Modifié

L'initiative "anti-burqa" adoptée avec une courte majorité en Suisse

Le résultat définitif de l'initiative "anti-burqa". [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Le résultat définitif de l'initiative "anti-burqa". [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Le voile intégral est désormais aussi interdit en Suisse. Le peuple a accepté dimanche par 51,2% l'initiative populaire , dite anti-burqa du comité d'Egerkingen. Ce dernier avait déjà enregistré un premier succès avec les minarets en 2009.

L'acceptation de l'initiative pour interdire de dissimuler son visage dans les lieux publics n'est pas une véritable surprise. Dès le début de la campagne, le texte était bien positionné dans les sondages. En choisissant l'interdiction, la Suisse rejoint la France, l'Autriche, la Bulgarie, la Belgique et le Danemark.

Pour le président de l'UDC Suisse Marco Chiesa, le oui constitue un signal clair contre l'islam radical, contre les casseurs masqués et pour une cohabitation pacifique en Suisse.

>> Le suivi de la journée de votations: L'initiative anti-burqa et l'accord avec l'Indonésie passent de peu la rampe, l'e-ID balayée

Un seul canton romand dans le camp du non

En Suisse romande, tous les cantons à l'exception de Genève ont accepté le texte. Le Jura avec 60,7% de oui détient la palme à l'échelle suisse. Suivent le Valais (58,3%), Fribourg (55,9%), Neuchâtel (52,0%) et Vaud (50,9%). Seul le canton de Genève a dit non par 51,3%.

Outre-Sarine, les cantons ont aussi clairement accepté l'initiative: Argovie l'a approuvée par 53,6%, Soleure par 52,6%, Lucerne à la raclette par 50,5%. En Suisse centrale, le taux d'acceptation se situe entre 55 et 60%.

Le Tessin, qui connaît déjà une législation interdisant le voile intégral a plébiscité le projet à 60,5%. St-Gall, dans le même cas de figure, l'a aussi adopté, mais dans un enthousiasme plus mesuré par 53,1%.

Dans le camp du non figurent les poids-lourds que sont Berne (50,4%) et Zurich (54,8%), ainsi que Bâle-Ville (59,4%), où les opposants réalisent leur meilleur score. Les Grisons et Appenzell Rhodes Extérieures ont aussi dit non, mais sur le fil par respectivement 50,4% et 50,9%.

L'initiative du comité d'Egerkingen a recueilli 1'426'992 oui contre 1'359'621 non, selon les chiffres détaillés . Le texte qui avait besoin de la double majorité a été soutenu par 20 cantons contre six. La participation a atteint 50,8%.

Soutien hors du cercle de l'UDC

Le texte interdit désormais toute forme de dissimulation du visage dans l’espace public en Suisse. Il concerne autant la burqa ou le niqab que les cagoules de casseurs ou de hooligans.

Mais le comité d'Egerkingen avait surtout dans son viseur le voile intégral, symbole d'un islam fondamentaliste qui ne correspond pas selon lui aux valeurs de la démocratie. Un argument qui a fait mouche bien au-delà des rangs UDC, notamment chez les femmes.

La conseillère nationale Jacqueline De Quattro a ainsi voté en faveur de l'initiative anti-burqa. "Aucune femme libre ne peut accepter de se promener avec un tissu sur la figure, qui l'empêche de respirer, qui l'empêche de se montrer en tant que personne, en tant que femme, indique-t-elle sur la RTS. Et ce n'est ni sexiste ni raciste de dire le contraire".

Et le conseiller national Roger Nordmann (PS/VD) estime qu'un quart de l'électorat de gauche a soutenu cette initiative pour des raisons laïques et féministes.

>> La réaction de Jacqueline De Quattro:

Initiative anti-burqa: Jacqueline De Quattro, conseillère nationale (PLR-VD) [RTS]
Initiative anti-burqa: réaction de Jacqueline De Quattro (PLR/VD) / Journée Votations / 1 min. / le 7 mars 2021

Les opposants, à savoir le Conseil fédéral, le Parlement et les principales organisations religieuses, n'ont cessé de rappeler que ce texte était contraire au principe de liberté et qu’il stigmatisait la minorité musulmane.

"Je rappelle que seules quelques dizaines de femmes portent le voile intégral en Suisse. Elles ne constituent qu'une infime minorité de quelque 400'000 musulmanes et musulmans en Suisse", a ainsi indiqué la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, lors de la conférence de presse du Conseil fédéral dimanche soir.

>> Lire aussi: Qui sont les musulmans et les musulmanes de Suisse?

Sans compter que les cantons peuvent déjà interdire le voile intégral à l’image du Tessin et de St-Gall. Au niveau fédéral, le Parlement avait adopté un contre-projet qui pose des règles à la dissimulation du visage. Mais ce texte est désormais caduc après le résultat de dimanche.

Pour appel, 57,5% des Suisses avaient dit oui il y a bientôt douze ans à l'initiative d'Egerkingen sur l'interdiction de construire de nouveaux minarets.

ats/cab

>> La carte des résultats par commune:

Publié Modifié

Crainte de stigmatisation des musulmans

Pascal Gemperli, porte-parole de la fédération des organisations islamiques de Suisse, craint pour la sécurité des musulmans en Suisse. Ce vote vise une communauté spécifique comme avec les minarets et on ne sait pas ce qui viendra après."

"Moi je veux bien que beaucoup de gens ont voté par conviction, pour protéger certaines femmes et qu'il ne s'agit pas d'intentions négatives vis-à-vis de la communauté musulmane. Mais cela va quand même générer une ambiance assez malsaine", estime le porte-parole.

>> Une initiative qui stigmatise les musulmans? Le débat de Forum entre Virna Conti, membre de l'UDC genevoise, et Pascal Gemperli

L'initiative anti-burqa stigmatise-t-elle les musulmans? Débat entre Virna Conti et Pascal Gemberli [RTS]
L'initiative anti-burqa stigmatise-t-elle les musulmans? Débat entre Virna Conti et Pascal Gemperli / Forum (vidéo) / 9 min. / le 7 mars 2021