Modifié

Securitas: nouveau cas d'infiltration

LausAnimaliste aurait été infiltré par la taupe dès octobre 2004. [Keystone]
LausAnimaliste aurait été infiltré par la taupe dès octobre 2004. [Keystone]
Le mouvement suisse de libération des animaux, LausAnimaliste, dénonce un nouveau cas d'infiltration, selon le quotidien vaudois "24 heures". Shanti Muller, l'agente de Securitas, aurait espionné "virtuellement" le mouvement en octobre 2004.

«Le nom de Shanti Muller ne nous était pas inconnu. Suite aux
affaires précédentes, nous avons fouillé nos archives et retrouvé
sa trace dans notre forum de discussion» a affirmé Fanny Vaucher,
activiste à LausAnimaliste.

Première apparition

Selon les activistes du mouvement, les premières traces de la
taupe remontent au mois d'octobre 2004. Dans le cadre de leurs
actions, la taupe apparaît devant l'entreprise pharmaceutique
Serono à Genève lors d'une des manifestations antivivisection du
groupe. Ensuite, l'implication de Shanti Muller se résume à des
prises de contacts sporadiques.

Une présence virtuelle

«Shanti Muller avait accès aux listes et contacts des membres,
ainsi qu'à notre agenda militant», précise Fanny Vaucher. Cette
dernière affirme, entre autres, que trois autres organisations de
défense animale auraient été infiltrées.

LausAnimaliste n'envisage pas de déposer plainte.

24 heures/geg

Publié Modifié

Les autorités vaudoises informées

Le Conseil fédéral a précisé hier que l'Office fédéral de la police (Fedpol) avait informé, début février 2004, la police cantonale vaudoise de l'infiltration de groupes altermondialistes par Securitas.

Le Service d'analyse et de prévention (SAP) de Fedpol savait qu'une taupe employée par Securitas s'était infiltrée dans des groupes altermondialistes en marge du G8 d'Evian, en 2003.

Le chef du SAP a alors rendu la direction de Securitas attentive au fait que de tels agissements pouvaient être problématiques, si la personne mandatée ne respectait pas à la lettre les exigences légales.

Jusqu'à ce jour, les autorités vaudoises ont toujours nié avoir connaissance d'opérations d'infiltration par Securitas.