Modifié

Le ski de randonnée en plein boom, les professionnels inquiets

Des skieurs de randonnée profitent de la neige sur le domaine de Courchevel. [Sébastien Nogier - Keystone/EPA]
Le ski de randonnée en plein boom, les professionnels inquiets / La Matinale / 1 min. / le 14 décembre 2020
Déjà en vogue, le ski de randonnée pourrait connaître un vrai boom cet hiver. En cause: la crise sanitaire qui compromet les vacances au soleil et rend incertaine l'ouverture des domaines skiables. Corollaire, les accidents pourraient bien augmenter.

Les amateurs de neige sont nombreux à opter pour la peau de phoque, comme en témoignent les ventes et locations de matériel. Sans toujours connaître les risques du hors-piste.

Deux skieurs ont ainsi été emportés la semaine dernière, à Crans-Montana et à Saas-Fee, hors des pistes. C'est beaucoup si tôt dans l'hiver, selon le secrétaire de l'Association valaisanne des Guides de montagne Samuel Schupbach. Selon lui, deux raisons peuvent expliquer ces accidents: les conditions d'enneigement, mais aussi le boom indéniable du ski de randonnée.

Ce phénomène a déjà été observé en mars et avril avec le confinement et la fermeture des stations. Certains itinéraires avaient été pris d'assaut.

Des professionnels "préoccupés par les gens qui ne connaissent pas le milieu"

"Un dispositif est déjà en place pour la saison d'hiver. On sait qu'on aura de toute façon une augmentation du nombre d'interventions en cette période", explique Pascal Gaspoz, responsable de la Maison FXB du Sauvetage basée à Sion. "A l'opposé, dans le cas de la prévention des accidents, nous sommes préoccupés par les gens qui ne connaissent pas le milieu et qui vont s'engager dans des itinéraires qu'ils ne maîtrisent pas."

Face à ce constat, la meilleure attitude, selon Pierre Mathey, secrétaire de l'Association suisse des guides, demeure la prévention: "On a aujourd'hui deux bras de levier à très court terme", explique-t-il. "Transmettre des messages de prévention - dire aux gens qui sont novices de se faire accompagner par un guide de montagne - et inciter à se former. Aujourd'hui, il existe pléthore de cours sur les risques d'avalanche pour tous les gens qui souhaitent pratiquer la randonnée à ski, la raquette à neige ou les randonnées pédestres hivernales."

L'Association suisse des guides ne prévoit pas de campagne de prévention différente des autres années. Nous n'en avons pas les moyens, avance Pierre Mathey, qui compte toutefois marteler ce message de prudence, par égard aussi aux hôpitaux déjà très sollicités.

Pour mémoire, le ski de randonnée est le sport d’hiver qui compte chaque année le plus d’accidents mortels en Suisse, selon le Bureau de prévention des accidents.

Julie Rausis/ebz

Publié Modifié