Modifié

Philippe Nantermod: "On ne peut pas ne rien faire pour le climat"

L'invité de La Matinale (vidéo) - Philippe Nantermod, vice-président du PLR suisse [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Philippe Nantermod, vice-président du PLR suisse / La Matinale / 11 min. / le 25 mai 2021
Le conseiller national Philippe Nantermod soutient la loi sur le CO2, soumise au vote de la population suisse le 13 juin. Selon l'élu PLR, "il faut réduire nos émissions" et faire preuve de responsabilité envers les générations actuelles et futures.

"La question fondamentale, c'est de savoir si on pense qu'il y a un réchauffement climatique et si on admet qu'on a signé l'Accord de Paris. On doit alors respecter nos engagements internationaux, on ne peut pas ne rien faire", lance Philippe Nantermod mardi dans La Matinale.

La Suisse veut réduire d'ici à 2030 ses émissions de CO2 de moitié par rapport au niveau de 1990, conformément à l'Accord de Paris sur le climat. Pour y parvenir, la loi sur le CO2 fixe une série d'incitations financières, notamment une taxe sur les billets d'avion et une hausse de la taxe sur les combustibles fossiles.

"Le but de cette loi est de nous encourager à adopter des comportements compatibles avec les engagements de Paris. Les nouvelles technologies, notamment dans le domaine de la mobilité, doivent nous permettre d'y arriver", estime l'élu PLR valaisan, qui rappelle que la majeure partie de ces taxes sera redistribuée à la population.

"Le principe du pollueur payeur"

Les opposants à cette loi assurent qu'elle va peser fortement sur le porte-monnaie des ménages et des entreprises. "On parle de quelques centaines de francs par année. Les montants en jeu sont abordables si on admet que le climat est peut-être le défi le plus important du 21e siècle", tempère le conseiller national.

>> Lire aussi: Combien vous coûterait la nouvelle loi sur le CO2? Notre calculateur

Selon lui, les citoyennes et citoyens de la classe moyenne ne seront pas les plus touchés par les nouvelles taxes. "Il y a un principe du pollueur payeur. Ceux qui vont payer le plus cher, ce sont ceux qui ont les comportements qui émettent le plus de CO2. On peut adapter nos comportements", affirme Philippe Nantermod.

Solution libérale

Le vice-président du Parti libéral-radical reconnaît que sa formation politique a plutôt l'habitude de combattre les taxes. "Pour un PLR, ce n'est pas la loi la plus fantastique et celle que je préférerais défendre durant mes mandats à Berne, mais on doit aussi être responsables. Le PLR, c'est la liberté, mais aussi une forme de responsabilité vis-à-vis des générations actuelles et suivantes", indique-t-il.

Philippe Nantermod se dit "persuadé" que la Suisse réussira grâce à cette loi un virage technologique important sans réduire la croissance du pays: "C'est l'équilibre que nous avons trouvé du côté du PLR à Berne, d'arriver à apporter une solution libérale à la question du climat."

Propos recueillis par David Berger

Adaptation web: Guillaume Martinez

Publié Modifié