Modifié

Un si long chemin jusqu'au suffrage féminin en Suisse

Droit de vote des femmes: la campagne de l'Association pour le suffrage féminin [RTS]
Droit de vote des femmes: la campagne de l'Association pour le suffrage féminin [RTS]
Le 7 février, cela fera seulement cinquante ans que les Suissesses ont obtenu le droit de vote. Ce sujet suscite souvent l'étonnement. La deuxième démocratie la plus ancienne du monde a été l'un des derniers pays à accorder aux femmes tous leurs droits civiques.

Paradoxalement, la démocratisation précoce de 1848 a été la principale raison de l'introduction tardive du suffrage féminin, selon la littérature pertinente. Alors que c'est le Parlement qui a introduit ce droit dans d'autres pays, cela n'a pu se faire qu'en modifiant la Constitution en Suisse. Il a donc fallu un vote populaire. Et le souverain masculin s'est accroché à ses privilèges.

"La construction de la masculinité républicaine - et avec elle l'exclusion des femmes de la politique" était particulièrement prononcée en Suisse car l'idéologie était étroitement liée aux mythes fondateurs masculins de la Confédération, explique Werner Seitz dans son livre "Auf die Wartebank geschoben" ("Mises sur liste d'attente" - 2020).

Dans le cadre d'une révision totale de la Constitution, l'introduction du suffrage féminin se serait déroulée relativement bien, sans faire de remous. Mais la première révision totale est arrivée trop tôt, en 1874, et la seconde n'a eu lieu qu'en 1999.

Selon Werner Seitz, la participation des femmes à la vie publique s'est également avérée contre-productive. Dans la première moitié du XIXe siècle, des associations féminines ont été fondées, pour s'occuper des pauvres, de l'éducation des filles et des soins infirmiers.

Ces femmes, pour la plupart bourgeoises, ont poursuivi une stratégie dite dualiste: le rôle de servante en tant qu'épouse, femme au foyer et mère a été étendu à la sphère publique. Un rôle ainsi utilisé par la suite pour décrire l'immaturité politique des femmes.

Des bons côtés aussi

Selon Werner Seitz, le travail bénévole dans le secteur social a également eu ses bons côtés. Les femmes ont pu se familiariser avec les procédures administratives et le processus législatif. Elles ont ainsi pu acquérir des compétences politiques.

Cela a porté ses fruits: lors des premières élections qui ont suivi l'adoption du suffrage féminin, des femmes qualifiées se sont présentées. Dix ont été élues, soit 5% du Conseil national. Et la proportion n'a cessé de croître - du moins à la Chambre du peuple. Depuis les dernières élections de 2019, la proportion de femmes y est de 42%.

Au Conseil des Etats, dans les gouvernements cantonaux et au Conseil fédéral, tout a pris un peu plus de temps. Treize ans après l'introduction du suffrage féminin, Elisabeth Kopp a été la première conseillère fédérale élue.

"Le soleil s'est levé à l'ouest"

Lorsqu'il a été introduit au niveau fédéral, le droit de vote des femmes a rencontré une majorité étonnamment confortable: le 7 février 1971, 621'109 hommes suisses ont dit oui au suffrage féminin, soit une part de 65,7%, avec un taux de participation de 57,7%. À cette époque, les femmes disposaient déjà du droit de vote cantonal et communal dans neuf cantons.

"Le soleil du suffrage féminin suisse s'est levé à l'ouest", écrit Lotti Ruckstuhl dans son livre "Frauen sprengen Fesseln" ("Les femmes brisent leurs chaînes" - 1986), en référence aux cantons de Suisse occidentale qui ont joué un rôle de pionnier.

Vaud a été le premier canton à introduire le suffrage féminin cantonal en 1959, suivi de Neuchâtel la même année et de Genève en 1960. Ces trois cantons (ainsi que Bâle-Ville) ont également enregistré les pourcentages de "oui" les plus élevés en 1971, de 82 à 91,1%.

Retard à l'est

Lors du premier vote fédéral sur le suffrage féminin en 1959, alors que la moyenne suisse était de 33,1%, seuls 4,9% des hommes d'Appenzell Rhodes-Intérieures étaient favorables. En 1971, 28,9% y ont dit "oui", soit moins de la moitié de la moyenne suisse.

Après l'introduction du droit de vote et d'éligibilité des femmes dans le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures en 1989, le peuple d'Appenzell Rhodes-Intérieures l'a rejeté pour la troisième fois en 1990.

C'est le Tribunal fédéral qui accordera aux femmes d'Appenzell Rhodes-Intérieures les droits qui leur revenaient au niveau cantonal par le biais d'une procédure judiciaire. Le 28 avril 1991, les femmes ont été autorisées pour la première fois à participer à la Landsgemeinde du canton.

ats/ebz

Publié Modifié