Publié

Marco Chiesa: "Personne ne veut une aventure sanitaire"

Marco Chiesa, président de l’UDC. [RTS]
L'invité de La Matinale - Marco Chiesa, président de l’UDC / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 10 min. / le 14 avril 2021
A quelques heures de nouvelles annonces du Conseil fédéral sur les mesures face à la pandémie, le président de l'UDC a défendu mercredi un assouplissement et notamment l'ouverture des terrasses. Marco Chiesa insiste cependant sur l'importance des gestes barrières.

Interrogé mercredi dans La Matinale de la RTS, le Tessinois relève que le gouvernement doit faire une difficile pesée d'intérêts. "Il faut tenir compte de l'impact du lockdown non seulement au niveau sanitaire, mais surtout au niveau psychique", dit-il. "On cherche toujours à mettre l'économie en balance avec la santé, et c'est la santé qui a la priorité. Mais l'économie, ce sont des places de travail, des revenus, des apprentis. Et ça aussi, ça a un impact qui doit trouver un équilibre avec les mesures qu'on connaît depuis des mois".

"Il faut rouvrir les terrasses"

Pour Marco Chiesa, la priorité va à l'ouverture des terrasses de restaurants. "Pendant la consultation il y a un mois, tous les cantons avaient dit qu'il fallait les ouvrir", rappelle le Tessinois. "Et c'est clair qu'il fallait les ouvrir", poursuit-il. "Est-ce que cela a du sens de voir des personnes prendre un café sans avoir la possibilité de s'asseoir à une table alors que l'hôte d'un hôtel peut manger à l'intérieur et boire un café sur une terrasse? C'est tout à fait clair qu'il faut les ouvrir".

Pour les restaurateurs, souligne Marco Chiesa, la fermeture a un impact qui n'est pas seulement économique, sur les places de travail, mais aussi psychologique. "On l'a vu, certaines personnes souffrent de symptômes dépressifs et à mon avis, on ne peut pas continuer de cette façon".

Miser sur les mesures barrières

Prudent, le président de l'UDC relève cependant que la situation ne peut s'améliorer que si les mesures barrières - distanciation, hygiène des mains, port du masque - sont respectées. "C'est sur cela qu'il faut miser, c'est ça qu'il faut soutenir avec une campagne claire", insiste Marco Chiesa. "On doit ouvrir et garder ces mesures. Personne ne veut une aventure sanitaire. Mais on doit recommencer à vivre, on doit redonner des perspectives".

Le patron de l'UDC rappelle que le PLR, qui demandait un plan de sortie, tient le même discours. "Et c'est pour ça que je fais un appel à la majorité bourgeoise du Conseil fédéral, de décider de laisser les personnes vivre en leur donnant la responsabilité individuelle. Et ça, c'est très important, il faut encore le souligner: les mesures barrières doivent être respectées".

Le "double-jeu" du PLR dénoncé

Pourtant, Marco Chiesa a vivement attaqué les libéraux-radicaux dimanche dans une vidéo, en faisant peser une menace sur leur deuxième siège au Conseil fédéral en 2023.

>> Lire: L'UDC veut une réouverture des restaurants et de la culture le 19 avril

"Aujourd'hui, je vois des positions très différentes par rapport à la loi sur le CO2, l'immigration, l'Union européenne", explique-t-il. "Mais là [dans le cadre de la pandémie, ndlr], je vois un double discours du PLR. Ses représentants dans les commissions de la santé et de l'économie disent qu'il ne faut pas tout subordonner au virus, qu'on doit recommencer à vivre avec ces mesures de protection, et on n'a jamais une majorité à l'intérieur du Conseil fédéral. Comment est-ce possible? Il y a quatre représentants de droite, deux UDC, deux PLR, et encore un PDC, mais on n'arrive jamais à avoir une majorité".

Propos recueillis par David Berger/oang

Publié