Banner du 11 novembre 2020 [Keystone]
Publié Modifié

La charge de patients pour les hôpitaux reste trop élevée, prévient l'OFSP

 - L'évolution de l'épidémie ralentit, mais la charge pour les hôpitaux reste encore trop élevée, prévient la Task Force scientifique de la Confédération. Il faut viser une réduction de moitié des nouvelles infections tous les 15 jours. De nouvelles mesures pourraient être nécessaires.

- La Suisse compte jeudi 6924 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Un total de 94 décès supplémentaires sont à déplorer et 280 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité s'élève à 21,87%

- Selon les CFF, le trafic passagers a encore diminué ces derniers jours. La semaine du 2 au 8 novembre, le taux d'occupation des trains régionaux atteignait 60% du nombre de passagers habituel, contre 70% une semaine plus tôt.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

20h30

Fribourg cherche des volontaires pour les EMS et institutions

Le canton de Fribourg a lancé un appel aux volontaires prêts à apporter leur aide au personnel des institutions de santé, qui est soumis à rude épreuve par cette deuxième vague de l'épidémie. La situation est extrêmement tendue, surtout dans les établissements à risques comme les EMS ou les institutions pour handicapés.

L'organe cantonal de conduite a passé mercredi des annonces sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite fribourgeoise.

A l'hôpital cantonal fribourgeois (HFR), près de 200 nouveaux collaborateurs ont été engagés pour renforcer les équipes de l'établissement.

"La pénurie était déjà là avant. C'est certain que la crise ne l'a absolument pas améliorée", analyse Magali Morier, responsable de la cellule de recrutement à l'HFR dans le 19h30.

>> Voir le reportage du 19h30:

L'hôpital de Fribourg a fait appel à un renfort de personnel: 200 personnes ont rejoint les rangs des blouses blanches. [RTS]
L'hôpital de Fribourg a fait appel à un renfort de personnel: 200 personnes ont rejoint les rangs des blouses blanches. / 19h30 / 2 min. / le 12 novembre 2020

>> Le point dans La Matinale:

Les EMS et institutions fribourgeois ont besoin de volontaires pour les aider (image d'illustration). [Laurent Gilliéron - Keystone/pool]Laurent Gilliéron - Keystone/pool
Le canton de Fribourg lance un appel à l'aide pour renforcer ses équipes mobilisées dans la lutte contre le Covid / Le Journal horaire / 1 min. / le 12 novembre 2020

20h20

Opérations maintenues malgré tout à Morges

L'hôpital de Morges maintient ses activités opératoires à un très haut niveau, malgré la saturation des services de soins intensifs en Suisse romande, a appris la RTS. L’électif non urgent continue d'être traité, mobilisant d’importantes ressources, dénoncent des soignants employés par l’hôpital.

Pourtant, le 27 octobre, le Département vaudois de la santé annonçait la concentration des moyens sur les soins intensifs et le report des interventions électives non urgentes, tant au CHUV que dans les établissements de la Fédération des hôpitaux vaudoise, dont faire partie l’hôpital de Morges.

Dans un courriel adressé à la RTS, le Département précise : "les opérations non urgentes sont possibles mais uniquement en ambulatoire et si elles ne mobilisent pas des ressources (personnel et infrastructures) nécessaires à la prise en charge des patients gravement atteints par le covid".

Prise en charge assurée, répond l'hôpital

L’hôpital de Morges réagit dans un courriel: "L’Ensemble hospitalier de la Côte (ndlr: l’entité globale avec ses différentes antennes) est en pleine capacité de prendre en charge et de répondre aux besoins de tous les patients Covid-19 qui comptent sur nous. Nous avons, en effet, organisé et aménagé des unités spécifiques qui nous permettent d'accueillir près de 130 patients Covid-19 dont 19 aux soins intensifs et soins continus."

>> Plus d'informations: Surchauffe en salle d’opération à l’hôpital de Morges

>> Le reportage du 19h30

L'hôpital de Morges subit la deuxième vague du coronavirus, mais pratiquait encore le 6 novembre des opérations non urgentes. [RTS]
L'hôpital de Morges subit la deuxième vague du coronavirus, mais pratiquait encore le 6 novembre des opérations non urgentes. / 19h30 / 2 min. / le 12 novembre 2020

20h15

Il est possible de contracter deux fois le virus

Les cas scientifiquement avérés de réinfection au Covid-19 sont extrêmement rares. Depuis août pourtant, il est prouvé qu'une personne peut contracter deux fois le virus. Mais à l'heure actuelle, seuls six cas ont été recensés par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Il faut toutefois faire attention à ne pas confondre avec une première infection persistante, alertent les médecins. Pour y voir clair, une analyse génétique est nécessaire. Si les deux tests diffèrent, alors il s'agit bien d'une réinfection.

"Cela montre que l'immunité induite par la maladie n'est pas très forte et pas de longue durée. Donc de permettre au virus de circuler avec le but que tout le monde soit protégé grâce à la réponse immunitaire n'est pas justifié", explique Daniel Speisen, immunologue au CHUV et membre de la Task Force scientifique, dans le 19h30.

>> Les explications du 19h30:

Il est possible de contracter deux fois le coronavirus. La durée immunitaire reste inconnue. [RTS]
Il est possible de contracter deux fois le coronavirus. La durée immunitaire reste inconnue. / 19h30 / 2 min. / le 12 novembre 2020

19h00

Bistrots: qui va payer l'addition?

Fâchés par le manque de soutien des autorités après une deuxième obligation de fermer boutique, les restaurateurs vaudois ont lancé un mouvement de protestation avec un slogan: "Qui va payer l'addition?".

C'est le grand débat de Forum avec Frédérique Beauvois, tenancière de la Brasserie de Montbenon et co-organisatrice du mouvement; Jennifer Badoux, vice-présidente de l'UDC Vaud qui réclame la réouverture immédiate des restaurants; et Stéphane Montangero, membre de la commission de la santé publique du Grand Conseil vaudois.

>> Ecouter le grand débat de Forum:

Le grand débat - Bistrots fermés: qui va payer l’addition? [RTS]
Le grand débat - Bistrots fermés: qui va payer l’addition? / Forum / 19 min. / le 12 novembre 2020

18h20

L'industrie suisse des machines pessimiste pour l'avenir

Le ciel reste sombre pour l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux. Ce secteur dresse aujourd'hui un constat très pessimiste pour l'avenir. Sur les trois premiers trimestres 2020, le chiffre d'affaires du secteur a dégringolé de plus de 11%, selon la faîtière Swissmem.

Pourtant, contrairement à la restauration, les entreprises de l'industrie n'ont pas été fermées par les autorités. "Le problème, c'est que l'économie mondiale s'est arrêtée de fonctionner et la demande s'est écroulée. Cela impact durement tout l'écosystème de production, dont un bon nombre de PME dans l'Arc jurassien", explique Patrick Linder dans Forum.

Selon le directeur de la Chambre d'économie publique du Jura bernois, région dans laquelle le secteur secondaire représente un emploi sur deux, les entreprises ressentent maintenant les effets d'alors. Et le futur n'est pas très réjouissant: "La deuxième vague menace d'avoir des effets dans le long terme qui seront perceptibles en 2021. Cette période est un vrai défi pour l'industrie".

>> Ecouter l'interview complète de Patrick Linder dans Forum:

Le ciel reste sombre pour l'industrie suisse des machines et des métaux: interview de Patrick Linder [RTS]
Le ciel reste sombre pour l'industrie suisse des machines et des métaux: interview de Patrick Linder / Forum / 4 min. / le 12 novembre 2020

18h00

Vaud: crédit supplémentaire pour les garderies

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite un crédit supplémentaire de 2,7 millions de francs pour combler les pertes des garderies. Ce montant, qui s'ajoute aux 18,9 millions déjà débloqués, permettra de soutenir toutes les structures d'accueil du canton, y compris celles exclues de l'aide fédérale.

Le dispositif vaudois de l'accueil de jour a subi un "manque à gagner considérable" pendant la première vague de pandémie, écrit jeudi le canton. Mais dans son ordonnance Covid-19, la Confédération exclut d'apporter une aide aux institutions exploitées par les pouvoirs publics, créant une "iniquité de traitement".

L'enveloppe totale de 21,6 millions permettra de financer 67% des pertes subies par l'ensemble des acteurs vaudois. Les 33% restants seront assurés par la Confédération pour les structures privées. Pour les autres, ce devrait être à la charge des communes ou associations de communes.

17h15

Situation tendue malgré "un début d'infléchissement" au CHUV

La situation est toujours "préoccupante" aux soins intensifs du CHUV à Lausanne, estime son responsable Jean-Daniel Chiche. Dans une interview accordée à 24 heures, il dit toutefois observer "un début d'infléchissement" lié, selon lui, à la fermeture des bars et restaurants dans le canton de Vaud.

Les soins intensifs du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) disposaient jeudi matin d'une dizaine de lits disponibles dans le secteur Covid et de quatre lits pour les cas non-Covid. "On a plus que doublé la capacité d'accueil, avec 76 lits contre 35 habituellement", rappelle Jean-Daniel Chiche. Il précise que son service est préparé à ouvrir encore six à huit lits si nécessaire.

Le responsable indique que quatre patients ont dû être jusqu'ici transférés dans d'autres hôpitaux, à Berne et Zurich. Il ajoute toutefois que le CHUV n'a pas été amené jusqu'ici à refuser des malades par manque de place. Un tri des patients n'est également pas envisagé: "aujourd'hui, il n'y a pas matière à implémenter de telles mesures", affirme-t-il.

16h00

Onze foyers de soutien aux proches aidants fermés à Genève

A Genève, la Direction générale de la santé (DGS) a demandé la fermeture temporaire des foyers de jour et de nuit dès jeudi au vu de la progression importante de l'épidémie dans le canton. Onze structures d'accueil permettant de soutenir les proches aidants sont concernées par cette décision.

Ces foyers jouent un rôle important dans la politique cantonale en matière de maintien à domicile. Aussi, le personnel des institutions continuera à maintenir le lien social auprès des bénéficiaires, essentiellement des personnes âgées, et de leur famille, écrit jeudi la DGS.

Une prestation de relève à domicile adaptée à la situation de chaque bénéficiaire sera proposée, cette offre ayant été éprouvée avec succès durant la première vague. Une réévaluation régulière de la situation sera effectuée par la DGS.

Les foyers spécialisés dans la prise en charge de personnes souffrant de troubles cognitifs ont été contraints de fermer le 23 octobre déjà. Ceci en raison du profil des bénéficiaires, qui souffrent de pathologies rendant l'application des plans de protection délicate.

15h25

Les cantons romands sont les plus touchés en Europe

Selon les données compilées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), tous les cantons romands hormis Berne figurent désormais en tête du classement de l'incidence par région (soit la somme des cas sur 14 jours rapportée à la population).

Le 10 novembre (voir tweet ci-dessous), la Wallonie était encore quatrième et la République tchèque sixième. Mais depuis, la situation s'est améliorée dans ces deux régions, alors qu'elle est restée globalement stable en Suisse romande, même si on constate du mieux en Valais. Du coup les cantons de Neuchâtel, Vaud et du Jura apparaissent plus haut dans le classement.

>> Lire aussi: Genève devient la région la plus touchée par le Covid en Europe

14h55

Situation sanitaire très inquiétante dans les EMS vaudois

La situation sanitaire liée à la deuxième vague du coronavirus dans les EMS vaudois est très inquiétante. Le pic des cas positifs de la première vague a été dépassé. Le plus grand problème pour ces établissements médicaux-psycho-sociaux est le manque de personnel soignant et la fatigue accumulée.

"On a dépassé le pic du 6 avril 2020 la semaine dernière, soit 451 résidents atteints du Covid-19. On est désormais légèrement au-dessus", a indiqué jeudi à Keystone-ATS François Sénéchaud, secrétaire général de l'Association vaudoise des EMS/EPSM (HévivA). Sur 172 EMS, 69 sont touchés, soit plus du tiers. On compte à ce jour 482 cas positifs pour une moyenne de 6 à 8 cas par EMS touchés, détaille-t-il.

"On espère arriver au sommet de la deuxième vague"

Il y a environ trois semaines, les statistiques du canton annonçaient près de 230 cas positifs et 35 décès dans les EMS depuis le 2 août. "La situation est très inquiétante. On espère chaque jour que l'on est arrivé au sommet de la deuxième vague", dit François Sénéchaud.

Durant la phase aiguë de la première vague de la pandémie, entre le 11 mars et le 5 juin dernier, 255 décès avaient été déplorés, tandis qu'un millier de résidents avaient guéri, selon l'HévivA. Environ 43% des EMS avaient été touchés. "On n'a pas autant de décès que lors de la première vague. Le taux de mortalité semble plus bas", constate le secrétaire général de l'association.

14h45

Transferts réguliers entre les cantons

La coopération entre les cantons fonctionne bien, a assuré jeudi Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux (AMCS), devant la presse. Des patients sont régulièrement transférés d'un canton à un autre.

Rudolf Hauri note également un tournus élevé dans les sections normales. Dès qu'un patient quitte l'hôpital un autre le remplace. Il y a beaucoup d'arrivées et de départs.

La situation est différente d'un canton à l'autre, a-t-il poursuivi. Mais tous font face à une activité élevée du virus. La situation reste instable et les hôpitaux ne savent pas ce qu'il va encore venir. C'est pourquoi la population doit absolument respecter les mesures d'hygiène et de distanciation.

Noël en petit comité

Interrogé sur les fêtes de fin d'année, il a assuré qu'elles pourront être célébrées dans le cercle restreint de la famille. "Rien ne l'empêche". Il serait en revanche contre-productif d'organiser une grande fête. Et il faudra faire attention aux grands-parents.

14h40

La Task Force veut réduire les infections par deux tous les 15 jours

L'évolution de l'épidémie ralentit, mais la charge pour les hôpitaux reste encore trop élevée, a déclaré jeudi Martin Ackermann chef de la Task Force scientifique de la Confédération. Il faut viser une réduction de moitié des nouvelles infections tous les 15 jours.

Le taux de reproduction du virus est passé à 0,86. C'est encourageant, mais cet indice pourrait être sous-estimé, a précisé l'expert. Reste que les indicateurs concernant l'occupation des lits en soins intensifs et les décès restent trop élevés.

Taux de positivité toujours trop élevé

Le doublement des personnes en soins intensifs a lieu tous les 12 jours, et celui des décès tous les 7 jours. Selon Martin Ackermann, les hôpitaux pourraient atteindre la limite de leurs capacités en lits d'ici la mi-novembre. Environ 20 à 30% des tests sont positifs alors que l'OMS fixe le plafond à 5%.

Il a appelé à réduire autant que possible les contaminations. La Task Force propose de diminuer de moitié les nouvelles infections tous les 15 jours. On arriverait à 500 contaminations le 1er janvier, ce qui deviendrait gérable pour le système hospitalier. Il faudrait que le taux de reproduction passe sous 0,7.

La Task Force nationale Covid-19 songe à d'autres mesures, mais pour l'heure, il s'agit d'appliquer celles déjà en vigueur.

14h25

600 militaires volontaires

Quelque 600 militaires se sont volontairement mis à disposition de l'armée pour soutenir les cantons face au coronavirus. L'armée ne peut actuellement pas les engager tous pour les hôpitaux.

"L'armée ne s'impose pas. Elle intervient là où on demande, puis elle se retire", a rappelé jeudi le divisionnaire Yvon Langel lors d'un point de presse. Actuellement, 500 militaires sont en service d'appui. Parmi eux, 300 sont directement engagés auprès des cantons qui ont fait une demande d'aide; les 200 autres sont intégrés dans la logistique et l'Etat-major. L'armée recherche toutefois du personnel de cuisine, a lancé le divisionnaire.

Les six cantons romands ainsi que Berne bénéficient de l'aide demandée. Une demande du Tessin est en cours d'évaluation. Si d'autres demandes sont déposées, l'armée devra faire appel à du personnel sanitaire supplémentaire. Elle fait du "sur mesure". Les militaires qui ne sont plus nécessaires doivent être licenciés à temps, a précisé Yvon Langel.

14h10

Infections et hospitalisations restent très élevées

La situation épidémiologique en Suisse se dirige vers une stabilisation, indique jeudi Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), mais le nombre de nouvelles infections demeure trop élevé. Le nombre de décès continue, lui, à augmenter.

Cette tendance à la stabilisation est le signe que les mesures prises par les cantons et la Confédération sont efficaces. "Mais ce n'est pas le moment de se relâcher", insiste Virginie Masserey. Elle rappelle aussi qu'il ne faut pas attendre l'appel des services du médecin cantonal si l'on a été en contact étroit avec une personne positive au coronavirus.

"Grâce au report des interventions non urgentes et aux transferts, les limites de capacités hospitalières ne sont pas atteintes, mais on ne peut pas compter sur ce mécanisme. Il faut diminuer le nombre de malades", indique Virginie Masserey.

La Suisse compte 6924 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, selon l'OFSP et 280 nouvelles hospitalisations. Environ 32'000 tests sont effectués par jour avec un taux de positivité se stabilisant à hauteur de 25%.

Forte variation du taux d'incidence

Le taux d'incidence demeure très élevé en comparaison internationale. Il est de 1120 cas pour 100'000 habitants au niveau national, et varie entre environ 600 et 2500 selon les cantons.

Genève compte près de 2500 cas pour 100'000 habitants, suivi par Fribourg qui en compte plus de 2400. Neuchâtel s'approche de la barre des 2000 cas pour 100'000 habitants, tandis que le Valais l'a dépassée, selon le rapport quotidien de l'OFSP.

Uri détient le taux le plus bas, avec environ 547 cas pour 100'000 habitants. Les chiffres peuvent être sous-estimés en raison d'un décalage dans l'enregistrement des données.

14h00

Soldats sanitaires engagés à l'Hôpital fribourgeois

Canton très touché par la deuxième vague pandémique, Fribourg peut compter sur le soutien de soldats sanitaires à l'Hôpital fribourgeois (HFR). Au nombre de 60 environ, et de 75 à terme, ces derniers assurent une présence en rotation 24 heures sur 24.

La compagnie sanitaire est à l'oeuvre depuis samedi, suite à l'appel lancé par l’Organe cantonal de conduite (OCC) pour répondre à la forte hausse de cas positifs de Covid-19. "Sa mission va des soins de base, comme l'alimentation, à la prise de la tension artérielle", a indiqué jeudi Catherine Dorogi, directrice des soins de l’HFR.

"Le soutien était très attendu avec la deuxième vague", a précisé à Keystone-ATS Catherine Dorogi, en ajoutant que beaucoup de personnel soignant est malade actuellement. "On a besoin de nous, et plutôt que ne rien faire à la maison, nous pouvons apporter quelque chose ici", a noté pour sa part le lieutenant Aurélien Annichini.

A Riaz et Tavel

Les soldats mobilisés soutiennent le personnel soignant. Engagés sur une base volontaire, ils ont fini leur école de recrues pas plus tard que le 30 octobre et accepté de prolonger leur service. Ils offrent aux équipes une aide, "bienvenue et nécessaire", selon l'HFR, pour assurer la prise en charge des patients hors les soins intensifs.

A l'appui humain s’ajoute une logistique comprenant deux véhicules sanitaires. Ces derniers pourront être engagés une fois les effectifs militaires au complet. La mobilisation des soldats est planifiée, en l'état, jusqu’au 6 décembre. Elle sera réévaluée en fonction de la situation sanitaire et des besoins définis par l’OCC.

13h35

Toujours plus de demandes pour des consultations en pédopsychiatrie

Ces dernières semaines, les consultations en pédopsychiatrie auprès des hôpitaux universitaires de Berne et de Lausanne ont augmenté de 40%. Les jeunes vivent mal les privations et les contraintes liées à la pandémie de Covid-19.

Les cas chez les jeunes sont sérieux. Les acteurs du secteurs observent une augmentation marquée des idées suicidaires et des crises d'angoisse. Dès la semaine prochaine, le CHUV à Lausanne va réactiver un centre ambulatoire de crise comme au printemps dernier. Les angoisses et les pertes de repères se propagent aussi chez les étudiants. A l'Université de Lausanne, la consultation psychothérapeutique est, cet automne, prise d'assaut.

>> Ecouter le 12h30:

Kerstin von Plessen, cheffe du Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au CHUV à Lausanne. [© Markus Redvall - Unil - Faculté de Biologie et de Médecine]© Markus Redvall - Unil - Faculté de Biologie et de Médecine
40% de consultations psychiatriques en plus chez les jeunes : interview de Kerstin von Plessen / Le 12h30 / 4 min. / le 12 novembre 2020

>> En lire plus: Avec le Covid-19, les consultations pédopsychiatries bondissent de 40%

13h20

Des Journées de Soleure hybrides en janvier

Les 56èmes Journées de Soleure auront lieu en janvier 2021 sous la forme d’une édition en ligne. Le Festival rendra hommage au réalisateur tessinois Villi Hermann et lance un nouveau prix, qui met en avant un premier long métrage.

"Ces derniers mois, nous avons préparé les 56es Journées de Soleure sous la forme d’une édition hybride, à la fois sur place et en ligne. Mais avec l’évolution de la pandémie et les mesures de protection décidées par Berne et le canton de Soleure, notre édition en ligne, d'abord conçue comme complémentaire, devient le coeur du festival", explique Anita Hugi, directrice des Journées de Soleure lors d'une conférence de presse en ligne.

Le programme de films sera entièrement disponible sur la plateforme payante du festival, y compris les programmes spéciaux. Tous les prix sont maintenus tandis qu'un nouveau fera son apparition: un prix destiné à un premier long métrage, baptisé "Opera prima".

>> Les précisions du 12h30:

La 55e édition des Journées de Soleure. [solothurnerfilmtage.ch]solothurnerfilmtage.ch
Cinéma : les Journées de Soleure auront lieu en ligne en janvier 2021 / Le 12h30 / 1 min. / le 12 novembre 2020

12h55

Le festival Les Urbaines annulé

Le festival lausannois Les Urbaines est annulé cette année. Les mesures sanitaires dans le canton de Vaud, valables au moins jusqu'au 30 novembre, rendent impossible la tenue de l'événement du 4 au 6 décembre.

"Nous travaillons sur un format qui permettrait, en 2021, de reprogrammer les artistes prévus cette année", écrivent les organisateurs dans un communiqué. Les Urbaines mélangent les formes visuelles, sonores et performatives dans une dizaine de lieux de Lausanne, Renens et Chavannes. L'an dernier, la 23e édition avait attiré plus de 6800 visiteurs.

12h45

Hésitations pour les parc animaliers

Fermera, fermera pas, les parcs animaliers vaudois ont vécu une valse-hésitation début novembre lorsque le canton a imposé une nouvelle vague de restrictions. Finalement, seuls les espaces clos des zoos ont dû fermer. La Garenne et Servion restent ouverts.

Le 3 novembre, le Conseil d'Etat annonçait pour le lendemain la fermeture de ses restaurants et lieux culturels. "Nous n'étions pas sûrs des mesures à prendre. Dans le doute, on a fermé", raconte jeudi à Keystone-ATS Charles Bulliard, patron du zoo de Servion.

Le directeur a contacté la préfecture, puis la police du commerce. Une semaine plus tard, après une inspection de la gendarmerie, le parc a pu rouvrir ses portes. Mais en maintenant inaccessibles ses espaces clos, soit le restaurant et quatre autres bâtiments qui accueillent notamment les primates, les fauves et les panthères des neiges, la plupart de ces animaux restant visibles de l'extérieur.

A Le Vaud, le zoo de la Garenne n'a fermé qu'un seul jour. "Nous avons très peu de structures intérieures et avons reçu rapidement le feu vert de la police de commerce du district", explique le directeur Michel Gauthier-Clerc. Parmi les autres parcs vaudois, Juraparc aussi est ouvert. Aquatis, en revanche, l'aquarium géant sur les hauts de Lausanne, doit garder portes closes.

12h30

Baisse du trafic CFF

Les Suisses ont réduit leur mobilité en transports publics, d'après des données publiées par les CFF. La semaine du 2 au 8 novembre, le taux d'occupation des trains régionaux atteignait 60% du nombre de passagers habituel, contre 70% une semaine plus tôt.

Les lignes longues distances affichent une baisse plus importantes. Elles comptaient début novembre 45% du taux d'occupation enregistré à la même période l'an passé.

Cette diminution de la mobilité reste toutefois nettement inférieure à la chute mesurée ce printemps après l'entrée en vigueur des mesures de semi-confinement. Le taux d'occupation des trains était alors tombé à environ 20% du trafic habituel.

12h15

Le masque obligatoire au centre d'Yverdon

A l'instar d'autres localités vaudoises, Yverdon-les-Bains rend obligatoire avec effet immédiat le port du masque au centre-ville selon des horaires définis. Le secteur de la gare (lundi au samedi de 7h00 à 19h), la zone piétonne (samedi de 7h à 19h) et le marché (mardi et samedi de 7h à 13h) sont concernés.

L'objectif consiste "à conjuguer au mieux le principe de protection des zones à forte affluence et la perception de la population", écrit la deuxième ville du canton de Vaud dans un communiqué.

12h05

Les tests rapides disponibles à Neuchâtel

Les tests rapides antigéniques sont proposés dès jeudi dans le canton de Neuchâtel. Avec l'amélioration de la capacité de dépistage, l'auto-quarantaine, très critiquée par les milieux patronaux, est suspendue.

"Actuellement, deux centres médicaux dispensent cette prestation. Dès la semaine prochaine, ce seront huit pharmacies et neuf centres et cabinets médicaux qui seront opérationnels", a indiqué la Chancellerie d'Etat dans un communiqué.

Cette nouvelle filière de tests rapides vient accroître la capacité de dépistage du canton, déjà renforcée par l’ouverture d’un cinquième centre à Cernier le 2 novembre. Ce site a en effet permis de doubler le nombre de tests PCR réalisés. "Désormais, dans le canton, il est possible de se faire tester dans la demi-journée et d’obtenir un résultat en moyenne en 24 heures", a précisé la Chancellerie.

11h50

6924 nouveaux cas et 94 décès

La Suisse compte 6924 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un total de 94 décès supplémentaires sont à déplorer et 280 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 31'659 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 21,87%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 96'868. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 1120,54 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 250'396 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 2'318'688 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 2863 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 9713.

Le pays dénombre par ailleurs 44'507 personnes en isolement et 41'663 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 1593 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h20

Des soignants positifs au Covid-19 mais présents à l'hôpital

Pour pallier la pénurie de personnel hospitalier, le canton de Genève vient de décider que ses collaborateurs pourraient retourner travailler même s'ils sont malades du Covid-19.

Bien que cette présence soit soumise à certaines conditions, notamment l'accord des personnes concernées, cette initiative suscite de nombreuses interrogations d'un point de vue sanitaire.

>> Les explications de Samia Hurst, bioéthicienne et vice-présidente de la task force nationale Covid-19, dans l'émission CQFD:

Le personnel médical est particulièrement exposé au coronavirus.
Deliris
Depositphotos [Deliris - Depositphotos]Deliris - Depositphotos
Des soignants positifs au Covid-19 à lʹhôpital / CQFD / 8 min. / le 12 novembre 2020

10h55

Exonération de loyer à Genève

Les locataires de baux commerciaux de la Gérance immobilière municipale (GIM) de la Ville de Genève seront exonérés du paiement de leur loyer de novembre. Le coût de cette mesure de soutien s’élève à près de 1,2 million de francs.

Cette exonération est accordée pour autant que le montant du loyer mensuel n’excède pas 7000 francs, précise le Conseil administratif de la Ville de Genève dans un communiqué. Les locataires contraints de fermer sur ordre du Conseil d’Etat sont exonérés sans limitation. La mesure touche environ 670 locataires de baux commerciaux.

10h30

La diversification, maître-mot de la stratégie suisse pour les vaccins

Le gouvernement a débloqué mercredi 100 millions de francs supplémentaires pour l'achat de vaccins contre le Covid-19, un montant qui s'ajoute aux 300 millions prévus initialement. Il négocie avec plusieurs fournisseurs, dont l'américain Pfizer, qui a dévoilé cette semaine des résultats prometteurs.

Et pour garantir à la population un accès au vaccin, la stratégie du Conseil fédéral est basée sur la diversification. A l'heure qu'il est, deux contrats sont signés, avec Astrazeneca et Moderna, et une réservation est faite pour un troisième, Pfizer BioNTech.

A l'heure qu'il est, deux contrats sont signés, avec Astrazeneca et Moderna, et une réservation est faite pour un troisième, Pfizer BioNTech. A cela s'ajoute un programme d'achat international et d'autres négociations qui restent confidentielles pour l'instant, tout comme les détails des contrats. Le montant débloqué par la Confédération ne signifie pas non plus que le vaccin sera gratuit. Des discussions à ce propos sont en cours avec les cantons et les assureurs.

>> Les explications de La Matinale:

La Confédération a déjà signé des accords avec plusieurs fabriquants de vaccins en cours d'expérimentation. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
La diversification, maître-mot de la stratégie suisse pour les vaccins / La Matinale / 1 min. / le 12 novembre 2020

10h15

Le LHC en quarantaine

Le Lausanne HC a été placé en quarantaine jusqu'au 21 novembre. Cette mesure a été dictée par le médecin cantonal vaudois après trois cas positifs au Covid-19 dans l'entourage du club.

L'équipe se trouvait en quarantaine à titre préventif depuis lundi, après un premier cas positif. Le match prévu mardi contre Rapperswil avait été reporté.

Désormais, avec la nouvelle situation, trois rencontres des Lausannois ne pourront pas se jouer comme prévu. Il s'agit des matches contre les Langnau Tigers (vendredi 13.11), Berne (mardi 17.11) et Davos (samedi 21.11).

09h40

L'industrie des machines toujours en fort recul

L'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) continue d'enregistrer de très forts reculs après neuf mois à tous les niveaux. Même s'y a une légère embellie au troisième trimestre, avec la menace d'un nouveau confinement elle n'entrevoit toujours pas le bout du tunnel, indique-t-elle dans un communiqué

Après neuf mois de l'exercice en cours, les entrées de commandes accusent une chute 8,6% par comparaison avec la même période en 2019. Le chiffre d'affaires se contracte encore plus lourdement, dégringolant de 11,5%. Pire encore, les exportations sont en chute libre, dévissant de 13,9%.

Certes les affaires ont quelque peu redressé la tête au troisième trimestre, mais les entrées de commandes (-4,3%) et le chiffre d'affaires (-8,4%) poursuivent leur tendance baissière, les PME étant nettement moins touchées que les grandes entreprises, précise le communiqué.

Mais avec la deuxième vague de la crise pandémique et le risque d'un deuxième confinement, les espoirs d'une réelle reprise risquent de fondre comme neige au soleil. L'industrie MEM ne voit guère de signes d'une reprise prochaine et durable.

09h05

Comment éviter la multiplication des confinements et déconfinements?

Si tout se passe bien, un vaccin contre le coronavirus sera peut-être disponible au printemps ou en été 2021. D’ici là, quelle stratégie adopter pour contenir l’épidémie de Covid-19 tout en préservant une vie sociale? La Suisse a confiné au printemps, puis déconfiné, avant d’être submergée par la deuxième vague. Va-t-on répéter ce scénario des fermetures et réouvertures encore plusieurs fois?

Les experts de la task force Covid veulent à tout prix éviter cet effet yo-yo, et pour cela il faudra passer par des mesures sanitaires inscrites dans la durée.

>> Le sujet de La Matinale:

Une personne masquée près d'un panneau signalant une "zone à forte affluence", au centre-ville de Lausanne, le 10 novembre 2020. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Comment faire pour éviter les effets yoyo avec le Covid? / Le Journal horaire / 1 min. / le 12 novembre 2020

08h40

Boom de l'intérêt pour les résidences secondaires en station

La pandémie plonge les stations de ski dans l’incertitude à l'aube de la saison d’hiver. La crise stimule en revanche la demande pour les résidences secondaires en Suisse. Et ce mouvement profite notamment à l’immobilier dans les stations.

Certains courtiers parlent même de leur "plus belle année" et c'est, selon eux, une conséquence des mesures contre la pandémie - restrictions de voyage et télétravail en tête.

La tendance est confirmée aussi par les chiffres que la société PriceHubble a transmis à la RTS. Ce spécialiste du marché immobilier constate un boom des ventes immobilières dans les stations de ski suisses, entre juillet et septembre cette année: +15% par rapport au trimestre précédent, +20% par rapport au même trimestre l’année dernière.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

La station de Verbier en été. [RTS]RTS
Boom immobilier dans les stations en partie grâce au Covid / Le Journal horaire / 3 min. / le 12 novembre 2020

>> Lire aussi: La pandémie stimule la demande pour les résidences secondaires en Suisse

08h10

Le commerce de détail souffre même quand les magasins restent ouverts

Malgré les pressions des commerçants, de leurs faîtières et du PLR genevois, les magasins dit "non-essentiels" restent fermés à Genève - contrairement au canton de Vaud.

Interrogé dans La Matinale, Toto Morand, patron des magasins de chaussures Pompes funèbres à Lausanne et dans plusieurs cantons, n'est pourtant pas totalement convaincu qu'une ouverture soit une bonne chose. "En tant que commerçant, je préfère avoir les magasins ouverts (…), mais force est de constater que depuis la semaine passée on se retrouve dans la même situation qu'à la mi-mars quand il y a eu l'état d'urgence", souligne-t-il. "Alors que le mois d'octobre avait été assez bien, dès la semaine passée on a vu une chute dramatique du chiffre d'affaires de 45% dans les magasins de Lausanne et Neuchâtel et de 30% à Bâle et à Zurich".

Toto Morand demande quoi qu'il en soit au Conseil d'Etat vaudois de considérer le commerce de détail comme un cas de rigueur. "C'était déjà un cas de rigueur avant la pandémie, avec toutes les enseignes qui ont disparu en Suisse ces dernières années", explique le commerçant. "Si je n'avais pas de réserves, je serais déjà en phase de dépôt de bilan. Donc tous les petits qui ont commencé depuis cinq ans vont, ou disparaître, ou avoir une situation absolument dramatique."

"Les gens ne sortent plus que pour aller travailler. Vous pouvez aller voir en ville, il n'y a plus personne. D'autant plus que les cafés-restaurants sont fermés."

>> L'interview de Toto Morand dans La Matinale:

L'invité d'actualité (vidéo) - Toto Morand, commerçant lausannois [RTS]
L'invité d'actualité (vidéo) - Toto Morand, commerçant lausannois / La Matinale / 7 min. / le 12 novembre 2020

07h45

Deux fois plus d'hospitalisations que ce printemps

La hausse du nombre d'hospitalisations témoigne de l'ampleur de la deuxième vague qui submerge les hôpitaux. Il y a aujourd'hui près de 3950 patients hospitalisés en Suisse, deux fois plus que le printemps dernier.

>> Les explications d’Antoine Silacci:

Didactique d'Antoine Silacci sur les courbes de coronavirus en Suisse et en Europe [RTS]
Didactique d'Antoine Silacci sur les courbes de coronavirus en Suisse et en Europe / 19h30 / 1 min. / le 11 novembre 2020

>> Lire également: La 2e vague de Covid-19 provoque déjà une forte surmortalité en Suisse

07h30

Les commerces vaudois et neuchâtelois sont restés ouverts mais les contrôles sont serrés

Dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel, les commerces ont pu rester ouverts. Nombre de personnes limité, désinfection des mains à l'entrée et port du masque à l'intérieur: des règles strictes sont toutefois à respecter. Si les contrôles sont fréquents, les sanctions se font plutôt rares.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Dans les cantons de Vaud et Neuchâtel, les commerces sont restés ouverts mais les contrôles sont serrés [RTS]
Dans les cantons de Vaud et Neuchâtel, les commerces sont restés ouverts mais les contrôles sont serrés / 19h30 / 2 min. / le 11 novembre 2020

07h15

Fermer ou non des classes pour freiner la pandémie?

La situation est également tendue dans les écoles romandes. Tous les cantons sont face à un dilemme: celui de fermer des classes pour préserver la santé et le risque d'aggraver les décrochages scolaires.

>> Reportage dans le 19h30:

Situation tendue dans les écoles romandes: réflexions sur la fermeture des classes [RTS]
Situation tendue dans les écoles romandes: réflexions sur la fermeture des classes / 19h30 / 2 min. / le 11 novembre 2020

Malgré les cas de Covid dans les écoles, il faut maintenir l’école en présentiel, estime la conseillère d’Etat genevoise Anne Emery-Torracinta, en charge de l’Instruction publique. Pour elle, l’enseignement en présentiel est capital. Elle relève par ailleurs que ce n’est pas vraiment dans les écoles et les lieux professionnels qu’ont lieu les contaminations.

>> L'interview d'Anne Emery-Torracinta dans le 19h30:

Anne Emery-Torracinta: "Les mises en quarantaine dépendent du médecin cantonal" [RTS]
Anne Emery-Torracinta: "Les mises en quarantaine dépendent du médecin cantonal" / 19h30 / 3 min. / le 11 novembre 2020

07h00

Inquiétude pour les apprentis

La pandémie et les mesures sanitaires frappent durement l'économie et les apprentis sont parmi les plus vulnérables. La Confédération pourrait les exclure du chômage partiel, contrairement au printemps. Une perspective qui inquiète les cantons et les partenaires sociaux.

>> Reportage dans le 19h30 :

La pandémie et les mesures sanitaires frappent durement l'économie, ce qui pourrait menacer la formation des apprentis [RTS]
La pandémie et les mesures sanitaires frappent durement l'économie, ce qui pourrait menacer la formation des apprentis / 19h30 / 2 min. / le 11 novembre 2020

06h45

"Il ne faut pas se relâcher", rappelle Alain Berset

Malgré la perspective de l’arrivée d’un vaccin et d’une croissance de l'épidémie qui ralentit, Alain Berset appelle la population suisse à ne surtout pas se relâcher.

"On travaille d’arrache-pied pour être prêts à accueillir un vaccin", a annoncé le ministre de la Santé mercredi soir dans Forum. Mais il prévient qu'à ce stade il est encore trop tôt pour se réjouir. "Admettons qu’on reçoive des doses. Elles ne seront pas toutes disponibles en même temps pour tout le monde. La distribution du vaccin et la vaccination elle-même vont prendre des mois. Cela va nous occuper une bonne partie de l’année 2021."

En attendant, les gestes barrières restent donc de mise. "Actuellement, on est dans une situation délicate avec trop d’infections et des hôpitaux surchargés. On ne pourra pas régler cela avec un vaccin, car il arrivera dans plusieurs mois. On doit en parallèle poursuivre nos efforts, en gardant nos distances, en se lavant les mains et en évitant les contacts."

>> L'interview complète d'Alain Berset dans Forum:

Alain Berset interview par Forum, le 11 novembre 2020. [RTS]
Alain Berset s’exprime sur l’achat de vaccins par la Confédération / Forum / 7 min. / le 11 novembre 2020

>> Voir sur le sujet du 19h30 sur l'engagement financier de la Confédération en vue d'acquérir des vaccins:

La Confédération va débourser 400 millions de francs au total pour le futur vaccin anti-Covid [RTS]
La Confédération va débourser 400 millions de francs au total pour le futur vaccin anti-Covid / 19h30 / 1 min. / le 11 novembre 2020

06h30

L'accès aux vaccins pour les pays pauvres en question

La Suisse a déjà réservé 10 millions de doses de vaccins via les entreprises Moderna et AstraZeneca. Et elle s'apprête à conclure des accords de réservation avec d'autres sociétés. De son côté, la Commission européenne a annoncé un contrat avec Pfizer pour 300 millions de doses. Il s'agit du quatrième accord de ce type entre l'Union européenne et des groupes pharmaceutiques.

Cette stratégie des pays riches pour s’assurer un accès au vaccin est critiquée par certains milieux.

Dans Forum d’Alain Alsahni, pharmacien et spécialiste des vaccins pour la Campagne d'accès aux médicaments essentiels de Médecins sans Frontières, parle de "contrats opaques et de course aux vaccins à deux vitesses".

>> Ecouter l'interview d'Alain Alsahni dans Forum:

Médecins Sans Frontières dénonce un manque de transparence dans la commercialisation des vaccins [RTS]
Médecins Sans Frontières dénonce un manque de transparence dans la commercialisation des vaccins / Forum / 6 min. / le 11 novembre 2020

06h15

Retour sur la journée de mercredi

La Suisse comptait mercredi 8270 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Quatre-vingt-six décès supplémentaires ont été déplorés et 304 malades avaient été hospitalisés. Le taux de positivité s'élevait à 25,40%.

De son côté, le Conseil fédéral a annoncé qu'il allait allouer un crédit complémentaire de 100 millions pour acheter des vaccins contre le coronavirus. Cette somme s'ajoute aux 300 millions déjà approuvés précédemment.

>> Lire aussi: Alain Berset: "On travaille d’arrache-pied pour être prêts à accueillir un vaccin"

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus