Publié

Dans l'Arc alpin, les hivers sont plus doux et moins enneigés

Le glacier du Rhône souffre des changements climatiques. 
swisshippo
Depositphotos [swisshippo - Depositphotos]
Le point sur les changements climatiques en Suisse / CQFD / 12 min. / le 19 novembre 2020
Les hivers en Allemagne, en Autriche et en Suisse, sur le long terme, sont devenus plus chauds à toutes les altitudes, et avec moins de neige. Et la probabilité pour que cette tendance se poursuivre est grande, selon plusieurs études.

A basse altitude, le réchauffement climatique provoquera une baisse significative de la quantité de neige, montrent les études du Service météorologique allemand, de l'Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse et du service météorologique et de géophysique national d’Autriche.

Au cours des prochaines décennies, il faudra monter au-dessus de 1500 à 2000 mètres environ, pour trouver une quantité suffisante de neige naturelle pour les sports d'hiver. C'est du moins ce à quoi on peut s'attendre, selon ces études.

Le zéro degré en hiver est monté de 250 mètres en 50 ans

Il y a 50 ans, l'isotherme du zéro degré en hiver en Suisse était située en moyenne à près de 600 mètres d’altitude, précise MétéoSuisse. De nos jours, en raison du réchauffement hivernal, elle se situe à une altitude d'environ 850 mètres.

Son augmentation de l’ordre de 250 mètres a provoqué une forte baisse de la durée et de l'épaisseur de la couverture neigeuse en montagne, surtout en moyenne altitude. Ainsi, le nombre de jours enneigés par an dans les Alpes suisses a diminué d'environ 20 à 30, selon les endroits.

Il serait possible de freiner la tendance

Il serait possible de freiner la tendance, soulignent les études. A l’aide d’importantes mesures pour réduire les gaz à effet de serre, qui ont un impact sur le climat, tels que le dioxyde de carbone, le réchauffement et la diminution des quantités de neige pourraient être considérablement minimisés.

ats/boi

Publié