Modifié

Menacés, des initiants anti-pesticides placés sous protection policière

Céline Vara sous protection policière après des menaces de mort. La campagne liée aux initiatives anti-pesticides s’envenime. [RTS]
Céline Vara sous protection policière après des menaces de mort. La campagne liée aux initiatives anti-pesticides s’envenime. / 19h30 / 1 min. / le 18 mai 2021
La Suisse se déchire comme rarement sur les deux initiatives anti-pesticides. Chaque jour, la campagne s’envenime un peu plus, à tel point que certains initiants comme la Verte Céline Vara ont dû être placés sous protection policière après des menaces de mort.

Depuis que la Verte Céline Vara a défendu l'initiative "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse" dans l'émission Infrarouge de la RTS la semaine dernière, une avalanche de commentaires haineux contre elle s'est abattue sur les réseaux sociaux: "Ecrasez-moi cette punaise", "Il faut enfermer les gens de son espèce", et même "A mort!"

>> Revoir le débat d'Infrarouge:

Initiatives pesticides, un poison pour l'agriculture? [RTS]
Initiatives pesticides, un poison pour l'agriculture? / Infrarouge / 63 min. / le 12 mai 2021

Plainte déposée

De telles menaces de mort lui ont du reste également été adressées par courrier. La conseillère aux Etats neuchâteloise a donc décidé de porter plainte.

"Je prends très au sérieux les menaces à mon encontre et dois veiller à protéger activement ma famille, raison pour laquelle j'ai demandé une protection policière", a-t-elle expliqué par écrit à la RTS.

"On ne peut jamais exclure que quelqu'un passe un jour à l'acte et cette éventualité doit m'inquiéter", a précisé l'écologiste. Et si Céline Vara a renoncé à s'exprimer devant la caméra, c'est parce qu'elle veut éviter de donner du grain à moudre aux personnes malveillantes.

Opposants à couvert

Les opposants aux initiatives n'ont pas voulu réagir, craignant de rajouter de l’huile sur le feu. Il n'y a pas eu non plus de commentaires des internautes ayant participé à ces échanges.

Il faut dire que le débat est explosif dans chaque camp. "On pense qu’il y a trop d’émotion des deux côtés, trop de violence, des propos qui vont être regrettés le 14 juin", a relevé le secrétaire général des Verts suisses Florian Irminger dans le 19h30. "Baissons d’un cran", a-t-il appelé.

Menaces aussi outre-Sarine

Et la tension monte aussi en Suisse alémanique. Des menaces de mort ont été envoyées à Franziska Herren, initiatrice du texte "Pour une eau potable propre". A quatre semaines du scrutin, le débat se crispe dangereusement.

Romain Boisset/Esther Mamarbachi/oang

>> Voir aussi l'analyse de Martin Pidoux, professeur à la Haute école des sciences agronomiques de Berne:

Martin Pidoux analyse la tension extrême de la campagne de  votation sur les pesticides [RTS]
Martin Pidoux analyse la tension extrême de la campagne de votation sur les pesticides / 19h30 / 3 min. / le 18 mai 2021
Publié Modifié