Modifié

Le discours du 1er Août du président de l'UDC Marco Chiesa crée la polémique

Le discours de Marco Chiesa crée la polémique. [RTS]
Le discours de Marco Chiesa crée la polémique. / 19h30 / 2 min. / le 2 août 2021
Lors de son discours du 1er Août, le président de l'UDC Marco Chiesa a fustigé les villes de gauche, qui "mènent une politique qui défend les parasites". Des propos qui ont fait réagir même au sein de son parti alors que la première formation de Suisse veut faire du fossé ville-campagne un thème politique.

Les villes à majorité rose verte sont le nouvel ennemi de l'UDC. Le premier parti de Suisse veut faire du fossé ville-campagne un thème politique, profitant de ses récents succès dans les urnes, comme le non à la loi sur le C02 ou le refus des deux initiatives contre les pesticides.

Dans son discours vidéo du 1er Août, Marco Chiesa a parlé "des villes de gauche" qui mènent des "politiques parasites" qu'il faut combattre. La "gauche caviar" et les "moralisateurs verts" vivent "dans leurs bulles, à l'écart de la réalité que vivent la plupart des gens dans le pays", a-t-il relevé. Dans le même temps, les villes profitent des transferts de paiement en provenance des campagnes. Les villes menant des politiques nuisibles doivent être privées d'argent, selon lui.

Discours jugé agressif

Ce discours a été jugé agressif et clivant par ses détracteurs.

"Cela m'a profondément choqué, parce que d'habitude le 1e août on est plutôt dans une atmosphère rassembleuse et fédératrice, comme le discours du président de la Confédération, Guy Parmelin, qui est UDC lui aussi. Mais Marco Chiesa est dans l'attaque frontale. En plus, il utilise des mots d'une extrême agressivité: il parle d'éliminer les parasites, il déclare la guerre, c'est vraiment une agression avec des relents limite fascisants", a déclaré dans le 19h30 le socialiste Sami Kanaan, conseiller administratif de la ville de Genève.

Mais, selon la vice-présidente de l'UDC Céline Amaudruz, c'est un fait, les villes dépensent toujours plus d'argent. Pour elle, il s'agit d'un combat pertinent même si elle reconnaît que "le mot parasite est assez mal choisi. Il peut même être blessant, j'aurais plutôt dit qu'au niveau des villes on fait souvent de la politique d'assistanat. Je pense que cela aurait été plus adapté pour expliquer que les villes prennent l'argent chez des contribuables pour le redistribuer sans réserve".

En lançant déjà le combat en vue des prochaines élections fédérales de 2023, l'UDC souhaite ainsi mobiliser sa base qui vit à la campagne.

>> L'analyse d'Esther Mamarbachi dans le 19h30:

Discours de Marco Chiesa: l’analyse d’Esther Mamarbachi. [RTS]
Discours de Marco Chiesa: l’analyse d’Esther Mamarbachi. / 19h30 / 1 min. / le 2 août 2021

>> L'UDC ravive-t-elle les tensions entre ville et campagne? Le débat dans Forum entre Céline Amaudruz, conseillère nationale (UDC/GE) et vice-présidente de l'UDC, et Carlo Sommaruga, conseiller aux Etats (PS/GE):

L’UDC ravive-t-elle les tensions entre ville et campagne? Débat entre Céline Amaudruz et Carlo Sommaruga [RTS]
L’UDC ravive-t-elle les tensions entre ville et campagne? Débat entre Céline Amaudruz et Carlo Sommaruga / Forum / 9 min. / le 2 août 2021

Rouven Gueissaz/lan

Publié Modifié