Le suivi de l'actualité du 8 avril [Keystone]
Publié Modifié

Les hôpitaux romands ne signalent pas de problème de pénurie de personnel

- Alors que l'OFSP a mis en garde mercredi contre un problème de manque de personnel médical spécialisé, une enquête de la RTS auprès des hôpitaux cantonaux romands relève que ceux-ci ne font pas mention d'une pénurie de soignants et déclarent avoir déjà pris les mesures qui s'imposent.

- La Suisse semble moins touchée par la troisième vague que ses voisins européens et parvient à éviter une flambée des cas pour l'instant. "C'est sans doute grâce à une meilleure implémentation des mesures de précaution dans la population et aux mesures précoces du Conseil fédéral", estime la bioéthicienne Samia Hurst.

- Depuis mercredi, des autotests sont disponibles dans toutes les pharmacies de Suisse. Chaque personne a droit gratuitement, chaque mois, à un maximum de cinq de ces dispositifs. Mercredi matin, de nombreuses personnes ont poussé la porte des pharmacies pour s'en procurer, mais aucune ruée n'a été observée.

- La Suisse compte jeudi 2449 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 20 décès supplémentaires et 156 malades ont été hospitalisés. En moyenne sur les 14 derniers jours, le nombre de cas quotidiens s'élève à 1729, les décès à 8,5 et les hospitalisations à 55.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

21h25

Pas de pénurie particulière de personnel à signaler dans les hôpitaux romands

L'Office fédéral de la santé publique s'est montré alarmiste lors de sa conférence de presse de mercredi en évoquant la situation actuelle sur le front de la pandémie: "La disponibilité des lits n'est pas le problème, ni le nombre d'appareils respiratoires. Le problème principal vient du personnel médical spécialisé. Il n'a pas pu être résolu pendant la courte période de répit [qui a suivi la 2ème vague], parce que la formation du personnel de soins intensifs prend du temps", a ainsi mis en garde le chef de la section gestion de crise et coopération internationale de OFSP Patrick Mathys.

L'association suisse des infirmiers aimerait plus de monde

Pour en savoir plus, la RTS s'est rendue sur le terrain, tout d'abord vers les entités qui recherchent du personnel soignant. "On sent depuis quelques semaines que ça repart tout doucement. On n'est pas du tout sur la même intensité que ça l'a été auparavant, mais on sent que quelque chose se passe dans les établissements de soins", a indiqué au 19h30 de la RTS la responsable de l'agence Activa personnel SA.

"Il faudrait beaucoup plus de monde, parce que les soignants affrontent des situations extrêmement difficiles, et il faut aussi remplacer les personnes malades", a réagi pour sa part la présidente de l'Association suisse des infirmières et infirmiers Patricia Borrero.

"On ne peut pas parler de pénurie"

Les différents hôpitaux contactés, que cela soit celui du Jura, de Fribourg ou de Neuchâtel, considèrent eux qu'ils ont déjà pris les mesures qui s'imposent. "On ne peut pas parler de pénurie, car nous avons pu ouvrir des lits supplémentaires en nous réorganisant", précise de son côté le CHUV, qui ajoute que "la permanence des soins est assurée sans perte de qualité et de compétence".

Rien à signaler non plus à Genève du côté des HUG, qui ont répondu aux questions de la RTS en renvoyant un communiqué datant du 8 décembre dernier. Il signalait que, "vu le niveau élevé d'hospitalisations Covid et post-Covid, l'établissement maintient un dispositif de crise". A noter que le 8 décembre, le nombre d'hospitalisations liées au Covid-19 dans l'ensemble du pays se montait à 170 par jour, contre environ 60 aujourd'hui.

>> Regarder l'enquête du 19h30 jeudi:

Aucune pénurie de personnel soignant spécialisé n'est à signaler. [RTS]
Aucune pénurie de personnel soignant spécialisé n'est à signaler. / 19h30 / 2 min. / le 8 avril 2021

20h35

Bilan des vacances de Pâques en demi-teinte pour le tourisme fribourgeois

Le canton de Fribourg tire un premier bilan en demi-teinte de la période de Pâques, du moins pour ses hôtels. Si ceux situés en montagne et au bord des lacs ont fait le plein, leurs homologues des villes continuent, eux, de tirer la langue.

Au Lac Noir, une destination qui a la chance de combiner sports de glisse et plan d'eau, le chiffre d’affaires atteint 80% de celui de 2019, soit un très bon millésime. "Les clients cherchent une respiration, un petit séjour qui leur permet de quitter la maison. C'est l'occasion de manger à l'extérieur ou d'employer notre piscine", a témoigné Peter Roodbeen, le patron d'un hôtel de la petite station de ski, dans le 19h30 de la RTS.

Tourisme d'affaires toujours au plus bas

La bonne santé du tourisme de loisirs ne compense cependant pas la disparition quasi-complète du tourisme d’affaires, signalent les hôteliers. Il pèse lourd dans le chiffre d’affaires global, en particulier dans les villes.

Certaines grandes structures hôtelières qui font beaucoup de nuitées "sont pratiquement à l'arrêt depuis plusieurs mois. Elles ont aussi des difficultés à se réinventer, puisque leur clientèle n'existe plus, et ont de grosses charges fixes", analyse le directeur de l'Union fribourgeoise du tourisme Pierre-Alain Morard.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Vacances de Pâques: bonne santé pour le tourisme de loisirs [RTS]
Vacances de Pâques: bonne santé pour le tourisme de loisirs / 19h30 / 1 min. / le 8 avril 2021

19h50

Manif anti-mesures déprogrammée à Uri

L'importante manifestation prévue samedi à Altdorf (UR) contre les mesures anti-Covid-19 est définitivement annulée, ont annoncé jeudi soir les organisateurs du "Aktionsbündnis Urkantone" (groupe d'action des cantons de Suisse primitive).

Au vu de la situation pandémique, le canton d'Uri a en effet interdit les rassemblements de plus de 300 personnes. Le "Aktionsbündnis Urkantone" a déposé plainte contre cette décision, mais la Cour suprême du canton n'aura pas le temps de se prononcer avant le rassemblement, et le tribunal a rejeté la mesure superprovisionnelle demandée par les organisateurs. Elle leur aurait permis de manifester avant la décision de la Cour.

"Nous devons céder à l'autorité et annuler le rassemblement", ont écrit les organisateurs, ajoutant que le groupe n'organisera ni ne participera à aucune action de protestation samedi. Si le tribunal se prononce en faveur du groupe à une date ultérieure, le rassemblement sera reprogrammé.

19h10

La police st-galloise reste sur les dents

De nouveaux appels à la violence ayant été lancés après les émeutes du weekend de Pâques à St-Gall, la police procédera à des contrôles et vérifiera si les interdictions d'accès au centre-ville prononcées à l'encontre de plusieurs centaines de personnes sont respectées, a-t-elle annoncé.

St-Gall n'est pas un haut lieu de la violence juvénile, a estimé le responsable du service du travail social avec les jeunes de la ville Donat Richiger. Selon lui, "les émeutes auraient pu se produire n'importe où". S'il considère la violence dont certains jeunes ont fait preuve comme "effrayante", il souligne qu'il ne s'agissait toutefois que d'une minorité en révolte. Beaucoup de jeunes présents lors des émeutes étaient là par curiosité, et d'autres, nombreux, ont "délibérément" évité de venir en ville.

19h00

Un deuxième été de vacances au pays?

La troisième vague de la pandémie rendant difficiles les voyages à l'étranger, beaucoup de Suisses vont-ils à nouveau choisir de rester au pays pour passer l'été? "Il faut l'espérer, car la demande étrangère se tarit. La Suisse doit être prête à accueillir sa clientèle domestique et à faire en sorte d'augmenter son attractivité", a réagi le directeur de l'Observatoire valaisan du tourisme Nicolas Délétroz dans Forum jeudi soir.

A ses yeux, la place touristique suisse doit faire des efforts de digitalisation pour attirer cette "nouvelle" clientèle. "Depuis un an, tout visiteur ou touriste potentiel ne cesse de s'affûter au monde digital. Il communique par ces moyens, achète par ces moyens... Comme ses compétences en ligne augmentent, il faut que le secteur touristique augmente aussi sa capacité à répondre à ces nouvelles attentes", explique Nicolas Délétroz, qui a présenté il y a quelques jours un nouvel outil de mesure de la fréquentation des stations en partenariat avec Swisscom.

>> Ecouter l'interview de Nicolas Délétroz dans Forum:

Les défis à venir pour le tourisme en Suisse: interview de Nicolas Délétroz [RTS]
Les défis à venir pour le tourisme en Suisse: interview de Nicolas Délétroz / Forum (vidéo) / 7 min. / le 8 avril 2021

18h25

Les vacances à l'étranger restent un casse-tête pour les voyagistes et les clients

L'été approche, et la pandémie de Covid-19 n'est pas encore derrière nous. Entre les règles à suivre pour entrer dans un autre pays, les restrictions sur place et les impératifs à respecter au moment de retourner en Suisse, organiser un voyage à l'étranger n'a jamais été aussi compliqué.

Mercredi, l'OFSP a annoncé l'actualisation de la liste des pays dits à risque, soit ceux au retour desquels une quarantaine de 10 jours est obligatoire. On y trouve désormais la Turquie ou encore la Croatie, ce qui restreint encore les possibilité des vacanciers qui ne peuvent pas se permettre une quarantaine au retour.

Des changements "d'un jour à l'autre"

"Chaque fois que cette liste sort, on la suit avec beaucoup d'attention. Il y a de temps en temps des pays qui nous étonnent, ou que nous n'espérions pas voir. C'est le cas de la Turquie, pour laquelle la haute saison est en préparation", a témoigné jeudi dans l'émission Forum le directeur d'Hotelplan pour la Suisse romande Modestino Capolupo.

Pour les voyagistes comme pour les voyageurs indépendants, le casse-tête est parfois titanesque, avec des règles qui changent d'un pays à l'autre, et d'une semaine à l'autre. "On a même des changements qui interviennent d'un jour à l'autre, parce que, par exemple, des compagnies aériennes ou des prestataires de services peuvent changer leurs conditions", confirme Modestino Capolupo.

Pas encore de vaccin pour les gens qui veulent voyager

Le patron d'Hotelplan Suisse romande se dit favorable au passeport vaccinal. "Actuellement, vous avez toutes sortes de papiers écrits en différentes langues, qui ne peuvent pas toujours être interprétés correctement à destination", remarque-t-il en espérant que cet outil clarifie les choses.

Notre clientèle-cible n'est pas encore dans la phase de vaccination

Modestino Capolupo, directeur d'Hotelplan pour la Suisse romande. [RTS]
Modestino Capolupo, directeur d'Hotelplan pour la Suisse romande

Mais pas question de refuser le voyage aux non-vaccinés pour autant: "Dans la situation actuelle, beaucoup de gens ne sont pas encore vaccinés. Une telle mesure ne serait pas opportune, car les clients risquent de manquer", avertit le voyagiste, qui souligne que la priorité des personnes actuellement vaccinées, soit les plus de 75 ans, n'est peut-être pas de partir en vacances, mais plutôt de revoir leurs petits enfants. "Notre clientèle-cible, elle, n'est pas encore dans la phase de vaccination".

>> Ecouter l'interview de Modestino Capolupo dans Forum:

Tourisme mondial, la difficile reprise: interview de Modestino Capolupo [RTS]
Tourisme mondial, la difficile reprise: interview de Modestino Capolupo / Forum (vidéo) / 6 min. / le 8 avril 2021

17h15

La Poste va lancer un essai pilote pour tester en masse ses employés

La Poste va lancer un essai pilote de tests de masse de ses employés pour lutter contre la pandémie de Covid-19 sur deux de ses sites dans les cantons de Zurich et de Thurgovie. L'opération doit débuter dans deux semaines environ.

Les tests seront effectués au centre de tri du courrier de Zurich-Mülligen et au centre de tri de colis de Frauenfeld. Ces deux sites sont très importants pour les services postaux de base, a indiqué jeudi La Poste.

L'essai pilote doit permettre à l'entreprise d'acquérir des expériences afin de pouvoir ensuite réaliser les mêmes opérations sur d'autres sites. Des tests pour l'ensemble du personnel de La Poste sont difficiles à réaliser d'un point de vue logistique, a déclaré Markus Bacher, chef de la cellule de crise de La Poste. Les réglementations varient aussi d'un canton à l'autre.

15h55

Le chemin de fer de la Jungfrau a lourdement souffert du Covid

Pour la première fois de son histoire, la société de remontées mécaniques Jungfraubahn accuse une perte nette au terme de l'exercice 2020. La direction générale estime que la crise pandémique continuera de peser "lourdement" sur l'exercice 2021 et propose qu'aucun dividende ne soit distribué cette année, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Par rapport aux années précédentes, un peu plus d'un million de visiteurs se sont rendus sur le Jungfraujoch, la station de chemin de fer la plus haute d'Europe (3454 m), soit un tiers de moins. La dernière fois que le nombre de visiteurs se situait à un niveau aussi bas remonte aux années 80.

La perte nette s'est établie à 9,7 millions de francs, alors que le groupe bernois était parvenu à inscrire un bénéfice net de 53,3 millions une année auparavant. A noter que les analystes de Research Partners et de Vontobel tablaient respectivement sur une perte nette de 6,4 millions et 20,9 millions de francs. Le résultat d'exploitation (Ebit) de Jungfraubahn a lui plongé de 116,6% à -11,19 millions de francs et le produit d'exploitation a chuté de 43,7% à 125,7 millions de francs.

14h45

Le canton de Berne abaisse le seuil pour l'aide aux cas de rigueur

Dans le canton de Berne, les petites entreprises peuvent désormais aussi demander l'aide pour les cas de rigueur. La limite minimale du chiffre d'affaires a été abaissée de 100'000 à 50'000 francs.

Par cette mesure, le Conseil-exécutif met en œuvre des motions ayant valeur de directive adoptées par le Grand Conseil, précise-t-il jeudi dans un communiqué. Il a par ailleurs approuvé un crédit-cadre de 219 millions de francs afin de mobiliser au total un milliard de francs pour des aides aux cas de rigueur. Une première tranche de 114 millions de francs a déjà été débloquée.

Les critères et les exigences applicables aux petites entreprises ne changent pas. Le montant maximal de l’aide pour cas de rigueur a cependant été relevé de 750'000 francs à un million de francs pour les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 5 millions de francs.

14h30

Nombre de cas de coronavirus stable en une semaine en Suisse

En une semaine, le nombre de cas a très légèrement baissé en Suisse, mais il y a eu plus de décès.

Durant la semaine 13, du 29 mars au avril, 12'284 cas confirmés en laboratoire ont été déclarés, contre 12'555 la semaine précédente, indique jeudi l'OFSP dans son rapport hebdomadaire. La tendance est donc stable, avec une très légère baisse de 2,2%. L'incidence en Suisse et au Liechtenstein est ainsi de 142,1 cas pour 100'000 habitants.

L'OFSP note cependant qu'en raison des jours fériés, il est probable que la population ait changé son comportement en matière de test. Il est possible qu’un nombre particulièrement élevé de déclarations tardives soit à prévoir, prévient le rapport.

Augmentation du nombre de tests

La proportion de tests réalisés a augmenté: 273'526 tests ont été effectués (+8,7%). Un peu moins de deux tiers (64,6%) étaient des tests PCR, le reste étant des tests rapides antigéniques (35,4%). Le taux de positivité a légèrement baissé dans la première catégorie de tests (de 5,9% à 5,5%), ainsi que dans la deuxième (de 4,8% à 4,4%).

Concernant les tranches d'âge, comme la semaine précédente, les groupes de 10 à 29 ans ont été les plus touchés. Les personnes de 70 ans et plus ont été les moins affectées, cela pourrait être dû en partie à la vaccination, selon l'OFSP.

Sur les 8016 échantillons analysés, 96% concernaient un variant du virus. Par ailleurs, le nombre de personnes en isolement et en quarantaine est resté stable que la semaine précédente, note l'OFSP.

Davantage de décès

Durant la semaine sous revue, 373 hospitalisations en lien avec le coronavirus ont été déclarées, contre 329 la semaine précédente. Des déclarations tardives sont encore attendues, précise l'OFSP. Le nombre de malades du Covid-19 admis aux soins intensifs est resté stable en une semaine (171).

Le nombre de décès en lien avec le coronavirus a également augmenté en une semaine, passant de 48 à 60. Mais là encore, des déclarations tardives sont attendues, selon l'OFSP. Aucun décès n'a été recensé durant la semaine en question dans 12 cantons et au Liechtenstein. Zurich a enregistré le plus de décès (12), suivi des cantons de Vaud et d'Argovie (8).

13h45

La Suisse compte 2449 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte jeudi 2449 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 20 décès supplémentaires et 156 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 40'059 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,11%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 24'219, soit 280,16 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,03. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,90%.

Au total 604'312 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'604'838 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'232'375 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41'572 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'360 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 243 au variant sud-africain (B.1.351) et 12 au variant brésilien (P.1). Dans 24'957 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 615'024 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'300'365 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9792 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25'723.

Le pays dénombre par ailleurs 13'406 personnes en isolement et 23'961 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 4108 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h30

Appel à l'aide des étudiantes et étudiants

Alors que la pandémie dure depuis plus d'un an et que les personnes aux études ont été sévèrement touchées par les restrictions, les étudiantes et étudiants réclament jeudi de nouvelles perspectives pour éviter à tout prix l'abandon des études à cause de cette crise.

Dans un appel à l'aide à la Confédération, aux cantons et aux hautes écoles, l'Union des étudiant·e·s de Suisse (UNES) demande de prendre des mesures concrètes afin de prendre en compte leur situation.

Elle évoque notamment un retour à l'enseignement hybride le plus rapidement possible, une extension de la durée maximale des bourses d'études, un retour aux examens en présentiel en tenant compte des mesures sanitaires, la création d'un fonds d'urgence national avec un soutien de maximum 5000 francs par personne sous forme d’une bourse d'études et la prolongation des fonds d'aide d'urgence des cantons et des hautes écoles jusqu'à l'été 2022 au moins.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Des étudiants sur les bancs de l'Université de Neuchâtel. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
Des associations réclament une aide Covid pour les étudiants / Le 12h30 / 2 min. / le 8 avril 2021

12h30

Pourquoi les chiffres de la pandémie sont-ils relativement bas en Suisse?

La Suisse semble moins touchée par la troisième vague de Covid que ses voisins européens où les cas flambent. Il n'y a en tout cas pas la flambée des cas que les modèles prédisaient en janvier, avec l'arrivée du variant britannique.

Celui-ci s’est vraiment propagé très vite puisqu'il représente aujourd’hui 90% des cas. Mais il semble que les mesures prises à mi-janvier, alors que les cas baissaient encore, aient permis de contenir la hausse.

"L'une des explications serait la meilleure implémentation des mesures de précaution dans la population", estime dans le 12h30 Samia Hurst, médecin bioéthicienne aux HUG et vice-présidente de la task force scientifique, qui souligne également que "les mesures précoces de la Suisse" ont pu jouer un rôle.

Pas à l'abri d'une flambée des cas

Mais il pourrait aussi y avoir un léger décalage avec les pays voisins et la flambée des cas pourrait être plus tardive.

"Tout va dépendre de l'implémentation des mesures en place. C'est vrai que les cas augmentent en Suisse, mais la vaccination s'accélère aussi, donc tout va se jouer dans les mois qui viennent", conclut Samia Hurst.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

L'Hôpital de Fribourg (ici une unité consacrée aux patients Covid à la fin novembre 2020), comme les autres hôpitaux romands, n'est pour l'heure pas confronté à une pénurie de personnel soignant spécialisé. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Pourquoi les chiffres de la pandémie sont-ils si bas en Suisse? / Le 12h30 / 2 min. / le 8 avril 2021

12h15

GastroSuisse prône le oui à loi COVID-19

GastroSuisse recommande le oui à la loi Covid-19, soumise au peuple le 13 juin prochain. Le texte crée la base légale pour l'indemnisation des cas de rigueur dont l'hôtellerie-restauration a de toute urgence besoin.

En cas de rejet de la loi Covid-19, la Confédération ne serait plus en mesure d'apporter un soutien financier aux entreprises durement touchées par la crise, dit GastroSuisse jeudi. Les cantons ne disposent pas des ressources financières nécessaires pour faire face seuls aux mesures pour les cas de rigueur.

La question de savoir si et dans quel délai de nouvelles bases légales seront créées est très incertaine. "Pour les entreprises concernées, de nouveaux retards seraient une catastrophe, d'autant plus que les indemnités sont déjà insuffisantes", déclare Casimir Platzer, président de GastroSuisse et hôtelier à Kandersteg. Le oui a été adopté à l'unanimité du Conseil de la faîtière.

12h00

Classe en quarantaine à Bâle à cause d'une farce

Une classe du lycée Kirschgarten à Bâle a été mise en quarantaine à cause d'une farce. Trois élèves ont falsifié les résultats d'un test de dépistage du coronavirus.

Les trois farceurs ont modifié les résultats du test envoyés par SMS de négatif en positif, a indiqué jeudi un porte-parole du Département de la santé du canton de Bâle-Ville. Il confirme ainsi une information de la radio alémanique SRF.

La direction du lycée a eu des soupçons. Les trois élèves ont reconnu avoir falsifié les SMS. Le Département de l'éducation examine actuellement si cette falsification doit être signalée à la police, a indiqué le porte-parole. La direction du lycée va prendre des mesures disciplinaires contre les trois élèves.

11h15

Neuchâtel aide ses chômeurs

Le canton de Neuchâtel accordera aux employeurs un subside de 2000 à 6000 francs lors de l'engagement d'une personne en recherche d'emploi en 2021. Ces subsides doivent être "un soutien direct à la dynamique de recrutement local", indique l'Etat jeudi dans un communiqué.

Neuchâtel veut "retrouver le plus rapidement possible la dynamique positive qui prévalait dans le canton avant la crise" du Covid-19. Raison pour laquelle le canton met en place cette nouvelle mesure, évaluée à 5 millions de francs, précise le communiqué du Département de l’économie et de l’action sociale (DEAS).

>> Voir les explications du conseiller d'Etat Jean-Nathanaël Karakash dans le 12h45:

Jean-Nathanaël Karakash, conseiller d'Etat NE, s'exprime sur les subsides de 2'000 à 6'000 francs accordés aux employeurs. [RTS]
Jean-Nathanaël Karakash, conseiller d'Etat NE, s'exprime sur les subsides de 2'000 à 6'000 francs accordés aux employeurs. / 12h45 / 2 min. / le 8 avril 2021

Appui aux stages professionnels

En mettant en place ce système, qui prévaut pour tout recrutement intervenant jusqu'à la fin de l'année 2021, l'Etat veut soutenir les employeurs qui "contribuent par l'embauche à réduire le chômage". "La reprise qui se dessine dans plusieurs secteurs de notre économie doit profiter en priorité aux personnes en recherche d’emploi", souligne encore le communiqué.

Le DEAS indique également jeudi que l’appui aux stages professionnels est reconduit pour favoriser l’intégration professionnelle des jeunes.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Le canton de Neuchâtel a présenté des comptes provisoires 2020 à l'équilibre, malgré la pandémie. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le canton de Neuchâtel accorde des subsides aux entreprises pour engager des chômeurs / Le 12h30 / 1 min. / le 8 avril 2021

10h00

Le Venoge festival reporté

A l’instar de nombreux projets suspendus en raison de la pandémie de Covid-19, le comité d'organisation a annoncé jeudi sa décision de re-reporter la 26e édition du Venoge Festival du 17 au 21 août 2022.

L'affiche d'annonce du report du Venoge festival. [Venoge Festival]L'affiche d'annonce du report du Venoge festival. [Venoge Festival]Après avoir envisagé plusieurs solutions, il s'est rendu à l'évidence qu'il était impossible de maintenir le festival prévu au mois d'août 2021, notamment en raison "du peu d’informations et de directives cantonales et fédérales".

Afin de survivre à ce deuxième report et faire vivre le festival, ce dernier mettra en place plusieurs actions et manifestations de taille réduite (dépendantes des décisions des autorités) qui seront dévoilées au cours des prochains mois.

Les billets reportés de 2020 à 2021 sont automatiquement reportés et valables pour 2022, les artistes annoncés pour 2021 ayant pour la plupart reconfirmé leur venue pour 2022.

08h30

La task force demande encore 2 à 3 mois de patience avant la ligne d'arrivée

Lors du point de situation de l'OFSP mercredi, le président de la task force, Martin Ackermann, a enjoint la population à tenir le coup encore deux ou trois mois, le temps que la vaccination fasse une réelle différence.

A peine 7% de la population suisse est aujourd'hui vaccinée. Or, dans les pays plus avancés, la situation semble se détendre vraiment seulement lorsqu'on arrive à 50%. Avec le calendrier actuel, la task force estime qu'il faut encore deux à trois mois.

Pas d'avis politique

D'ici-là, pour son président Martin Ackermann, la Suisse a de nombreux intérêts à maintenir l'épidémie au plus bas.

"Premièrement, ça nous permet de mieux protéger les gens. Nous aurons moins de malades et moins de morts; le système de santé sera moins endommagé. Deuxièmement, ça nous donne un meilleur contrôle de l'épidémie: de quoi mener la campagne de vaccination rapidement avec succès, mais aussi de mieux surveiller les variants. Enfin, troisièmement, éviter une nouvelle explosion c'est un avantage décisif pour l'économie et la société. Ca permet de maintenir les écoles ouvertes."

Limiter les infections, est-ce que ça signifie, plus ou moins de restrictions? Là-dessus pas de réponse, le scientifique se refuse à donner un avis politique. En l'état, les indicateurs définis ne sont pas au vert pour de nouveaux assouplissements. Mais la décision appartient au Conseil fédéral, qui doit se prononcer mercredi prochain.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Martin Ackermann, président de la task force Covid. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
La task force Covid demande encore 2 à 3 mois de patience avant la ligne d'arrivée / La Matinale / 1 min. / le 8 avril 2021

08h15

Origine de la pandémie: la Suisse joue la carte de la prudence

La Suisse ne veut pas s'exposer dans le conflit autour du rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'origine de la pandémie de coronavirus. Selon la "Neue Zürcher Zeitung" de jeudi, elle ne se ralliera pas aux Etats-Unis et à treize autres pays pour mettre en doute les conclusions de l'étude et demander une enquête supplémentaire.

D'après une réponse écrite du Département des Affaires étrangères, la Suisse souhaite adopter une position indépendante au sujet de l'étude et se montrer prudente en ce qui concerne ce débat "politiquement sensible".

Fuite d'un laboratoire "extrêmement improbable"

L'étude mandatée par l'OMS et rendue publique la semaine dernière privilégie la théorie généralement admise de la transmission naturelle du virus d'un animal réservoir (probablement la chauve-souris) à l'humain, par l'intermédiaire d'un autre animal non encore identifié. Le rapport pointe notamment la nécessité de nouvelles études sur l'origine du virus dans la faune sauvage.

Les experts de l'OMS ont notamment visité l'Institut de virologie de Wuhan. [Ng Han Guan - Keystone/AP]Les experts de l'OMS ont notamment visité l'Institut de virologie de Wuhan. [Ng Han Guan - Keystone/AP]Les experts dépêchés en janvier en Chine, où sont apparus les premiers cas de la maladie en décembre 2019, estiment que l'hypothèse d'une fuite d'un laboratoire est "extrêmement improbable". Cette théorie a été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump. La Chine, elle, a toujours nié farouchement cette possibilité.

Après publication du rapport, les Etats-Unis et treize autres pays ont exprimé leurs "préoccupations" dans une déclaration commune. "L'étude d'experts internationaux sur l'origine du virus SARS-CoV-2 a été retardée de manière significative et n'a pas eu accès de manière exhaustive aux données et échantillons originaux", affirme le gouvernement américain avec les autres pays, dont le Royaume-Uni, Israël, le Canada, le Japon, l'Australie, le Danemark ou la Norvège.

08h00

Chiffres rouges pour la Jungfrau

Pour la première fois de son histoire, la société de remontées mécaniques Jungfraubahn accuse une perte nette au terme de l'exercice 2020. Aucun dividende ne sera distribué cette année et la direction générale estime que la crise pandémique continuera de peser "lourdement" sur l'exercice en cours, selon un communiqué paru jeudi.

La perte nette s'est établie à 9,7 millions de francs, alors que le groupe bernois était parvenu à inscrire un bénéfice net de 53,3 millions une année auparavant. Les analystes de Research Partners et de Vontobel tablaient respectivement sur une perte nette de 6,4 millions et 20,9 millions de francs.

07h45

L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent

Il devrait être bondé à cette période de l'année, mais l'aéroport de Zurich est désespérement vide. Avec un trafic passagers en chute libre, il traverse la crise la plus grave de son histoire.

Le nombre de passagers a chuté de 75% sur un an. L’entreprise est dans les chiffres rouges pour la première fois depuis 2001. Avec ce ralentissement, c'est toute une région et des dizaines de milliers d'emploi qui sont ébranlés.

>> Voir le grand format du 19h30 :

L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent [RTS]
L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent / 19h30 / 3 min. / le 7 avril 2021

07h30

Une "troisième vague" qui touche des patients plus jeunes

Pas d'alarmisme mais une vigilance accrue face à des contaminations en augmentation dans le pays: c'est le message de l'OFSP mercredi après-midi.

La vaccination montre ses effets sur les personnes âgées de plus de 75 ans mais la 3ème vague touche des catégories plus jeunes de la population. Du côté des hôpitaux, on s'y prépare.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Coronavirus: les hôpitaux suisses s'apprêtent à combattre une 3e vague [RTS]
Coronavirus: les hôpitaux suisses s'apprêtent à combattre une 3e vague / 19h30 / 2 min. / le 7 avril 2021

>> Et l'intervention de Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois en charge de la santé: 

Les précisions de Mauro Poggia, Conseiller d'État genevois en charge de la santé. [RTS]
Les précisions de Mauro Poggia, conseiller d'État genevois en charge de la santé. / 19h30 / 3 min. / le 7 avril 2021

07h15

Podcast - faudra-t-il aussi vacciner les enfants contre le Covid?

Depuis début janvier, des laboratoires ont commencé des tests de leur vaccin Covid sur des adolescents et des enfants. Les résultats du vaccin Pfizer sur les 12-15 ans seraient concluants. Ces études ouvrent le débat: faudra-t-il aussi vacciner les enfants? Quels sont les risques?

>> Écouter l'épisode du Point J :

Logo Le point J [RTS]RTS
Covid: faudra-t-il aussi vacciner les enfants? / Le Point J / 10 min. / le 7 avril 2021

07h00

Limite des autotests à ne pas négliger

Les autotests ne doivent être utilisés que quand l'accès à un test antigénique n'est pas possible. Il n'est pas nécessaire de fournir plus de cinq autotests par mois, a indiqué Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les tests antigéniques rapides sont plus fiables que les autotests à faire chez soi. Et une personne qui obtient un résultat positif avec un autotest doit le faire confirmer par un test PCR, a précisé Patrick Mathys. Un autotest dont le résultat est négatif n’est pas une carte blanche pour ne plus respecter les gestes barrières.

Il est important que la population comprenne la limite des autotests et y recoure de façon responsable, a ajouté Linda Nartey, médecin cantonale bernoise et vice-présidente de l'Association des médecins cantonaux. Un résultat négatif à un autotest ne permet par exemple pas de renoncer à une quarantaine ou de l'écourter.

06h45

"Les chiffres augmentent"

L'Office fédéral de la santé publique a tenu mercredi sa traditionnelle conférence de presse de la semaine. En préambule, le chef de la section Gestion de crise et coopération internationale, Patrick Mathys, a rappelé que les chiffres du nombre de contaminations augmentent en Suisse. "Concernant les hospitalisations et les décès, on constate aussi une légère augmentation. Un cinquième des lits de soins intensifs sont occupés par des patients Covid", a-t-il précisé.

Dominant, le variant britannique fera désormais référence, selon l'OFSP. [Peter Klaunzer - Keystone]Dominant, le variant britannique fera désormais référence, selon l'OFSP. [Peter Klaunzer - Keystone]

Selon le haut fonctionnaire, les chiffres actuels ne permettent pas encore de constater statistiquement un effet significatif de la vaccination dans le pays. "Il y a des indications, mais c'est insuffisant pour faire un lien concret entre la vaccination et l'occupation des lits en soins intensifs."

Les chiffres actuels doivent être considérés avec prudence. En raison du long week-end de Pâques, il faut attendre la fin de la semaine pour avoir des résultats plus fiables.

Le variant britannique sera la référence

Patrick Mathys est aussi revenu sur la situation des variants et leur reproduction. Il a rappelé que le variant britannique était désormais dominant et représente plus de 90% des cas positifs.

Conséquence: "Dans les jours qui viennent, nous allons adapter le 'reporting' sur le 'dashboard'. Nous n'allons plus présenter le variant britannique comme un des variants puisque c'est celui qui circule. A l'avenir donc, la part des variants sera plus faible."

Certificat Covid d'ici l'été

La Confédération choisira durant ces deux prochaines semaines la solution technique nécessaire au certificat de vaccination Covid-19, a ajouté Patrick Mathys. Le certificat est attendu pour cet été. Ce certificat devra être reconnu internationalement, être infalsifiable et répondre aux exigences de la protection des données. Plusieurs solutions techniques sont actuellement à l'étude.

06h30

Les autotests sont disponibles dans toutes les pharmacies

Depuis mercredi, des autotests sont disponibles dans les pharmacies de toute la Suisse. Chaque personne a droit à un maximum de cinq tests gratuits par mois.

>> En lire plus: Les autotests rapides et gratuits arrivent dans les pharmacies suisses

La population est toutefois appelée à ne pas se ruer sur ces nouveaux tests dès le premier jour. "Il ne sera pas possible de servir tout le monde en même temps", a prévenu la semaine dernière la présidente de PharmaSuisse Martine Ruggli.

Les autotests sont uniquement destinés aux personnes ne présentant pas de symptômes et n'ayant aucun contact avec des personnes d'un groupe à risque, a précisé Martine Ruggli dans une interview au Blick mardi.

Résultat valable qu'un jour

Un résultat négatif n'est toutefois qu'un simple instantané, et n'exclut pas "complètement une infection au coronavirus", prévient l'OFSP sur son site internet. Le résultat n'est valable qu'un jour.

>> Les explications dans La Matinale:

Une fois la goutte déposée, il faut attendre une quinzaine de minutes. [DR]DR
Les autotests rapides et gratuits arrivent dans les pharmacies suisses / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021

Si le résultat du test est positif, les personnes concernées sont invitées à le faire confirmer par un test PCR et à rester chez elles en attendant. Les autotests ne dispensent pas de respecter les règles d'hygiène et de comportement et les concepts de protection existants.

>> Revoir les explications de Nathalie Bougeard sur les différents types de tests:

Natalie Bougeard : "Le test PCR reste vraiment la référence." [RTS]
Natalie Bougeard : "Le test PCR reste vraiment la référence." / 19h30 / 1 min. / le 6 avril 2021

L'objectif du Conseil fédéral est que 40% de la population se soumette à un test hebdomadaire. Jusqu'à présent, seuls les tests rapides et les tests PCR étaient autorisés et ils devaient être effectués par des spécialistes et analysés dans des laboratoires. "Cela nous permet d'être actif dans cette pandémie. Jusqu'à présent, nous avons été passifs. Là, on peut s'emparer d'une activité qui permet de jouer un rôle", explique le médecin cantonal neuchâtelois Claude-François Robert, invité mercredi dans La Matinale.

"Une grande importance"

Selon lui, les autotests pourraient avoir "une grande importance" dans le contrôle de la pandémie: "On se lave les dents deux fois par jour, on devrait se tester avec des autotests tous les mercredis. Si une grande partie de la population le fait, on va attraper des cas asymptomatiques, interrompre des chaînes de transmission."

Les autotests permettent de se tester soi-même. Un coton-tige doit être inséré jusqu'à trois à quatre centimètres dans chaque narine à quatre reprises. Il doit ensuite être dilué dans un tube à essai contenant un liquide et une goutte de cette mixture doit être analysée sur un outil similaire à un test de grossesse. Le résultat est disponible en 15 à 20 minutes.

Si une barre apparaît, le test est négatif. Deux barres indiquent un résultat positif. "Si on le fait régulièrement, on peut quasiment le faire les yeux fermés", estime Claude-François Robert.

>> L'interview complète de Claude-François Robert dans La Matinale:

Claude-François Robert démontre l'importance des autotests Covid (vidéo) [RTS]
Claude-François Robert démontre l'importance des autotests Covid (vidéo) / La Matinale / 6 min. / le 7 avril 2021

06h15

Retour sur la journée de mercredi

La Suisse compte mercredi 2301 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 21 décès supplémentaires et 112 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 33'742 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,82%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'705, soit 274,21 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,03. Les patients Covid-19 occupent 19,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 66,40%.

>> En lire plus: Dominant, le variant britannique fera désormais référence

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus