Modifié

Plus de 2500 requérants d'asile ont disparu des centres fédéraux depuis 2019

Depuis la création des centres fédéraux d'asile en 2018, 2500 requérant-e-s d'asile ont disparu de ces structures [RTS]
Depuis la création des centres fédéraux d'asile en 2018, 2500 requérant-e-s d'asile ont disparu de ces structures / 19h30 / 2 min. / le 24 mai 2021
Depuis la création des centres fédéraux d'asile en 2018 et l'entrée en vigueur de la nouvelle loi en 2019, 2539 des personnes qui y ont séjourné ont disparu de ces structures réparties dans toute la Suisse, a appris la RTS. Des parlementaires fédéraux exigent une adaptation du système.

Dans le centre fédéral de Chevrilles (FR), les pensionnaires savent qu'ils devront quitter la Suisse à brève échéance. Plutôt que d’attendre leur renvoi, la moitié d’entre eux préfère disparaître dans la nature. Ils sont 700 depuis la création du centre en 2018.

"La plupart des personnes qui quittent la procédure d'asile sont des requérants sachant qu'ils auront peu de chances de voir leur demande aboutir. Mais ils sont libres de le faire, les centres ne sont pas des prisons", rappelle lundi dans le 12h45 Anne Césard, porte-parole du secrétariat d'Etat aux migrations.

De nouveaux sans-papiers

Et les disparitions ne se limitent pas à Chevrilles. Tous les centres fédéraux d’asile destinés à l’attente et au départ connaissent ce phénomène. Au total, 2539 requérants ont ainsi disparu du radar depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi en 2019.

Les disparitions dans les centres fédéraux d'asile. [RTS]Les disparitions dans les centres fédéraux d'asile. [RTS]

La plupart de ces personnes semblent quitter la Suisse. Le reste vient grossir le nombre des sans-papiers.

"Ils ne sont en général pas autorisés à travailler, ni à suivre des formations. Ils sont donc condamnés à vivre dans des conditions vulnérables avec l'aide d'urgence", déplore Rêzan Zehrê, de Caritas Suisse.

"Le système ne fonctionne pas"

Intolérable, tonnent en chœur deux élus fédéraux. Pour eux, le système doit être corrigé. "Le but de ces centres était de faire une procédure accélérée, qu'on statue sur le cas, puis que les gens soient ensuite renvoyés, et on voit que le système ne fonctionne pas", constate Michaël Buffat, conseiller national (UDC/VD).

"Pour moi, c'est un échec en effet. Quand on voit que les gens vont chercher de l'espoir dans un autre pays, c'est que notre pays ne fait pas son travail", renchérit Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (PS/FR).

En cas de disparition, aucune mesure de recherche active n’est mise en marche. Deux exceptions: les mineurs non accompagnés et les potentielles victimes de traite d’êtres humains.

Hannah Schlaepfer et Nicolas Beer/vkiss

>> Voir aussi la réaction du conseiller d'Etat fribourgeois Maurice Ropraz dans Forum:

Chaque année, des centaines de requérants d’asile disparaissent dans la nature: interview de Maurice Ropraz [RTS]
Chaque année, des centaines de requérants d’asile disparaissent dans la nature: interview de Maurice Ropraz / Forum (vidéo) / 7 min. / le 24 mai 2021
Publié Modifié