Modifié

L'UE rétrograde la Suisse en modifiant ses règles d'exportation de vaccins

L'UE a modifié ses règles d'exportation pour les vaccins contre le Covid-19 il y a une semaine. [Georgios Kefalas - Keystone]
La Suisse rétrogradée par l’UE avec les nouvelles règles d’exportation de vaccins / Forum / 4 min. / le 4 avril 2021
Alors que la Suisse était auparavant exemptée de l’obligation d’obtenir une licence d’exportation pour les vaccins contre le Covid-19, elle a été retirée de la liste. Si un pays se procure des vaccins mais n’en exporte pas, l’UE peut bloquer le vaccin.

L'UE a modifié ses règles d'exportation pour les vaccins contre le Covid-19 il y a une semaine, retirant notamment la Suisse de la liste des pays exemptés de l'obligation d'obtenir une licence d'exportation.

Afin de défendre les intérêts du pays, la secrétaire d'État Livia Leu a entrepris des démarches auprès de l'ambassadeur de l'UE en Suisse, Petros Mavromichalis, selon le SonntagsBlick. La Suisse exige que l'accès privilégié lui soit à nouveau accordé et qu'elle ne soit pas limitée dans son commerce de vaccins et de substances actives liées au Covid-19.

"La Suisse demande à être à nouveau exemptée de l'obligation d'autorisation d'exportation de l'UE et à ce que le commerce des vaccins Covid 19 ainsi que des principes actifs ne soit pas restreint", souligne dans le journal dominical le Secrétariat d'État à l'économie (SECO).

L'administration fédérale est en contact avec la Commission européenne et a reçu l'assurance que l'exclusion n'était pas dirigée contre la Suisse.

Un rôle-clé à jouer, selon Parmelin

Une des solutions pour que la Suisse puisse continuer à jouer un rôle majeur dans la gestion internationale de la crise sanitaire serait qu'elle collabore plus étroitement avec ses pays voisins pour l'approvisionnement en produits de première nécessité.

C'est en tout cas ce que souhaite Guy Parmelin interrogé par la SonntagZeitung. Il s'est entretenu en ce sens la semaine dernière avec ses homologues français Bruno Le Maire et allemand Peter Altmaier.

La Suisse pourrait ainsi contribuer à la mise en place en Europe d'une industrie des vaccins disposant d'une large assise. Le ministre précise qu'il n'est pas encore clair si la Suisse doit participer en tant qu'investisseur ou partenaire contractuel. La Suisse est bien placée pour jouer un rôle-clé, relève Guy Parmelin. Et d'ajouter que sur d'autres marchés comme ceux des produits médicaux, la dépendance de la Suisse est également grande et le pays ne peut s'en affranchir par une politique industrielle purement nationale.

ats/fgn

Publié Modifié

Passeport vaccinal des pharmaciens bientôt prêt

Alors que la Confédération planche toujours sur l'élaboration d'un passeport vaccinal, celui des pharmaciens est prêt à l'emploi, rapporte Le Matin Dimanche.

La plateforme de la Coopérative des pharmaciens (Ofac) a été complétée avec un module lié à la vaccination. "Nous tenons à proposer une solution qui répertorie les vaccins anti-Covid, et les tests, rapides ou PCR, qu'a effectués le patient, sous forme d'historique", explique Mario Magada, directeur général de l'Ofac.

Pour assurer la sécurité des données, l'application utilise la technologie trust-ID, développée par la société lausannoise ELCA. Mario Magada explique avoir approché l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour leur signaler qu'une solution clés en main était disponible.

De son côté, l'OFSP indique qu'aucune décision préliminaire n'a encore été prise et que "de nombreuses entreprises ont approché l'OFSP avec des propositions de solutions, qui seront toutes incluses dans l'évaluation".

>> C'est quoi le passeport vaccinal? Regarder notre vidéo:

C'est quoi le passeport vaccinal Covid? [RTS]
C'est quoi le passeport vaccinal Covid? / L'actu en vidéo / 2 min. / le 2 avril 2021

Guy Parmelin tempère les espoirs

Dans son interview à la SonntagsZeitung, Guy Parmelin a également tempéré  les espoirs de nouvelles ouvertures rapides, avertissant que la situation épidémiologique à l'étranger et en Suisse réduit la marge de manoeuvre,

Le Conseil fédéral a fait un pas en allégeant les rencontres privées. Mais la Suisse doit encore attendre pour ouvrir les restaurants et permettre la tenue de plus grands événements, précise le ministre, qui dit comprendre l'impatience et le mécontentement de la population.

Il est conscient que le gouvernement ne peut donner que peu de perspectives, parce que le virus domine la situation. Le président de la Confédération espère que la population reste calme, patiente et disciplinée. Il s'inquiète d'un climat qui se durcit et qui devient plus intolérant et condamne vivement les confrontations à l'image de celles de St-Gall.

>> Lire aussi: Deux blessés dans des heurts entre des jeunes et la police à Saint-Gall