Modifié

Les trois phases d'assouplissement prévues par le Conseil fédéral

La vaccination, la clé d'un retour à la normale selon Alain Berset [RTS]
La vaccination, la clé d'un retour à la normale selon Alain Berset / 19h30 / 1 min. / le 21 avril 2021
Le Conseil fédéral a présenté mercredi une stratégie en trois phases pour assouplir les mesures contre le coronavirus. Le gouvernement veut attendre que toutes les personnes à risque soient vaccinées avant d'avancer. Les restaurants ne rouvriront pas avant la fin mai.

Le Conseil fédéral mise tout sur la vaccination. Plus le nombre de personnes vaccinées est élevé, moins les fermetures et les restrictions seront nécessaires, a-t-il fait valoir mercredi. L'objectif reste d'éviter de surcharger les hôpitaux.

>> Notre suivi de l'épidémie de Covid-19 en Suisse: Le Conseil fédéral envisage des assouplissements en 3 phases, mais pas avant le 26 mai

Pour lever progressivement les mesures de protection contre le Covid-19, le Conseil fédéral a élaboré un modèle en trois phases sur lequel les cantons sont appelés à se prononcer. Il a aussi défini des valeurs indicatives pour serrer une nouvelle fois la vis si nécessaire.

Phase de protection – vaccination des personnes vulnérables

La situation épidémiologique étant fragile, la première phase, soit la phase de protection, se poursuivra au moins jusqu'au 26 mai. C'est le délai estimé pour que 75% des personnes à risque particulier aient été vaccinées.

Le gouvernement évaluera la situation le 12 mai et mettra le cas échéant un paquet de mesures en consultation.

>> Les explications d'Alain Berset en conférence de presse:

Alain Berset pendant la conférence de presse du 21 avril [RTS]
Les explications d'Alain Berset sur les assouplissements en trois phases, lors de la conférence de presse du 21 avril 2021 / L'actu en vidéo / 49 sec. / le 21 avril 2021

Phase de stabilisation – accès à la vaccination pour toute la population adulte

La réouverture des espaces intérieurs des restaurants pourrait être à l'ordre du jour le 12 mai, tout comme le retour de l'enseignement en présentiel dans les universités et les hautes écoles ainsi que la fin de l'obligation du télétravail. Les entreprises et les centres de formation devront toutefois réaliser des tests régulièrement.

Durant cette phase de stabilisation, tous les adultes qui le souhaitent – 60% selon certaines estimations – pourront être vaccinés. La Confédération s'attend à ce que ceux-ci aient reçu au moins une première dose de vaccin à fin juin et la deuxième à fin juillet. Il faudra cependant que l'approvisionnement ne connaisse pas de faille et que la vaccination se déroule comme prévu, prévient le Conseil fédéral.

Partant de là, toujours au cours de cette phase de stabilisation, le gouvernement estime que d'autres ouvertures seront possibles. Les grandes manifestations, les bars et les discothèques, où les risques de transmission sont particulièrement élevés, pourraient être progressivement ouverts à certaines conditions.

Lorsque la couverture vaccinale aura atteint environ 40% à 50%, un accès sélectif pour les personnes vaccinées, testées ou guéries, pourra être mis en place. Le certificat Covid-19, en cours d'élaboration, serait la solution.

Phase de normalisation – levée des mesures

La phase de normalisation commencera en août lorsque tous les adultes qui le souhaitent auront été vaccinés. Les restrictions sociales et économiques ne se justifieront plus. Les mesures restantes comme les restrictions d'accès ou la limitation du nombre de personnes seront progressivement levées.

Le Conseil fédéral s'en tiendra à cette stratégie même si malgré les attentes, la propension de la population à se faire vacciner reste faible. Le virus continuera à circuler et à long terme, les personnes non vaccinées et non guéries s'infecteront. Plus leur nombre sera élevé, plus les flambées seront possibles, prévient-il.

ats/gma

Publié Modifié

Large approbation chez les partis

Le modèle en trois phases présenté mercredi par le Conseil fédéral pour la gestion de la pandémie rencontre une large approbation chez les partis, à l'exception de l'UDC.

"Le modèle présenté aujourd'hui est un pas vers la liberté", estime le PLR. Mais sa mise en œuvre dépend d’une campagne de vaccination réussie, processus qui reste, pour l’heure, malheureusement extrêmement lent, regrette le parti.

Le Centre salue sur Twitter le fait que le gouvernement offre des perspectives à la population. "Il est important que nous restions solidaires, assumions nos responsabilités et ne mettions pas en péril ce que nous avons réalisé ensemble", met-il toutefois en garde.

"Enfin! Le Conseil fédéral met au point des scénarios en s’appuyant sur la progression de la vaccination", se réjouit pour sa part le président des Verts, Balthasar Glättli, également sur Twitter. "Rythme et risques restent cependant élevés. Trop élevés? Je le crains", nuance-t-il.

"La situation est trop précaire pour permettre de nouveaux assouplissements", renchérit Jürg Grossen, président des Vert'libéraux

L'importance de la vaccination est mise en avant par le parti socialiste. Le PS s'engage également à ce que l'aide économique continue d'affluer sans relâche vers les personnes touchées, "car même avec les assouplissements, de nombreuses entreprises sont encore loin de la normale"

L'UDC est le seul parti à rejeter en bloc le plan du Conseil fédéral. Estimant contre "l'alarmisme de la science" que la situation sanitaire ne s'est pas aggravée, il ne comprend pas que le gouvernement "continue de refuser à la population le retour à une vie libre et autodéterminée". Pour le parti conservateur, les mesures restrictives ne se justifient plus.