Modifié

Des élus UDC inquiets veulent un parti qui rassemble à droite

Retour de l'UDC campagnarde dans les cantons de Vaud et Fribourg (vidéo) [RTS]
Retour de l'UDC campagnarde dans les cantons de Vaud et Fribourg (vidéo) / L'éclairage d'actualité / 3 min. / le 13 avril 2021
Les récentes élections communales dans les cantons de Fribourg et Vaud ont marqué un net recul pour l'UDC. Des élus évoquent un besoin de changer sur le fond et la forme. Réinjecter du PAI, l’ancêtre centriste de l’UDC, permettrait des alliances avec les autres partis bourgeois.

Il y a trois semaines, l'UDC et les partis de droite avaient laissé des plumes dans les différents scrutins en Suisse romande.

"Si on ne bouge pas, on va subir un revers en 2023 au niveau fédéral", alerte un élu de l'Union démocratique du centre.

Lors des communales, le parti de droite a perdu 61 mandats dans le canton de Vaud. A Fribourg, une vingtaine de sièges se sont envolés dans les huit grandes communes du canton.

"Le climat, sans courir derrière les Verts"

Selon des élus du parti, le thème de l'asile n'est plus une priorité pour les citoyens. De plus, celui de la souveraineté à travers le débat sur l'accord-cadre avec l'UE ne passionne pas.

Le conseiller national Jean-Pierre Grin veut mettre l'accent sur d'autres thèmes.

"Il y a deux choses dont on doit vraiment se préoccuper. Le climat, mais sans courir derrière les Verts. Et les retraites: là on doit se positionner et trouver des alliances pour assurer la continuité de nos retraites en Suisse", indique le Vaudois dans La Matinale.

Changer la communication

La forme est aussi est remise en question. Les campagnes de votation et d'élections de l'UDC ont toujours été plus dures en Suisse alémanique.

Elles ont électrisé la vie politique quand elles étaient portées par des figures qui comptaient des deux côtés de la Sarine. C'est moins le cas aujourd'hui: la simple dureté des arguments ne convainc plus.

"Ce qu'on doit peut-être éviter, c'est d'avoir une propagande arrogante, qui marche en Suisse alémanique, mais en Suisse romande elle ne passe pas", explique Jean-Pierre Grin.

On ne doit pas simplement critiquer ce qui se fait, mais aussi amener des solutions

L'invité de La Matinale (vidéo) - Pierre-André Page, conseiller national UDC fribourgeois [RTS]
Pierre-André Page, conseiller national UDC

Autre élu national UDC, Pierre-André Page milite également pour un parti plus en phase avec les préoccupations actuelles.

"La population veut parler de sa prévoyance, c'est un problème prioritaire. On ne doit pas simplement critiquer ce qui se fait, mais aussi amener des solutions et des idées dans l'intérêt de nos citoyens", relève le Fribourgeois.

La tentation du PAI?

La tentation du PAI guetterait l'UDC romande? Le PAI, pour Parti des paysans, artisans et indépendants, est l'ancêtre de l'UDC.

Président de l'UDC Vaud, Kevin Grangier estime que la nostalgie d'un PAI qui plafonnait à l'époque à 8% serait malvenue. Néanmoins, il faut tenir compte, selon lui, de l'acceptation en Suisse romande d'un Etat fort.

Justement, le PAI était un parti plus étatiste, plus centriste, plus consensuel. Avant que l'UDC blochérienne n'en fasse une machine à gagner avec un positionnement solo, dur et très à droite.

"Toute la droite s'effondre"

En 2021, la vague verte monte et le PS se renforce dans les villes. Les appels à une grande alliance du camp bourgeois se multiplient.

Selon Céline Amaudruz, "toute la droite s'effondre" en Suisse romande. "Nous n'avons pas cette capacité à faire comme la gauche, à partir tous ensemble indépendamment des thèmes qui nous séparent. Il y a un travail à faire de tous les partis de droite pour travailler ensemble sur ce qui nous rassemble", appelle la vice-présidente de l'UDC Suisse.

Le spectre d'une défaite en 2023 fait bouger les lignes. Le retour d'une dose de PAI "plus à l'écoute" au sein du parti de Christoph Blocher comblerait le fossé idéologique en vue de futures alliances du moins en Suisse romande.

Xavier Alonso/gma

Publié Modifié