Modifié

Plus de 40% des Suisses veulent se faire vacciner dès que possible, selon un sondage SSR

Selon un sondage, la population suisse est majoritairement opposée à la fermeture des magasins pour lutter contre le coronavirus [RTS]
Selon un sondage, la population suisse est majoritairement opposée à la fermeture des magasins pour lutter contre le coronavirus / 19h30 / 1 min. / le 15 janvier 2021
Un total de 41% des Suisses souhaitent se faire vacciner immédiatement alors qu'un tiers reste indécis, selon un nouveau sondage SSR publié vendredi. En outre, une majorité soutient l'ouverture des stations de ski. Dans le même temps, le moral au sein de la population ne cesse de se dégrader.

La réticence envers la vaccination semble diminuer. C'est ce qui ressort du sixième sondage sur la pandémie réalisé par Sotomo pour le compte de la SSR (lire méthode en encadré).

Mené entre le 8 et le 11 janvier, soit avant l'annonce du renforcement des mesures par le Conseil fédéral, l'enquête montre que 1% des sondés s'est déjà fait vacciner, alors que 41% souhaitent le faire immédiatement.

Une tendance largement à la hausse par rapport au mois d'octobre, où seules 16% des personnes se disaient en faveur d'une injection.

Sans surprise, le vaccin contre le Covid-19 remporte le plus grand succès auprès des retraités, avec deux tiers d'entre eux lui accordant leur confiance. Un taux qui s'élève à moins de 40% chez les personnes âgées de 15 à 64 ans.

La part d'indécis reste toutefois importante - elle s'élève à 34% - alors que les opposants au vaccin représentent près d'un quart des sondés. Les réticences sont un peu plus marquées en Suisse alémanique (26%) qu'en Suisse romande (21%).

Au niveau politique, seuls les partisans de l'UDC se disent majoritairement opposés aux injections. Tous les partis sont marqués par une large portion d'indécis. C'est notamment le cas chez le PLR (37,5%) et au Centre, anciennement le PDC (36%).

Soutien à l'ouverture des stations de ski

A l'heure où la question des domaines skiables fait couler beaucoup d'encre, le sondage montre un large soutien (46%) à leur ouverture. La situation apparaît toutefois plus nuancée entre les régions: alors que les Alémaniques sont largement favorables (49%) au fonctionnement des remontées mécaniques, les Romands semblent plus partagés (39%). Quant à la Suisse italienne, elle se montre la plus réticente.

Cette question divise également le monde politique. Sans surprise, une grande partie du camp bourgeois - UDC en tête - plaide pour une ouverture, tandis que la plupart des sympathisants du PS et des Verts s'y opposent.

Le moral des Suisses se dégrade

Le sondage montre aussi un ras-le-bol qui ne cesse d'augmenter au sein de la population. Alors que 51% des sondés décrivaient déjà leur moral comme "mauvais" ou "très mauvais" au mois d'octobre, ils sont désormais 54% à indiquer un tel sentiment.

Un constat observé sur l'ensemble du territoire suisse, indépendamment des régions linguistiques. La part d'indécis reste également très grande, avec un taux qui s'élève à plus de 40%.

Parmi les principales préoccupations, les mesures restreignant la liberté de mouvement restent en tête. Elles représentent la plus grande inquiétude pour 61% des personnes questionnées, soit une hausse de 6 points de pourcentage par rapport au mois d'octobre. La peur de l'isolement social se renforce lui aussi et affiche un taux de 51%.

L'enquête souligne par ailleurs que, pour la première fois depuis mars 2020, la situation dans les hôpitaux préoccupe davantage la population que l'état de l'économie. Près de la moitié des Suisses estime "mauvaises" ou "très mauvaises" les conditions dans les établissements médicaux alors que l'économie préoccupe 40% des sondés.

Le télétravail convainc, la fermeture des magasins moins

Le sondage a été mené avant l'annonce des nouvelles mesures par le Conseil fédéral. L'institut Sotomo les a toutefois incluses et en tire les conclusions suivantes: le télétravail obligatoire convainc trois quarts des personnes interrogées alors que les réunions privées limitées à cinq personnes en satisfont 64%.

En revanche, la fermeture des magasins non essentiels est remise en question par une majorité de 56%.

La confiance envers le Conseil fédéral s'effrite

Depuis l'automne, la confiance envers le Conseil fédéral ne cesse de s'effriter. De 40% en avril, elle a baissé à 37% en automne pour atteindre 33% au début janvier.

Cette tendance s'observe sur l'ensemble de l'échiquier politique. La plus grande perte de confiance s'affiche chez les partisans de l'UDC qui ne sont plus que 17% à accorder de la crédibilité au gouvernement.

Dans les autres camps cependant, le soutien envers le Conseil fédéral reste majoritaire, malgré une hausse du taux d'indécis.

Mathieu Henderson et Victorien Kissling

Publié Modifié

Méthode

L'enquête a été réalisée du 8 au 11 janvier 2021 par le centre de recherche Sotomo pour le compte de la SSR. Un total de 43’797 questionnaires ont été évalués à cette fin. La plage d'erreur est de +/- 1,1 point de pourcentage.