Modifié

Le Conseil fédéral va trancher sur le nouvel avion de combat de l'armée suisse

Un F-35A en Corée du Sud en mars 2019. [Keystone - South Korea Defense Acquisition Program Administration]
Le Conseil fédéral devrait rendre public le choix du nouvel avion de combat / Le 12h30 / 1 min. / le 30 juin 2021
Le suspense devrait prendre fin mercredi après-midi en principe: le Conseil fédéral est attendu sur le choix du nouvel avion de combat. Quatre modèles sont sur la table, deux américains et deux européens. Le jeu reste ouvert.

L'avion F-35 de l'américain Lockheed Martin aurait remporté l'évaluation technique et financière. De loin, selon des fuites dans la presse. Mais c'est une décision politique qui attend le Conseil fédéral, qui discute du sujet mercredi.

>> Lire aussi: L'avion de combat américain F-35 aurait la préférence du Département de la défense

L'armée suisse a le choix entre deux avions américains et deux européens: il s'agit pour les premiers du F-35 et du F/A-18 E/F Super Hornet et pour les seconds du Rafale français et de l'Eurofighter, construit par un consortium européen et proposé par l'Allemagne. Un crédit de six milliards de francs a été accepté par le peuple pour une quarantaine d'avions de combat.

Une majorité du gouvernement préférerait opter pour un jet européen. Pour des questions de relations avec les pays voisins mais aussi par scepticisme vis-à-vis du controversé F-35, réputé sujet aux pannes et cher à exploiter, sans parler de la dépendance qu'il créerait envers une grande puissance. Pour s'éviter aussi peut-être un long combat politique interne au vue des réticences.

>> Lire aussi: La Suisse et les avions de combat, une longue histoire de batailles politiques

Marge de manoeuvre limitée

La marge de manoeuvre du Conseil fédéral semble être limitée. C'est en tout cas ce que révèle la NZZ, qui cite un avis de droit de l'Office fédéral de la justice. Sa conclusion: le Conseil fédéral serait contraint par la loi sur les  marchés publics de choisir l'offre la plus avantageuse économiquement. L'aspect géopolitique ne pourrait être pris en considération qu'en cas d'offres équivalentes.

Critères précis

Le Conseil fédéral a défini un processus spécifique pour ce concours, avec des critères bien précis: les différents systèmes sont comparés selon une analyse coût-utilité. Quatre critères sont pondérés de la manière suivante: 55% pour l'efficacité et l'autonomie, 25% pour la maintenance, 10% pour la coopération et 10% pour les contre-affaires directes.

On constate que la géopolitique n'a pas vraiment sa place ici. Mais on ne peut pas l’évacuer pour autant. La Suisse doit se doter aussi de missiles de défense sol-air de longue portée. Reste à savoir comment le Conseil fédéral justifiera sa décision. A moins qu'il ne parvienne pas à un accord aujourd'hui, et renvoie le choix à la rentrée d’août.

>> Voir aussi le sujet du 12h45

Berne face au choix de ses avions de combat. [RTS]
Berne face au choix de ses avions de combat. / 12h45 / 1 min. / le 30 juin 2021

Marie Giovanola/jpr

Publié Modifié