Modifié

Claudio Rini: "Les enfants du monde sont les victimes principales de la dégradation des services de base"

Claudio Rini, directeur des opérations de Terre des Hommes.  [RTS - LA MATINALE ]
Claudio Rini détaille le travail des ONG humanitaires en temps de pandémie (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 6 min. / le 9 juin 2021
La pandémie de Covid-19 bouleverse l'aide humanitaire et freine l'accès aux populations. Invité mercredi dans La Matinale, le directeur des opérations de Terre des Hommes Claudio Rini estime qu'avec le Covid-19 les enfants sont davantage exposés à la violence, à la négligence et aux abus.

En 2020, Terre des Hommes a aidé 4,8 millions d'enfants et leurs proches dans 35 pays, indique Terre des Hommes dans son rapport annuel publié mercredi.

"Ces chiffres sont liés à nos travaux sur la digitalisation et à l'innovation, qui nous ont permis d'atteindre plus de bénéficiaires. Mais l'enjeu est d'arriver à se mobiliser dans des contextes qui sont de plus en plus difficiles", explique Claudio Rini.

Pour lui, les enfants sont les "victimes principales" de la dégradation des services de base engendrée par la pandémie de Covid-19. "Dans la majorité des pays du monde, les écoles sont fermées depuis seize mois. Les enfants avaient parfois accès à un repas dans les écoles, ils pouvaient se socialiser. Ceci n'existe plus. Et l'économie qui faisait vivre des familles est à l'arrêt, en tout cas fragilisée."

Et d'ajouter: "Pour la première année depuis une dizaine d'années, les Nations unies estiment que le travail des enfants, les abus, les violences, les mariages précoces risquent d'augmenter."

Travail sur le terrain "difficile"

La pandémie de Covid-19 a également rendu "difficile" le travail de Terre des Hommes sur le terrain. "Il faut savoir que plus de 90% de nos collaboratrices et collaborateurs sont issus des communautés locales. C'est une situation nouvelle dans l'humanitaire, puisque nos collègues étaient eux-mêmes infectés. Ils vivaient les mêmes contraintes que nous ici: le télétravail, les restrictions de mouvements, ainsi que des conditions d'accès plus difficiles aux services et aux populations."

La Maison de Massongex (VS) a permis de soigner 79 enfants au lieu des 200 accueillis en temps normal. Quant aux dons, ils "sont stables, même en augmentation par rapport aux années précédentes". "La mobilisation est là", assure Claudio Rini.

Propos recueillis par Romaine Morard

Adaptation web: Valentin Jordil

Publié Modifié

Après une année 2019 "difficile", la situation se stabilise

Chef des opérations de Terre des Hommes, Claudio Rini explique au micro de La Matinale qu'après une année 2019 "difficile", 2020 a été une "année de stabilisation".

"Il y a eu un renouvellement de la direction générale, du conseil de fondation. Aujourd'hui, les fondamentaux sont stables. Et, en terme financiers, les chiffres sont positifs." Il ajoute que Terre des Hommes n'a pas connu de dégâts d'image après les turbulences de 2019.

>> Relire: Terre des hommes va licencier 60 personnes, un quart de son effectif