Publié

Pas de mesures de soutien supplémentaires pour le sucre suisse

Pas de mesures de soutien supplémentaires pour le sucre suisse. [Christian Beutler - Keystone]
Pas de mesures de soutien supplémentaires pour le sucre suisse / Le Journal horaire / 20 sec. / le 28 mai 2021
La production suisse de sucre, soumise à une forte concurrence de l'Union européenne (UE), ne doit pas être soutenue au moyen de mesures supplémentaires, selon le Parlement. La commission compétente du Conseil des Etats a rejeté par 7 voix contre 6, un projet en ce sens.

Depuis que l'UE a libéré les volumes de production et supprimé la restriction à l'exportation en 2017, les prix du sucre ont chuté. La Suisse n'y a pas échappé. Le Conseil fédéral a pris des mesures l'année suivante.

La contribution à des cultures particulières pour les betteraves sucrières est passée à 2100 francs par hectare, soit 300 francs de plus. Et une protection douanière de 70 francs au moins par tonne de sucre a été décidée. Ces mesures, fixées au niveau de l'ordonnance, expirent en 2021.

Mesures déjà prévues

Lors de sa session spéciale de mai, le National a décidé de continuer à soutenir le secteur. Le montant de la protection douanière minimale doit être inscrit dans la loi sur l'agriculture. Et la culture écologique mieux soutenue. Les députés veulent maintenir les contributions pour les betteraves sucrières à 2100 francs et octroyer un supplément de 200 francs aux cultures plus vertes. La mesure devrait être limitée jusqu'en 2026.

La commission de l'économie du Conseil des Etats rejette toutefois le projet, indiquent vendredi les services du Parlement. Le gouvernement a déjà prévu les mesures nécessaires dans le train d’ordonnances agricoles, pointe-t-elle. De plus, il est bien plus judicieux d’édicter ces mesures au niveau de l’ordonnance qu’au niveau de la loi. Une minorité propose d’entrer en matière.

Par 5 voix contre 4 et une abstention, la commission a également rejeté une motion visant à promouvoir la culture écologique des betteraves sucrières dans le cadre du système des paiements directs. Le texte exige aussi des moyens supplémentaires pour la recherche de méthodes de culture écologiques et l'examen de variétés tolérantes.

ats/gma

Publié