Banniere du 23 novembre [Keystone]
Publié Modifié

Plus de 9700 nouveaux cas et 213 décès durant les dernières 72 heures

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 9751 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. Un total de 213 décès sont à déplorer et 410 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité s'élève à 16,69%.

- L'OFSP est en train d'élaborer une nouvelle stratégie pour maîtriser la pandémie de coronavirus. Si un cas positif se révèle au sein d'un groupe précis, ce dernier sera testé dans son ensemble au moyen de tests rapides.

- La prise en charge des patients atteints du Covid-19 a chamboulé l'organisation dans les hôpitaux. Ceux-ci ont dû diminuer voire abandonner des opérations non urgentes au profit des cas de coronavirus, moins rentables. Certaines voix s'élèvent pour demander une adaptation des tarifs.

- Selon Suisse Tourisme, il faut s'attendre à une chute historique de 31% des nuitées d'hôtels sur un an durant cet hiver. Les réservations des vacances sportives hivernales ont elles baissé de 28% par rapport à l'année dernière.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h10

Toussez sur votre smartphone, il vous dira (presque) si vous êtes positif

Toussez sur votre smartphone, il vous dira si vous êtes positif au Covid-19. Telle est l'ambition d'un laboratoire de l'EPFL, qui développe un système basé sur la sonorité de la toux. L'application, qui devrait être disponible début 2021, permettra de s'autotester gratuitement et à large échelle.

Difficile pour l'oreille humaine de différencier la toux synonyme de Covid-19 d'une autre. Mais il existerait une nuance infime, qui devient plus facilement perceptible si on l’observe avec "Coughvid", un système basé sur l'intelligence artificielle. Cette modélisation a permis aux chercheurs d'identifier deux zones de fréquences propres au Covid-19.

 "Les systèmes électroniques que l'on a aujourd'hui et les téléphones portables sont capables de faire des calculs beaucoup plus sophistiqués que ce que l'on peut faire nous-mêmes en entendant le son de la toux. On peut donc faire des études beaucoup plus détaillées que ce qu’un médecin fait manuellement, explique David Atienza lundi dans le 19h30.

Le directeur du Laboratoire de Systèmes embarqués de l'EPFL précise d'emblée: "On ne doit pas remplacer les docteurs, ce n’est pas l’idée. Ils sont toujours derrière nous pour valider notre système."

>> Les précisions du 19h30:

L'EPFL développe une application pour diagnostiquer le covid-19 grâce au son de la toux [RTS]
L'EPFL développe une application pour diagnostiquer le covid-19 grâce au son de la toux / 19h30 / 2 min. / le 23 novembre 2020

>> Lire aussi: Toussez sur votre smartphone, il vous dira (presque) si vous êtes positif au Covid-19

20h35

Fribourg vient en aide aux établissements fermés

Le canton de Fribourg a décidé de venir en aide aux établissements contraints à la fermeture lors de la deuxième vague de coronavirus et à leurs employés pour un montant de près de 8 millions de francs. L'enveloppe pour les cas de rigueur s'élève à 15 millions.

L'aide pour les établissements fermés intervient en complément de l’appui de 3 millions de francs décidé par le Grand Conseil dans le cadre du plan de relance en faveur des restaurants, bars et discothèques. Cette aide ne sera délivrée qu’à partir du moment où les établissements pourront rouvrir. "Elle sera également calculée sur la base des coûts fixes et au prorata des pertes de chiffre d’affaires au moment de la reprise", a indiqué lundi le Conseil d'Etat.

Le gouvernement avait décidé le 10 novembre deux mesures d’aide à fonds perdu en faveur des entreprises contraintes à la fermeture et de leurs employés. Ce soutien, estimé à près de 8 millions de francs, prévoit la prise en charge du loyer pour les locataires, et de la charge d’intérêt hypothécaire pour les propriétaires, pro rata temporis depuis leur fermeture jusqu’au 30 novembre.

Pour les cas de rigueur, l'enveloppe se monte à 15 millions de francs. Selon la décision des Chambres fédérales d’augmenter le montant mis à disposition par la Confédération, des apports fédéraux supplémentaires viendront encore s’ajouter aux montants cantonaux.

>> Les précisions du 19h30:

FR: Le casse-tête des indemnités agace le milieu de la restauration [RTS]
FR: Le casse-tête des indemnités agace le milieu de la restauration / 19h30 / 2 min. / le 23 novembre 2020

>> Lire aussi: Fribourg vient en aide aux établissements contraints à la fermeture

20h10

Plus de 60 cas et 8 morts dans un home obwaldien

Plus de 60 personnes ont été infectées par le coronavirus dans une maison de retraite à Sarnen. Selon le site internet du home, 35 pensionnaires et 31 membres du personnel ont été testés positifs et ont été placés en isolement.

Tous les résidents et le personnel ont été testés. Même des personnes ne présentant pas de symptômes ont eu un résultat de test positif. Le nombre de personnes décédées est passé de six à huit, avec deux morts supplémentaires durant le week-end.

19h10

Suisse Tourisme attend une chute historique pour l'hiver

Selon Suisse Tourisme, il faut s'attendre à une chute historique de 31% des nuitées d'hôtels sur un an durant cet hiver. La deuxième vague de contaminations freine la clientèle internationale vers les stations de ski helvétiques, tandis que la proportion des touristes suisses augmente.

Affecté par les mesures de confinement prises dans plusieurs pays et par la réduction du tourisme mondial, le secteur hôtelier suisse indique que le nombre de réservations a chuté de 19% sur un an dans les régions de montagne.

Les réservations des vacances sportives hivernales ont elles baissé de 28% par rapport à l'année dernière.

D'après Suisse Tourisme, ce sont surtout les touristes d'Outre-Mer (-86% sur un an) qui vont le plus manquer à l'appel au sein des établissements hôteliers helvétiques cette année, suivis des touristes européens (-49%).

Campagne "Ma première fois"

Comme avant la dernière saison d'été marquée par une sortie de la première vague pandémique, Suisse Tourisme lance pour cet hiver une campagne de promotion visant la clientèle suisse, et tout particulièrement celle qui n'est habituellement pas attirée par la montagne à cette saison.

Baptisée précisément "Ma première fois", elle est "axée principalement sur toute la grande palette d'activités qu'il est possible de faire en montagne en hiver", explique la porte-parole de Suisse Tourisme Véronique Kanel dans Forum. "L'idée est d'inviter les gens qui n'ont pas forcément l'habitude d'aller régulièrement en montagne en hiver d'y aller et de tester de nouvelles activités."

>> L'interview de Véronique Kanel dans Forum:

La saison d'hiver du tourisme suisse confrontée à la pandémie: interview de Véronique Kanel [RTS]
La saison d'hiver du tourisme suisse confrontée à la pandémie: interview de Véronique Kanel / Forum (vidéo) / 3 min. / le 23 novembre 2020

>> Lire: Les touristes étrangers vont cruellement manquer cet hiver en Suisse

19h00

Quand le musée s’invite en classe

En Valais, comme ailleurs également, les institutions culturelles ont fermé leurs portes en raison de la pandémie. Le Manoir de Martigny a dès lors décidé de poursuivre son travail de médiation auprès des élèves en s'invitant dans les classes. Résultat: des oeuvres d'une exposition d'art contemporain iranien se sont retrouvées dans l'aula de l'Ecole professionnelle de Martigny.

"Après une première expérience au printemps avec des visites virtuelles, on s'est tous rendus compte des limites de l'aspect numérique", raconte Mathieu Bessero-Belti, nouveau responsable de la médiation du Manoir de Martigny, dans l’émission Forum. Rien ne remplace en effet le contact réel, l'expérience sensorielle et la discussion, fait-il valoir.

Et l'expérience a en valu la peine: d'un défi organisationnel - assurances pour les oeuvres, transport - est née une expérience émouvante, enrichissante pour tous... et appelée d'ores et déjà à se renouveler.

>> Le récit de Mathieu Bessero-Belti dans Forum:

Forum des Idées - Quand le musée s'invite en classe [RTS]
Forum des Idées - Quand le musée s'invite en classe / Forum (vidéo) / 5 min. / le 23 novembre 2020

18h00

La facture Covid sera-t-elle trop lourde pour les EMS?

Alors que les pertes financières engendrées par le Covid pour les hôpitaux de Suisse sont largement commentées, la situation financière des maisons de retraites inquiète elle aussi.

Clusters, personnel soignant malade, fermeture des portes aux visiteurs: la pandémie les touche de plein fouet et risque de faire des dégâts à long terme.

L'absence de soignants pour maladie, le renforcement des effectifs, le besoin en matériel de protection couplé à un manque dans les recettes, sont les éléments principaux qui grèvent le budget des EMS, explique Fabienne Wyss Kübler, secrétaire générale de l'ANEMPA, l'Association neuchâteloise des établissements et maisons pour personnes âgées, dans Forum.

"La crise du Covid est un amplificateur des fragilités déjà existantes", souligne la responsable, dans un contexte politico-social qui encourage le maintien à domicile aux dépens du placement en établissement médicalisé. "Le phénomène des fusions et fermetures d'EMS existaient déjà, la crise du Covid n'a rien arrangé", commente Fabienne Wyss Kübler.

>> L'interview de Fabienne Wyss Kübler dans Forum:

Comment survivent les EMS suite à la deuxième vague du Covid-19? Interview de Fabienne Wyss Kubler [RTS]
Comment survivent les EMS suite à la deuxième vague du Covid-19? Interview de Fabienne Wyss Kubler / Forum (vidéo) / 4 min. / le 23 novembre 2020

16h30

Un tiers d'infections par le VIH en moins jusqu'ici cette année

Environ un tiers d'infections par le VIH en moins ont été signalées jusqu'à présent en 2020, en comparaison avec la même période l'année passée. Cette diminution est probablement due à la pandémie de coronavirus.

Seuls 236 cas d'infection par le Virus d'immunodéficience humaine (VIH) ont été signalés en Suisse à la fin de l'année, soit environ un tiers de moins qu'il y a un an, selon les chiffres publiés par l'Office fédéral de la santé publique, rapportés à la Radio SRF lundi matin.

Moins de tests ou moins de contacts

L'Aide suisse contre le sida attribue cette réduction à la pandémie de coronavirus: "Soit les gens ont été moins testés pour le VIH pendant cette période de coronavirus, soit ils ont eu moins de relations sexuelles non protégées", a déclaré Nathan Schocher, responsable du programme Personnes vivant avec le VIH sur la SRF.

Selon Nathan Schocher, les mesures contre la propagation du coronavirus ont également eu une influence sur le comportement sexuel, comme par exemple la fermeture des lieux de rencontre comme les clubs et les bars, ou la réduction de leur horaire d'ouverture.

>> Lire: Un tiers d'infections VIH en moins en 2020 en Suisse en raison du Covid-19

15h10

Artistes et Covid-19: la bataille administrative continue

Ce printemps, plus de 2000 artistes ont bénéficié d’une aide d’urgence de Suisseculture Sociale. Aujourd’hui, un courrier demande à une centaine d’entre eux de rembourser cette aide alors qu’ils se retrouvent à nouveau sans travail ni ressources.

Une situation tout à fait légale, mais qui tombe au pire moment, alors que les institutions culturelles sont à nouveau fermées en Suisse romande.

>> Les explications d’Albane Schlechten, directrice de la fondation romande pour la chanson et les musiques actuelles, dans l'émission On en Parle:

Les théâtres ont du fermer leurs portes à plusieurs reprises en 2020 en raison de la pandémie. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Artistes et Covid-19: la bataille administrative continue / On en parle / 10 min. / le 23 novembre 2020

13h45

Davantage d'apprentis dans le canton de Vaud, malgré le coronavirus

Près de 6500 contrats d'apprentissage ont été signés dans le canton de Vaud cette année. C'est 1,3% de plus que l'an dernier, malgré la chute du nombre de contrats signés lors de la première vague du coronavirus et l'incertitude économique qui touche de nombreux secteurs.

Pour Cesla Amarelle, cheffe du Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture, cette progression s'explique par un effort de rattrapage et une mobilisation générale entre les entreprises formatrices et les Départements cantonaux de l'économie et de la formation. "Des mesures ont été introduites pour faire face aux effets de la pandémie, notamment la prise en charge par l'Etat de la moitié du salaire des apprentis de première année."

Le délai de signature des contrats d'apprentissage a aussi été prolongé au 15 novembre, ce qui a eu un effet bénéfique, souligne la conseillère d'Etat.

>> Ecouter l'interview de Cesla Amarelle dans le 12h30:

La conseillère d'Etat vaudoise Cesla Amarelle. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Près de 6500 contrats d'apprentissage signés dans le canton de Vaud en 2020: interview de Cesla Amarelle / Le 12h30 / 3 min. / le 23 novembre 2020

13h00

Distribution de repas chauds à Genève

A Genève, des personnes précarisées - parmi lesquelles de nombreux sans-abri - ont pu prendre un petit-déjeuner et un repas chaud ce lundi à la salle communale de Plainpalais.

Cette salle a été mise à disposition par la ville, car vu les normes sanitaires, il fallait plus d'espace pour accueillir les bénéficiaires à l'intérieur, au chaud.

>> Le reportage du 12h30:

Préparation de la distribution de repas pour les démunis au Jardin de Montbrillant à Genève en juillet 2010. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Un nouveau lieu de distribution pour repas chauds a ouvert ses portes lundi à Genève / Le 12h30 / 2 min. / le 23 novembre 2020

12h45

Plus de 9700 cas en 72 heures

La Suisse comptait lundi 9751 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 213 décès sont à déplorer et 410 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 58'427 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 16,69%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 68'526. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 792,69 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Plus de 300'000 cas depuis le début de la pandémie

Depuis le début de la pandémie, 300'352 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 2'572'156 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 3788, dont 1014 au cours des quatorze derniers jours. Le nombre de personnes hospitalisées atteint 11'891.

Le pays dénombre par ailleurs 32'812 personnes en isolement et 31'140 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 998 personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû passer par la case de la quarantaine.

12h00

Un Prix de Lausanne en vidéo

Du fait de la situation sanitaire et des restrictions en vigueur, la Fondation en faveur de l'Art Chorégraphique a dû revoir la forme que prendra le Prix de Lausanne 2021. Son édition 2021 se déroulera exceptionnellement par vidéo du 31 janvier au 7 février. Néanmoins, ses priorités restent inchangées: donner une chance et des opportunités aux jeunes talents de la danse et remplir sa mission en tant que fondation.

Seuls les neuf membres du jury devront être présents, à Lausanne probablement. Chacun des 81 candidats sélectionnés pourra présenter son talent et concourir pour une bourse d'écolage ou d'apprentissage par vidéo. Comme les autres années, vingt finalistes seront sélectionnés à la fin de la semaine. L’annonce des gagnants aura lieu lors de la finale du 6 février 2021.

La première édition du Young Creation Award, nouveau concours parrainé par le chorégraphe Heinz Spoerli et visant à repérer de nouveaux talents chorégraphiques, se déroulera également par vidéo. Il récompensera deux créateurs le 3 février 2021. Leurs oeuvres seront présentées au public lors du Prix de Lausanne 2022.

11h00

"Il faut reprendre le contrôle", estime un épidémiologiste

Est-ce que la Suisse était suffisamment préparée à faire face à la deuxième vague de Covid-19? Si la question agite le pays depuis les récentes accusations du délégué de l’OMS pour le coronavirus David Nabarro, pour Julien Riou, médecin et épidémiologiste à l’Université de Berne, la priorité est maintenant d’éviter la perspective d’une troisième vague de plus en plus redoutée.

"L’épidémie a été contrôlée dans plein d’autres pays. Il faut que l’on fasse la même chose chez nous aussi ", souligne-t-il lundi au micro de La Matinale. "Cela passe principalement par plus de moyens et de compétences dans le traçage des contacts, plus de coordination et, je pense, plus de leadership".

>> Ecouter l'interview de Julien Riou dans La Matinale:

Pour l'épidémiologiste Julien Riou, de l'Université de Berne, une troisième vague pourrait être évitée avec notamment plus de moyens et de compétences dans le traçage des contacts, plus de coordination et de leadership. [Salvatore Di Nolfi - keystone]Salvatore Di Nolfi - keystone
Que faire pour éviter une 3e vague? Réponse de Julien Riou, épidémiologiste à l'uni de Berne / La Matinale / 51 sec. / le 23 novembre 2020

10h45

Le canton de Fribourg prolonge son aide aux commerces via des bons

Le Conseil d'Etat fribourgeois veut continuer à soutenir les commerces et prolonger l'action lancée cet été et qui a été un succès. Le canton a mis 2 millions de francs sur la table afin d’accorder un rabais de 10% sur les bons Kariyon en vue d'achats auprès de commerces ou services fribourgeois.

L’opération démarre mardi. Les bons Kariyon, bénéficiant du rabais de 10% pris en charge par l’Etat, sont désormais valables auprès de l’ensemble des commerces et des prestataires de services locaux référencés sur la plateforme kariyon.ch, et non plus auprès d’un seul commerce, a indiqué lundi le canton de Fribourg.

Ces bons ont une valeur maximale de 500 francs, avec une limite d’acquisition de 2000 francs par personne. Ils ne sont pas valables pour les achats effectués en ligne. Le rabais spécial de 10% sera accordé jusqu’au 31 décembre - dans la limite des montants disponibles -, et les bons seront valables jusqu’au 30 juin 2021.

10h25

Le Covid-19 accélère la restructuration des hôpitaux, selon PwC

La pandémie de coronavirus coûterait entre 1,7 et 2,6 milliards de francs aux hôpitaux suisses. Trois quarts des 44 établissements de soins aigus étudiés ne sont pas assez rentables pour atteindre des résultats équilibrés dans les cinq à dix années qui viennent. La branche a donc accéléré sa restructuration.

Telles sont les principales conclusions du cabinet d'audit et de conseils PwC dans son étude "Hôpitaux suisses: les finances en 2019", publiée lundi. Les experts ont passé en revue 45 hôpitaux et 12 établissements de psychiatrie et ont pris en compte les effets de l'épidémie de Covid.

Selon cette étude, des pertes significatives de chiffre d'affaires sont à attendre en 2020. C'est la conséquence de la mise à disposition de capacités en lits pour les patients Covid, les mesures de sécurité qui ont dû être mises en place et les achats supplémentaires.

10h15

Plus de 60 personnes infectées dans un EMS à Sarnen

Plus de 60 personnes ont été infectées par le coronavirus dans une maison de retraite à Sarnen. Selon le site Internet du home, 35 pensionnaires et 31 membres du personnel ont été testés positifs et ont été placés en isolement.

L'information a été révélée lundi par le quotidien alémanique Blick. Tous les résidents et le personnel ont été testés. Même les personnes ne présentant pas de symptômes ont eu un résultat de test positif. Une personne est décédée.

10h05

L'économie suisse se stabilisera fin 2021, selon le Créa

Les difficultés conjoncturelles provoquées par la pandémie de coronavirus ne vont pas se résorber de sitôt, à en croire les économistes du Créa. L'institut rattaché à l'Université de Lausanne prévoit une nette reprise de l'activité économique pour la fin de l'année prochaine. Il faudra cependant encore attendre quelques années avant de retrouver les niveaux d'avant-crise.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait reculer de 4% cette année, une contraction moindre par rapport aux -8,2% anticipés précédemment, selon les indications fournies lundi par le Créa.

L'année prochaine, le rebond économique devrait atteindre 2,1%. Jusqu'ici, les économistes tablaient sur une reprise plus vigoureuse (+3,2%). En 2022, la croissance est attendue à 3,9%. Malgré cela, le PIB n'atteindra pas le niveau d'avant-crise. Il faudra encore deux années pour regagner le terrain perdu, prévient l'institut.

09h55

Migros s'attend à des ventes en ligne record

Le géant suisse de la distribution Migros table sur une demande forte et soutenue dans le commerce en ligne, en raison du coronavirus. Son patron, Fabrice Zumbrunnen, s'attend à une bonne année en 2020 pour l'entreprise.

La logistique est un grand défi, explique-t-il dans un entretien diffusé lundi par les journaux du groupe de presse CH Media. Le "Black Friday" vendredi sera un premier test, explique Fabrice Zumbrunnen, soulignant que la Migros est prête.

Même s'il n'est pas encore clair comment les affaires vont se dérouler à Noël, 2020 sera une bonne année pour Migros, ajoute-t-il. La situation serait encore meilleure sans la pandémie de Covid-19. Mais, poursuit-il, les effets positifs de la crise compensent pratiquement les effets négatifs.

09h45

"La peur est quelque chose d’humain, il faut apprendre à vivre avec"

Comment dompter ses peurs en temps de pandémie? L’anthropologue et ethnologue Michel Agier, également directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris, était l’invité de La Matinale ce lundi pour tenter de répondre à cette question.

Il vient de publier "Vivre avec des épouvantails. Le monde, les corps, la peur", un ouvrage dans lequel il explore l'idée selon laquelle, notamment en ces temps de crise sanitaire mondiale, nous devons apprendre à vivre avec l'incertitude et la peur. Une chose que l’on avait un peu oublié dans nos sociétés.

"Aujourd’hui, on apprend à vivre avec cette dimension extraordinaire qui nous avait sidéré au début et qui est devenue aujourd’hui une partie de la réalité mondiale à laquelle les pays répondent de différentes manières, plus ou moins coordonnées".

Quoi qu’il en soit, pour Michel Agier, la peur reste toutefois quelque chose d’humain. "Je parle notamment de la peur cosmique. Nous avons réalisé notre commune vulnérabilité dans l’immensité du monde. Nous sommes minuscules et nous le réalisons même si nous avons cru que la modernité et la technologie allaient nous préserver de tous les malheurs. Il faut apprendre à faire avec".

Pour lui, instaurer la peur, comme l’ont fait la plupart des gouvernements au début de la pandémie en fermant les frontières, n’était sûrement pas la bonne solution. "Cela rassure, certes. Mais si ça rassure, ça veut bien dire que ça s’adresse à la peur et non au virus. Car du point de vue de la frontière de la pandémie, les frontières nationales n’ont aucun sens".

>> L'interview de Michel Agier:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Michel Agier, anthropologue et philosophe français sur l’impact du COVID dans nos sociétés [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Michel Agier, anthropologue et philosophe français sur l’impact du COVID dans nos sociétés / La Matinale / 11 min. / le 23 novembre 2020

09h25

Les villes romandes soutiennent les artistes face à la pandémie

Les villes romandes lancent différentes actions pour soutenir les artistes suisses mis en danger par la deuxième vague de Covid-19. Ces aides se veulent concrètes et cherchent à réinventer les possibilités offertes par les institutions culturelles.

Ainsi, la Ville de Neuchâtel, par exemple, invite des artistes à passer une semaine en résidence dans une salle de concert et des musées. Les artistes saluent ces démarches, mais ils en demandent davantage.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Les villes suisses soutiennent les artistes face à la pandémie. [Georgios Kefalas - KEYSTONE]Georgios Kefalas - KEYSTONE
Les villes romandes soutiennent les artistes face à la pandémie. / La Matinale / 2 min. / le 23 novembre 2020

08h45

Des particuliers livrent des repas pour pallier la fermeture des restaurants

La pandémie a entraîné dans de nombreux cantons une fermeture des restaurants, qui ne déplaît pas forcément à tout le monde. Elle constitue même une opportunité pour certains particuliers: ceux qui se lancent dans la préparation de repas dans leur cuisine, qu'ils vendent ensuite sur des plateformes de livraison.

La crise, d'ailleurs, a amplifié ce phénomène. Cette activité est légale, mais ceux qui s’y lancent doivent s'annoncer aux autorités et respecter des règles strictes. Les cantons procèdent à des contrôles.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

La fermeture des restaurants incite des particuliers à se lancer dans la livraison de repas à domicile. [Martial Trezzini - KEYSTONE]Martial Trezzini - KEYSTONE
La fermeture des restaurants incite des particulier à livrer des repas à domicile. / La Matinale / 1 min. / le 23 novembre 2020

08h30

La solidarité est moins présente durant la deuxième vague

Lors de la première vague de la pandémie, au printemps, la Suisse a vécu un fort élan de solidarité, avec notamment les applaudissements, le soir au balcon, en soutien aux soignants. Des actions d’entraide ont aussi éclos un peu partout, pour donner un coup de main à un voisin, un proche ou à une personne âgée.

Ce mouvement semble nettement mois présent lors de la deuxième vague. Différents acteurs, notamment parmi le personnel soignant, dressent ce constat.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Catherine Rolland, médecin urgentiste. [RTS]RTS
Où est donc passé l’élan de solidarité déployé pendant la première vague de coronavirus? / La Matinale / 3 min. / le 23 novembre 2020

08h15

"Sans le secteur aérien, il n’y a pas de croissance"

"Les compagnies aériennes auront besoin de 70 à 80 milliards de dollars (63,7 à 72,8 milliards de francs) d'aides supplémentaires de la part des gouvernements pour survivre à la crise du Covid-19". Invité de La Matinale ce lundi, Alexandre de Juniac, directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), ne s'en cache pas. Alors que près de 160 milliards de dollars (145 milliards de francs) ont déjà été injectés, les Etats devront repasser à la caisse pour espérer sauver le secteur frappé de plein fouet par cette crise "sans précédent", qui a réduit cette année le trafic aérien de près de 90%.

Mais le directeur général de l'IATA se veut plutôt confiant, rappelant que "sans le secteur aérien, il n'y a pas de croissance". Surtout que selon lui, une reprise du trafic aérien pourrait être très rapide, une fois que la situation sanitaire retrouvera un semblant de normalité. "L'appétit du voyage est toujours là. Regardez en Chine où le trafic domestique a déjà repris à 95% de ce qu'il était l'an dernier", se réjouit-il.

Quoi qu'il en soit, Alexandre de Juniac attend beaucoup de la combinaison des tests rapides - actuellement à l'essai dans plusieurs aéroports comme à Londres, à Rome ou à Toronto - et de l'arrivée prochaine d'un vaccin. Il espère ainsi une reprise progressive du trafic aérien dans le courant de l'année 2021.

L'IATA se réunit ce mardi pour l'assemblée générale annuelle de l'organisation, qui regroupe pas moins de 290 compagnies aériennes à travers le monde.

>> L'interview d'Alexandre de Juniac:

Alexandre de Juniac, directeur général de l’Association internationale du transport aérien (vidéo) [RTS]
Alexandre de Juniac, directeur général de l’Association internationale du transport aérien (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 23 novembre 2020

08h00

Le défi financier des hôpitaux face aux traitements des patients Covid

La prise en charge des patients atteints du Covid-19 a chamboulé l'organisation dans les hôpitaux. Ceux-ci ont dû diminuer voire abandonner des opérations non urgentes au profit des cas de coronavirus, moins rentables. Certaines voix s'élèvent pour demander une adaptation des tarifs.

Plus de deux milliards de francs de pertes: la faîtière des hôpitaux H+ s’attend à de lourds déficits pour les établissements médicaux cette année. En cause notamment, la suppression de la chirurgie élective au profit des cas Covid-19. Or, ces interventions sont souvent moins rentables.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le personnel médical des HUG aide les patients pendant la deuxième vague de pandémie (image d'illustration). [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Les hôpitaux ne sont pas assez rémunérés pour les patients Covid-19. / La Matinale / 1 min. / le 23 novembre 2020

>> En lire plus: Le défi financier des hôpitaux face aux traitements des patients Covid

07h45

La police mobilisée pour faire respecter les mesures

La police vaudoise a effectué de nombreux contrôles samedi soir afin de vérifier le respect des normes en vigueur, notamment l’interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes. Entre prévention et répression, les forces de l’ordre n’ont pas chômé. Bilan de la nuit dernière : plus de 50 interventions pour troubles à la tranquillité et une quinzaine de dénonciations pour non-respect des mesures anti-Covid.

Pendant les premiers mois de la pandémie, la police est intervenue plus de 800 fois pour des attroupements. Mais aujourd'hui, le froid décourage les fêtards. Une cinquantaine d’interventions sur deux week-ends pour des rassemblements, c'est 2 fois moins qu'en mars.

>> Le reportage du 19h30 avec la police vaudoise

La police vaudoise a effectué de nombreux contrôles ce week-end. [RTS]
La police vaudoise a effectué de nombreux contrôles ce week-end. / 19h30 / 2 min. / le 22 novembre 2020

A Genève également, plusieurs personnes ont été amendées pour n'avoir pas respecté le semi-confinement pendant le week-end. Sur la vingtaine d'interventions en lien avec cette problématique, deux tiers ont eu lieu chez des particuliers qui faisaient la fête sans respecter les mesures sanitaires, a indiqué dimanche à Keystone-ATS le porte-parole du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES) Laurent Paoliello.

Le dernier tiers a concerné des attroupements sur la voie publique de plus de cinq personnes ou sans masque.

Des mesures efficaces

Signe que les mesures sanitaires fonctionnent, le nombre de malades du Covid-19 actif hospitalisés continue de baisser. Dimanche à midi, ils étaient 461 aux Hôpitaux universitaires de Genève et dans les cliniques genevoises, contre 639 il y a une semaine.

"Tout va se jouer maintenant. Si les gens continuent de jouer le jeu et qu'on arrive à environ 200 nouveaux cas par jour, un assouplissement lent des mesures sanitaires sera possible", a précisé Laurent Paoliello.

07h30

Christophe Darbellay souhaite "lever les mesures cantonales à la mi-décembre"

Le ministre valaisan de l'Économie Christophe Darbellay a exprimé dans le 19h30 la volonté du Conseil d'Etat de lever les mesures cantonales à la mi-décembre. Il a également rappelé que les cas de rigueur s'appliqueront à des cas bien précis, dont ne feront pas partie les restaurateurs.

"Notre volonté serait de pouvoir lever les mesures cantonales à la mi-décembre, de manière à encore avoir le dispositif fédéral. Ensuite, c'est vraiment une question de solidarité et de responsabilité individuelle de ne pas reprendre tous les mauvais comportements."

>> L'interview complète de Christophe Darbellay dans le 19h30:

Une semaine à annonces pour le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay. [RTS]
Une semaine à annonces pour le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay. / 19h30 / 4 min. / le 22 novembre 2020

>> Lire aussi: "Notre volonté serait de lever les mesures cantonales à la mi-décembre"

7h15

Face au Covid, le défi de tenir compte des autres pathologies graves

Fortement mobilisés par les patients Covid-19, les hôpitaux doivent toutefois continuer de s'organiser pour gérer le flux des autres malades, qui peuvent parfois en pâtir.

Au service d'oncologie du CHUV, le plus grand de Suisse, l’objectif est de ne retarder aucun traitement, en évitant notamment d'interrompre les dépistages. Au printemps, ils se sont interrompus durant 2 mois. Un retard qui ne sera pas sans conséquences.

Le reportage du 19h30 au coeur des services d'oncologie et de cardiologie du CHUV:

Les services d'oncologie et de cardiologie essayent de s'en sortir pour continuer à traiter leurs malades en période de Covid-19. [RTS]
Les services d'oncologie et de cardiologie essayent de s'en sortir pour continuer à traiter leurs malades en période de Covid-19. / 19h30 / 4 min. / le 22 novembre 2020

>> Lire également: Les soins à domicile, un rempart à la surcharge des hôpitaux

07h00

Le mouvement anti-vaccin, histoire d'une défiance

La traditionnelle méfiance des mouvements "antivax" face à l'arrivée des vaccins annoncés contre le Covid-19 se fait sentir en Suisse. Invité de Forum dimanche, l'historien contemporain Laurent-Henri Vignaud rappelle que les mouvements anti-vaccins ont existé depuis l'apparition de ceux-ci. "Chaque époque possède son antivaccinisme particulier", explique-t-il. Celui d'aujourd'hui est essentiellement basé sur un argument politique, qui dénonce l'obligation vaccinale.

Le scientifique note également que la mouvance complotiste est désormais très présente. "La tendance complotiste a toujours été minoritaire dans l'historique du mouvement. Mais actuellement, ils s'emparent de ce mouvement pour faire avancer leurs propres pions", analyse-t-il.

Pourtant, pour l'historien, la politique vaccinale "ne peut pas être autrement qu'autoritaire, puisqu'il y a un enjeu public, qui est obligé de marcher sur les pieds des intérêts privés". Laurent-Henri Vignaud rappelle cependant une particularité helvétique: la Suisse a été le seul pays où l'obligation vaccinale a été soumise à référendum, en 1882. "Et le vote a été négatif à 79%", sourit-il. Il n'y a donc pas d'obligation généralisée possible en Suisse.

>> L'interview complète de Laurent-Henri Vignaud dans Forum:

Les anti-vaccins infiltrés par les complotistes : interview de Laurent-Henri Vignaud [RTS]
Les anti-vaccins infiltrés par les complotistes : interview de Laurent-Henri Vignaud / Forum (vidéo) / 7 min. / le 22 novembre 2020

06h45

La gestion suisse de la pandémie pointée du doigt

David Nabarro, délégué de l’OMS pour le coronavirus, dénonçait samedi dans les colonnes des journaux du groupe CH Media la mauvaise gestion de la pandémie dans notre pays, et met en garde contre une troisième vague.

Le répit estival aurait dû servir à mettre en place l’infrastructure nécessaire à contenir la deuxième vague. Mais le pays a dormi, tout comme ses voisins européens, estimait samedi David Nabarro, délégué de l’OMS pour le coronavirus, dans les colonnes des journaux du groupe CH Media.

>> Le reportage du 19h30 dans les pays voisins où les mesures sont plus strictes:

Certains pointent du doigt la réponse helvétique à la deuxième vague, alors que nos voisins ont choisi le confinement strict. [RTS]
Certains pointent du doigt la réponse helvétique à la deuxième vague, alors que nos voisins ont choisi le confinement strict. / 19h30 / 2 min. / le 22 novembre 2020

La directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Anne Lévy, a de son côté rejeté dimanche les accusations affirmant que la Suisse n'était pas suffisamment préparée.

Elle admet que personne ne s'attendait à ce que les chiffres augmentent aussi rapidement. Mais elle balaie les critiques affirmant que la Suisse n'était pas prête à affronter la deuxième vague de l'épidémie. "Peu importe à quel point on se prépare, à la fin on n'est pas prêt à tout", explique la directrice.

>> Lire: "La Suisse a dormi durant l’été, elle n’a pas vu venir la deuxième vague"

>> La Suisse mal préparée pour la deuxième vague pandémique ? Le débat dimanche dans Forum entre Léonore Porchet (Les Verts/VD) et Benjamin Roduit (PDC/VS):

La Suisse mal préparée pour la deuxième vague pandémique ? Débat entre Léonore Porchet et Benjamin Roduit [RTS]
La Suisse mal préparée pour la deuxième vague pandémique ? Débat entre Léonore Porchet et Benjamin Roduit / Forum (vidéo) / 10 min. / le 22 novembre 2020

06h30

Un tournant stratégique pour l'OFSP

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) est en train d'élaborer une nouvelle stratégie pour maîtriser la pandémie de coronavirus, qui reposera en grande partie sur les nouveaux tests antigéniques rapides.

Si un cas positif se révèle au sein d'un groupe précis, ce dernier sera testé dans son ensemble au moyen de tests rapides. La nouvelle stratégie va être mise en place "dans les semaines qui viennent", a indiqué dimanche Daniel Dauwalder, porte-parole de l'OFSP, et permettra d'avoir un aperçu des foyers de contamination.

>> Plus de détails: L'OFSP élabore une nouvelle stratégie pour maîtriser la pandémie

>> Les explications du 19h30 sur les tests rapides:

Covid-19: Les tests rapides antigéniques. [RTS]
Covid-19: Les tests rapides antigéniques. / 19h30 / 2 min. / le 22 novembre 2020

>> L'évolution du Covid-19 en Suisse

>> Evolution des cas et des décès en Suisse depuis le début de la crise:

06h15

Nouvelle manifestation "coronasceptique" à Schwyz

Environ 1000 personnes ont manifesté samedi après-midi à Lachen (SZ) contre le renforcement des mesures pour lutter contre le coronavirus. En dépit des nombreux avertissements, la majorité des participants ne se sont pas conformés à l'obligation de porter un masque, a indiqué la police.

La manifestation était organisée par "l'Alliance des cantons de Suisse centrale (SZ/UR/OW/NW) pour une politique raisonnée du Covid". Parmi les orateurs figurait le conseiller national Pirmin Schwander (UDC/SZ)

>> Lire aussi: Quelque 1000 manifestants contre les mesures anti-Covid à Schwyz

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus