Modifié

Seules 50% des gares sont accessibles aux personnes en situation de handicap

La moitié des gares ne sont pas accessibles pour les personnes en situation de handicap. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Plus de la moitié des gares pas accessibles pour les personnes en situation de handicap / La Matinale / 1 min. / le 5 février 2021
En Suisse, environ la moitié des gares ferroviaires répondent aujourd'hui aux normes d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Or, selon la loi, il reste moins de trois ans aux entreprises de transport ferroviaire pour se mettre aux normes.

La loi est claire, il doit être possible d'ici fin 2023 d'accéder sans obstacles aux gares et aux quais pour les personnes en situation de handicap. Mais les chiffres transmis hier par l'Office Fédéral des Transports (OFT) montrent une autre réalité: à la fin 2019, sur 1800 gares et arrêts, un peu plus de 900 n'étaient toujours pas conformes à la loi sur l'égalité pour les personnes handicapées.

L'OFT explique toutefois que 54 gares ont été mise à niveau en 2020. Comme ces travaux ont visé en priorité les lieux fortement visités, l'office note que "66% de l’ensemble des voyageurs bénéficient désormais de ces aménagements".

Travaux annoncés.. mais avec du retard

Pour se mettre aux normes, des travaux ont été réalisés ou sont en cours. Mais des retards sont aussi annoncés, notamment dans des grandes gares comme celles de Berne, Morges, Neuchâtel ou Zurich. Celles-ci ne pourront pas être adaptées à temps, car leurs projets d'extension vont au-delà de cette mise en conformité.

D'un autre côté, pour les toutes petites gares et arrêts, les transformations peuvent s'avérer disproportionnées, le nombre de passagers étant très faible par rapport aux coûts des travaux. Cela représente 130 gares et arrêts dans le pays, rappelle l'OFT. Dans ce cas, des mesures de compensation, comme une assistance, doivent être proposées au plus tard à la fin 2023.

A cette date, 1250 des 1800 gares du pays pourront être utilisées de manière autonome par les personnes à mobilité réduite. Ainsi, 71% des gares suisses devraient être alors accessibles aux personnes en situation de handicap.

Agathe Birden/aes

Publié Modifié

Un nombre de voyageurs en augmentation

Dans son rapport, l'OFT explique qu'il est prévu de construire sept nouvelles gares d’ici 2023 et d’en fermer 36, moins fréquentées ou desservies par une offre de transport public parallèle (comme les bus).

L'office rappelle les chiffres de 2018, qui font état de 4,9 millions de personnes qui débarquent et embarquent quotidiennement. Selon les prévisions des gestionnaires d'infrastructure, ce nombre atteindra 5,7 millions en 2023.

>> Lire aussi: Les Suisses sont les champions européens du déplacement en train

La suspension des projets immobiliers des CFF critiquée

La suspension des projets immobiliers des CFF aura des "conséquences  fâcheuses" à moyen et long terme. La commission des transports du Conseil des Etats demande à la Confédération, propriétaire de l'entreprise, de revenir sur sa décision.

Les CFF avaient en effet décidé fin janvier de suspendre une trentaine de projets immobiliers. Sont notamment concernés des projets à Renens-Prilly (VD), à Renens (VD) et à Berne.

Le directeur général des CFF a défendu sa position devant la commission, indiquent vendredi les services du Parlement. Selon lui, la suspension était nécessaire pour éviter de dépasser le plafond d’endettement exigé par le propriétaire.

Mais la commission a malgré tout décidé, à l'unanimité, d'inviter les Départements fédéraux des transports et des finances à revoir cette décision et à présenter un calendrier pour la reprise des projets suspendus.

ats