Le suivi de la situation le 7 avril. [Keystone]
Publié Modifié

Dominant, le variant britannique fera désormais référence

- Dès ce mercredi, des autotests sont disponibles dans toutes les pharmacies de Suisse. Chaque personne a droit gratuitement, chaque mois, à un maximum de cinq de ces dispositifs. Mercredi matin, de nombreuses personnes ont poussé la porte des pharmacies pour s'en procurer, mais aucune ruée n'a été observée.

- Le variant britannique domine en Suisse. Il représente plus de 90% des cas. Ces prochains jours, l'OFSP va revoir sa façon de rapporter les cas et le variant britannique ne sera plus représenté comme tel.

- Invité de La Matinale de la RTS, le médecin cantonal neuchâtelois Claude-François Robert a estimé que les autotests pourraient avoir "une grande importance" dans le contrôle du Covid-19: "Cela nous permet d’être actifs dans cette pandémie".

- La Suisse compte mercredi 2301 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 21 décès supplémentaires et 112 malades ont été hospitalisés.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

21h15

L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent

Il devrait être bondé à cette période de l'année, mais l'aéroport de Zurich est désespérement vide. Avec un trafic passagers en chute libre, il traverse la crise la plus grave de son histoire.

Le nombre de passagers a chuté de 75% sur un an. L’entreprise est dans les chiffres rouges pour la première fois depuis 2001. Avec ce ralentissement, c'est toute une région et des dizaines de milliers d'emplois qui sont ébranlés.

>> Voir le grand format du 19h30 :

L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent [RTS]
L'aéroport de Zurich fait face à une crise sans précédent / 19h30 / 3 min. / le 7 avril 2021

20h50

Une "troisième vague" qui touche des patients plus jeunes

Pas d'alarmisme mais une vigilance accrue face à des contaminations en augmentation dans le pays: c'est le message de l'OFSP cet après-midi.

La vaccination montre ses effets sur les personnes âgées de plus de 75 ans mais la 3ème vague touche des catégories plus jeunes de la population. Du côté des hôpitaux, on s'y prépare.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Coronavirus: les hôpitaux suisses s'apprêtent à combattre une 3e vague [RTS]
Coronavirus: les hôpitaux suisses s'apprêtent à combattre une 3e vague / 19h30 / 2 min. / le 7 avril 2021

>> Et l'intervention de Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois en charge de la santé: 

Les précisions de Mauro Poggia, Conseiller d'État genevois en charge de la santé. [RTS]
Les précisions de Mauro Poggia, conseiller d'État genevois en charge de la santé. / 19h30 / 3 min. / le 7 avril 2021

18h30

Amnesty tacle la Suisse sur sa façon de gérer la pandémie

Amnesty International a publié mercredi son rapport 2020/2021. L'organisation y dresse un bilan sévère de cette année marquée par la pandémie. Elle relève des inégalités sociales en hausse, des atteintes à la liberté d'expression ou des égoïsmes nationaux exacerbés.

Les autorités suisses ne sont pas épargnées dans ce rapport, qui leur reproche notamment d'avoir imposé des interdictions généralisées des manifestations dans les lieux publics.

"Pas de blanc-seing pour l'interdiction de la liberté de s'assembler"

"Quand on est sorti du premier confinement strict, les autorités ont toléré des rassemblement plus grands, par exemple dans les transports publics, alors qu'elles ont continué à interdire de manière généralisée les rassemblements publics", explique dans Forum Nadia Boehlen, porte-parole d'Amnesty Suisse.

"Ensuite, suite aux critiques qu'on a adressées aux autorités, l'interdiction généralisée a été levée et on a pu à nouveau se rassembler. Mais ce qu'on critique, c'est qu'il ne doit pas y avoir un blanc-seing pour l'interdiction de la liberté de s'assembler malgré la pandémie."

>> L'interview complète de Nadia Boehlen dans Forum :

Amnesty tacle la Suisse sur son bilan pandémique: interview de Nadia Boehlen [RTS]
Amnesty tacle la Suisse sur son bilan pandémique: interview de Nadia Boehlen / Forum (vidéo) / 3 min. / le 7 avril 2021

17h45

Podcast - faudra-t-il aussi vacciner les enfants contre le Covid?

Depuis début janvier, des laboratoires ont commencé des tests de leur vaccin Covid sur des adolescents et des enfants. Les résultats du vaccin Pfizer sur les 12-15 ans seraient concluants. Ces études ouvrent le débat: faudra-t-il aussi vacciner les enfants? Quels sont les risques?

>> Écouter l'épisode du Point J :

Logo Le point J [RTS]RTS
Covid: faudra-t-il aussi vacciner les enfants? / Le Point J / 10 min. / le 7 avril 2021

17h15

Plus de 100'000 personnes vaccinées dans le canton de Vaud

La barre des 100'000 personnes ayant reçu leur première dose du vaccin contre le Covid-19 dans le canton de Vaud a été franchie mercredi après-midi, selon le monitoring d'Unisanté. Plus de la moitié d'entre elles (environ 65'000) ont déjà reçu leur deuxième injection.

Deux tiers des résidents vaudois âgés de plus de 75 ans ont été vaccinés. Ce taux est de 31% pour les personnes entre 65 et 74 ans et de 10% pour les Vaudois entre 50 et 64 ans. Enfin, 68% de malades chroniques du canton ont été vaccinés à ce jour.

17h00

Une personne sur dix croit en une théorie conspirationniste

Virus créé en laboratoire, arme biologique chinoise, complot visant à surveiller la population, la pandémie de coronavirus favorise les théories conspirationnistes. Environ 10% des personnes interrogées approuvent fortement l'une ou l'autre de ces thèses, selon un sondage de chercheurs bâlois.

L'équipe de Sarah Kuhn et Thea Zander-Schellenberg à l'Université de Bâle a mené l'été dernier une enquête anonymisée en ligne auprès de 1600 personnes en Suisse alémanique et en Allemagne, a indiqué mercredi l'alma mater bâloise dans un communiqué.

Résultat: 10% des sondés approuvaient fortement l'une ou l'autre de ces théories, 20% supplémentaires peu ou modérément et 70% pas du tout. La répartition était identique en Suisse et en Allemagne. Aucune différence entre les sexes n'a été relevée, selon ces travaux publiés dans la revue Psychological Medicine.

15h15

Comptes dans le rouge pour Bienne

Les conséquences de la pandémie de coronavirus ont pesé sur les comptes 2020 de la Ville de Bienne. Le compte général boucle sur un déficit de 5,59 millions de francs alors que le budget tablait sur un résultat équilibré. La ville a en particulier enregistré un recul des revenus des entreprises.

Le résultat déficitaire des comptes 2020 n'est donc pas surprenant, même si l'utilisation des ressources a été très prudente, a annoncé la Ville de Bienne. Les comptes affichent un excédent de charges malgré le prélèvement de 4,9 millions de francs sur un financement spécial.

Le semi-confinement du printemps dernier a provoqué une chute de revenus. Parallèlement, il a entraîné une hausse des charges avec le soutien aux commerces biennois, les réductions de loyer, la remise gratuite de masques de protection ou encore la mise en place de mesures de sécurité.

Les autorités jugent préoccupante l'évolution des revenus fiscaux. Le total de 143,2 millions de francs est inférieur au montant qui figure au budget. Cette différence de 5,6 millions s'explique par un recul des revenus des personnes morales. Malgré cette situation financière difficile, Bienne a continué à investir à large échelle.

15h00

La Turquie sur la liste des pays à risque, Israël biffé

La Turquie figure désormais sur la liste des pays pour lesquels l'entrée en Suisse est soumise à une quarantaine. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a actualisé mercredi sa liste des pays à risque. Champion de la vaccination, Israël n'y figure plus.

La nouvelle liste entrera en vigueur le 14 avril, a précisé l'OFSP. Outre Israël, la Jamaïque, l'Albanie et les Emirats arabes unis en sont retirés. En revanche, l'Arménie, la Croatie et la Lituanie y font leur apparition.

Les Pouilles de retour

Dans les pays voisins, la région Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine, la région italienne des Pouilles et le Land allemand de Saxe figurent également sur cette liste noire. La Nouvelle-Aquitaine et les Pouilles en avaient été retirées lundi, lors de la dernière mise à jour.

Par contre, il ne sera plus nécessaire de se mettre en quarantaine en rentrant de Corse et de quatre régions italiennes (Abruzzes, Basilicate, Molise et Ombrie). Les régions frontalières ne figurent pas sur cette liste, pour permettre aux pendulaires et aux travailleurs frontaliers de continuer à travailler.

La liste actualisée comprend 44 Etats et 27 régions des pays voisins.

14h45

Limite des autotests à ne pas négliger

Les autotests ne doivent être utilisés que quand l'accès à un test antigénique n'est pas possible. Il n'est pas nécessaire de fournir plus de cinq autotests par mois, a indiqué Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les tests antigéniques rapides sont plus fiables que les autotests à faire chez soi. Et une personne qui obtient un résultat positif avec un autotest doit le faire confirmer par un test PCR, a précisé Patrick Mathys. Un autotest dont le résultat est négatif n’est pas une carte blanche pour ne plus respecter les gestes barrières.

Il est important que la population comprenne la limite des autotests et y recoure de façon responsable, a ajouté Linda Nartey, médecin cantonale bernoise et vice-présidente de l'Association des médecins cantonaux. Un résultat négatif à un autotest ne permet par exemple pas de renoncer à une quarantaine ou de l'écourter.

14h30

"La ligne d'arrivée est proche", selon le chef de la Task Force

Egalement présent lors de la conférence de presse de l'OFSP, Martin Ackermann, président de la Task Force scientifique, faisait part de son analyse concernant les effets de la vaccination en Suisse.

"Nous avons observé l'évolution dans le groupe des personnes les plus vaccinées (+ de 75 ans) et nous avons comparé avec les autres classes d'âges. Dans le groupe des 75 ans et plus, le nombre de cas baisse depuis début mars. Le nombre d'hospitalisations et de décès baisse aussi. C'est réjouissant. Il en va différemment des autres groupes d'âges", a-t-il affirmé.

Les autorités sont particulièrement préoccupées par les cas qui touchent les 50 à 70 ans, qui n'ont pas encore été vaccinés. Il est d'autant plus important d'éviter de surcharger le système de santé, a indiqué Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Optimisme

Selon Martin Ackermann, il faudra attendre trois mois pour que les effets de la campagne de vaccination prennent vraiment en Suisse. Le président de la Task Force s'est montré optimiste: "Comme nous l'avons dit au début, la ligne d'arrivée est proche. D'un point de vue scientifique, cela vaut la peine de faire un dernier effort et de ne pas tout remettre en jeu si près du but."

La situation pourra se détendre seulement une fois que 50% de la population sera vaccinée. Le chef de la Task Force scientifique Martin Ackermann a enjoint la population à tenir encore deux à trois mois.

Maintenir un niveau bas

Le scientifique estime qu'il vaut la peine de maintenir le nombre de nouvelles infections à un niveau bas.

Cela permet de limiter le nombre de personnes atteintes de formes sévère de la maladie, d'épargner le personnel soignant et de garder sous contrôle le traçage. C'est aussi important pour l'économie, les écoles et la formation.

Il faut poursuivre les efforts dans les trois mois qui viennent pour garder la maîtrise de la situation, a déclaré Martin Ackermann.

14h15

"Les chiffres augmentent"

L'Office fédéral de la santé publique a tenu mercredi sa traditionnelle conférence de presse de la semaine. En préambule, le chef de la section Gestion de crise et coopération internationale, Patrick Mathys, a rappelé que les chiffres du nombre de contaminations augmentent en Suisse. "Concernant les hospitalisations et les décès, on constate aussi une légère augmentation. Un cinquième des lits de soins intensifs sont occupés par des patients Covid", a-t-il précisé.

Dominant, le variant britannique fera désormais référence, selon l'OFSP. [Peter Klaunzer - Keystone]Dominant, le variant britannique fera désormais référence, selon l'OFSP. [Peter Klaunzer - Keystone]

Selon le haut fonctionnaire, les chiffres actuels ne permettent pas encore de constater statistiquement un effet significatif de la vaccination dans le pays. "Il y a des indications, mais c'est insuffisant pour faire un lien concret entre la vaccination et l'occupation des lits en soins intensifs."

Les chiffres actuels doivent être considérés avec prudence. En raison du long week-end de Pâques, il faut attendre la fin de la semaine pour avoir des résultats plus fiables.

Le variant britannique sera la référence

Patrick Mathys est aussi revenu sur la situation des variants et leur reproduction. Il a rappelé que le variant britannique était désormais dominant et représente plus de 90% des cas positifs.

Conséquence: "Dans les jours qui viennent, nous allons adapter le 'reporting' sur le 'dashboard'. Nous n'allons plus présenter le variant britannique comme un des variants puisque c'est celui qui circule. A l'avenir donc, la part des variants sera plus faible."

Certificat Covid d'ici l'été

La Confédération choisira durant ces deux prochaines semaines la solution technique nécessaire au certificat de vaccination Covid-19, a ajouté Patrick Mathys. Le certificat est attendu pour cet été. Ce certificat devra être reconnu internationalement, être infalsifiable et répondre aux exigences de la protection des données. Plusieurs solutions techniques sont actuellement à l'étude.

13h30

La Suisse compte 2301 cas supplémentaires en 24 heures

La Suisse compte mercredi 2301 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 21 décès supplémentaires et 112 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 33'742 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,82%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'705, soit 274,21 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,03. Les patients Covid-19 occupent 19,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 66,40%.

Au total 604'312 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'604'838 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'232'375 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41'447 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'311 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 242 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 24'881 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 612'575 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'260'306 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9772 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25'567.

Le pays dénombre par ailleurs 13'380 personnes en isolement et 23'952 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 4090 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h05

En dépit du Covid-19, le nombre de faillites d'entreprises a baissé en 2020

Le nombre des dépôts de bilan comme celui des mises aux poursuites ont chuté l'an dernier en Suisse, malgré une contraction du produit intérieur brut inédite depuis 1975, a relevé mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans son rapport périodique.

La suspension rapide de l'obligation d'annoncer au juge les cas de surendettement, ainsi que les "sursis Covid-19" imaginés par le Conseil fédéral, ou encore les aides financières pour les cas de rigueur visaient justement à éviter une déferlante de faillites, rappellent les auteurs du rapport.

Les répercussions de la pandémie sur le taux de survie des sociétés risquant fort de s'étendre au-delà de l'année écoulée, l'OFS préconise d'attendre les chiffres de 2021 voire de 2022 avant de prendre la mesure de l'ampleur de l'impact de la crise sur le tissu économique helvétique.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Recul généralisé des faillites d'entreprises en 2020, malgré la crise sanitaire du Covid-19. [LAURENT GILLIERON - KEYSTONE]LAURENT GILLIERON - KEYSTONE
Les faillites et les poursuites ont baissé en Suisse durant l’année 2020 / Le 12h30 / 1 min. / le 7 avril 2021

12h55

Retour au mariage civil avec cinq personnes au maximum à Genève

Genève va renoncer à accepter la présence de 50 convives lors d'un mariage civil, a annoncé le canton. Début mars, il était devenu le seul canton romand à adopter cette limite au nom de la laïcité, afin d'appliquer une égalité de traitement avec les mariages à l'église. Assimilés à des cérémonies religieuses, ceux-ci peuvent en effet rassembler 50 personnes.

Le canton avait consulté la Confédération pour valider la légalité de la mesure, et la réponse est tombée mardi: Berne a dit non. Pour la Confédération, la limite des rassemblements à l'intérieur doit rester à cinq personnes au maximum. Il faut notamment protéger les officiers d'état civil, indispensables au maintien des prestations de l'Etat.

L'exception genevoise peut toutefois perdurer pour les cérémonies de mariage laïques organisées à titre privé. Pour respecter le principe de liberté de croyances, elles peuvent bénéficier des mêmes mesures que les églises et accueillir 50 personnes, pour autant que la salle le permette, et ceci sans repas ni boissons.

>> Ecouter le sujet du 12h30 mercredi:

La cathédral St-Pierre de Genève. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Genève interdit les rassemblements de 50 personnes lors des mariages / Le 12h30 / 1 min. / le 7 avril 2021

12h40

La distribution des autotests, un gros défi pour les pharmaciens

"J'ai l'impression de distribuer des croissants chauds dans une boulangerie": tels sont les mots d'une employée de pharmacie, au premier jour de la mise à disposition gratuite à toute la population de cinq autotests dans les officines. Les clients ont afflué dès l'ouverture, mais la ruée redoutée n'a pas eu lieu.

"Trois des six premiers clients de la journée ont demandé des autotests", a confié au 12h30 de la RTS un pharmacien de Fully (VS). Chez lui, l'intérêt de la population était sensible, mais l'afflux est resté gérable.

>> Ecouter le reportage de la RTS à Fully:

Un sachet contenant des autotests pour le dépistage du coronavirus. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les autotests rapides et gratuits sont arrivés dans les pharmacies suisses / Le 12h30 / 2 min. / le 7 avril 2021

La Confédération a commandé sept millions de tests que les pharmacies ont reçu entre samedi et mercredi (d'autres les attendent encore), par cartons de 25. Il a fallu les reconditionner par lots de cinq, ce qui représente un énorme défi logistique. "On a eu le week-end pour se préparer. Lundi après-midi, mon frère et ma belle-sœur sont venus m'aider. Hier, c'étaient mes parents avec des amis. On a fait ça toute la journée", a témoigné le président de la société vaudoise de pharmacie Christophe Berger, à la tête de deux officines dans le canton.

Et le prochain défi se profile déjà: dès le 19 avril, la vaccination sera possible dans les pharmacies du canton de Vaud.

>> Ecouter l'interview de Christophe Berger dans le 12h30:

L'auto-test nécessite quelques petites manipulations simples. [DR]DR
Christophe Berger réagit à la mise en circulation des autotests dans les pharmacies suisses / Le 12h30 / 3 min. / le 7 avril 2021

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

A peine arrivés et déjà prisés, les auto-tests gratuits à disposition dans les pharmacies [RTS]
A peine arrivés et déjà prisés, les auto-tests gratuits à disposition dans les pharmacies / 19h30 / 1 min. / le 7 avril 2021

12h05

Le festival Electron forcé de se réinventer

Le festival de musique électronique Electron revient sur le devant de la scène malgré la pandémie de Covid-19. Au lieu d'un unique festival au printemps, les organisateurs de la manifestation ont mis sur pied quatre événements pluridisciplinaires, échelonnés tout au long de l'année. Une exposition de photographies ouvrira le bal le 22 avril.

Les responsables d'Electron avaient proposé l'été dernier à cinq photographes de capturer l'ambiance du premier déconfinement qui a suivi la première vague épidémique. Il s'agissait de saisir la réouverture puis la rapide fermeture des lieux "de culte" nocturnes.

Une soixantaine d'images ont été sélectionnées, captées dans différentes villes de Suisse et dans différents lieux, avec des portraits de personnes "extirpées de l'invisibilité dans laquelle ils sombraient". L'exposition est à voir du 22 avril au 2 mai au Commun, à Genève.

11h15

Le ministre lucernois de la Santé positif au Covid-19

Le ministre lucernois de la santé Guido Graf a été testé positif au Covid-19 mardi. Il présente des symptômes légers de la maladie et peut travailler à la maison.

Agé de 62 ans, le conseiller d'Etat démocrate-chrétien se porte bien et se trouve en isolement, a indiqué mercredi la Chancellerie d'Etat lucernoise. Il siège au gouvernement cantonal depuis 2010.

10h50

Quelque 650 personnes privées de centre-ville à St-Gall

Environ 650 personnes ont été expulsées du centre-ville de St-Gall dimanche soir et ne peuvent pas y retourner pendant 30 jours en raison du risque de nouvelles émeutes, un chiffre plus élevé que celui articulé jusqu'ici. Dans un premier temps, la police municipale avait fait état de 500 personnes expulsées. Mercredi, les autorités de la ville ont corrigé ce chiffre à la hausse.

La police entend dénoncer à la justice les émeutiers qui ne respecteraient pas la mesure d'expulsion. A l'inverse, les personnes expulsées qui n'ont pas pris part aux violences et qui se seraient trouvées sur place vendredi soir par hasard peuvent s'annoncer auprès de la police municipale. Cette dernière peut effectuer des vérifications approfondies et lèvera la mesure en cas d'erreur avérée.

La police ne veut empêcher personne de se rendre à son travail, à l'école, de faire des achats importants ou d'utiliser les transports publics, assure-t-elle. Ces déplacements ne sont toutefois possibles que s'ils ne sont précédés d'aucun appel à la violence, a souligné la direction municipale des affaires sociales et de la sécurité.

10h35

Le secteur horloger a bien résisté à la crise du Covid

Premier grand rendez-vous horloger de l'année 2021 en Suisse, le salon Watches and Wonders Geneva (ex-Salon international de la haute horlogerie/SIHH) a débuté mercredi sous forme virtuelle dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19.

Le secteur semble toutefois avoir bien résisté à la crise. Les exportations horlogères ont reculé de près de 22%, mais la catastrophe redoutée au niveau de l'emploi ne semble pas s'être produite, selon les syndicats.

"Nous sommes assez justes en disant que l’horlogerie a perdu 1500 à 2000 emplois. Au regard de la crise financière de 2008-2009, qui avait vu plus de 4000 postes disparaître, ce chiffre est encore assez raisonnable", a estimé Raphaël Thiémard, responsable national de la branche horlogerie et microtechnique au syndicat UNIA, interrogé mercredi dans La Matinale de la RTS.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

La 29 édition du Salon international de la haute horlogerie, SIHH, à Genève.  [SALVATORE DI NOLFI - KEYSTONE]SALVATORE DI NOLFI - KEYSTONE
Le secteur de l'horlogerie résiste à la crise / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021

Patrick Pruniaux, directeur général des maisons horlogères établies à La Chaux-de-Fonds Girard-Perregaux et Ulysse Nardin, a lui estimé que l'horlogerie a connu un rebond "moins rapide" que d'autres secteurs du luxe. Il évoque une année faite "d'agilité et de réinventions".

Les deux marques, propriétés du spécialiste français du luxe Kering, ont dû se séparer d'une centaine de collaborateurs en septembre dernier.

>> Plus de détails dans notre article: Patrick Pruniaux: "L'horlogerie a eu un rebond moins rapide que d’autres secteurs du luxe"

09h55

Pas de ruée sur les autotests

Au premier jour de la mise à disposition d'autotests pour dépister le Covid-19, aucune ruée incontrôlable n'a été relevée. Dans de nombreuses pharmacies, la matinée a été plus chargée que d'habitude, mais il n'y a pas eu de longues files d'attente.

A Genève, dans la pharmacie de la gare de Cornavin, la demande était forte et la clientèle a réclamé des autotests dès l'ouverture, mais il n'y a pas eu de file d'attente devant la pharmacie, a déclaré une responsable de l'officine. Pas de rush non plus devant une pharmacie à Lausanne, qui en avait délivré une dizaine en milieu de matinée, a constaté une journaliste de l'agence de presse Keystone-ATS. A Sion, une pharmacie du centre-ville n'avait pas encore reçu ses autotests. "Nous les avions commandés il y a une dizaine de jours, mais ils ne sont pas encore arrivés. On les attend dans la journée pour les distribuer dès jeudi", a témoigné le coresponsable de l'officine.

Le Service valaisan de la santé publique rappelle que ces tests sont destinés en priorité "aux personnes asymptomatiques qui souhaitent minimiser les risques avant de recevoir des proches à la maison". Ils ne sont "en aucun cas" destinés aux personnes qui ont des symptômes, lesquelles doivent privilégier un test antigénique rapide ou un test PCR.

09h05

Les entreprises déplorent le coût trop élevé du testing massif des employés

Dans le cadre des tests effectués sur les employés des entreprises, les remboursements de la Confédération oscillent entre 8 et 34 francs en fonction des risques que la pandémie représente pour leur personnel. Un montant nettement insuffisant, a dénoncé mercredi dans La Matinale Arnaud Burgin, directeur des associations professionnelles à la Fédération des entreprises romandes à Genève.

"A l'heure actuelle, un test antigénique coûte environ 50 à 60 francs. Si la Confédération ne rembourse qu'un montant de 8 francs, ça signifie que ces entreprises devront prendre à leur charge un montant d'environ 45 à 50 francs", a-t-il détaillé, remettant en question la gratuité des tests Covid.

"C'est quand même un peu la douche froide. On voulait déployer une stratégie massive de tests, mais on se rend compte que c'est extrêmement compliqué à mettre en oeuvre", poursuit Arnaud Burgin, qui pointe du doigt deux autres entraves au testing dans les entreprises: l'obligation de télétravail qui perdure et la nécessité d'obtenir le consentement des employés pour effectuer ces tests.

>> Ecouter l'interview d'Arnaud Burgin dans La Matinale:

L'analyse de tests Covid dans une pharmacie d'un centre commercial à Breggia, au Tessin. [Alessandro Crinari/Ti-Press - Keystone]Alessandro Crinari/Ti-Press - Keystone
La gratuité des tests Covid-19 est remise en question dans les entreprises / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021

08h40

Entre faux vaccins et stocks imaginaires, les cantons visés par des escrocs

"Les criminels se font de plus en plus passer pour des intermédiaires proposant de négocier des contrats d'acquisition de vaccins entre les compagnies pharmaceutiques et les autorités publiques. Il s'agit bien sûr d'escroquerie: les contrats ne sont jamais honorés", a alerté mercredi dans La Matinale de la RTS la porte-parole adjointe d'Europol Claire Georges, qui précise que des montants de plusieurs millions d'euros sont en jeu.

>> Plus de détails dans notre article: La Suisse et l'Europe visées par des offres de vaccins anti-Covid frauduleuses

Certaines collectivités publiques ont été piégées en Europe, mais il n'est pas possible de savoir lesquelles, ni les montants perdus, secret des enquêtes oblige. Les investigations sont complexes, puisqu'il s'agit de réseaux criminels dont les ramifications s'étendent hors des frontières européennes.

La Suisse n'est pas épargnée par le phénomène, surtout les autorités cantonales, cibles privilégiées des individus qui proposent des vaccins à des prix relativement élevés. A ce jour, aucun canton ne serait toutefois tombé dans le panneau, a rassuré le pharmacien et collaborateur scientifique à l'unité de contrôle des médicaments illégaux à Swissmedic Nicolas Fotinos.

>> Ecouter l'enquête de La Matinale:

L'UE a modifié ses règles d'exportation pour les vaccins contre le Covid-19 il y a une semaine. [Georgios Kefalas - Keystone]Georgios Kefalas - Keystone
Des personnes tentent de vendre de faux vaccins contre le coronavirus / La Matinale / 3 min. / le 7 avril 2021

08h30

Les autotests sont disponibles dans toutes les pharmacies

Dès ce mercredi, des autotests sont disponibles dans les pharmacies de toute la Suisse. Chaque personne a droit à un maximum de cinq tests gratuits par mois.

>> En lire plus: Les autotests rapides et gratuits arrivent dans les pharmacies suisses

La population est toutefois appelée à ne pas se ruer sur ces nouveaux tests dès le premier jour. "Il ne sera pas possible de servir tout le monde en même temps", a prévenu la semaine dernière la présidente de PharmaSuisse Martine Ruggli.

Les autotests sont uniquement destinés aux personnes ne présentant pas de symptômes et n’ayant aucun contact avec des personnes d'un groupe à risque, a précisé Martine Ruggli dans une interview au Blick mardi.

Résultat valable qu'un jour

Un résultat négatif n’est toutefois qu'un simple instantané, et n'exclut pas "complètement une infection au coronavirus", prévient l'OFSP sur son site internet. Le résultat n'est valable qu’un jour.

>> Les explications dans La Matinale:

Une fois la goutte déposée, il faut attendre une quinzaine de minutes. [DR]DR
Les autotests rapides et gratuits arrivent dans les pharmacies suisses / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021

Si le résultat du test est positif, les personnes concernées sont invitées à le faire confirmer par un test PCR et à rester chez elles en attendant. Les autotests ne dispensent pas de respecter les règles d’hygiène et de comportement et les concepts de protection existants.

>> Revoir les explications de Nathalie Bougeard sur les différents types de tests:

Natalie Bougeard : "Le test PCR reste vraiment la référence." [RTS]
Natalie Bougeard : "Le test PCR reste vraiment la référence." / 19h30 / 1 min. / le 6 avril 2021

L’objectif du Conseil fédéral est que 40% de la population se soumette à un test hebdomadaire. Jusqu'à présent, seuls les tests rapides et les tests PCR étaient autorisés et ils devaient être effectués par des spécialistes et analysés dans des laboratoires. "Cela nous permet d’être actif dans cette pandémie. Jusqu’à présent, nous avons été passifs. Là, on peut s'emparer d’une activité qui permet de jouer un rôle", explique le médecin cantonal neuchâtelois Claude-François Robert, invité mercredi dans La Matinale.

"Une grande importance"

Selon lui, les autotests pourraient avoir "une grande importance" dans le contrôle de la pandémie: "On se lave les dents deux fois par jour, on devrait se tester avec des autotests tous les mercredis. Si une grande partie de la population le fait, on va attraper des cas asymptomatiques, interrompre des chaînes de transmission."

Les autotests permettent de se tester soi-même. Un coton-tige doit être inséré jusqu'à trois à quatre centimètres dans chaque narine à quatre reprises. Il doit ensuite être dilué dans un tube à essai contenant un liquide et une goutte de cette mixture doit être analysée sur un outil similaire à un test de grossesse. Le résultat est disponible en 15 à 20 minutes.

Si une barre apparaît, le test est négatif. Deux barres indiquent un résultat positif. "Si on le fait régulièrement, on peut quasiment le faire les yeux fermés", estime Claude-François Robert.

>> L’interview complète de Claude-François Robert dans La Matinale:

Claude-François Robert démontre l'importance des autotests Covid (vidéo) [RTS]
Claude-François Robert démontre l'importance des autotests Covid (vidéo) / La Matinale / 6 min. / le 7 avril 2021

08h20

Un tiers des malades du Covid-19 touché par des troubles psychiques

Une personne sur trois qui a surmonté le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l'infection, indique une étude parue mercredi dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry, la plus grosse à ce jour sur le bilan mental des anciens malades. Pour 13% de ces personnes, il s'agissait de leur premier diagnostic neurologique ou psychiatrique, précise toutefois l'étude.

Le risque de diagnostics neurologiques ou psychiatriques est dans l'ensemble 44% plus élevé après le Covid qu'après la grippe et 16% plus élevé qu'après une infection des voies respiratoires, montre aussi la recherche. L'anxiété (17%) et les troubles de l'humeur (14%) étaient les diagnostics les plus fréquents. L'incidence des atteintes neurologiques telles que les hémorragies cérébrales (0,6%), les accidents vasculaires cérébraux (2,1%) et la démence (0,7%) était globalement plus faible, mais le risque était généralement plus élevé parmi les patients qui avaient été gravement malades.

"Malheureusement, bon nombre des troubles identifiés dans cette étude ont tendance à être chroniques ou récurrents. Nous pouvons donc anticiper que l'impact du Covid-19 pourrait perdurer pendant de nombreuses années", note le Dr Jonathan Rogers de l'Université de Londres (UCL) dans un commentaire publié dans le journal.

08h10

Fribourg prêt à accueillir des patients français touchés par le Covid-19

Le canton de Fribourg est prêt à accueillir dans ses hôpitaux des patients français touchés par le Covid-19, pour autant que le nombre de places en soins intensifs le permette, a indiqué mercredi la porte-parole de la Direction fribourgeoise de la santé publique Claudia Lauper.

"Pour le moment, nous n'avons pas ce genre de patients à l'Hôpital fribourgeois, mais nous avons donné notre accord de principe pour les accueillir si on nous en fait la demande", a-t-elle précisé dans La Matinale de la RTS.

Ecouter son interview:

Fribourg est prêt à accueillir des patients Covid-19 en provenance de France. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Fribourg est prêt à accueillir des patients français touchés par le Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021

07h30

La France demande l'aide de la Suisse pour accueillir des patients

La région Bourgogne-Franche Comté s’est adressée à plusieurs cantons romands pour leur demander d’accueillir des patients Covid, a appris mardi la RTS. Côté français, le nombre de cas est remonté en flèche et certains hôpitaux sont proches de la saturation.

>> Lire à ce sujet: La France sollicite l’aide de la Suisse romande pour accueillir des patients Covid

Le ministre jurassien en charge de la Santé, Jacques Gerber, a confirmé avoir donné son "feu vert politique", comme cela a été le cas par le passé. "Nous avons eu une demande au niveau technique pour préparer - en cas de débordement des hôpitaux du côté français - un possible transfert sur des hôpitaux suisses", a-t-il expliqué dans l'émission Forum.

>> Revoir également le reportage du 19h30:

La France sollicite l'aide de la Suisse romande pour accueillir des patients Covid-19. Jacques Gerber, ministre de la santé (JU). [RTS]
La France sollicite l'aide de la Suisse romande pour accueillir des patients Covid-19. Jacques Gerber, ministre de la santé (JU). / 19h30 / 4 min. / le 6 avril 2021

07h15

Chaud-froid sur les cours de yoga à Fribourg

Depuis lundi, les cours de yoga étaient à nouveau autorisés à l'intérieur, avec de strictes mesures sanitaires, dans le canton de Fribourg. Le canton avait donné son feu vert pour des cours de maximum dix participants, professeur compris, à raison de 15 mètres carrés par personne. Mais il est déjà revenu sur sa décision.

Interrogé par la RTS, le coprésident de la cellule de coordination de l'Organe cantonal de conduite (OCC), François Genoud, a expliqué que Fribourg a tenté de jouer avec l'une des zones grises des mesures de restriction fédérales.

Pas une offre de bien-être

Le canton estimait qu'on pouvait envisager le yoga comme une offre de bien-être et donc l'autoriser. Or il est considéré comme sport, lui a rappelé l'Office fédéral de la santé publique. Il est donc interdit à l'intérieur, sauf pour les jeunes jusqu'à 20 ans.

>> Les précisions de Marielle Savoy dans Forum:

Fribourg a autorisé les cours de yoga puis les a interdits ce mardi [RTS]
Fribourg a autorisé les cours de yoga puis les a interdits ce mardi / Forum (vidéo) / 1 min. / le 6 avril 2021

Ce feu vert était cependant passé assez inaperçu: plusieurs professeurs de yoga fribourgeois contactés par la RTS n'avaient même pas été officiellement informés de cette réouverture.

07h00

Pourquoi les jeunesses partisanes montent au front en commun

Les Jeunes du Centre, des Vert'libéraux, du Parti évangélique, du PS et des Verts ont lancé conjointement lundi un appel au Conseil fédéral, dans une lettre ouverte publiée sur internet. Les Jeunes UDC, eux, disent soutenir la démarche mais estiment qu'elle ne va pas assez loin. C'est pourquoi ils n'ont pas signé le texte.

>> Revoir le reportage du 19h30:

La jeunesse des principaux partis interpellent le Conseil fédéral pour être entendu en ces temps de pandémie. [RTS]
La jeunesse des principaux partis interpellent le Conseil fédéral pour être entendu en ces temps de pandémie. / 19h30 / 2 min. / le 6 avril 2021

"Notre génération a besoin de nouvelles perspectives et d'être entendue politiquement", disent-ils en s'inquiétant de la souffrance de leurs contemporains. Ils demandent des assouplissements ciblés des mesures contre la pandémie actuellement en vigueur.

Pauline Schneider, vice-présidente de la Jeunesse socialiste suisse, et Timon Gavallet, vice-président des Jeunes UDC suisses, étaient les invités mardi soir de l'émission Forum.

>> Interviews de Pauline Schneider et de Timon Gavallet:

Les jeunes, laissés pour compte du Covid? Débat entre Pauline Schneider et Timon Gavallet [RTS]
Les jeunes, laissés pour compte du Covid? Débat entre Pauline Schneider et Timon Gavallet / Forum (vidéo) / 10 min. / le 6 avril 2021

>> Lire aussi: Les jeunesses de cinq partis réclament des "perspectives" post-Covid

06h45

Le rythme des vaccinations a reculé de 9% sur une semaine

Du 29 mars au 4 avril, 167'842 doses de vaccin contre la Covid-19 ont été administrées en Suisse, selon les données publiées mardi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). En moyenne, 23'977 vaccinations ont été effectuées par jour.

Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections a ralenti de 9%. Au total, 1'604'838 vaccinations ont été réalisées jusqu'à dimanche.

Jusqu'ici, 604'312 personnes ont été vaccinées complètement. Cela signifie que 7% de la population a déjà obtenu deux doses de vaccin. 396'214 personnes n'ont reçu que la première piqûre.

Au total, 458'712 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, mais n'ont pas encore été employées. Par ailleurs, 168'825 doses sont stockées par la Confédération.

06h30

Les chiffres du week-end pascal

La Suisse compte mardi 4932 cas supplémentaires de coronavirus en 96 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Vingt décès supplémentaires sont à déplorer et 175 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 96 heures, les résultats de 100'076 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,93%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'403. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 270,72 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,03.

Le total des décès s'élève à 9751 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25'455.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus