Publié

L'appel du grand air fait craindre aux spécialistes un nombre élevé d'accidents en montagne

7 personnes décédées en montagne emportées par des avalanches, c'est le bilan de ces derniers jours. [Alessandro Crinari - Keystone]
Sept morts sous des avalanches en Suisse ces derniers jours, les professionnels s'inquiètent / Le 12h30 / 2 min. / le 19 janvier 2021
Ces derniers jours, en Suisse, sept personnes ont perdu la vie dans des avalanches. Ce bilan est particulièrement lourd et il inquiète les spécialistes pour la suite de la saison hivernale.

Le lourd bilan du week-end dernier porte à 85 le nombre d'accidents, mortels ou non, recensés dans les Alpes depuis le début de l'hiver. Ce chiffre est nettement supérieur aux années précédentes, selon l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF).

Interrogé par la RTS mardi, le directeur du bureau spécialisé Meteorisk et nivologue Robert Bolognesi s'attend à un "hiver noir" concernant les accidents: "La fragilité du manteau neigeux dans les versants nord à haute altitude va se maintenir assez longtemps. (…) Malheureusement, l'appel sera fort pour faire du ski en dehors des pistes."

De son côté, le directeur de l'antenne valaisanne du SLF Pierre Huguenin évoque un "cocktail explosif", dont la pandémie est l'un des ingrédients. "Les gens ont envie de skier pendant que les stations sont encore ouvertes, car il y a de l'incertitude sur les mesures qui pourraient être décrétées plus tard dans la saison."

Parmi les autres éléments, Pierre Huguenin cite la neige ancienne en sous-couche et les très belles conditions climatiques, après des chutes de neige. Il s'agit exactement du scénario du week-end dernier: neige, météo radieuse et des stations très prisées, qui rendent le hors-piste encore plus attrayant.

>> Lire aussi: Le ski de randonnée en plein boom, les professionnels inquiets

Insister sur la prévention

Que faire pour limiter les victimes face à ce constat? Exercice délicat, selon les spécialistes. Il n'est pas possible de certifier aujourd'hui s'il y a plus de novices cette saison qui fréquentent les terrains non balisés. Il faut donc beaucoup miser sur la prévention. Même si les touristes étrangers sont difficiles à capter, tout comme les jeunes.

"En tant que Club Alpin Suisse, nous savons que nous n'avons pas une grande influence sur les jeunes", observe le chef du secteur sécurité et formation au Club Alpin Suisse Bruno Hasler. "Nous n'arrivons pas bien à les atteindre pour leur donner des conseils. Mais nous essayons de faire de l'information via notre site internet et les réseaux sociaux."

Parmi les accidentés du week-end, justement, au Rochers-de-Naye (VD), un groupe de skieurs entre 19 et 21 ans évoluant hors piste et sans aucun matériel de sauvetage.

>> Lire également: Huit skieurs ont perdu la vie ces trois derniers jours en Suisse

Reste que les spécialistes refusent de stigmatiser la jeune génération. Elle ne serait pas plus téméraire, selon les statistiques des accidents.

Julie Rausis/vajo

Publié