Modifié

La crise du Covid-19 dope les Vert’libéraux, selon un sondage SSR

Un an après les élections fédérales, les Vert’libéraux ont le vent en poupe selon les sondages [RTS]
Un an après les élections fédérales, les Vert’libéraux ont le vent en poupe selon les sondages / 19h30 / 2 min. / le 13 novembre 2020
Un an après les élections fédérales, les Vert’libéraux ont le vent en poupe et l’UDC perd encore du terrain, indique le baromètre électoral Sotomo publié vendredi. La pandémie de coronavirus a bouleversé la hiérarchie des préoccupations des Suisses, mais n’a pas modifié les équilibres politiques.

La hiérarchie des partis politiques en Suisse n’a pas changé depuis les dernières élections fédérales, si l’on en croit le baromètre électoral de la SSR, réalisé par l’institut Sotomo.

L’UDC est toujours le parti le mieux soutenu par la population, représentant près d’un électeur sur quatre (24,1%). Il devance largement le PS (16,8%) et le PLR (15,1%). Suivent au coude à coude les Verts (12,2%) et le PDC (11,9%). Les Vert’libéraux tutoient quant à eux les 10%.

L'UDC perd des plumes

Malgré la pandémie de coronavirus qui a profondément bouleversé la vie sociale et l’activité économique, cette année 2020 n’a eu qu’une faible influence sur les intentions de vote des Suisses.

Les Vert’libéraux semblent être ceux qui ont su le mieux tirer leur épingle du jeu, avec un gain de 2 points de pourcentage. A l’inverse, les Verts (-1 point) et l’UDC (-1,5 point) s’affichent en recul. Les autres formations sont stables ou quasi stables.

La vague écologiste se confirme

Grands vainqueurs des élections fédérales de 2019, les deux partis écologistes du pays maintiennent des intentions de vote élevées en comparaison avec leurs scores d’il y a cinq ans. La vague verte qui a déferlé sur la Berne fédérale l’automne dernier s’est d’ailleurs confirmée dans les cantons. Dans les huit cantons qui ont renouvelé leur Parlement cette année, les Verts ont glané 23 sièges supplémentaires et les Vert’libéraux ont mis la main sur 21 fauteuils de plus.

L’UDC, qui avait vu sa force électorale chuter de 3,8 points au niveau national l’an dernier, continue de perdre des plumes. Le PS, le PLR et le PDC réussissent quant à eux à stopper l’hémorragie. Il est encore trop tôt pour évaluer l’effet de la probable fusion entre les démocrates-chrétiens et le PBD sous l’appellation Le Centre, qui devrait être entérinée par les deux partis au début de l’année prochaine, notent par ailleurs les auteurs de l’étude.

Le Covid-19 bouleverse les préoccupations

Paradoxalement, à l’apparente stabilité des intentions de vote des Suisses depuis une année répond la profonde transformation de leurs préoccupations. Le monde d’hier et le monde d’aujourd’hui semblent n’avoir rien en commun, ou si peu. Le Covid-19 est passé par là et, sans surprise, il est devenu la source d’inquiétude numéro un de la population. Plus de six électeurs sur dix estiment qu’il s’agit de l’un des trois défis politiques les plus importants.

Le changement climatique, mentionné par environ un tiers des Suisses (34%, -8 points), est relégué au deuxième rang des préoccupations.

Avec la pandémie, les craintes liées à la situation économique en général (30%, +19 points) ainsi qu’au chômage et à la pression sur les salaires (29%, +18) se hissent au premier plan. Les primes d’assurance maladie (22%, -19), la réforme des retraites (16%, -17), les relations avec l’UE (13%, -21) et l’immigration (16%, -10) perdent quant à elles de leur importance.

Le coronavirus inquiète surtout les Romands

Le coronavirus est la préoccupation majeure dans les trois régions linguistiques, même si les Romands - davantage touchés par la deuxième vague - se montrent plus souvent inquiets (67%) que les Tessinois (59%) et les Alémaniques (58%). Il s’agit aussi du principal souci dans tous les partis, à l’exception de l’électorat de l’UDC, qui craint davantage l’immigration (45%) que le Covid-19 (44%), et des Verts, qui redoutent le changement climatique plus que le virus (71% contre 63%).

Ce bouleversement de la hiérarchie des préoccupations des Suisses n’a pas - pas encore? - modifié en profondeur les équilibres politiques. Il sera toutefois intéressant d’observer l’évolution des intentions de vote au cours de la législature, notent les auteurs de l’étude. Pour l’heure, le retour brutal des inquiétudes liées à l’économie associé à la persistance des préoccupations d’ordre climatique semblent faire le lit du Parti vert’libéral.

Didier Kottelat et Mathieu Henderson

Publié Modifié

Méthode

La collecte des données a été réalisée en ligne pour le compte de la SSR par l'institut de sondage Sotomo entre le 23 octobre et le 2 novembre 2020.

Le recrutement des personnes interrogées a eu lieu d’une part par le biais des portails web de la SSR et d’autre part via le panel en ligne de Sotomo. Après apurement et contrôle des données, les réponses de 19’620 électeurs ont pu être exploitées pour l’évaluation.

La représentativité de ce sondage est comparable à celle d’un échantillonnage aléatoire avec une erreur d’échantillonnage de +/-1,3 point de pourcentage, note Sotomo.