Banner 8 mars [Keystone]
Publié Modifié

La Suisse compte 2744 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 2744 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 100 malades ont été hospitalisés. Au total, 1'190'300 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 884'905 ont été administrées et 300'568 personnes ont déjà reçu deux doses.

- Après les sénateurs, les conseillers nationaux ont commencé à plancher sur la loi Covid-19. Le débat d'entrée en matière a essentiellement tourné autour de la stratégie de déconfinement du Conseil fédéral. Puis les députés ont décidé d'élargir le cercle des bénéficiaires de l'aide aux cas de rigueur et d'octroyer aux commerçants une prolongation de délai pour payer leur loyer.

- Une majorité de la population helvétique est d'accord avec les mesures officielles contre le coronavirus, révèle un sondage. En Suisse romande, la proportion de ceux qui rejettent les mesures est nettement plus élevée qu'en Suisse alémanique.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h00

Le Covid-19 favorise la vente des jeux de société

Fini les nuits en discothèque, place aux soirées jeux de société. Selon des chiffres communiqués par la Fnac Suisse, les Helvètes se sont révélés particulièrement friands de ce genre d’activité pendant la pandémie de Covid-19. La vente des jeux de plateau a même battu tous les records en 2020.

"Avant le premier confinement, on observait une hausse des ventes de plus de 40% par rapport à 2019. Pendant le semi-confinement, nous avons plus que triplé nos ventes avec une augmentation de 200%", explique Laurence Wuetrich, responsable des univers éditoriaux à la Fnac Suisse, lundi dans le 19h30.

Si l’arrêt des activités culturelles semble avoir accéléré le phénomène, l’engouement des Suisses pour les jeux de société a commencé à se manifester avant la pandémie. "L’évolution globale de ce secteur est de plus de 80% depuis 2019, une tendance qui a donc commencé bien avant le premier confinement ", détaille Laurence Wuetrich.

>> Le sujet du 19h30:

Le confinement a redonné aux Suisses le goût des jeux de société [RTS]
Le confinement a redonné aux Suisses le goût des jeux de société / 19h30 / 2 min. / le 8 mars 2021

"Les jeux de plateau rassemblent et fédèrent à nouveau les amis et la famille. C'est le même constat que dans la société actuelle: nous avons besoin de contact, de vivre de bons moments et de créer des souvenirs ensemble", ajoute-t-elle.

L’augmentation des ventes se vérifie aussi auprès de plus petites structures, comme la boutique L’épée à 2 nains, située à Genève. "La pandémie a ramené une nouvelle clientèle, qui n’existait pas auparavant", témoigne son patron Romain Sauvain.

>> Lire aussi: Le Covid-19 favorise la vente des jeux de société en Suisse

18h45

Le National débat de la loi Covid-19

Le Conseil national a entamé l'examen de la loi Covid-19. Dès le débat d'entrée en matière, les députés s'en sont pris à la stratégie de déconfinement du Conseil fédéral.

L'UDC s'en est pris une nouvelle fois à la "dictature coronavirus". "Le Conseil fédéral décide tout seul depuis un an", a dénoncé Magdelena Martullo-Blocher (UDC/GR).  La Grisonne a exigé la réouverture des établissements et la fin du télétravail.

"Ce n'est pas le moment de museler le Conseil fédéral", a répondu Roger Nordmann (PS/VD).

Ueli Maurer appelle à la prudence

De son côté, le ministre des Finances Ueli Maurer a reconnu que le gouvernement était plus prudent "que certains d'entre vous" dans sa stratégie de déconfinement. Son but est toutefois de rouvrir le plus rapidement possible. Et d'appeler à se concentrer sur le coeur de la révision de la loi: "permettre aux personnes concernées d'être indemnisées".

Le Zurichois a encore demandé aux députés de ne pas trop ouvrir les cordons de la bourse. "La proposition sur la table est suffisante. Il s'agit de l'argent du contribuable. Il faut être prudent."

>> Le compte-rendu de Forum:

La Loi Covid débattue par les Conseil national en ce moment [RTS]
Le Conseil national débat de la Loi Covid / Forum / 2 min. / le 8 mars 2021

Aide facilitée pour les cas de rigueur

Après cette entrée en matière, le Conseil national a décidé d'élargir le cercle des bénéficiaires de l'aide aux cas de rigueur.

Pour lui, les entreprises durement touchées par la crise du coronavirus devraient être soutenues encore plus facilement. Ces mesures coûtent 9 milliards de plus, a averti le ministre des finances Ueli Maurer.

Les cantons devront prendre en charge un tiers. "Cela pourrait entraîner des hausses d'impôts".

Le National a aussi accepté, par 98 voix contre 90 et six abstentions, d'octroyer aux commerçants une prolongation de délai pour payer leur loyer.

>> Toute l'actualité de la session ici: La stratégie de déconfinement au coeur des débats au National

17h40

Quelque 31'000 demandes de cas de rigueur auprès des cantons

Les cantons ont reçu jusqu'à fin février environ 31'000 demandes de cas de rigueur, dont près de 14'000 ont été traitées et accordées, a indiqué lundi le Département fédéral de l'économie.

Environ 500 millions de francs ont été versés, principalement à fonds perdu, et presque 200 millions ont été engagés, précise le département de Guy Parmelin, répondant à plusieurs questions de députés. Ces données résultent d'un "sondage-express", réalisé ces derniers jours par la Confédération auprès des cantons.

Les cantons doivent fournir des comptes-rendus réguliers sur les aides accordées aux entreprises pour ces cas de rigueur. Ils ont transmis pour la première fois ces données fin février. Toutes les aides accordées jusqu'à fin janvier ont dû être répertoriées.

Des évaluations plus détaillées devraient pouvoir être réalisées à moyen terme, assure le DEFR.

16h55

Opacité des accords sur l'accès aux vaccins

Combien de vaccins contre le Covid-19 sont actuellement disponibles dans le monde, pour quels pays et à quel prix? Cette question apparemment simple n'a pas de réponse facile, et le secret des accords entre gouvernements et industries pharmaceutiques est bien gardé.

Une base de données qui recense toutes les informations publiques disponibles a récemment été créée par le Centre de santé globale de l'institut universitaire des hautes études internationales et de développement (IHEID) à Genève.

Les sources utilisées proviennent des publications des gouvernements, des communiqués de l'industrie pharmaceutique, et l'impression générale qu'elles donnent est celle d'un manque de transparence sur cette question cruciale de l'accès aux vaccins.

"Souvent, on ne connaît pas le nombre de doses garanties", explique Anna Bezruki, qui a dirigé l'équipe de recherche. "Dans environ 80% des cas, on ne sait pas non plus le montant global que les pays ont dû débourser pour réserver et obtenir ces vaccins. Et on a encore moins d’informations sur les termes des contrats qui ont été signés, par exemple sur les délais de livraison, les questions de responsabilités en cas de défaut d’un vaccin, les possibilités de les revendre, de les exporter…on sait très peu de choses."

>> Plus de précisions ici: Les vaccins contre le Covid-19 les plus utilisés dans le monde

15h50

L'armée va pouvoir troquer d'anciens stocks de masques

Tous les masques FFP2 et KN95 fournis par l'entreprise Emix Trading et encore stockés à la pharmacie de l'armée, y compris les masques rappelés par précaution en raison d'une possible détection de moisissure, seront remplacés par de nouveaux masques FFP2. Le Département fédéral de la défense (DDPS) a annoncé lundi un accord en ce sens.

L'entreprise a offert cet échange de manière "volontaire et gratuitement". Il sera effectué d’ici au début du mois d’avril et n’entraînera aucun coût supplémentaire pour l’armée.

Les nouveaux masques ont une date d'expiration plus longue. Par cet échange, l’armée réduit le nombre d'exemplaires stockés qui atteindront leur date de péremption d’ici fin 2022. Les masques remplacés ne seront pas soumis au test CAG annoncé le 11 février dernier, car il concernait les masques KN95.

15h15

Vaud a déjà versé près de 80 millions aux cas de rigueur

Souvent critiqué pour son manque de célérité dans le versement des aides Covid, le Conseil d'Etat vaudois tire le bilan des aides économiques octroyées depuis le début de la crise en mars 2020. Sur les 4678 demandes d'aide pour les cas de rigueur, près des trois quarts (72%) ont reçu une indemnité, pour un montant total de 79,3 millions de francs.

Depuis le 24 février, le canton a pris des mesures pour accélérer le versement des aides aux cas de rigueur. Une partie des dossiers a ainsi été indemnisée sur la base d'un système d'avance de liquidités, avec des acomptes à hauteur de 80%, explique le Département de l'économie. "Aujourd'hui, ce sont en moyenne plus de 3 millions d'aides qui sont versées chaque jour."

Plus de la moitié des demandes (56%) d'indemnisation pour cas de rigueur émanent de la restauration. Cela concerne 2610 établissements à ce jour, a calculé le canton. Des dossiers sont encore en cours de traitement à cause de justificatifs incomplets ou en raison d'une situation non réglée par le droit fédéral.

15h00

L'endettement des ménages suisses a augmenté avec la pandémie

La perte de revenus liée à la pandémie fait grimper l'endettement des ménages gagnant moins de 6000 francs par mois. Les services spécialisés de désendettement de Suisse constatent une augmentation des demandes de renseignements depuis un an.

Selon une enquête de la faîtière Dettes Conseils Suisse, menée depuis le début de la pandémie jusqu'au 1er mars, 70% des services spécialisés de conseil en dette indiquent que le nombre de demandes de renseignements a augmenté depuis un an. Et pour 27% d'entre eux, la hausse est même significative.

Pertes de revenus liées au chômage partiel, suppressions de postes et disparition de revenus d’appoint en sont responsables. Les services spécialisés s'attendent à une augmentation encore plus prononcée à l'avenir en raison du décalage entre le constat du besoin d’aide et le recours à celle-ci: les personnes concernées se présentent auprès d’un service spécialisé en moyenne cinq ans après s'être endettées.

>> Lire: Avec la pandémie de Covid-19, l'endettement des ménages suisses augmente

14h30

Nyon veut débloquer des aides à fonds perdu pour les PME

La municipalité de Nyon veut venir en aide aux entreprises qui passent entre les mailles du filet mis en place par les autorités fédérales et cantonales.

La ville est "très préoccupée" par la situation que traverse l'économie nyonnaise, explique-t-elle. Elle estimait, dans un premier temps, qu'il était essentiellement de la responsabilité de la Confédération et du canton de compenser les pertes issues des fermetures et de la baisse générale de l'activité.

Mais face à cette situation qui se prolonge, et au vu des aides qui tardent à être distribuées, la municipalité a réexaminé sa position. Elle estime maintenant "nécessaire" de débloquer des aides à fonds perdu en faveur des petites et moyennes entreprises.

Un crédit de 500'000 francs est ainsi soumis au Conseil communal. Il est destiné aux entreprises lourdement frappées par la crise du coronavirus, et pour lesquelles les aides déployées sont inaccessibles ou insuffisantes. L'objectif est de maintenir l'activité et l'emploi au sein des PME nyonnaises.

14h15

Le RHNe réintroduit les visites aux patients hospitalisés

Le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) réintroduit la possibilité de visiter - sous conditions - une personne proche hospitalisée. Les visites avaient été suspendues le 18 février, à la suite du développement de foyers de contamination au Covid-19 dans plusieurs services de l’institution.

"La situation est désormais normalisée", indique le RHNe. Le régime strict qui prévalait avant l'interruption est reconduit. Les visites, réservées aux patients hospitalisés non porteurs du Covid, sont possibles à partir du 4e jour d’hospitalisation pour les deux personnes de contact désignées par le patient. Elles sont possibles tous les trois jours pour une seule personne à la fois et une durée de 30 minutes.

Pour la maternité et la pédiatrie, les règles demeurent inchangées, avec des visites limitées aux seuls parents. "Pour les soins intensifs et l’unité de soins palliatifs de La Chrysalide, les visites sont organisées en concertations avec l’équipe médico-soignante", a précisé le RHNe.

13h35

2744 nouveaux cas en 72 heures

La Suisse compte lundi 2744 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 100 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 64'105 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,28%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'588. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 168,75 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,09.

Au total, 1'190'300 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 884'905 ont été administrées et 300'568 personnes ont déjà reçu deux doses.

Depuis le début de la pandémie, 565'034 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 5'262'865 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9347 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 23'812.

13h25

Une majorité de la population adhère aux mesures officielles

Une majorité de la population helvétique est d'accord avec les mesures officielles contre le coronavirus, selon un sondage mené par l'institut Marketagent.com Suisse auprès de 1004 personnes, âgées de 14 à 74 ans, en Suisse alémanique et en Suisse romande.

Plus de la moitié des sondés (55%) déclarent être très ou plutôt d'accord avec les mesures officielles prises pour lutter contre la pandémie. La proportion de ceux qui rejettent les mesures est nettement plus élevée en Suisse romande qu'en Suisse alémanique. Les hommes et les femmes n'ont pas d'avis très divergents sur ce sujet.

Une personne interrogée sur quatre (26%) est indécise et une sur cinq (19%) rejette les mesures dans leur ensemble. Selon l'enquête, l'opinion sur les mesures dépend de l'appartenance politique, du niveau d'éducation et du sexe. L'enquête a été réalisée du 4 au 15 février dernier.

12h30

Le chômage en très léger recul en février

Le taux de chômage a très légèrement reculé à 3,6% en février, après avoir atteint 3,7% en janvier, ce qui était du jamais vu depuis avril 2010. Il a suivi cette tendance en Suisse romande et au Tessin. Le Seco table sur une augmentation du chômage partiel.

Les secteurs de l'hôtellerie et du commerce de détail restent particulièrement touchés.

Bond de 42,5% sur un an

Sur un an, le chômage a touché 50'131 personnes de plus, ce qui correspond à un bond de 42,5%, selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) publiés lundi. En février 2020, avant l'éclatement de la crise liée au coronavirus, le taux de chômage suisse atteignait 2,5%. Les économistes interrogés par AWP prévoyaient qu'il s'établirait entre 3,6% et 3,9% en février.

Malgré la crise liée au coronavirus, la situation de l'emploi Suisse a été relativement épargnée. "Nous n'assistons ni à une vague de faillites ni à des licenciements de masse", a souligné Boris Zürcher, chef de la Direction du travail du Seco, lors d'une conférence téléphonique. En février, seules 18 entreprises comprenant 1058 postes ont signalé des licenciements collectifs. C'est bien inférieur aux mois précédents.

>> Les précisions du 12h30:

Le chômage a augmenté en Suisse à 3,7% en janvier, du jamais vu depuis 2010. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Légère baisse du taux de chômage en Suisse au mois de février / Le 12h30 / 1 min. / le 8 mars 2021

12h15

Fête illégale interrompue par la police à St-Gall

La police a mis fin à une fête illégale qui rassemblait une cinquantaine de personnes dans un pub samedi soir à St-Gall. Les agents ont relevé l'identité des fêtards dont certains ont tenté de s'échapper ou de se cacher.

La police a reçu samedi un appel téléphonique signalant du bruit provoqué par une fête. La police municipale st-galloise s'est rendue sur place vers 23h30 et a trouvé une cinquantaine de personnes dans un pub du centre-ville. L'identité des personnes présentes a été relevée, a indiqué lundi la police st-galloise.

L'enquête devra déterminer si le pub était effectivement ouvert ou s'il s'agissait d'un évènement privé. Dans les deux cas, il y a violation des mesures fédérales contre le Covid-19, a souligné la police.

12h00

Un Samedi des bibliothèques réinventé

Pour sa 10e édition, le Samedi des bibliothèques a dû se réinventer face à la crise du coronavirus. Les bibliothèques participantes, issues de cinq cantons (Fribourg, Jura, Neuchâtel, Valais et Vaud), ouvriront bien leurs portes samedi prochain, mais les activités proposées seront "à l'emporter".

Certaines distribueront des kits à fabriquer, par exemple pour des marque-pages. Des concours à distance seront également organisés. Il sera aussi possible d'emprunter des sacs surprises. L'objectif est de rester "ensemble et solidaire dans un contexte culturel bien mis à mal", indiquent lundi les organisateurs dans un communiqué.

Lors de sa précédente édition, en 2019, la manifestation avait attiré 9200 visiteurs dans une centaine de bibliothèques.

08h45

Les nuitées hôtelières s'effondrent en janvier

Le secteur de l'hôtellerie a poursuivi son chemin de croix en Suisse en début d'année. Dans l'ensemble du pays, les nuitées se sont inscrites à moins de 1,3 million en janvier, contre plus de 3 millions un an plus tôt, indique lundi l'Office fédéral de la statistique dans son dernier relevé mensuel.

Selon des résultats provisoires, la fréquentation des touristes étrangers s'est effondrée de plus de trois quarts (-79,5%) en rythme annuel, à seulement 0,3 million de nuitées, alors que les hôtes indigènes en ont généré un peu moins de 1 million (-37,4%).

07h00

Les vaccins, point faible de la stratégie suisse

En lançant vendredi une campagne de test de masse, le Conseil fédéral a rappelé sa stratégie basée sur trois piliers: tests, ouvertures et vaccination.

Seulement sur ce point, le pays prend du retard, car les livraisons de doses se font attendre. Sur 1'600'000 doses commandées pour le mois de mars, seules 1'190'000 doses ont été livrées, de quoi bouleverser les plans de vaccination dans les cantons.

>> Les précisions de Geneviève Dentan dans le 19h30 de samedi:

Covid: les plans de vaccination sont bouleversés dans les cantons car les livraisons de doses se font attendre [RTS]
Covid: les plans de vaccination sont bouleversés dans les cantons car les livraisons de doses se font attendre / 19h30 / 2 min. / le 6 mars 2021

06h45

Des fêtes clandestines dans les nuits romandes

Le monde de la nuit est à l'arrêt depuis un an. Ce secteur en Suisse emploie plus de 12'000 personnes et génère un chiffre d'affaires annuel de 3 milliards de francs.

Conséquences: tous les acteurs de la nuit, patrons de clubs, techniciens, étudiants sont aujourd'hui dans une grande précarité. Les aides arrivent au compte-goutte et à l'heure actuelle il n'y a toujours pas de perspective de réouverture.

Du coup, de plus en plus de fêtards s'impatientent et à défaut de pouvoir sortir, ils organisent eux-mêmes des soirées clandestines.

>> Voir le reportage du 19h30 samedi:

En Suisse romande, des soirées clandestines réunissent parfois des dizaines de personnes dans des lieux privés [RTS]
En Suisse romande, des soirées clandestines réunissent parfois des dizaines de personnes dans des lieux privés / 19h30 / 2 min. / le 6 mars 2021

06h30

Des milliers de manifestants à Coire contre les mesures sanitaires

Quelque 4000 personnes opposées aux mesures de lutte contre le coronavirus ont manifesté samedi à Coire. Tout s'est déroulé dans le calme.

Comme lors de précédentes marches similaires dans d'autres villes de Suisse, c'est l'association "Stiller Protest" (protestation silencieuse) qui avait appelé à manifester. La police avait fixé des conditions strictes, notamment le port du masque obligatoire et un accompagnement policier.

Le cortège a défilé de manière pacifique et silencieuse dans la vieille ville de Coire. De nombreux participants portaient des combinaisons blanches. "Nous n'avons pas besoin d'Etat policier" ou "Stopp Diktatur", pouvait-on lire sur les calicots brandis par les protestataires.

Certains portaient également des drapeaux suisses. Différents orateurs ont pris la parole au terme du défilé, critiquant principalement la politique du Conseil fédéral. Parmi eux, le député UDC au Parlement cantonal Ruedi Weber, qui a déjà fait parler de lui dans ce contexte, notamment sur internet.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus