Banner 7 janvier. [Photomontage - Keystone]
Publié Modifié

Le Valais autorise dès lundi la vaccination anti-Covid chez son médecin, une première

- Le Valais deviendra lundi le premier canton à autoriser la vaccination directement dans les cabinets des médecins, ce dont se réjouissent les généralistes, qui estiment qu'ils sont les plus à même de sélectionner, parmi leurs patients, ceux qui ont le plus besoin de protection.

- Les pharmaciens seront désormais partenaires de l’Office fédéral de la santé publique pour la vaccination courant 2021, a annoncé Martine Ruggli Ducrot, nouvelle présidente de pharmaSuisse. Plus de 2000 pharmaciens de Suisse sont formés et prêts pour la vaccination.

- La moitié des 12'000 recrues s'apprêtant à entrer en service le 18 janvier suivra une partie de son instruction militaire à domicile, par le biais d'une application. C’est ce qu’a décidé l’armée pour diminuer les risques d’infection du Covid-19 au sein des troupes.

- La Suisse a fait état vendredi de 3220 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Un total de 75 décès supplémentaires sont à déplorer et 166 malades ont été hospitalisés.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h20

L'économie suisse a bien résisté, estime le SECO

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a donné vendredi sa vision de l'évolution de la conjoncture en Suisse, plus réjouissante que prévu. La pandémie et le confinement ont bel et bien fait augmenter le taux de chômage, mais moins qu'attendu. Durant l'année 2020, il a progressé pour atteindre 3,5% en décembre. En moyenne annuelle, cela signifie 3,1% de chômage, un résultat "finalement pas si mal" si l'on pense au choc économique majeur qu'a connu la Suisse en 2020, estime le SECO.

"Les pires craintes qui ont été exprimées en mars ou en avril ne se sont pas réalisées. Contrairement à ce qu'on craignait, il n'y a pas eu de vague de licenciements", a constaté le chef de la Direction du travail du SECO Boris Zürcher dans le 19h30.

Si le chômage n’a pas explosé, c’est grâce au recours massif au chômage partiel: au sommet de la crise en avril, jusqu'à 1,3 million de personnes ont touché des allocations, pour un coût total de 10,8 milliards de francs.

Pour 2021, le SECO prévoit un taux de chômage à 3,3%, à moins que de nouvelles mesures anti-Covid ne viennent troubler ces pronostics plutôt optimistes.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Le SECO donne une vision plus optimiste du marché de l'emploi que les syndicats [RTS]
Le SECO donne une vision plus optimiste du marché de l'emploi que les syndicats / 19h30 / 1 min. / le 8 janvier 2021

>> Lire aussi: Hausse marquée du chômage en 2020 à cause de la crise sanitaire

20h55

Pas possible de choisir son vaccin pour le moment

La Suisse espère passer à la vitesse supérieure grâce à l'approbation du vaccin de Moderna, qui pourrait devenir le deuxième autorisé en Suisse. D'autres devraient suivre, mais tous se valent-ils? Aurons-nous la liberté de choisir celui que l'on veut se faire inoculer?

"J'aurais préféré un vaccin traditionnel, comme celui pour la grippe", a ainsi confié au 19h30 de la RTS un homme qui s'est déjà fait vacciner. Or, ce n'est pas possible, du moins pour le moment, car la Suisse n'a pas commandé de vaccin traditionnel avec virus inactivé, comme les vaccins chinois de Sinopharm et Sinovac, ou le vaccin indien de Bharat Biotech. La Confédération a préféré les technologies les plus récentes, comme celle du virus vecteur (Oxford/Astra Zeneca) et surtout celle de l'ARN messager, utilisée par Pfizer/BioNTech et Moderna.

Pour les autorités sanitaires, le citoyen n'aura pas à choisir un modèle de vaccin plutôt qu'un autre, du moins dans un premier temps. "On part du principe que les vaccins sont équivalents en terme d'efficacité et de sécurité. C'est plutôt la disponibilité du vaccin qui sera déterminante", explique la cheffe de la section Contrôle de l'infection et programme de vaccination à l'OFSP Virginie Masserey.

>> Regarder le 19h30 faire le point sur les différents vaccins:

Différents vaccins seront proposés, mais pourra-t-on choisir celui que l'on veut se faire inoculer? [RTS]
Différents vaccins seront proposés, mais pourra-t-on choisir celui que l'on veut se faire inoculer? / 19h30 / 2 min. / le 8 janvier 2021

Pour le médecin cantonal vaudois Karim Boubaker, l'homologation probable dans quelques jours du vaccin de Moderna signifie que davantage de doses seront disponibles. "On pourrait passer d'un peu plus de 1000 vaccinations par jour actuellement dans le canton à 3000, voire même 5000."

Il espère que ce nouveau vaccin permettra au canton de tenir son objectif d'avoir vacciné, d'ici la fin du mois de février, la totalité des groupes à risques, soit plus de 100'000 personnes.

>> Ecouter Karim Boubaker dans le 19h30:

Karim Boubaker "On pourrait passer de 1'000 à 5'000 vaccins par jour. But, 100'000 personnes vaccinées d'ici à fin février" [RTS]
Karim Boubaker "On pourrait passer de 1'000 à 5'000 vaccins par jour. But, 100'000 personnes vaccinées d'ici à fin février" / 19h30 / 46 sec. / le 8 janvier 2021

20h40

Vaud est paré pour détecter la nouvelle forme du coronavirus

Le canton de Vaud est, en Suisse, l'un des plus touchés par la nouvelle souche du SRAS-CoV-2, plus contagieuse. "Nous avons les capacités pour faire face" aux besoins de détection de ce nouveau variant", a rassuré le médecin cantonal vaudois Karim Boubaker dans le 19h30. "On a la chance d'avoir un laboratoire universitaire, celui du CHUV, qui travaille d'arrache-pied depuis plusieurs semaines pour nous permettre d'accéder à ces informations."

"On peut affirmer que ce virus circule maintenant sans lien avec la Grande-Bretagne", a-t-il également averti. "On part déjà d'un nombre de cas qui est trop haut. Si ce nouveau variant se rajoute, on risque d'avoir une réaugmentation importante des cas et des hospitalisations. On doit prendre les choses très au sérieux".

>> Ecouter sa réaction dans le 19h30 de la RTS:

Karim Boubaker: "On a la chance d'avoir le laboratoire du CHUV qui travaille d'arrache-pied. La situation est sérieuse" [RTS]
Karim Boubaker: "On a la chance d'avoir le laboratoire du CHUV qui travaille d'arrache-pied. La situation est sérieuse" / 19h30 / 2 min. / le 8 janvier 2021

19h20

Quels débouchés pour les jeunes en temps de pandémie?

En pleine crise sanitaire et économique, il est difficile de se projeter professionnellement pour la jeunesse. Alors que plusieurs secteurs sont à l'arrêt, les perspectives d'avenir sont floues.

Des structures se sont-elles mises en place pour que la transition entre la fin de formation et l'entrée sur le marché du travail se fasse le mieux possible? Faut-il se faire du souci pour cette génération? Forum en a débattu avec la directrice de la Chambre vaudoise de commerce et de l'industrie Claudine Amstein, la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la formation Cesla Amarelle et Jean-Luc Fornallaz, directeur cantonal de la Fondation IPT Genève, dont le programme jeunes@work s'occupe d'accompagner les jeunes diplômés vers leur premier emploi.

>> Ecouter le Grand débat de Forum:

Le grand débat – Emploi : quels débouchés pour les jeunes du coronavirus ? [RTS]
Le grand débat – Emploi : quels débouchés pour les jeunes du coronavirus ? / Forum (vidéo) / 19 min. / le 8 janvier 2021

18h55

La task force veut traquer davantage le nouveau variant du virus

La nouvelle souche plus contagieuse du SRAS-CoV-2 en provenance du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud a déjà été détectée dans plusieurs cantons, dont Vaud, Valais et Genève. Il faut utiliser des méthodes de séquençage du code génétique pour la détecter, un travail lourd et coûteux pour les autorités sanitaires. Alors que le Royaume-Uni a investi plus de 20 millions de francs dans un programme national de séquençage, il n'existe rien de tel en Suisse.

En juin dernier déjà, la task force avait pourtant demandé à la Confédération de mettre sur pied un programme "sentinelle" qui permette de surveiller l'évolution des souches du virus, mais sans succès. Cette demande pourrait aujourd'hui être prise beaucoup plus au sérieux par les autorités, car détecter tôt cette souche que l'on considère de 40 à 70% plus contagieuse que la précédente et isoler les cas permettrait d'éviter une flambée telle qu'on l'observe en ce moment au Royaume-Uni.

Trop peu d'analyses

Le plan des autorités, à l'heure actuelle, est encore flou. Pour l'instant, aucun budget n'a été communiqué par l'OFSP, qui parle de 500 analyses par semaine ou toutes les deux semaines. Pour les experts de la task force, c'est clairement trop peu. Interrogé par la RTS, le virologue Didier Trono plaide pour une analyse de 500 cas par jour, un minimum selon lui pour pouvoir cartographier le virus et reconstruire les chaînes de transmission.

Mais toutes ces analyses ont un coût: on compte une quarantaine de francs par séquence, et certains se demandent si cela en vaut la peine alors qu'on a encore peu de certitudes sur ces variants. Prendre le risque de laisser la nouvelle souche se balader en attendant le vaccin ou agir le plus vite possible, telle est la pesée d'intérêt qui devra être faite ces prochains jours par les autorités.

>> Ecouter l'analyse de Forum:

Détection du nouveau variant : la Suisse peut mieux faire [RTS]
Détection du nouveau variant : la Suisse peut mieux faire / Forum (vidéo) / 2 min. / le 8 janvier 2021

>> Regarder aussi le sujet du 19h30:

Le nouveau variant du coronavirus se propage aussi en Suisse. Le dépistage s'avère plus compliqué [RTS]
Le nouveau variant du coronavirus se propage aussi en Suisse. Le dépistage s'avère plus compliqué / 19h30 / 1 min. / le 8 janvier 2021

18h35

En Valais, on pourra se faire vacciner chez son médecin

Les médecins pourront administrer le vaccin contre le Covid-19 dans leur cabinet dès lundi en Valais. "La vaccination sera possible dans les cabinets médicaux s'étant annoncés", a précisé l'Etat du Valais vendredi. Dans un premier temps, il sera réservé aux personnes de 75 ans et plus, ainsi qu'à celles souffrant d'une maladie chronique avec des risques élevés de complications en cas d'infection au SRAS-CoV-2, quel que soit leur âge.

De plus, en supplément des médecins, des centres de vaccination seront ouverts dans la deuxième partie de janvier à Brigue, Sion, Martigny et Collombey-Muraz pour accroître les capacités de vaccination et répondre à la demande, précise le canton. Ces centres devraient permettre de vacciner près de 12'000 personnes par semaine.

4000 doses à disposition

Les personnes appartenant à l'une de ces catégories peuvent s’inscrire par e-mail ou téléphone auprès de leur médecin de famille s'il s'est inscrit pour administrer le vaccin, ou bien auprès d'un médecin de leur région figurant sur la liste publiée par la Société médicale du Valais (SMVS). Un système d’inscription en ligne devrait être disponible dès le 18 janvier.

Le Valais a reçu quelque 4000 doses de vaccins qu'il a commencé à administrer le 28 décembre. "D’ici la fin de la semaine, environ 1200 personnes auront reçu la première dose", indique le canton. Du côté des médecins, on s'organise: "Je ferai la première injection mardi. On va recevoir la livraison lundi", a témoigné la médecin et présidente de la Société médicale valaisanne Monique Lehky Hagen dans Forum.

Les mieux placés pour vacciner

"On a commencé par une petite commande. On va faire 30 vaccins la semaine prochaine, mais on a déjà plus de 60 personnes inscrites", détaille-t-elle. Elle se dit convaincue que les médecins de famille sont les mieux placés pour vacciner, notamment pour sélectionner les personnes qui doivent être protégées en premier: "On connaît notre clientèle et les patients nous font confiance. Ceux qui ont le plus besoin du vaccin seront priorisés. C'est vraiment un grand avantage", se réjouit-elle, heureuse d'avoir convaincu le canton que c'était la meilleure solution.

>> Ecouter l'interview de Monique Lehky Hagen dans Forum:

La vaccination est déjà possible dans les cabinets médicaux valaisans : interview de Monique Lehky Hagen [RTS]
La vaccination est déjà possible dans les cabinets médicaux valaisans : interview de Monique Lehky Hagen / Forum (vidéo) / 3 min. / le 8 janvier 2021

18h20

Les fitness veulent des aides à fonds perdu

Après l'hôtellerie-restauration, c'est au tour de l'industrie des fitness et des centres de santé d'exiger une aide immédiate et à fonds perdu.

Si une telle aide ne parvient pas aux établissements fermés à cause de la crise sanitaire, plus de 200 sites d'entraînement et 30'000 emplois seraient perdus, a déclaré vendredi la Fédération suisse des centres de fitness et de santé.

17h40

Vaccination très demandée dans le canton de Berne

L'ouverture, vendredi, des inscriptions à la vaccination dans le canton de Berne a connu un vif succès. A 6h du matin, on comptait déjà plus de 4000 inscriptions, un chiffre qui s'élevait à 40'000 en milieu d'après-midi, a précisé la Direction de la santé, des affaires sociales et de l'intégration.

A l'heure actuelle, seules les personnes de plus de 75 ans peuvent s'inscrire afin d'obtenir un rendez-vous dans l'un des neuf centres de vaccination pour la première et la deuxième injection. Le canton de Berne pourra proposer de nouveaux rendez-vous dès qu'un autre vaccin sera disponible et autorisé.

17h15

Le SRAS-CoV-2 n'est "pas un virus très intéressant" à étudier

Le SRAS-CoV-2, sur beaucoup d'aspects, n'est "pas un virus très intéressant. Il est assez quelconque. S'il n'était pas la cause d'une pandémie majeure, personne ne s'y intéresserait", a glissé jeudi dans l'émission CQFD le spécialiste de lʹévolution des virus Francois Balloux. "Il y a plein de virus sur lesquels je pourrais raconter des anecdotes incroyables, mais sur le SRAS-CoV-2, pas vraiment!", ajoute même le spécialiste.

"La vitesse à laquelle des vaccins ont été développés contre lui est l'un des grands succès de la science", relève également François Balloux. Il met toutefois en garde contre l'émergence probable de souches "qui échapperont à la couverture vaccinale, comme ce qu'on connaît avec la grippe."

>> Ecouter le portrait et l'interview de François Balloux dans CQFD:

Francois Balloux, directeur de l’Institut de génétique du University College de Londres.
RTS [RTS]RTS
Rencontre avec Francois Balloux, un spécialiste de lʹévolution des virus / CQFD / 33 min. / le 8 janvier 2021

17h10

La proportion de personnes présentant des symptômes dépressifs en nette hausse

Le stress mental a augmenté de manière significative lors de la deuxième vague de Covid-19, indiquent des associations de psychologues. Dans une lettre ouverte, elles expriment leur inquiétude et demandent au Conseil fédéral d'agir rapidement

Selon la dernière enquête de l’Université de Bâle sur le stress psychologique au cours de la 2ème vague de Covid-19, menée auprès de 11'000 personnes et publiée mi-décembre, les problèmes psychiques ont quasiment doublé par rapport au printemps au sein de la population suisse. Ainsi, la proportion de personnes présentant des symptômes dépressifs graves a passé de 9% pendant le confinement en avril à 18% en novembre. Les jeunes de 14 à 24 ans et les personnes subissant des pertes financières en raison de la pandémie sont particulièrement touchés, et les Romands davantage que les Alémaniques et les Tessinois.

Les problèmes en matière de prise en charge psychothérapeutique existaient déjà avant la crise sanitaire, mais celle-ci les a encore accentués, estiment les associations de psychologues. Pour les éliminer, celles-ci plaident depuis longtemps pour que Berne adopte le modèle de la prescription pour la psychothérapie effectuée par des psychologues.

17h00

GastroSuisse se distancie du mouvement de désobéissance civile #restonsouverts

GastroSuisse a pris vendredi ses distances par rapport à l'initiative "Restons ouverts". Rassemblés derrière ce slogan, plusieurs commerçants veulent ouvrir leurs établissements lundi malgré les mesures en vigueur.

La faîtière n'est pas liée à cette action, ne sait pas qui en est à l'origine et n'approuve pas ce type d'actions, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Les mesures décidées par la Confédération et les cantons doivent être respectées, a ajouté l'organisation.

Depuis cette semaine, un groupe appelle à la désobéissance civile dans tous les pays. L'initiative "Restons ouverts" agit de manière anonyme, communiquant via les réseaux sociaux et Telegram. L'idée initiale semble venir de penseurs alternatifs allemands. Il existe désormais des ramifications en Pologne, aux Pays-Bas, en Autriche et en Suisse.

16h45

Soleure ouvre finalement ses téléskis

Moins de trois semaines après avoir dit non, le canton de Soleure ouvre finalement ses pistes de ski dès samedi. Le fait que tous les autres cantons ont désormais ouvert leurs stations de ski semble avoir joué un rôle dans la décision soleuroise.

Le canton reste pourtant inquiet devant "le nombre de cas trop élevé et les capacités des hôpitaux à leur limite". Il a ainsi posé une condition: les employés des domaines skiables en contact direct avec les clients devront passer chaque semaine un test pour détecter le Covid-19.

Le canton compte sept stations composées d'un ou deux téléskis, réparties dans le Jura soleurois. L'une d'elles, Langenbruck, possède une remontée mécanique côté soleurois et une autre côté bâlois. Seule l'installation bâloise était autorisée à ouvrir jusqu'ici.

>> Le reportage du 12h45:

Contradiction du fédéralisme concernant les domaines skiables. Exemple entre Bâle-campagne et Soleure [RTS]
Contradiction du fédéralisme concernant les domaines skiables. Exemple entre Bâle-campagne et Soleure / 12h45 / 1 min. / le 8 janvier 2021

16h25

Les jeux de société ne connaissent pas la crise sanitaire

Rencontres et loisirs étant limités par le Covid-19, le secteur du jeu de société tire son épingle du jeu en ces temps de pandémie. Le succès de certains d'entre eux est d'ailleurs directement en lien avec la crise sanitaire, comme celui du jeu Clinic, sorti en 2014, dans lequel les participants doivent construire et gérer au mieux leur propre hôpital. Ou encore de Pandémie, sorti en 2008, dans lequel les joueurs collaborent pour endiguer la propagation d'un virus.

"Les gens aiment bien, quand ils jouent, qu'il y ait toujours un lien avec ce qu'ils vivent sur le moment", explique dans l'émission On en parle Alex Dionisio Calado, collaborateur d'un magasin spécialisé dans les jeux de société à Lausanne. Il relève également que si, par le passé, les gens jouaient beaucoup pour s'affronter, on ressent davantage une envie de jeux collaboratifs en ces temps de crise.

>> Ecouter le reportage de l'émission On en parle vendredi:

Malgré la pandémie de coronavirus, les jeux de société ont toujours autant la cote. [Sophie Proust - RTS]Sophie Proust - RTS
Le succès des jeux de plateau en période de Covid / On en parle / 7 min. / le 8 janvier 2021

15h45

Que risque-t-on si on détourne un message de santé publique?

Une affiche anti-vaccin reproduisant les codes graphiques de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et circulant sur les réseaux sociaux provoque l'indignation des internautes. Ce détournement est-il légal et que risque son auteur?

Sur l'affiche originale, on voit la professeure Solange Peters, cheffe du service d'oncologie médicale de CHUV, avec la mention "Je me ferai vacciner". L'affiche détournée avec le texte "Je ne me ferai pas vacciner" et un visuel identique montre elle une personne du corps médical portant un masque et le nom docteure Gisèle Werner muni d'un astérisque qui nous apprend plus bas qu'il s'agit d'un nom fictif.

Sur Facebook et Twitter, on parle de manipulation et de désinformation. Mais dans les faits, l'auteur, s'il est identifié, ne risque pas grand-chose.

>> Les précisions de l'émission On en Parle:

Photomontage: à gauche, l'affiche originale de campagne pour la vaccination de l'Office fédéral de la santé publique; à droite, la version détournée qui circule sur les réseaux sociaux. [OFSP/DR]OFSP/DR
Peut-on détourner un message de santé publique? / On en parle / 7 min. / le 8 janvier 2021

>> Lire aussi: Que risque-t-on si on détourne un message de santé publique?

15h00

L'hôtellerie-restauration veut des contributions à fonds perdu

La crise du coronavirus continue de frapper durement le secteur de l’hôtellerie-restauration. Pour faire face à cette situation, les partenaires sociaux demandent au Conseil fédéral que des contributions à fonds perdu leur soient accordées rapidement.

Les partenaires sociaux ont adressé une lettre commune au Conseil fédéral pour lui demander de prendre au plus vite des mesures supplémentaires visant à garantir la survie des établissements de l’hôtellerie-restauration. Concrètement, les organisations GastroSuisse, Hotel & Gastro Union, HotellerieSuisse, Unia, SCA et Syna, demandent qu’on leur octroie, par le biais d’une ordonnance d’urgence, des contributions à fonds perdu.

Ces aides devront être versées aux entreprises rapidement et de manière uniforme dans toute la Suisse, ont indiqué ces organisations dans un communiqué vendredi.

14h25

Dans les Grisons, les élèves peuvent se faire tester gratuitement

Des élèves grisons peuvent désormais se faire tester pour le coronavirus gratuitement dans leur école, une première en Suisse. Depuis mercredi, environ 300 enfants et jeunes de Malans et de Schiers ont librement accès aux tests Covid-19.

Le canton a pris cette initiative parce que tester à large échelle coûterait moins cher économiquement et socialement qu'un confinement. C'est en tout cas l'avis des autorités sanitaires dans les Grisons. Ces dernières semaines, elles ont beaucoup investi dans cette stratégie.

Mi-décembre, par exemple, la population de plusieurs vallées était invitée à aller se faire tester gratuitement. Résultat: 1% des testés se sont révélés être des porteurs du virus asymptomatiques. Et le nombre de cas de coronavirus a diminué dans les semaines qui ont suivi.

>> Le sujet du 12h30:

Les tests de dépistage du Covid-19 chez les enfants pourraient être réduits en Suisse. [Channi Anand - Keystone/AP Photo]Channi Anand - Keystone/AP Photo
Depuis mercredi, les élèves dans les Grisons peuvent se faire tester gratuitement dans leur école / Le 12h30 / 2 min. / le 8 janvier 2021

13h55

La Suisse compte 3220 cas et 75 décès supplémentaires

La Suisse compte vendredi 3220 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Septante-cinq décès supplémentaires sont à déplorer et 166 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 26'879 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 11,98%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 44'776. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 517,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89.

Depuis le début de la pandémie, 477'983 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 3'822'336 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 7583 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 19'787.

Le pays dénombre par ailleurs 26'165 personnes en isolement et 33'242 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 5863 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h50

Hausse marquée du chômage en 2020

La crise sanitaire a fortement affecté le marché du travail en Suisse en 2020. Même si depuis le mois de juin, la progression du nombre de chômeurs a ralenti, la hausse à fin décembre atteint 39,5% à 163'545 personnes. Les cantons latins sont particulièrement touchés.

Le nombre moyen de chômeurs sur l'ensemble de l'année sous revue s'est inscrit à 145'720, ce qui correspond à un taux de chômage annuel moyen de 3,1%, en hausse de 0,8 point de pourcentage sur un an, indique vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie.

Le nombre des demandeurs d'emplois a également bondi de plus d'un tiers (+34,9%) par rapport à 2019, à plus de 250'000 personnes, un niveau inédit depuis février 1997, rappelle vendredi le Secrétariat d'État à l'économie (Seco).

>> Lire aussi: Chômage en hausse marquée en 2020 à cause de la crise sanitaire

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30

La crise du Covid met les chômeurs et les institutions qui s’occupent d’eux à rude épreuve. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Le nombre de demandeurs d’emploi en Suisse n'avait plus été aussi élevé depuis 23 ans / Le 12h30 / 1 min. / le 8 janvier 2021

>> Les explications de Boris Zürcher, chef de la Direction du travail du Seco

Le coronavirus a pesé sur l'économie en 2020. Les explications de Boris Zürcher du SECO [RTS]
Le coronavirus a pesé sur l'économie en 2020. Les explications de Boris Zürcher du SECO / 12h45 / 53 sec. / le 8 janvier 2021

12h40

La Suisse compte près de 90 cas de variant britannique

La Suisse et le Liechtenstein comptent vendredi 88 cas de la version mutée du coronavirus provenant du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud. Ils ont été détectés dans 11 cantons ainsi qu'au Liechtenstein.

Un cas a été détecté pour la première fois dans le canton de Soleure, indique l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) interrogé par Keystone-ATS.

Le nombre de cas a augmenté de manière significative dans le canton de Berne. Il est passé de quatre à 18 ces dernières 24 heures.

Avec le canton de Vaud (18), Berne compte ainsi le plus grand nombre de cas du variant britannique. Ils sont suivis par Genève, qui enregistre 16 cas et Zurich avec 13 cas, soit 6 de plus que la veille.

Le nombre de cas est nettement plus faible en Valais (7), au Tessin (4), à Saint-Gall (4), aux Grisons (3) et dans la Principauté du Liechtenstein (3). Un seul cas du variant a été signalé à Soleure, Bâle-Campagne et Schwyz.

Le cas dans la région de Bâle concerne une personne résidant en France, mais qui a été testée dans le demi-canton.

L'OFSP avait annoncé jeudi 46 cas du virus muté. Le variant britannique du virus est plus contagieux que la version connue jusqu'à maintenant, selon les experts. Les dernières découvertes indiquent cependant que le virus muté ne conduit pas à une évolution plus grave de la maladie.

11h50

Les aides aux entreprises augmentées en Valais

L'Etat du Valais revoit à la hausse son soutien financier pour les entreprises contraintes de fermer leurs portes en raison de la pandémie. Le pourcentage d'indemnisation atteindra au maximum 25% de la perte du chiffre d'affaires avec un plafond à 100'000 francs par mois.

Les entreprises touchées par les fermetures successives depuis le 22 octobre et qui ont subi des pertes de chiffre d'affaires mensuelles inférieures à 20'000 francs pourront toucher une indemnisation à hauteur de 25% de ces pertes. Celles dont les pertes mensuelles se situent entre 20'000 et 37'000 francs recevront une indemnité forfaitaire de 5500 francs.

Enfin, les entreprises dont les pertes de chiffre d'affaires dépassent ces montants seront indemnisées à hauteur de 15%, avec un plafond à 100'000 francs par mois. Les entreprises déjà annoncées n'auront pas à déposer une nouvelle demande et l'indemnisation sera automatique dès lundi; les autres ont jusqu'au 31 janvier pour s'annoncer.

09h00

"Plus de 2000 pharmaciens formés et prêts pour la vaccination"

"Les pharmaciens ne sont plus les commerçants qui ouvrent le tiroir et donnent les médicaments, on l’a bien vu depuis le début de la pandémie de Covid-19". Martine Ruggli Ducrot, nouvelle présidente de pharmaSuisse, la Société suisse des pharmaciens, défendait dans La Matinale vendredi le rôle grandissant de son secteur dans le système de santé suisse, "où nous sommes encore un peu le parent pauvre".

Plus de 2000 pharmaciens de Suisse sont formés et prêts pour la vaccination; les pharmaciens seront désormais partenaires de l’Office fédéral de la santé publique pour la vaccination courant 2021, annonce Martine Ruggli Ducrot. "Déjà maintenant, les pharmaciens oeuvrent en coulisse dans les centres de vaccination pour préparer la logistique et l’approvisionnement", précise-t-elle.

>> Lire aussi: Près de 3400 Romands ont été vaccinés contre le Covid-19

Quant au passeport vaccinal, il aurait un rôle à jouer dans la documentation de l’immunité collective, selon la responsable, pour documenter la couverture vaccinale minimale nécessaire. "A condition que ce ne soit pas discréditant, car en Suisse on a la possibilité de choisir. Mais j’incite tout le monde à se faire vacciner. Je le ferai moi-même dès que possible", indique-t-elle.

>> L’interview complète de Martine Ruggli Ducrot dans La Matinale:

Martine Ruggli-Ducrot, nouvelle présidente de pharmaSuisse. [RTS]RTS
L'invitée de La Matinale – Martine Ruggli-Ducrot, nouvelle présidente de pharmaSuisse / La Matinale / 10 min. / le 8 janvier 2021

08h30

Les étudiants s'inquiètent des examens en ligne

C'est la dernière ligne droite pour les étudiants des Universités et Hautes écoles romandes avant les examens. Ils débuteront la semaine prochaine, principalement en ligne, et contrairement à ce printemps, les échecs compteront.

Ces conditions inquiètent les étudiants. C'est le cas par exemple à Neuchâtel, où la Fédération des Etudiants a décidé de déposer une motion auprès du Grand Conseil.

>> Le sujet de La Matinale:

Les examens en ligne inquiètent les étudiants. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
Les examens en ligne inquiètent les étudiants. / La Matinale / 1 min. / le 8 janvier 2021

08h00

L’obligation du télétravail, mesure "pas utile"?

Après l’annonce de la fermeture désormais jusqu'à fin février des restaurants, musées, théâtres, cinémas, fitness et autres établissements de loisir, le Conseil fédéral consulte aussi les cantons sur l'obligation du télétravail pour tous.

Pas utile, selon Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes.

"Ce qui a cours, c’est la recommandation très forte du télétravail, et c’est déjà appliqué", souligne-t-il dans La Matinale vendredi. L’entreprise n'étant également pas le lieu principal de la contamination, "le message est contradictoire", estime-t-il. "Je ne vois pas pourquoi la contamination diminuerait massivement en cas d'obligation, par rapport à une recommandation forte", fait-il valoir.

Alertant sur le "drame" qui guette une partie des acteurs économiques - pour lesquels les aides fédérales sont largement insuffisantes -, Blaise Matthey avertit également que l'incompréhension monte. "Les entreprises ont déjà fait des efforts substantiels. Mais que le secteur de la santé l'emporte systématiquement sur celui des entreprises crée de très fortes tensions. Et qui peut donner les garanties qu'avec des mesures drastiques - de tout fermer par exemple - on aura vraiment une baisse massive du taux de reproduction?", interroge-t-il.

>> L’interview complète de Blaise Matthey dans La Matinale:

Blaise Matthey, directeur de la Fédération des Entreprises Romandes à Genève. [RTS]RTS
Blaise Matthey, Directeur général de la Fédération des entreprises romandes (FER) / La Matinale / 8 min. / le 8 janvier 2021

07h45

Ecole de recrues en partie à distance

La moitié des 12'000 recrues s'apprêtant à entrer en service le 18 janvier suivra une partie de son instruction militaire à domicile, par le biais d'une application, a appris la RTS vendredi. C’est ce qu’a décidé l’armée pour diminuer les risques d’infection du Covid-19 au sein des troupes.

Apprendre le salut militaire dans son salon ou commencer à manier son arme de service dans sa chambre. L'image peut faire sourire. Pourtant, c'est ce que vivront 6000 nouveaux soldats dès le 18 janvier. Ils ont d'ailleurs reçu ce vendredi une lettre pour les informer de cette procédure liée à la pandémie.

Ces personnes suivront l'instruction à domicile, six heures par jour, durant trois semaines, via une application spéciale. Un entraînement physique hebdomadaire de quatre heures est aussi prévu. "Ce sont des exercices individuels à faire à domicile. L'application indique le programme à suivre", explique Daniel Reist, porte-parole de l'armée.

>> Plus d'informations: Des milliers de recrues commenceront leur service militaire à la maison

>> Regarder le sujet du 19h30 vendredi soir:

L'armée à distance: les recrues de cette année découvriront l'école à la maison [RTS]
L'armée à distance: les recrues de cette année découvriront l'école à la maison / 19h30 / 2 min. / le 8 janvier 2021

07h30

Des conditions plus strictes qu'ailleurs pour les domaines skiables lucernois

Dans le canton de Zurich, les domaines skiables vont rouvrir dès samedi et ceux du canton de Lucerne vendredi. Les deux cantons s'alignent sur leurs voisins de Suisse centrale et orientale, qui sont déjà ouverts. Mais à Lucerne, le feu vert est lié à des conditions très strictes, qui font grincer des dents.

>> Le sujet de La Matinale:

Les conditions sont plus strictes qu'ailleurs dans les domaines skiables lucernois. [Gaetan Bally - KEYSTONE]Gaetan Bally - KEYSTONE
Dans les domaines skiables lucernois, les conditions sont plus strictes qu'ailleurs. / La Matinale / 1 min. / le 8 janvier 2021

07h00

Les priorités de l'USS pour relever le défi de la crise sanitaire

Verser 500 francs aux assurés maladie, prolonger l'indemnisation chômage, renforcer la retraite: pour relever les défis liés à la crise sanitaire, l'Union syndicale suisse a présenté ses priorités pour 2021.

"Renforcer la solidarité est une absolue nécessité", souligne la faîtière des syndicats. Elle appelle à une "évolution dynamique des salaires et une hausse des rentes" pour compenser le recul du "pouvoir d'achat réel" des travailleurs et des retraités. "La crise sanitaire ne doit pas se transformer en crise économique de longue durée", plaide-t-elle. L'USS préconise encore que des mesures supplémentaires de protection soient prises afin de prévenir les faillites.

Avant la pandémie, la Suisse se trouvait déjà dans une situation délicate. Les salaires n’augmentaient que faiblement, alors que de nombreux coûts fixes et contributions obligatoires prenaient l’ascenseur. La forte dépendance face aux marchés financiers se paie en outre très cher, avec une baisse continue et importante des rentes du 2e pilier, souligne la faîtière.

>> Les précisions du 12h30:

L'Union syndicale suisse et son président Pierre-Yves Maillard veulent une année 2021 placée sous le signe de la solidarité. [Peter Klaunzer - KEYSTONE]Peter Klaunzer - KEYSTONE
L’Union syndicale suisse souhaite renforcer l’aide aux travailleurs précaires / Le 12h30 / 1 min. / le 7 janvier 2021

>> Lire aussi: L'USS veut tout faire pour éviter une crise économique de longue durée

06h45

Ruée sur les rendez-vous pour se faire vacciner dans le canton de Vaud

La plateforme Coronavax permettant de prendre un rendez-vous pour se faire vacciner dans le canton de Vaud a été prise d'assaut dès son ouverture jeudi matin. Les quelque 5000 places de vaccination à disposition ont été réservées.

"Vers midi, il ne restait pratiquement plus de plages de vaccination disponibles", a expliqué jeudi à Keystone-ATS Oliver Peters, président du comité de pilotage du Plan cantonal de vaccination. Il était possible de prendre rendez-vous sur internet ou via la hotline.

Vendredi, quelque 5000 nouvelles plages de vaccinations seront à nouveau disponibles. "La semaine prochaine, nous rajouterons des capacités au fur et à mesure", a précisé Oliver Peters. Le canton devrait disposer de quelque 40'000 doses d'ici la fin janvier.

06h30

Près de 50 cas de coronavirus mutants déjà découverts

Le Covid poursuit sa course en Suisse, qui a décelé jusqu'ici 46 cas de coronavirus mutants provenant du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud. Avec la baisse des tests pendant les Fêtes, une image de l'évolution de la pandémie reste difficile à tracer pour cette période.

Les cas de coronavirus mutants, qui se transmettent plus rapidement, sont répartis dans dix cantons et au Liechtenstein. Avec 12 cas, Vaud est le canton le plus touché, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la santé (OFSP) à l'agence Keystone-ATS.

Le plus grand canton romand a réagi en intensifiant et élargissant les mesures de quarantaine. Dès ce jeudi, les contacts étroits des contacts de toutes les personnes testées positives seront également mis en quarantaine pour une durée 10 jours.

>> Le sujet de La Matinale:

Les quarantaines sont renforcées dans le canton de Vaud. [Gaetan Bally - KEYSTONE]Gaetan Bally - KEYSTONE
Les quarantaines sont renforcées dans le canton de Vaud. / La Matinale / 1 min. / le 8 janvier 2021

Genève (10 cas), Zurich (7), le Valais (6) et Berne (4) viennent ensuite, selon la même source. Le Tessin a rapporté deux infections. Les cantons de Bâle-Campagne, St-Gall, Schwyz, des Grisons, Argovie et le Liechtenstein en ont quant à eux découvert un chacun. Le cas dans la région de Bâle concerne une personne résidant en France, mais qui a été testée dans le demi-canton.

06h15

Retour sur la journée de jeudi

La Suisse a fait état jeudi de 3975 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un total de 75 décès supplémentaires ont été comptabilisés et 196 malades ont été hospitalisés.

>> Le suivi de la journée de jeudi: La Suisse compte 3975 cas et 75 décès supplémentaires en 24 heures

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus