin mars/début avril, le nombre d'hospitalisations est reparti à la hausse depuis début juillet.

Au cours de la semaine sous revue, 39 patients atteints du Covid-19 en moyenne se trouvaient dans une unité de soins intensifs, soit 22% de plus que la semaine précédente.

La part des malades du Covid-19 parmi les patients en soins intensifs a continuellement diminué, tombant à 3,8% à la mi-juillet, avant de remonter à 5,2% puis 6,4% durant la semaine sous revue. En moyenne, 25 patients étaient sous assistance respiratoire, soit une hausse par rapport à la semaine précédente (19).

Le nombre de décès a lui doublé, passant à 10 par rapport à la semaine précédente, mais il est resté à un niveau bas, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

12h00

Tests réguliers ou vaccins pour le personnel soignant genevois

La mesure est désormais officielle. Dans le canton de Genève, dès le 23 août, le personnel travaillant dans des institutions de soins devra disposer d'un certificat Covid-19 valide (vaccination, guérison Covid-19 ou test négatif) ou participer au dispositif de dépistage mis en place par l'entreprise. Le personnel soignant qui refusera de se faire tester encourra une sanction pénale sous la forme d'une amende.

Le Conseil d'Etat a adapté jeudi son arrêté du 1er novembre 2020 en ce sens, a-t-il annoncé dans un communiqué. Conformément aux recommandations de l'OFSP, les nouvelles mesures édictées visent à réduire le risque de contamination dans les institutions de soins, lorsqu'une activité requiert un contact étroit avec un patient.

Sont concernés le personnel des établissements médicaux publics et privés de soins stationnaires, des EMS, des établissements pour personnes handicapées (EPH), des organisations de soins et d'aide à domicile (OSAD) et des foyers de jour pour personnes âgées.

Visiteurs également concernés

Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé. [Martial Trezzini - Keystone]Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé. [Martial Trezzini - Keystone]

Les institutions devront notamment identifier le personnel concerné par les tests de dépistage. Elles mettront en place une procédure de test en entreprise sur site ou par mandat externe. Les tests devront être effectués au moins tous les sept jours.

Les visiteurs devront également présenter leur certificat Covid-19 lorsqu'ils se rendent dans ces institutions. Des exceptions sont prévues lorsque des circonstances particulières exceptionnelles le justifient. Notamment les situations d’urgence médicale qui ne laissent pas le temps aux visiteurs de se faire tester.

Le conseiller d'Etat en charge de la Santé Mauro Poggia avait déjà annoncé la mesure mercredi dans la presse, précisant que Genève est le premier canton à imposer cette mesure en Suisse.

La menace d'une sanction pénale froisse la section genevoise de l'Association suisse des infirmières et infirmiers. Sa présidente Patricia Borrero rappelle que le personnel soignant a déjà beaucoup donné dans la crise sanitaire. Selon elle, il n'est donc pas judicieux ni nécessaire de le menacer aujourd'hui même si sur le fond, elle ne conteste pas l'obligation de test, jugé comme une bonne alternative à la vaccination obligatoire.

>> Les explications dans le 12h30:

Le bâtiment des HUG à Genève. [Laurent Darbellay - Keystone]Laurent Darbellay - Keystone
Genève: les tests seront obligatoires pour le personnel soignant et des EMS / Le 12h30 / 2 min. / le 5 août 2021

09h00

Thomas Menant: "C'est la fête, il y a une atmosphère incroyable!"

Les clubs ont pu rouvrir leurs portes en Suisse il y a un mois et demi, mais entrer dans une discothèque ne se fait pas sans conditions: il faut être totalement vacciné, ou avoir été testé négatif au Covid-19. Et dans tous les cas, il faut le certificat muni d'un QR code.

Invité jeudi de La Matinale de la RTS, le patron du Downtown K à Neuchâtel Thomas Menant s'est confié sur ces débuts difficiles, mais enthousiasmants aussi. "C'était un peu compliqué, on a eu peur de devoir mettre en place ces mesures et les premiers week-ends étaient très, très, tendus devant l'entrée du club", confie-t-il.

>> L'interview de Thomas Menant dans La Matinale:

L'invité de La Matinale - Thomas Menant, président du Conseil de la nuit neuchâteloise (vidéo) [RTS]
L'invité de La Matinale - Thomas Menant, président du Conseil de la nuit neuchâteloise (vidéo) / La Matinale / 13 min. / le 5 août 2021

"Un travail de longue haleine"

"Les gens venaient même sans pass sanitaire, donc on devait les refuser. Et nous, en tant que patrons, nous avions besoin de faire rentrer un peu d'argent dans les caisses. Donc (...) on était dans une situation hyper dure."

Et de poursuivre: "Mais ça va quand même de mieux en mieux, les gens ont pris l'habitude maintenant. On les informe, on leur explique ce qu'il faut faire, on communique aussi sur les réseaux. C'est vraiment un travail de longue haleine pour qu'un client rentre dans le club".

Nombreux clients refoulés faute de pass

Le premier soir, le DowntownK a dû refuser 130 des 180 personnes qui se sont présentées à l'entrée. "Maintenant, les choses se sont un peu normalisées, relève Thomas Menant. "Sur les soirées standard, avec nos DJs résidents, on refuse entre 40% et 60% des gens. Cela reste énorme et on a adapté bien sûr le personnel, on fonctionne à la moitié de notre capacité", a-t-il précisé.

"Par contre, sur les grosses soirées annoncées, des prélocations, on a un taux de remplissage de 100% et 98% des gens ont fait le test, parce qu'ils ont prévu leur soirée longtemps à l'avance". Et surtout, l'ambiance - une fois à l'intérieur - a quelque chose de différent, de nouveau, s'est réjoui celui qui est aussi le président du Conseil de la Nuit neuchâtelois.

"Les gens sont hyper contents de nous retrouver et nous le disent. Et une fois que les gens sont dans le club, c'est la fête et tout se passe bien, vraiment! Il y a une atmosphère incroyable, les gens profitent beaucoup plus. Ils vivent le moment présent, ils dansent de plus en plus".

>> Voir aussi le reportage, samedi soir, dans les boîtes de nuit lausannoises du 19h30:

Les clients des boîtes de nuit retrouvent avec plaisir la piste de danse en dépit des restrictions sanitaires [RTS]
Les clients des boîtes de nuit retrouvent avec plaisir la piste de danse en dépit des restrictions sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 1 août 2021

08h45

Des hôtels coachés pour améliorer leur attractivité

Les hôtels suisses ont vécu une hibernation forcée due au à la pandémie de Covid-19. Alors que leur réputation d'établissements propres et de qualité, mais parfois un peu vieillots et pas suffisamment accueillants, leur colle à la peau, certains ont profité de cette pause pour se repenser.

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) et la faîtière HotellerieSuisse aident d'ailleurs les hôteliers dans cette démarche avec un programme de coaching pour améliorer l'attractivité. L'hôtel de l'Aigle à Couvet, dans le Val de Travers (NE), y a participé.

>> Le reportage de Muriel Ballaman dans La Matinale:

L'hôtel de l'Aigle, à Couvet (NE), a été aidé pour améliorer son attractivité. [hotel-aigle.ch]hotel-aigle.ch
Le programme d’Hotelleriesuisse pour aider les hôtels à augmenter leur attractivité / La Matinale / 4 min. / le 5 août 2021

08h30

Hausse des nuitées hôtelières de 14,3% au premier semestre

Malgré un repli de près de moitié de la demande étrangère et un début d'année encore marqué du sceau de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, les nuitées hôtelières ont repris de l'allant au premier semestre en Suisse. Fortes du soutien de la clientèle helvétique, elles ont progressé de 14,3% en l'espace d'un an à 11,4 millions.

S'affichant à un total de 9,2 millions d'unités, la demande indigène a progressé de 55,3%, soit 3,3 millions de nuitées de plus qu'au cours des six premiers mois de l'an dernier, indique mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Quant aux clients étrangers, ceux-ci ont généré 2,2 millions de nuitées, un chiffre inférieur de 45,4% (-1,8 million) à celui présenté il y a un an.

Demande négative en janvier et février

Au cours du premier semestre 2021, la demande est restée fortement négative entre janvier (-58,2%) et février (-39,9%) par rapport aux mois correspondants de l'an dernier, lors desquels les effets du Covid-19 n'étaient pas encore perceptibles en Suisse.

En mars, les nuitées ont significativement rebondi (+47,1%), la vigoureuse progression se poursuivant en avril (+801,8%), en mai (+213,0%) ainsi qu'en juin (+55,4%).

>> Les explications dans La Matinale:

Le mot hôtel est photographie à coté du drapeau suisse, ce mercredi 5 août 2020 à Genève. [Martial Trezzini - KEYSTONE]Martial Trezzini - KEYSTONE
Hausse des nuitées hôtelières de 14,3% au premier semestre en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 5 août 2021

08h15

Swiss peine à se remettre de la crise du Covid-19

Des avions de Swiss sont cloués au sol depuis plusieurs mois en raison de la crise du Covid-19.  [KEYSTONE/Christian Beutler - Keystone]Des avions de Swiss sont cloués au sol depuis plusieurs mois en raison de la crise du Covid-19. [KEYSTONE/Christian Beutler - Keystone]Sur les six premiers mois de l'année, la compagnie nationale Swiss a creusé sa perte d'exploitation à 398,2 millions de francs, après un résultat négatif de 266,4 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a pour sa part chuté de 43,5% à 659,3 millions, a-t-il annoncé jeudi.

Pour l'ensemble de l'année, la compagnie aérienne table sur des capacités équivalent à 40% de 2019.

Swiss ambitionne de renouer avec la rentabilité en 2023, grâce à une réduction de 20% de ses effectifs et de 15% de sa flotte comparé à 2019, avait-elle déclaré mi-juin.

La société est néanmoins parvenue à amortir le choc au niveau du personnel, en ramenant les licenciements à 550 sur les 780 envisagés en mai. L'objectif d'économies de 500 millions de francs a été confirmé.

>> Relire: La compagnie Swiss va procéder à 550 licenciements

08h00

Une personne entièrement vaccinée risque actuellement 80 fois moins d'être testée positive au Covid

Une analyse récemment menée dans le canton de Vaud démontre l'efficacité concrète de la vaccination contre le Covid. Les chiffres auxquels la RTS a eu accès révèlent pour la première fois  - et ce grâce à des données en provenance du terrain - l'écart massif du risque d'infection entre les personnes entièrement vaccinées et le reste de la population.

Une incidence 80 fois plus élevée chez les non-vaccinés

Ainsi, durant les deux dernières semaines de juillet, 1030 nouveaux cas de Covid ont été enregistrés dans le canton. Mais parmi ceux-ci, seuls 9 étaient des personnes entièrement vaccinées (ayant reçu deux doses depuis 14 jours). Les 1021 autres n'étaient pas - ou pas entièrement - vaccinées.

L'incidence sur cette période est limitée à seulement 2,6 cas pour 100'000 habitants chez les vaccinés. Elle passe abruptement à 216 chez les non-vaccinés. Soit 80 fois plus.

>> En lire plus: Les vaccinés vaudois ont 80 fois moins de risque d'être contaminés par le Covid

07h30

La surmortalité en Suisse dans la moyenne européenne

La Suisse se situe dans la moyenne européenne pour ce qui est de la surmortalité durant la pandémie de Covid-19. Des chercheurs allemands et israéliens ont comparé les chiffres de plus d'une centaine de pays.

En Europe, l'Allemagne s'en sort particulièrement bien avec 5% de décès de plus qu'attendu. En Suisse, la surmortalité a atteint 13%, à peine plus qu'en Autriche, en Belgique, en France ou dans les Pays-Bas, selon ces travaux publiés dans la revue eLife. L'Amérique du Sud est particulièrement endeuillée: le Pérou pointe en tête de ce triste palmarès avec une surmortalité de 156%.

>> Lire aussi: La surmortalité liée au Covid-19 ne serait pas aussi grande qu'annoncé

A l'inverse, certains pays enregistrent moins de morts qu'attendu. C'est le cas par exemple au Danemark, en Finlande, en Islande, en Australie et en Nouvelle-Zélande, qui affichent une baisse entre 1% et 6%, par rapport à une période comparable hors Covid-19. Aux Seychelles, elle est même de -20%.

Selon les auteurs de l'Université de Tübingen et de l'Université hébraïque de Jérusalem, les règles strictes de distanciation et d'hygiène dans ces pays ont contribué à réduire la mortalité liée à d'autres maladies infectieuses comme la grippe. Enfin, ils relèvent que certains pays comme la Russie, l'Ouzbékistan ou le Nicaragua sous-évaluent de manière substantielle les décès liés au coronavirus.

07h00

Obligation de tests pour le personnel soignant genevois non vacciné

A Genève, les employés non vaccinés contre le Covid-19 travaillant dans les établissements de soins et en contact avec les patients vont bientôt devoir se soumettre à des tests. Cette mesure a été annoncée par le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia dans une interview accordée mercredi à l'hebdomadaire GHI.

"Il est de la responsabilité de l'institution de ne pas laisser des malades vulnérables dans le doute quant aux potentiels dangers représentés par les soignants non vaccinés qui s'occupent d'eux", précise le conseiller d'Etat genevois en charge de la santé.

Premier canton de Suisse

Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, pris en photo le 3 mai 2021 à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, pris en photo le 3 mai 2021 à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

"Nous serons le premier canton à imposer cette mesure en Suisse", ajoute Mauro Poggia. Les modalités d'application de cette obligation de test pour le personnel soignant non vacciné doivent encore être définies. Aux HUG (Hôpitaux universitaires de Genève), la couverture vaccinale des effectifs atteint environ 65%.

Pour l'ensemble de la population genevoise, la proportion des personnes qui ont reçu deux doses de vaccins s'élève aujourd'hui à environ 53%. Pour le conseiller d'Etat genevois, ce faible taux par rapport à d'autres pays européens a plusieurs explications.

 "Il y a ceux qui pensent que le virus n'est pas si dangereux. D'autres pensent pouvoir attendre et voir venir". Enfin, Mauro Poggia s'en prend à "ces nouveaux groupes" qui font de la désinformation systématique, qui répandent "les rumeurs les plus farfelues" sur, par exemple, "la perte de fécondité, la modification de l'ADN ou la prolifération de virus rendus plus agressifs par les vaccins".

06h30

Retour sur la journée de mercredi

La Suisse compte mercredi 1033 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore également deux nouveaux décès et 35 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 21'424 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,82%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 10'443, soit 120,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,07. Les patients Covid-19 occupent 5,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,60%.

>> Retour sur la journée de mercredi: La Suisse dans la moyenne européenne de la surmortalité liée au Covid-19

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus