Publié

L'armée suisse construit un nouveau bunker à Macolin, fâchant ses habitants

L'armée construit un nouveau Bunker à Macolin. Les riverains sont fâchés. [RTS]
L'armée construit un nouveau Bunker à Macolin. Les riverains sont fâchés. / 19h30 / 2 min. / le 10 juin 2021
Depuis six semaines, l'armée suisse construit en toute discrétion un nouveau bunker à Macolin (BE), près de Bienne. Les travaux sont réalisés sur un terrain de la Confédération très proche d'un quartier résidentiel.

Arma Suisse fait construire ce bunker sous-terrain pour abriter un centre de télécommunication secret dès fin 2022. Or, le terrain choisi est proche d'un quartier résidentiel.

Ainsi, la petite centaine d'habitants de Macolin a vu un beau jour les machines de chantiers arriver presque sous leurs fenêtres.

Nicole Rossier, habitante de la commune, en témoigne dans le 19h30 de la RTS: "On était un peu surpris, un peu choqués et on a demandé des explications. Comment c’est possible de ne pas prendre en compte que c’est une zone d’habitation et que l’on ne soit pas informés" ?

Armasuisse dans son bon droit

C’est qu’Armasuisse, l'Office fédéral de l'armement, est dans son bon droit, car elle n'a pas besoin de déposer de permis de construire pour un tel ouvrage.

En effet, pour les bâtiments soumis à la loi fédérale concernant la protection des ouvrages militaires, aucune autorisation formelle de planification n'est requise, car les informations confidentielles ne peuvent être divulguées.

Lacunes dans la communication

Mais dans le cas de ce bunker, l'armée reconnaît quand même quelques lacunes. Elle a ainsi déclaré que "les informations à la population ont été données trop tardivement" et précisé que "des informations ont depuis lors été fournies à intervalles réguliers".

Mais la commune n'est pas du même avis. Madeleine Deckert, mairesse d’Evilard et de Macolin, explique être obligée de leur faire confiance: "On a demandé qu’ils informent et cela n’a pas été le cas. Par exemple, on ne savait pas à quelle date exacte cela allait commencer".

Malgré ces quelques réticences, le chantier se poursuit. De son côté, Arma Suisse promet que la population ne subira aucun désagrément lorsque le centre de télécommunication sera opérationnel.

Daniel Bachmann/aes

Publié