Modifié

Les Suisses toujours plus inquiets face au Covid-19, selon un sondage

Un an après la fin du premier semi-confinement, un tiers de la population dit avoir des craintes liées au coronavirus, soit 9%, de plus qu'en mai 2020.  [PETER KLAUNZER - KEYSTONE]
Les Suisses toujours plus inquiets face au Covid-19, selon un sondage / La Matinale / 16 sec. / le 11 mai 2021
Un an après la fin du premier semi-confinement, un tiers de la population dit avoir des craintes liées au coronavirus, soit 9%, de plus qu'en mai 2020. Ce constat intervient alors que la situation financière de la population s'est détendue, indique un sondage Comparis réalisé en avril.

Malgré les mesures de soutien de la Confédération et la vaccination, la crise pèse toujours sur le moral et la peur de perdre son emploi reste forte, a commenté lundi dans un communiqué Michael Kuhn, expert chez Comparis.

>> Relire: La 2e vague du Covid démoralise les Suisses, selon un sondage SSR

L'inquiétude est particulièrement grande chez les Romands et les faibles revenus. Pas moins de 41% des Romands sondés se sont déclarés inquiets, contre 29% en Suisse alémanique. Ce taux s'élève à 49% chez les personnes disposant d'un revenu mensuel brut inférieur ou égal à 4000 francs. Il passe à 21% pour les salaires supérieurs à 8000 francs.

La situation financière se détend

Alors que l'inquiétude grandit, la situation semble pourtant se détendre sur le plan financier. Comme l'année dernière, plus de 70% des sondés ont déclaré pouvoir vivre convenablement avec leurs revenus et un cinquième estiment que leurs finances se sont améliorées par rapport à l'année dernière. La situation est similaire pour 58% d'entre eux tandis qu'elle s'est dégradée pour 22%.

>> Consulter également le suivi du Covid-19 en Suisse: Valérie D'Acremont: "Je suis plutôt contre l'utilisation du certificat Covid-19 à l'intérieur du pays"

La perspective d'un nouveau poste mieux payé, une augmentation de salaire ou encore la perception d'une prime figurent parmi les raisons avancées par les sondés déclarant avoir une meilleure situation financière. Ceux qui signalent une dégradation de leur situation mentionnent une réduction des heures de travail ou la perte de leur emploi.

Le sondage a eu lieu en avril et 1031 personnes issues de toutes les régions de Suisse ont été interrogées.

ats/vajo

Publié Modifié