Modifié

La mise en oeuvre de l'initiative anti-burqa revient bel et bien aux cantons

Le Genevois Mauro Poggia est de ceux qui ont réagi aux propos de Karin Keller-Sutter. [Martial Trezzini - Keystone]
La mise en oeuvre de l'initiative anti-burqa revient bel et bien aux cantons / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2021
C’est bien aux cantons de mettre en œuvre l’interdiction de se dissimuler le visage dans les lieux publics. L'Office fédéral de la justice a mis fin mardi à la confusion qui régnait depuis le oui à l’initiative anti-burqa.

Dès dimanche soir, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter avait placé la balle dans le camp des cantons. Mais certains d'entre eux, notamment en Suisse romande, ont réagi en rejetant cette responsabilité.

>> Lire: Casse-tête entre cantons et Confédération pour l'application de l'initiative "anti-burqa"

Mais ce sont bien les cantons qui réglementent l’espace public, a rappelé l’Office fédéral de la justice. Il n'est dès lors pas question d’édicter une loi nationale, uniforme, interdisant la dissimulation du visage.

Cette précision intervient après le oui à l’initiative, acceptée dimanche dernier par 51% de la population.

>> Lire: L'initiative "anti-burqa" adoptée avec une courte majorité en Suisse

Mais plusieurs points restent encore à éclaircir. Il s'agira notamment de savoir comment appliquer cette loi dans un train qui relie Sion et Lausanne par exemple.

Vers une solution intermédiaire?

L’Office fédéral de la Justice dit être conscient de ce cas de figure et se dit prêt à adopter une loi fédérale pour régler ce genre de cas. Il s'agirait d'une solution intermédiaire pour les cantons qui réclamaient une mise en œuvre au niveau fédéral.

Face aux inquiétudes de certains conseillers d'Etat, l'office se veut en tout cas rassurant: il propose d’appuyer les gouvernements cantonaux dans la mise en œuvre de la loi. Les cantons ont maintenant deux ans pour concrétiser le texte.

Mathieu Henderson/oang

Publié Modifié