Modifié

Vincent Ducrot: "La fréquentation des trains retrouvera son niveau dans deux ou trois ans"

L'invité de la Matinale du 14.12.2020 [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Vincent Ducrot, directeur général des CFF / La Matinale / 10 min. / le 14 décembre 2020
Selon le directeur des CFF, le nombre de passagers dans les trains grandes lignes a diminué de moitié en raison du coronavirus. "Nous devons rester sereins et attendre la sortie de crise. Le trafic va reprendre, il faudra peut-être deux ou trois ans", livre Vincent Ducrot lundi dans La Matinale.

En fonction depuis le mois d'avril, le Fribourgeois a débuté son mandat en pleine tempête sanitaire et économique. "Cette année, c'est vraiment très compliqué. Actuellement, nous avons à peu près 50% des clients dans les trains grandes lignes et 60% dans les trains régionaux. La tendance est un peu à la baisse avec les fêtes qui approchent et les mesures plus strictes", explique Vincent Ducrot.

Celui-ci peine à établir un scénario pour l'année à venir. "Comme toutes les entreprises touchées par le coronavirus, nous sommes dans l'expectative. On parle d'une troisième vague, de l'arrivée d'un vaccin, à la fois du négatif et du positif", relève le patron des CFF, pour qui les conséquences de cet épisode resteront malgré tout "très modérées" sur des décennies de croissance ferroviaire.

Voiture et télétravail

Avec la crise, de nombreux habitués du train se sont tournés vers la voiture. La mise en place du télétravail a aussi joué un rôle important dans la désertion des wagons. Mais pas de quoi inquiéter l'ancien directeur général des Transports publics fribourgeois pour la suite.

"Nos villes ne sont pas du tout conçues pour accueillir autant de voitures. Dès le moment où la vie va reprendre son cours normal, les bouchons deviendront extrêmement importants et la situation se rétablira très vite. Pour ce qui est du télétravail, c'est une tendance qui sera plus importante dans le futur, mais jamais au niveau actuel. Les gens en ont marre d'être à la maison, ils rêvent de contacts sociaux. Il y aura aussi certainement plus de trafic dans le domaine du loisir", affirme Vincent Ducrot.

Déficit supérieur à 600 millions

Le patron de l'ex-régie fédérale planche sur un déficit supérieur à 600 millions de francs pour 2020. "Nos employés n'ont pas de soucis à se faire actuellement, nous avons les aides qu'il faut et les réserves nécessaires qui nous permettent de passer ce genre de situation", rassure le dirigeant de 58 ans.

Enfin, Vincent Ducrot garantit que tout est mis en oeuvre pour la sécurité des passagers face au Covid. "Nous faisons au mieux, nous nettoyons énormément, nous désinfectons. Par contre, on ne connaîtra jamais un système de réservation obligatoire en Suisse."

Propos recueillis par David Berger

Texte web: Guillaume Martinez

Publié Modifié

Un effort sur la ponctualité, mais pas de baisse du prix des billets

Le nouvel horaire 2021 des CFF est entré en vigueur dimanche. Outre la mise en service du tunnel de base du Ceneri pour le transport de marchandises, des améliorations en trafic voyageurs sont prévues pour les Romands.

Une des améliorations sera notamment la desserte d'Aigle à la demi-heure par les trains du RER Vaud, en plus des six trains grandes lignes par heure.

Vincent Ducrot assure que le défi principal sera la ponctualité. "Il faut que sur l'arc lémanique nous arrivions à retrouver un niveau de qualité suffisant. Il y a une croissance très forte dans les réseaux Express, avec un gros effort sur le RER Vaud. C'est vraiment notre cheval de bataille: assurer cette mobilité dans les grandes agglomérations de manière beaucoup plus efficace qu'aujourd'hui."

Le patron des CFF exclut en revanche toute baisse des prix. "Le prix couvre déjà à peu près 40% du coût réel dans le domaine du trafic régional. Si vous baissez le prix, ce sont les collectivités qui vont devoir prendre le delta. On fait en sorte d'arriver à stabiliser ces prix et simplifier le système tarifaire", explique-t-il.

>> Les explications de La Matinale sur le nouvel horaire des CFF:

Les CFF et Trenitalia vont en effet cesser les services transfrontaliers à partir de jeudi et pour une durée indéterminée. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La Suisse romande bénéficie de nombreuses améliorations avec le nouvel horaire CFF / La Matinale / 1 min. / le 14 décembre 2020

Un manque de conducteurs à Genève

Les CFF manquent toujours de conducteurs, notamment dans la région genevoise. "Actuellement il nous manque une centaine de conducteurs, ils sont en formation. La courbe du besoin avec le nombre va se croiser au courant du mois de mars", explique Vincent Ducrot.

"On doit reformer ces conducteurs pour qu'ils aient plus de flexibilité. Plus que le manque, c'est l'impossibilité qu'ont les conducteurs de travailler dans un autre dépôt. Au cours des dernières années, ils ont été trop spécialisés. C'est le cas par exemple à Genève, où il nous manque beaucoup de mécaniciens, c'est le dernier endroit où on n'a pas pu reprendre avec les liaisons. Les trains du Léman Express exigent des connaissances particulières", ajoute le patron des CFF.