Modifié

L'interdiction de la voiture à essence peine à convaincre en Suisse

L'interdiction de la voiture à essence ne fait pas l'unanimité en Suisse. [Peter Klaunzer - Keystone]
L'interdiction des voitures thermiques ne trouve pas de majorité en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 19 novembre 2020
Les uns après les autres, les pays sonnent le glas de la voiture à essence. Le gouvernement britannique a notamment annoncé mercredi que leur vente serait proscrite à partir de 2030. En Suisse, l'interdiction de la voiture thermique ne parvient toutefois pas à trouver de majorité.

Les Verts demandent depuis plus de trois ans la fin des véhicules à essence. Selon eux, la Suisse doit drastiquement baisser ses émissions de gaz à effet de serre pour atteindre les Accords de Paris.

>> Lire également: Les nouveaux véhicules essence ou diesel interdits au Royaume-Uni dès 2030

Comme le transport individuel motorisé est le secteur le plus polluant, la formation politique estime qu'il faut s'attaquer de toute urgence à la voiture thermique et ne plus autoriser l'immatriculation de nouveaux véhicules. Le but est de pousser à l'achat de modèles électriques.

Deux motions

Pour l'heure, les Verts ne sont pas parvenus à convaincre une majorité parlementaire, ni le Conseil fédéral, qui préfère l'incitation à la contrainte. Mais les écologistes ne perdent pas espoir: ils ont déposé coup sur coup deux motions parlementaires qui sont en attente de traitement.

La première demande l'interdiction de la vente de nouveaux véhicules thermiques pour 2030, à l'instar du Royaume-Uni. La seconde va plus loin et fixe l'échéance à 2025. Elle s'inspire du modèle norvégien.

Les Verts misent sur le nouveau Parlement fédéral, plus vert et plus à gauche, pour soutenir cette idée qui n'est plus un tabou à l'étranger.

Céline Fontannaz/gma

Publié Modifié