Le suivi de la situation du 23 février. [Keystone]
Publié Modifié

Bientôt la fin d'une longue attente pour les musées suisses

- Sauf surprise, les musées et institutions culturelles devraient rouvrir le 1er mars en Suisse, au terme d'une longue attente pour les responsables. Le Conseil fédéral devrait l'annoncer mercredi, en même temps que d'autres assouplissements.

- Le nombre de décès de seniors, toutes causes confondues, a retrouvé des valeurs normales début février en Suisse, d’après les chiffres publiés mardi par l’Office fédéral de la statistique. Cela n’était plus arrivé depuis la mi-octobre.

- L'Office fédéral de la santé publique a dénombré mardi 1131 cas et 14 décès supplémentaires. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est de 0,92.

- Selon un sondage de GastroVaud, une large partie des cafetiers, restaurateurs et hôteliers vaudois ont désormais le moral à zéro. Près des deux tiers d'entre eux évoquent une mauvaise santé psychologique.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

20h30

La fin d'une longue attente pour les musées

Sauf surprise, les musées et institutions culturelles devraient rouvrir le 1er mars en Suisse, au terme d'une longue attente. Mais les responsables ne se sont pas contentés de faire la poussière sur leurs tableaux et leurs installations.

Pendant ces deux derniers mois, différentes expositions ont pris forme, ou tout simplement attendu leur tour. Une chose est sûre, malgré la fermeture, le temps a été utilisé à bon escient. Car les musées, "ce n'est pas uniquement des salles d'expositions, ce sont aussi des coulisses, les réserves, les ateliers de restauration, etc... Et cela a permis de travailler sur des dossiers de restauration de profondeur", explique Nicolas Ducimetière, vice-directeur de la Fondation Martin Bodmer à Cologny (GE).

>> Le reportage du 19h30:

La réouverture des musées le 1er mars figure parmi les premiers assouplissements prévus par le Conseil fédéral. [RTS]
La réouverture des musées le 1er mars figure parmi les premiers assouplissements prévus par le Conseil fédéral. / 19h30 / 2 min. / mardi à 19:30

20h00

Privés de public, les artistes doivent garder le niveau

Pour les musiciennes et le musiciens, la pandémie aura donné lieu à d'innombrables répétitions solitaires, auxquelles sont condamnés les artistes privés de public. Car malgré les annulations, il s'agit de se maintenir à niveau. Et tenter de garder le moral.

Car le jour où les salles de concert rouvriront, tous ces artistes devront être prêts. Cela nécessite de l’entretien, plusieurs heures par jour, de la même manière que dans le sport de haut niveau.

Certains espèrent renouer avec la scène ce printemps déjà tandis que d’autres, résignés, parlent de l’automne. Mais toutes et tous brûlent de retrouver un élément essentiel: la chaleur du public.

>> Les témoignages d'artistes dans le 19h30:

Privés de pratique sur scène, les musiciens se réjouissent de retrouver le public. [RTS]
Privés de pratique sur scène, les musiciens se réjouissent de retrouver le public. / 19h30 / 2 min. / mardi à 19:30

19h30

La mortalité commence à retrouver un niveau normal en Suisse

L'indice de mortalité vient de retrouver son niveau normal, a annoncé mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Mais la deuxième vague de la pandémie aura laissé dans son sillage de nombreuses familles endeuillées.

Certains foyers ont parfois payé un lourd tribut au virus, avec parfois plusieurs décès au sein d'une même famille. Des décès qui laissent des traces.

>> Le document spécial du 19h30:

Au-delà des chiffres, le deuil intime des familles frappées par le Covid-19. [RTS]
Au-delà des chiffres, le deuil intime des familles frappées par le Covid-19. / 19h30 / 2 min. / mardi à 19:30

19h00

Le lobby pharmaceutique s'accroche à ses droits sur les vaccins

Depuis les premiers couacs sur l'approvisionnement en vaccins, de nombreuses voix s'élèvent pour réclamer que l'on libère ceux-ci de leurs brevets, au nom d'une lutte plus efficace, mais surtout plus équitable, contre la pandémie.

Mais selon la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique (Ifpma), le fait de retirer, à titre exceptionnel, aux vaccins anti-Covid leurs monopoles de propriété intellectuelle ne permettrait ni d'accélérer leur production ni leur distribution.

"Supprimer les brevets maintenant ou imposer une suspension ne produirait pas une seule dose de plus", affirmé son président Thomas Cueni. "C'est avant tout une question de savoir-faire, de qualification", a-t-il dit, reprenant des arguments maintes fois répétés ces derniers mois.

Une centaine de pays se disent en faveur de cette exemption, mais les Etats-Unis, l'Union européenne et la Suisse, autant de pays où se trouvent les sièges de géants pharmaceutiques, y sont opposés.

>> Lire: Pour accélérer la production, faut-il lever le monopole de fabrication des vaccins?

Lundi, le patron de l'OMS a accusé certains pays riches de "saper" le dispositif de distribution de vaccins anti-Covid, Covax, destiné notamment aux pays défavorisés, en persistant à approcher directement les fabricants pour avoir accès à davantage de doses.

18h15

Suppression des quarantaines pour les personnes vaccinées?

Les personnes vaccinées contre le Covid-19 devraient bénéficier d'un allègement des mesures qui peuvent leur être imposées, estime la commission des institutions politiques du Conseil des Etats.

L'organe parlementaire a demandé mardi au Conseil fédéral de lever la quarantaine pour ce groupe de personnes dès qu'il sera prouvé que le vaccin empêche aussi la contagion.

Selon la commission, les quarantaines portent gravement atteinte aux droits fondamentaux des individus. C'est pourquoi la levée de telles mesures devrait également être appliquée pour d'autres cas où la non-contagiosité est prouvée, comme une guérison ou un test négatif.

Le Conseil fédéral est aussi appelé à créer des bases nécessaires pour garantir la mise en oeuvre d'une certification qui fera office de justificatif de vaccination. Ces demandes interviennent suite à l'audition de plusieurs experts issus du milieu académique et de divers organes fédéraux.

16h30

Personnes vulnérables vaccinées à Genève

A Genève, après les personnes âgées de 75 ans et plus, la campagne de vaccination contre le Covid-19 est désormais ouverte aux adultes particulièrement vulnérables et aux soignants ayant des contacts avec des patients à risque. Le canton a reçu, mardi, une livraison de 5000 doses de vaccin.

A ce jour, 28'414 personnes âgées de 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin à Genève. En outre, 11'626 personnes ont eu droit à une seconde injection, a indiqué mardi le Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé.

La livraison de 5000 doses supplémentaires de vaccin permet d'ouvrir la primo-vaccination aux personnes adultes particulièrement vulnérables. Pour pouvoir bénéficier de la priorité, ces gens fragiles devront être munis d'une attestation de leur médecin.

Le personnel de la santé en contact avec des personnes âgées ou d'autres patients à risque pourra aussi s'inscrire pour recevoir le vaccin. Le canton adapte chaque jour le nombre de places disponibles en tenant compte des besoins en premières et en secondes doses.

15h30

La mortalité des seniors de retour à la normale

Le nombre de décès de seniors, toutes causes confondues, a retrouvé des valeurs normales début février en Suisse, d’après les chiffres publiés mardi par l’Office fédéral de la statistique. Cela n’était plus arrivé depuis la mi-octobre.

Provoqué par la deuxième vague de Covid-19, un pic de surmortalité record a duré 15 semaines. Durant cette période, la Suisse a compté près de 8400 décès de plus qu’attendu chez les plus de 65 ans (+47%).

Quant aux 0-64 ans, moins durement frappés par l’épidémie, ils ont compté durant la même période environ 240 décès de plus que lors des années précédentes (+10%).

Cette courbe de la mortalité des seniors fait écho à celle des décès liés au Covid-19, qui baisse progressivement depuis le début de l’année.

>> Lire aussi: La mortalité a atteint en 2020 des niveaux inédits depuis 100 ans

13h35

Encore 1131 nouveaux cas et 14 décès supplémentaires

La Suisse compte mardi 1131 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 14 décès supplémentaires sont à déplorer et 43 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'255 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,86%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'021. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 162,19 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,92.

Au total, 866'425 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 675'556 ont été administrées et 173'407 personnes ont déjà reçu deux doses. Depuis le début de la pandémie, 551'355 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'939'727 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9240 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 23'267.

S'agissant des variants du coronavirus, 8366 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à présent, dont 3122 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 132 au variant sud-africain (B.1.351) et 6 au variant brésilien (P.1). Dans les cas restants, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Le pays dénombre par ailleurs 11'022 personnes en isolement et 18'588 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2899 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h25

Les ménages à faibles revenus ont perdu plus avec la crise

La crise actuelle frappe particulièrement les ménages qui ont un revenu mensuel de moins de 4000 francs. C'est ce que révèle un sondage du Centre de recherches conjoncturelles de l'EPFZ (KOF).

Ces ménages ont perdu en moyenne 20% de leur revenu mensuel avec la pandémie. Le recul n'est en revanche que de 8% pour les personnes vivant dans un ménage disposant d'un budget de plus de 16'000 francs.

Et cette réalité dépasse la dimension socio-économique. Le mal-être des ménages à faibles revenus se répercute sur d'autres dimensions aussi, comme la santé. Plus le budget est serré, plus on souffre des conséquences de la pandémie et moins on a confiance dans les politiques et les médias, selon ce sondage.

>> Les précisions du 12h30:

Certains ménages ont perdu 20% de leurs revenus avec la crise. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Les ménages disposant d’un revenu de moins de 4000 francs frappés par la crise de manière disproportionnée / Le 12h30 / 1 min. / mardi à 12:31

12h50

Un programme de coaching pour l'hébergement

Le Secrétariat d'Etat à l’économie et HotellerieSuisse lancent un programme de coaching pour le secteur de l'hébergement, durement touché par la pandémie de coronavirus. Le but est de renforcer durablement la résilience des petits et moyens établissements.

Pour les établissements, il est important d'utiliser la crise pour poser les jalons de leur évolution en réagissant rapidement à un contexte dynamique, note le SECO dans un communiqué. Le programme de coaching débutera dès avril prochain et s'adresse aux hôtels comptant entre 10 et 60 chambres. Il n'est pas nécessaire d'être membre d'HotellerieSuisse pour y prendre part.

Les entreprises apprendront à identifier les possibilités d'amélioration, à faire des choix stratégiques et à procéder à des adaptations judicieuses. Chaque établissement qui participe au programme pourra bénéficier d’un coaching de cinq jours au maximum. Le SECO y apporte son soutien financier via sa nouvelle politique régionale.

12h20

Le télétravail a dopé les ventes informatiques

Le chiffre d'affaires du secteur des appareils électroniques pour le grand public a crû l'an dernier de 8,5% à 5,5 milliards de francs, annonce mardi une étude de la société de sondage Gfk. Ce marché a ainsi dépassé son record de 5,3 milliards de francs atteint en 2010.

Le télétravail et la scolarisation à domicile ont notamment poussé la demande pour des ordinateurs et leurs périphériques. Par ailleurs, en raison des restrictions de voyage et des autres mesures sanitaires mises en place, davantage d'argent a été investi dans les loisirs et les équipements ménagers.

11h55

Caritas alerte sur les conséquences sociales de la crise

Les demandes de personnes en détresse sont constamment élevées auprès des consultations sociales de Caritas, s'inquiète l'organisation dans un communiqué. Les personnes touchées ont de moins en moins de perspectives alors que le taux de chômage approche un niveau record.

Caritas invite le monde politique à prolonger jusqu'à la fin de la pandémie l'indemnité de chômage partiel de 100 % pour les revenus les plus faibles.

Campagne nationale de l'EPER

L'EPER lance de son côté une campagne nationale de solidarité, "Garder ses distances tout en se serrant les coudes", pour inviter la population à lui apporter son soutien financier.

L'ONG rappelle qu'elle mène de nombreux projets de solidarité en Suisse, visant à rompre l'isolement social.

11h30

Une commission soutient le dépistage régulier de toute la population

La prise en charge par la Confédération des coûts d'un test toutes les deux semaines pour chaque habitant jusqu'à fin juin 2021 devrait être examinée, estime la commission de la santé publique du Conseil des Etats.

Elle recommande au Conseil fédéral de fixer des priorités sur plusieurs points, notamment en matière de tests et de vaccins.

Le gouvernement devrait également se pencher sur l'éventualité de créer une attestation électronique "Covid-free", estime la majorité de ses membres.

10h55

L’e-commerce alimentaire progresse, mais reste un "marché de niche"

Si toujours plus de ménages suisses se font livrer leurs courses à la maison, la vente en ligne de produits alimentaires reste toutefois faible en comparaison internationale. Avec 2% de part de marché, l'e-commerce alimentaire reste encore un "marché de niche" en Suisse, selon la directrice du supermarché en ligne Migros Online Katrin Tschannen, invitée mardi dans La Matinale.

>> En lire plus: Malgré la pandémie, l'e-commerce alimentaire reste un "marché de niche", selon la directrice de Migros Online

Même si ce chiffre a doublé avec la pandémie, la Suisse reste à la traîne par rapport à d'autres pays où la proportion atteint les 8%. En Corée du Sud, la vente en ligne de produits alimentaires se monte même à 20%.

Pour Katrin Tschannen, le "retard" de la Suisse dans ce domaine s'explique par plusieurs facteurs. "La densité des magasins est importante. Tout le monde, ou presque, a un commerce juste à côté de chez soi. Et avec les heures d'ouverture, il est possible de faire ses courses jusqu'à 22h."

L'autre aspect est financier. "Avec les salaires suisses, il n'est pas possible d'offrir la livraison avec des paniers d'achat très bas", explique Katrin Tschannen. Ce qui freine certaines personnes à commander en ligne.

>> L’interview complète de Katrin Tschannen dans La Matinale:

L'invitée de La Matinale - Katrin Tschannen, CEO de Migros Online (vidéo) [RTS]
L'invitée de La Matinale - Katrin Tschannen, CEO de Migros Online (vidéo) / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 11 min. / mardi à 07:33

10h25

Appel à la prudence des syndicats face à une situation "incertaine"

A la veille de nouvelles décisions attendues du Conseil fédéral sur un assouplissement des mesures contre la pandémie, plusieurs syndicats se sont élevés mardi contre un relâchement trop rapide.

"La situation sanitaire reste extrêmement incertaine et le spectre d’une troisième vague menace", mettent en garde le Syndicat des services publics (SSP), Unia, l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), les Associations professionnelles du domaine de la santé (fsas), labmed et Syna.

Ces syndicats dénoncent la "campagne médiatique" d'une large partie des associations patronales en vue de démanteler les mesures de protection sanitaire au plus vite. Ils demandent au Conseil fédéral de prendre ses décisions sur la base des connaissances scientifiques, en minimisant le coût humain de la pandémie.

09h50

Tourner un film en pleine pandémie, un défi sanitaire et financier

Alors que les cinémas sont toujours fermés, certains cinéastes ont relancé la production. Mais les conditions de travail sont très particulières, en pleine pandémie, et le risque financier est réel.

C'est le cas pour la réalisatrice Ursula Meier, qui tourne actuellement un nouveau film, "La Ligne", au Bouveret (VS). Tourner en pleine deuxième vague de coronavirus est un pari audacieux. Il faut à tout prix éviter le scénario du pire, l'arrêt du tournage, parce que les assurances ne rembourseraient rien du tout.

Les mesures sanitaires sont donc très strictes et elles ont un coût, estimé entre 3% et 10% du budget total. Il s'agit notamment d'acheter du matériel de protection comme des masques, mais aussi de louer des espaces plus grands pour assurer la distanciation.

>> Le reportage de Ici la Suisse dans La Matinale:

Tournage d’une scène du film d'Ursula Meier au Bouveret (VS). [Nicolas Zen-Ruffinen  - DR]Nicolas Zen-Ruffinen - DR
Ici la Suisse - Tourner un film en plein Covid / La Matinale / 5 min. / mardi à 06:47

09h40

Cas de rigueur: Neuchâtel augmente l'enveloppe à 80 millions

Le canton de Neuchâtel a décidé d'adapter une deuxième fois le crédit d'engagement destiné aux cas de rigueur, liés à la pandémie de Covid-19. Le Conseil d'Etat a annoncé qu'il allait augmenter l'enveloppe de 55,5 millions de francs à 80 millions. La contribution minimale probable de la Confédération s'élève à 56 millions.

"En regard de l’évolution de la situation, le Conseil d’État a décidé de confirmer la poursuite des instruments annoncés jusqu’au 30 juin", a-t-il indiqué dans un communiqué. Une fois les décisions des Chambres fédérales et l’ordonnance d’application connues, le gouvernement "évaluera une éventuelle adaptation du dispositif neuchâtelois en saisissant, au besoin, le Grand Conseil", a-t-il précisé.

L'aide pour les cas de rigueur s'adresse aux entreprises ayant subi des fermetures imposées durant plus de 40 jours depuis le 1er novembre et celles ayant subi une perte de chiffre d'affaires supérieure à 40%. Les entreprises éligibles bénéficieront d'un soutien équivalent à 24% de leur chiffre d'affaires mensuel moyen par mois de fermeture jusqu'à concurrence de 40'000 francs par mois.

Les entreprises qui n'ont pas été obligées de fermer, mais qui ont subi une baisse de plus de 40% du chiffre d'affaires en raison de la pandémie, peuvent prétendre à une aide, selon certaines conditions.

09h05

La BCGE a pâti des effets du Covid

La Banque cantonale de Genève (BCGE) a pâti l'année dernière de l'impact conjoncturel de la pandémie de Covid-19 mais également d'éléments non-récurrents. Les recettes ont plongé de près de 13%, à 366,7 millions de francs, mais le bénéfice net affiche néanmoins une progression. Le dividende proposé est stable.

Le produit d'exploitation a reculé notamment en raison des opérations d'intérêts, dont le résultat net s'est contracté de 6,7% à 215,6 millions de francs, selon les indications fournies mardi par la BCGE.

Les provisions pour risque de défaut de crédit ont fortement progressé à 29,3 millions de francs, contre quelque 8 millions au titre de 2019. Sans cet effet, une hausse de 2,4% est constatée pour le résultat brut.

08h45

La détresse des membres de GastroVaud en chiffres

GastroVaud, la faîtière vaudoise des cafetiers, restaurateurs et hôteliers, a sondé ses membres suite aux annonces du Conseil fédéral de la semaine dernière. Et les résultats montrent une branche largement désespérée.

Ainsi, 33% des restaurateurs se plieront le cas échéant à la décision d’une réouverture à l’horizon mai 2021. Mais les deux autres tiers appellent à une manifestation à Berne ou à des ouvertures concertées et illégales en signe de protestation.

Par ailleurs, 29% des professionnels de la branche estiment leur santé psychologique très mauvaise, 30% la jugent mauvaise et 28% l'estiment moyenne.

Plus du 60% des cafetiers restaurateurs pensent également licencier du personnel dans les mois à venir.

>> Les précisions de La Matinale:

Près d'un tiers des tenanciers vaudois estiment leur santé psychologique très mauvaise. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
La détresse des membres de GastroVaud en chiffres / La Matinale / 1 min. / mardi à 06:00

08h20

Pour Suisse Tourisme, l'ouverture des pistes de ski était justifiée

L'ouverture des pistes de ski en Suisse malgré la pandémie de Covid-19 et les critiques de l'étranger s'est avérée juste, estime le directeur de Suisse Tourisme, Martin Nydegger. Les concepts de protections ont fonctionné, assure-t-il dans la presse.

Aucune explosion de cas de coronavirus n'a été enregistrée, déclare Martin Nydegger dans un entretien diffusé par le groupe de presse CH Media. Et les craintes que la Suisse ne subisse un dégât d'image n'étaient pas fondées, ajoute-t-il.

Le dirigeant de la faîtière constate en outre que, là où des foyers de la maladie sont apparus, la réponse a été très bonne et rapide. Le fait que l'on puisse prendre des vacances d'hiver en Suisse en toute sécurité donne du courage et de la confiance à la population, avance le responsable.

Martin Nydegger appelle à ouvrir à la clientèle les terrasses. "Nous souhaitons que les cafés, les hôtels et les restaurants de toute la Suisse puissent rouvrir au moins leurs espaces extérieurs à partir du 1er mars".

07h55

L'antisémitisme se nourrit-il de la crise sanitaire?

La Fédération suisse des communautés israélites a publié mardi, en collaboration avec la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme, ses chiffres 2020 des incidents antisémites en Suisse alémanique.

Selon ce rapport, ils se maintiennent à un niveau élevé (485 incidents répertoriés) sur internet et les réseaux sociaux. Et c'est le regain des théories du complot antisémites, étroitement liées à la pandémie, qui inquiète le plus.

>> Plus de détails dans La Matinale:

En Suisse alémanique, la pandémie a déclenché des réactions antisémites. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Conspirationnisme antisémite en hausse avec la pandémie / La Matinale / 2 min. / mardi à 06:00

La situation en Suisse romande est évaluée, elle, par la Coordination Intercommunautaire Contre l'Antisémitisme et la Diffamation (CICAD).

>> Lire aussi: Le conspirationnisme antisémite est en hausse avec la pandémie

07h45

Confinement ou semi-confinement sont propices à l’épargne

En France, 200 milliards d'euros auraient été économisés depuis le début de la pandémie. Cette manne financière est au cœur de la reprise, mais les ménages rechignent parfois à dépenser. Certains élus français appellent donc ces derniers jours à augmenter la fiscalité pour en récupérer une partie.

Et cette tendance à thésauriser se vérifie en Suisse également. Durant le premier semi-confinement, et malgré des pertes de revenus, les ménages ont économisé 8 milliards de francs, soit environ 2000 francs par ménage selon les chiffres de Credit Suisse. C'est deux fois plus qu’en temps normal.

Ces sommes considérables ont été largement réinjectées dans l’économie lors de la réouverture des commerces à l'aube de l'été 2020. Mais il n'est pas sûr que le phénomène se répète au sortir de la deuxième vague.

>> Les précisions de La Matinale:

Durant le premier semi-confinement, les ménages suisses ont économisé 8 milliards de francs. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Confinement ou semi-confinement sont propices à l’épargne / La Matinale / 1 min. / mardi à 06:00

>> Lire aussi: Pas de boom de la consommation en vue après la seconde vague

07h30

Les aides aux entreprises tardent à arriver en Suisse romande

Sur le plan économique, la situation est difficile pour les indépendants qui déplorent souvent la lenteur des aides financières. Le versement des aides pour les cas de rigueur monte en puissance, mais de manière plus ou moins rapide selon les cantons.

Avec l'assouplissement des conditions décidé par le Conseil fédéral le 13 janvier, les entreprises ont été très nombreuses à solliciter une aide financière afin de couvrir leurs coûts fixes et ainsi d'assurer leur survie. Mais à l'heure actuelle, en Suisse romande, seules 49% des demandes effectuées ont été validées. La moitié des entreprises romandes ayant formulé une demande n'ont encore rien reçu, et de fortes disparités sont constatées.

>> L'enquête complète diffusée dans le 19h30:

Les aides de l'Etat pour les cas de rigueur montent en puissance, mais des disparités subsistent. [RTS]
Les aides de l'Etat pour les cas de rigueur montent en puissance, mais des disparités subsistent. / 19h30 / 2 min. / le 22 février 2021

>> Lire aussi: L'aide aux cas de rigueur se fait attendre pour la moitié des demandeurs romands

07h15

La perspective d'un "passeport vaccinal" pourrait se dessiner

Les milieux de la restauration, du commerce, des transports ou de l'événementiel en Suisse pourraient bien être autorisés à appliquer le principe de certificat vaccinal obligatoire. Le président de la Confédération Guy Parmelin a ouvertement, pour la première fois, envisagé cette possibilité dimanche. Et désormais, l'administration fédérale dit étudier la question.

Les questions juridiques que poseraient un tel passeport sont étudiées par un groupe de travail au sein de l’administration. Et les juristes sont déjà sûrs d’une chose. Un salon de coiffure, un théâtre ou même dans certains cantons un restaurant, pourraient, déjà aujourd’hui, réserver ses services aux personnes vaccinées.

La situation est toutefois différente pour les prestations publiques. Par exemple, pour libérer les personnes vaccinées de l’obligation de porter un masque dans les transports, une nouvelle base légale serait nécessaire, selon l’Office fédéral de la justice. Mais déjà, des parlementaires veulent aller plus loin, en libérant les personnes vaccinées de certaines obligations.

>> Les précisions du 19h30:

Un certificat vaccinal obligatoire est envisagé au plus haut sommet de l'État . [RTS]
Un certificat vaccinal obligatoire est envisagé au plus haut sommet de l'État . / 19h30 / 2 min. / le 22 février 2021

07h00

Les cantons romands désunis sur les réouvertures

Une majorité de ministres cantonaux de la santé appellent à une réouverture des terrasses de restaurants le 1er mars, un mois plus tôt que le propose le Conseil fédéral.

Dans un rapport de 17 pages argumentées, pondérées, les cantons rendent une conclusion principale, prise à une très courte majorité : il faut permettre la réouverture des terrasses dès le 1er mars.

Aujourd'hui, rien qu’en Suisse romande, trois fronts et trois dates se détachent. Pour Neuchâtel et le Jura, la prudence est de mise, et la date du 1er avril est soutenue. Le Valais, lui, veut aller vite, et défend le 1er mars. Enfin, Vaud, Fribourg et Genève parlent déjà d’une réouverture des restaurants, et non seulement des terrasses, dès le 15 ou le 22 mars.

>> Le reportage du 19h30:

Une courte majorité des cantons en faveur d'une réouverture des terrasses le premier mars. [RTS]
Une courte majorité des cantons en faveur d'une réouverture des terrasses le premier mars. / 19h30 / 2 min. / le 22 février 2021

06h45

Les cantons en faveur d'une sortie de crise par étapes

Les cantons soutiennent la stratégie du Conseil fédéral consistant à sortir par étapes des restrictions imposées pour lutter contre la pandémie du coronavirus. Près de la moitié d'entre eux souhaitent toutefois des intervalles plus courts entre les étapes, en fonction de la situation épidémiologique.

La Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) s'exprimait lundi, alors que le gouvernement devrait donner des précisions mercredi sur le scénario envisagé.

La plupart des cantons souhaitent une approche coordonnée au niveau national, sans différenciation cantonale. L'objectif principal est de maintenir au plus bas les cas d'infection, au niveau national et sur la durée, écrit la CDS. Ceci doit permettre d'éviter de nouvelles restrictions. La propagation des variants du coronavirus peut toutefois changer la situation dans les cantons en très peu de temps, précise encore le communiqué.

Quatorze cantons soutiennent totalement la stratégie du Conseil fédéral ou n'émettent que des réserves sur certains points isolés. Onze cantons ainsi que la Conférence des directeurs cantonaux de l'économie publique (CDEP) sont partiellement d'accord. Un seul canton refuse la stratégie du gouvernement.

>> Plus d'informations sur la posture des cantons dans Forum:

Les cantons sont dispersés face aux demandes du Conseil fédéral [RTS]
Les cantons sont dispersés face aux demandes du Conseil fédéral / Forum (vidéo) / 3 min. / le 22 février 2021

06h30

Un quart des Vaudoises et Vaudois sont désormais immunisés

Le canton de Vaud a dévoilé les résultats préliminaires du troisième volet de l’étude SérocoViD, menée par Unisanté dans le cadre du programme national de recherche Corona Immunitas.

Ils révèlent que 25% des Vaudoises et Vaudois (avec une incertitude de +/- 3%) ont actuellement des anticorps contre le coronavirus, quel que soit leur âge. Cela signifie qu'ils sont désormais immunisés, par le biais d'une infection ou d'une vaccination. Début juin 2020, seuls 7% de la population vaudoise était déjà immunisée. Cette proportion avait augmenté à 17% en novembre.

La protection a augmenté dans tous les groupes d’âge, y compris chez les aînés: un cinquième des personnes âgées de 65 à 75 ans et presque un tiers des personnes de plus de 75 ans (hors EMS) sont aujourd'hui immunisées, en partie grâce à la vaccination.

Les adultes entre 20 et 40 ans en première ligne

Cette nouvelle partie de l'étude montre que le virus circule toujours le plus parmi les adultes de 20 à 40 ans (27%). Mais cette proportion n’est plus que légèrement supérieur à celle des adolescents (25%). Elle reste plus élevée que celui des personnes de plus 65 ans (18%), les différences s’étant nettement atténuées par rapport à la première vague.

>> Les explications de Valérie D'Acremont dans Forum:

Vers des tests systématiques aux frontières? Interview de Valérie D’Acremont [RTS]RTS
Un quart de la population vaudoise immunisée au Covid-19: interview de Valérie D'Acremont / Forum / 4 min. / le 22 février 2021

06h15

Retour sur la journée de lundi

La Suisse compte lundi 2449 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Vingt-six décès supplémentaires sont à déplorer et 84 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 58'545 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,18%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'641. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 169,36 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,91.

Au total, 847'900 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 613'346 ont été administrées et 137'734 personnes ont déjà reçu deux doses. Depuis le début de la pandémie, 550'224 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'916'472 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9226 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 23'224.

>> Lire aussi: Moins de 2500 cas supplémentaires sur trois jours en Suisse

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus