La bannière du 3 novembre [Keystone]
Publié Modifié

La situation sur le front du coronavirus très tendue dans les hôpitaux romands

- La Suisse compte mardi 6126 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Septante-deux décès supplémentaires sont à déplorer et 316 malades ont été hospitalisés.

- Le Conseil d'Etat fribourgeois a décidé mardi de fermer à son tour les bars et restaurants du canton, de même que la plupart des installations accessibles au public, comme les théâtres, musées, cinémas, centres de loisirs ou encore les fitness, les piscines et autres espaces de bien-être. Les commerces et les activités de service à la personne, tels que les coiffeurs, ne sont pas concernés. La mesure entre en vigueur mercredi à 23 heures.

- Le Conseil d'Etat vaudois a également annoncé de nouvelles mesures. Dès mercredi à 17h00, les bars, cafés et restaurants seront notamment fermés. Les musées, cinémas, salles de concert et de théâtre, tout comme les fitness, doivent aussi fermer leurs portes. Les bibliothèques restent ouvertes. Par ailleurs, l'état de nécessité est prononcé. Les nouvelles mesures resteront en vigueur jusqu'au 30 novembre.

- Dans le canton de Fribourg, le personnel des soins intensifs lance un cri d'alarme. Débordés, il en appelle à la responsabilité des citoyennes et des citoyens, et dénonce les discours corona-sceptiques. Beaucoup d'hospitalisations sont notamment liées aux festivités de la Bénichon, qui se sont parfois tenues au mépris des recommandations sanitaires.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

20h00

Quelles solutions pour le système sanitaire?

La situation est tendue dans plusieurs hôpitaux romands. Le CHUV a vu le nombre de ses patients Covid doubler en une semaine. Pour l’ensemble du canton de Vaud, on décompte 50 nouvelles hospitalisations par jour.

Proches de la saturation, les hôpitaux trouvent des solutions. Le canton du Valais a notamment annoncé qu’il allait transférer des patients non-Covid. Il a sollicité l’ensemble des établissements hospitaliers du canton, comme Neuchâtel, qui a décidé de faire appel aux cliniques privées.

>> Le tour d'horizon des hôpitaux romands dans Forum:

Quels hôpitaux sont saturés en Suisse? [RTS]
Quels hôpitaux sont saturés en Suisse? / Forum (vidéo) / 3 min. / le 3 novembre 2020

>> Le reportage du 19h30 au coeur de l'Hôpital fribourgeois:

Reportage au coeur des soins intensifs saturés de l'hôpital fribourgeois [RTS]
Reportage au coeur des soins intensifs saturés de l'hôpital fribourgeois / 19h30 / 2 min. / le 3 novembre 2020

18h45

Rebecca Ruiz: "Nos hôpitaux sont saturés"

Interviewée dans l'émission Forum, la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz est revenue sur le durcissement des mesures dans son canton.

>> Lire également: Vaud et Fribourg ferment à leur tour bars et restaurants

"Si des mesures sont prises aujourd'hui c'est parce que la situation est très grave pour notre système sanitaire. Nos hôpitaux sont saturés. On a encore quelques capacités d'accueil, on se doit de garder ces quelques réserves. Mais on voit aussi qu'en fonction des cas qui pourraient se présenter dans nos hôpitaux, on devrait pouvoir procéder à des transferts vers des cantons alémaniques", indique-t-elle.

Un tri des patients est-il à craindre? "On met tout ce qui est possible et imaginable en place pour éviter cette situation. C'est pourquoi on s'achemine vers des transferts. Ce n'est pas non plus une situation et un choix facile", répond la ministre en charge de la santé.

>> L'interview de Rebecca Ruiz dans Forum:

Le canton de Vaud prend des mesures drastiques contre le coronavirus : interview de Rebecca Ruiz [RTS]
Le canton de Vaud prend des mesures drastiques contre le coronavirus : interview de Rebecca Ruiz / Forum (vidéo) / 3 min. / le 3 novembre 2020

17h15

Le canton de Vaud ferme les bars et restaurants

Le canton de Vaud durcit à son tour ses mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Dès mercredi à 17h00, les bars, cafés et restaurants seront fermés. Les musées, cinémas, salles de concert et de théâtre, tout comme les fitness, doivent aussi fermer leurs portes. Les bibliothèques restent ouvertes.

Par ailleurs, les manifestations privées et publiques sont interdites au-delà de 5 personnes, sauf si la cellule familiale est plus importante. Les funérailles peuvent se tenir dans la stricte intimité des familles.

Les écoles, crèches et garderies resteront ouvertes, ainsi que les entreprises de soins à la personne, a annoncé mardi la présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite. Le sport pour les enfants constitue une autre exception.

Le port du masque est généralisé dans les espaces clos. Dès mercredi et d'ici lundi, le télétravail devra se généraliser dans les administrations publiques et partout où c'est possible.

L'état de nécessité est prononcé. Les nouvelles mesures resteront en vigueur jusqu'au 30 novembre.

>> Les explications dans Forum:

Les conseillers d'Etat vaudois, Philippe Leuba et Nuria Gorrite lors d'une conférence de presse du Conseil d'Etat du canton de Vaud. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Coronavirus: Vaud et Fribourg durcissent les mesures / Forum / 1 min. / le 3 novembre 2020

17h00

Mesures pour les cas de rigueur dès le 1er décembre

Les mesures prévues pour les cas de rigueur devraient entrer en vigueur le 1er décembre prochain. C'est ce qu'a annoncé le conseiller fédéral Ueli Maurer à la commission de l'économie et des redevances du Conseil national qui a salué ce geste, ont indiqué mardi les services du Parlement.

Plusieurs acteurs avaient prié instamment le Conseil fédéral d'accélérer les mesures d'aide pour les acteurs les plus touchés et les plus menacés, notamment les organisateurs d’évènements, les voyagistes et les forains. Ce soutien est d'autant plus important au vu des nouvelles restrictions dans le cadre du Covid-19.

La commission a pris acte, avec soulagement, de l'accélération de ce dossier. Elle tiendra une séance supplémentaire dans le courant de novembre afin d’être consultée sur l’ordonnance concernée. Pour elle, il est juste que la Confédération se concentre sur des solutions ciblées en faveur des plus menacés. La semaine dernière, le conseiller fédéral Guy Parmelin avait évoqué notamment des aides à fonds perdu.

16h30

L'Hôpital du Valais demande l'aide des cliniques du canton

L’ensemble des cliniques du canton du Valais sont appelées à venir en aide à l’Hôpital du Valais (HVS) et prendre en charge des patients non Covid-19. Cette manoeuvre devrait permettre à l'établissement d'accueillir davantage de patients infectés par le virus. Les transferts commencent ce mardi.

Avec plus de 240 patients hospitalisés au Centre hospitalier du Valais romand, le seuil fixé a été atteint "pour solliciter des renforts externes", indique le département de la Santé dans un communiqué. Des patients du Centre, qui a suspendu son activité élective, ont déjà été transférés à son pendant haut-valaisan. Ce dernier va réduire de 70% la sienne.

Toutes les cliniques de réadaptation du canton collaborent. Ainsi des patients non Covid-19 hospitalisés en réadaptation à l'HVS seront transférés vers les cliniques bernoise, genevoise et lucernoise situées à Crans-Montana, ainsi que vers la Leukerbad Clinic et la Clinique romande de réadaptation de la SUVA.

La Clinique de Valère accueillera prochainement des patients de l’HVS en séjour post-opératoire. La Clinique CIC de Saxon et MV santé à Sion mettront à disposition une partie de leur personnel. Des physiothérapeutes ont également été appelés en renfort.

16h15

Suffisamment de respirateurs dans les hôpitaux pour l'instant

La situation dans les hôpitaux est très tendue sur le front du coronavirus. Les cas en soins intensifs et nécessitant des respirateurs sont en augmentation. Pour l'instant néanmoins, les établissements de soins disposent de suffisamment de respirateurs, ont affirmé mardi les experts de la Confédération.

L'armée dispose également de réserves suffisantes. Certains cantons ont déjà demandé des appareils supplémentaires à l'armée, a expliqué Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

15h45

Action des restaurateurs devant le Parlement vaudois

Des bars, clubs et restaurants ont mené une action mardi en début d'après-midi devant le Parlement vaudois, juste avant la reprise des débats au Grand Conseil. Ils ont interpellé les députés pour demander des aides urgentes face à la crise du coronavirus.

Une centaine de personnes ont participé à cette manifestation. Elles ont accueilli les élus avec des banderoles, où il était notamment écrit "Qui va payer l'addition ?", "Métier en danger" ou "Vos lois, nos pertes".

Elles ont aussi remis une lettre ouverte aux députés, signée par une quarantaine d'établissements quasiment tous basés à Lausanne. "Comment pouvons-nous payer toutes les charges alors que nous ne pouvons plus travailler ?" s'interrogent-ils.

Les manifestants demandent au canton de les soulager des charges sociales liées aux réductions d'horaire de travail (RHT) et de mieux répartir les loyers commerciaux entre locataire, bailleur et canton. Ils revendiquent également une indemnité "à hauteur du préjudice financier subi suite aux restrictions appliquées depuis mars."

L'action a été menée en début d'après-midi devant le Parlement vaudois. [Laurent Gillieron - Keystone]L'action a été menée en début d'après-midi devant le Parlement vaudois. [Laurent Gillieron - Keystone]

15h30

Les psychologues de plus en plus consultés

En période de crise, la santé psychique est particulièrement menacée. C’est notamment le cas dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Selon une enquête menée auprès de 1300 psychologues, la demande de consultations ou de thérapies psychologiques a fortement augmenté depuis l’été.

La pandémie de Covid-19 et les mesures prises pour l’endiguer ont aussi des effets sur la santé psychique, rappelle la Fédération suisse des psychologues dans un communiqué mardi. Une enquête menée auprès de 1300 psychologues fournit de premières informations sur leur ampleur.

Ainsi, 46% des sondés indiquent que la demande de thérapies ou de consultations psychologiques a augmenté depuis l’été du fait de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences. Plus de 70% des praticiens interrogées ont déjà dû refuser des patients ou des clients par manque de capacités.

De plus, 31% des psychologues évoquent de nouvelles pathologies liées à la pandémie. "Il s’agit en partie de personnes qui souffraient déjà de troubles psychiques auparavant et chez qui la pandémie du coronavirus ainsi que le confinement ont déclenché le besoin de recourir à une aide professionnelle" déclare Yvik Adler, co-présidente de la Fédération suisse des psychologues dans le communiqué.

14h45

Léger ralentissement des infections, mais les inquiétudes subsistent

Il y a une légère tendance au ralentissement des nouvelles infections, a déclaré mardi devant la presse Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP. Mais le nombre de nouveaux décès (72) et d'hospitalisations (316) restent considérables. Elle rappelle que les chiffres doivent être lus au regard du retard de sept jours entre l'évolution des nouveaux cas et l'évolution des décès.

Dans les hôpitaux, 363 malades du Covid-19 sont placés aux soins intensifs. Cela représente 45% des places totales dans ce type d'unité, avec une réserve de 27%, a détaillé l'infectiologue. La limite pourrait être atteinte dans cinq jours, selon les prévisions de l'OFSP.

Le débordement des soins intensifs menace à très court terme: Virginie Masserey de l'OFSP parle de cinq jours [RTS]
Le débordement des soins intensifs menace à très court terme: Virginie Masserey de l'OFSP parle de cinq jours / 19h30 / 19 sec. / le 3 novembre 2020

Par rapport au printemps, les traitements ont toutefois été améliorés et le temps passé en unité de soins intensifs a été raccourci. Il faut néanmoins rester attentif et prendre les devants, notamment concernant les flambées de cas dans les EMS.

Les quarantaines de personnes sans symptômes posent question

Au niveau des cantons, le président de l'Association des médecins cantonaux Rudolf Hauri a rappelé qu'actuellement le traçage des contacts par les cantons n'est pas complet. "Mais nous sommes en bonne voie, il y a des améliorations", indique-t-il.

S'il réitère l'importance des isolements et des quarantaines dans la lutte contre l'épidémie, il note toutefois que les quarantaines des personnes asymptomatiques, donc peu infectieuses, sont toujours sujettes à controverse. "En l'état, celles-ci ne sont pas remises en question en tant que mesure à appliquer, mais les politiques doivent être adaptées", dit-il.

Il évoque notamment la possibilité pour certaines personnes placées en quarantaine d'être autorisées à aller travailler, principalement dans les domaines social et des soins, si des dispositions adéquates sont prises. "Mais cela ne signifie pas qu'elles sont libérées, et dans la vie privée, après le travail, elle doit être intégrale", précise-t-il.

14h40

Le CHI de Genève annulé

Le CHI de Genève n'aura pas lieu cette année. La manifestation était prévue du 10 au 13 décembre. La situation sanitaire actuelle explique la décision des organisateurs.

Les spectateurs qui avaient déjà acheté un billet seront remboursés. Le rendez-vous hippique au Palexpo devrait tenir sa 60e édition en 2021, du 9 au 12 décembre.

14h00

Fribourg ferme également bars et restaurants

Le Conseil d’Etat fribourgeois a décidé mardi de fermer à son tour les bars et restaurants du canton, de même que la plupart des installations accessibles au public, comme les théâtres, musées, cinémas, centres de loisirs ou encore les fitness, les piscines et autres espaces de bien-être. Les commerces et les activités de service à la personne, tels que les coiffeurs, ne sont pas concernés.

La mesure prendra effet dès mercredi soir à 23h00 et durera jusqu'au 30 novembre.

Pour marquer la gravité de la situation, le gouvernement a tenu mardi à Granges-Paccot (FR) une nouvelle conférence de presse, après celle de vendredi pour annoncer l'état de situation extraordinaire. Les mesures arrêtées sont présentées comme "indispensable pour tenter de freiner la progression de la pandémie".

Après le Valais, le Jura, Genève et Neuchâtel, Fribourg est le quatrième canton à fermer les établissements publics et autres infrastructures.

13h30

Christophe Darbellay: "C'est un peu de l'enfumage"

Interviewé lundi soir dans l’émission TTC, Christophe Darbellay a parlé "d’enfumage" pour qualifier le règlement annoncé par la Confédération pour les cas de rigueur dans le cadre de la crise du Covid. Le conseiller d’Etat PDC valaisan réclame la mise en place rapide du même mécanisme d’aide aux entreprises qui prévalait lors de la première vague du virus au printemps.

>> Voir l'interview de Christophe Darbellay dans TTC:

Christophe Darbellay interviewé par TTC sur la crise sanitaire [RTS]
Christophe Darbellay interviewé par TTC sur la crise sanitaire / L'actu en vidéo / 1 min. / le 3 novembre 2020

13h00

Une fédération pour mieux représenter les intérêts des commerces vaudois

La période d’incertitude liée à la deuxième vague de Covid-19 devient ingérable pour le commerce de détail, qui emploie quelque 28'000 personnes dans le canton de Vaud. Onze associations ont décidé de rassembler leurs forces en créant une Fédération des commerçants de détail vaudois.

"Le but principal, c'est de défendre le petit commerce", explique sa présidente Cécile Hussain Khan, qui dirige par ailleurs l'Association des commerçants de Morges. "Ils sont le décor de nos villes, c'est aussi important pour le tourisme. Une ville sans commerces, c'est une ville morte".

>> Lire: Une nouvelle fédération vaudoise pour défendre le commerce de détail

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30:

La période d’incertitude liée à la deuxième vague du Covid-19 devient ingérable pour le commerce de détail, qui emploie quelque 28'000 personnes dans le canton de Vaud. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
La deuxième vague de Covid-19 inquiète les commerces de détail vaudois: interview de Cécile Hussain-Khan / Le 12h30 / 1 min. / le 3 novembre 2020

12h00

La Suisse compte 6126 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte mardi 6126 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Septante-deux décès supplémentaires sont à déplorer et 316 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22'157 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 27,65%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 92'373. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 1068,6 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 182'303 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 2'044'406 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 2202 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 7792.

Le pays dénombre par ailleurs 39'951 personnes en isolement et 31'906 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 10'651 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h30

Arrêt temporaire des transports publics pour les noctambules

Les réseaux de transport de nuit sont suspendus pour une durée illimitée, à partir de la nuit de vendredi à samedi, annoncent les CFF mardi. Cette décision a été prise en accord avec l'Office fédéral des transports (OFT) et CarPostal. Les liaisons régulières en soirée ne sont pas concernées.

Cette suspension découle de la prescription du Conseil fédéral du 28 octobre, ordonnant la fermeture des établissements à 23h00, précisent les CFF dans un communiqué. La demande de nuit devient ainsi inexistante.

La reprise dépendra des prescriptions du Conseil fédéral sur la fermeture des établissements et la vie nocturne. Selon les CFF, les correspondances pour les derniers trains de l'horaire restent cependant garanties.

11h15

Neuchâtel: record des contrats d'apprentissage en 2020, malgré la pandémie

Le canton de Neuchâtel connaît en 2020 un nouveau record du nombre de contrats de formation duale, avec 1704 contrats de première année d'apprentissage validés, contre 1677 en 2019. Le Conseil d'Etat estime que les mesures de soutien ont permis de compenser l'impact de la pandémie de Covid-19.

Pour faire face à la pandémie et soutenir les entreprises dans le recrutement d’apprentis, l’Etat de Neuchâtel a décidé d’octroyer une prime unique et exceptionnelle de 2000 francs à toute entreprise qui engage un apprenti de première année. Cette mesure spécifique s’ajoute à la prestation financière du contrat-formation entrée en vigueur le 1er janvier.

11h00

Le réseau de soins neuchâtelois unit ses forces aux cliniques privées

Le Réseau hospitalier neuchâtelois et le groupe privé Swiss Medical Network (SMN) ont décidé d'unir leurs forces pour étendre le dispositif de prise en charge des patients Covid.

Les hôpitaux neuchâtelois pourraient être les premiers en Suisse à être saturés. Pourtant, avec 18 lits en soins intensifs pour un bassin de 178'000 habitants, le canton se situe au-dessus de la moyenne des hôpitaux comparables.

Face à cette situation, le Conseil d’Etat a pris la décision de réquisitionner les deux établissements du SMN dans le canton: l’Hôpital de la Providence à Neuchâtel et la Clinique Montbrillant à La Chaux-de-Fonds.

Suite à cette décision, les deux entités sont entrées dans une phase de formalisation du dispositif. "Une montée en puissance de la collaboration est prévue en cas de besoin", ont-elles indiqué mardi dans un communiqué commun.

"Ces lits participeront de l’assouplissement du dispositif en lits pour les patients non-Covid qui nécessitent une prise en charge aigüe", peut-on lire dans le communiqué.

10h00

L'importance de bien aérer

Parmi les mesures pour endiguer la deuxième vague, les autorités enjoignent la population de rester à la maison. Mais encore faut-il penser à bien aérer les locaux, notamment pour réduire la concentration de particules virales.

Pour bien renouveler le volume d'air, il faut, selon les experts, ouvrir grand les fenêtres deux à trois fois par jour, et ce pendant 10 minutes.

>> Lire: Bien aérer permet de lutter contre le coronavirus et la pollution de l'air

>> Ecouter aussi le sujet de La Matinale:

Pour lutter contre la présence du coronavirus à l'intérieur, il est important d'aérer les locaux en ouvrant les fenêtres. [Martial Trezzini - KEYSTONE]Martial Trezzini - KEYSTONE
Bien aérer pour lutter contre le coronavirus et la pollution de l'air / La Matinale / 1 min. / le 3 novembre 2020

09h00

À Fribourg, la lassitude du personnel de soin face aux corona-sceptiques

Alors que certaines personnes refusent toujours d'admettre la dangerosité du nouveau coronavirus, et que l'adhésion aux mesures sanitaires diminue, les unités de soins intensifs des hôpitaux sont désormais au bord de la rupture. Durant le week-end, la Suisse a enregistré 93 nouveaux morts du Covid-19. Et la lassitude du personnel soignant, sollicité comme jamais, devient palpable.

Dans le service des soins intensifs de l'hôpital de Fribourg (HFR), 18 malades du Covid sont actuellement soignés. Govind Sridharan, médecin-chef des soins intensifs au HFR, pratique la médecine intensive depuis 20 ans et dit n'avoir jamais rien vu de semblable.

"À ceux qui disent que le Covid est une grippette, j'ai envie de leur montrer cette chambre: vous avez quatre places, deux malades sont sur le ventre, un troisième est intubé. La quatrième place est libre ; c'est un malade qui vient de faire un arrêt cardiaque, on est allé au scanner après sa réanimation", décrit-il.

Même son de cloche pour l'infirmière-cheffe adjointe Valérie Miauton: "Penser encore que c'est irréel, que c'est un complot, il y a un gros décalage. Il faudrait que ces personnes puissent venir aux soins intensifs se rendre compte d'elles-mêmes", déplore-t-elle.

>> Écouter le reportage de Maurice Doucas au service de soins intensifs de l'hôpital de Fribourg:

Les soins intensifs de l'Hôpital cantonal fribourgeois. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Le personnel des soins intensifs sollicité comme jamais à l'Hôpital de Fribourg / La Matinale / 3 min. / le 3 novembre 2020

Inconscience et Bénichon

Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux lundi en fin de journée, Nicolas Blondel, spécialiste en médecine interne générale à l’HFR, a également averti que la situation de son hôpital se trouvait "à l'aube d'une catastrophe sanitaire", alors que plus de 185 patients y sont hospitalisés à cause du Covid-19. "Toute à l’heure, devant les urgences, les ambulances arrivaient à une cadence au quart d’heure", décrit-il.

Nicolas Blondel déplore l'inconscience de la population face à la gravité de la situation. "Les patients que nous avons hospitalisés, ce sont essentiellement des Fribourgeois qui ont fêté la Bénichon ou le recrotzon", précise-t-il.

Et d'ajouter que si la moyenne des personnes entrées à l'HFR tourne autour de 70 ans, il y a beaucoup de patients plus jeunes, dont certains ont moins de 40 ans.

>> L'appel du Dr. Blondel sur YouTube:

08h15

Le e-commerce se renforce à l'approche de Noël

Depuis lundi, les commerces non-essentiels ont fermé leurs portes à Genève, à quelques exceptions près. D'autres cantons pourraient emboîter le pas.

Ce retour au semi-confinement va logiquement profiter aux grands acteurs du commerce en ligne, surtout en cette période qui précède Noël. Ceux-ci renforcent d'ailleurs leurs effectifs face à cette deuxième vague.

>> Ecouter le décryptage de La Matinale:

Un centre logistique de Digitec Galaxus à Wohlen. [Valentin Flauraud - Keystone]Valentin Flauraud - Keystone
Le e-commerce profite du confinement / La Matinale / 2 min. / le 3 novembre 2020

08h00

Vaud interdit les masques en plastique

Le canton de Vaud rend le port du masque obligatoire dans tous les lieux de rassemblement fermés. Mais désormais, une simple visière ou un masque en plastique n'est plus suffisant, car le médecin cantonal exige de porter un masque d'hygiène.

Dans les métiers en contact avec la clientèle, dans les restaurants en particulier, il n’était pas rare de croiser ces visières. Un écran transparent est fixé sur un serre-tête et permet de voir les visages, tout en faisant un peu moins mal à ceux qui les portent toute la journée.

Mais ces visières ne protègent pas suffisamment, car il ne s'agit pas d'un équipement de protection respiratoire, mais seulement d'une protection des yeux et du visage.

En cas de toux, par exemple, les gouttelettes s’échappent par le dessous et les côtés de la visière. Dans une pièce fermée son efficacité est toute relative.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Une employée de casino porte une visière en plastique. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Quels masques pour les professionnels vaudois / La Matinale / 1 min. / le 3 novembre 2020

07h45

La limitation des manifestations politiques en question

Faut-il à nouveau restreindre les manifestations politiques? A l'échelle suisse, il est interdit d'organiser des manifestations de plus de 50 personnes, sauf s'il s'agit de démonstrations politiques et plusieurs manifestations ont eu lieu samedi, notamment à Berne.

Pour les autorités c'est une difficile pesée des intérêts, car même au plus fort d'une pandémie, la vie démocratique doit pouvoir continuer autant que possible. Ce principe est l'une des nombreuses leçons tirées par le Conseil fédéral à l'issue de la première vague. De gauche et de droite, des voix s'élevaient alors pour critiquer la suspension de la vie parlementaire et la limitation des droits politiques.

La semaine dernière, le Conseil fédéral a donc consacré cette exception: du moment qu'un plan de protection est appliqué et que des masques sont portés, il reste possible de réunir plus de 50 personnes dans un Parlement communal ou cantonal, de récolter des signatures ou de manifester dans la rue pour des revendications politiques.

Jusqu'ici, ces exceptions existent même dans des cantons restrictifs comme Genève ou Neuchâtel. Mais les cantons ont le droit d'abaisser la limite. Et après des altercations dans la capitale fédérale samedi entre police et manifestants coronasceptiques non masqués, le canton de Berne pourrait être tenté de serrer la vis dans les jours qui viennent.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Une manifestation de coronasceptiques le 31 octobre à Berne. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Faut-il interdire les manifestations politiques à Berne ? / La Matinale / 1 min. / le 3 novembre 2020

07h30

Reportage à Genève, peu avant la fermeture

A Genève, la population se réveille mardi à nouveau semi-confinée. Les mesures annoncées dimanche par le Conseil d'Etat sont officiellement en vigueur depuis 19h lundi.

Pendant quatre semaines, plus de restaurant, de bar, plus de fitness, de théâtre, de cinéma, ni de coiffeur ou d'esthéticienne. La liste est longue et la journée de lundi, avant ces fermetures, était forcément particulière.

>> Ecouter le reportage de La Matinale:

Un commerce genevois ferme son store, lundi 2 novembre 2020. [Salvatore di Nolfi - Keystone]Salvatore di Nolfi - Keystone
Dernières heures de commerces genevois avant fermeture / La Matinale / 48 sec. / le 3 novembre 2020

07h15

Le nouveau président de l'USAM attend des aides nécessaires

Le nouveau président de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), Fabio Regazzi, appelle mardi les pouvoirs publics à ne pas être "pingres" face à la crise liée au nouveau coronavirus. "Cantons et Confédération doivent adopter la même ligne", estime-t-il, car "pour certains secteurs, des aides seront vitales", précise le conseiller national (PDC/TI).

"Il sera important de prolonger la réduction de l'horaire de travail afin d'éviter des vagues de licenciements, qui de toute façon auraient un coût élevé", ajoute-t-il.

Il rappelle que Gastrosuisse évoque 100'000 places de travail en péril dans la restauration. "C'est alarmant!", dit-il. "On ne peut toutefois pas aider toutes les entreprises. Il faut sauver celles qui le méritent. Il faut être sélectif".

Fabio Regazzi relève également que l'impact de la crise n'est pas homogène en Suisse, variant selon les secteurs et les régions. "Par exemple, en ce qui concerne la gastronomie, au Tessin, les restaurants ont très bien travaillé jusqu'à présent. Mais de nombreuses villes romandes et alémaniques ont souffert de l'absence de touristes étrangers".

07h00

Que disent les derniers chiffres publiés en Suisse?

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé lundi presque 22'000 cas supplémentaires de coronavirus sur l'ensemble du week-end, soit près de 5000 de plus qu'une semaine auparavant.

Mais ces chiffres ne reflètent pas réellement la situation épidémiologique, en raison du retard dans la transmission des données. De fait, il n'est plus possible, actuellement, de comptabiliser précisément le nombre de malades en Suisse et il n'est plus possible non plus de tester toutes les personnes présentant des symptômes.

En fait, les chiffres qui permettent de dire que l'épidémie progresse de façon alarmante sont ceux des hospitalisations et du nombre de lits occupés aux soins intensifs par des patients atteints du Covid-19.

>> Les explications de Sophie Iselin dans Forum:

Quels premiers effets pour les mesures contre le Covid-19? [RTS]
Quels premiers effets pour les mesures contre le Covid-19? / Forum (vidéo) / 5 min. / le 2 novembre 2020

>> Interview de Jean-Daniel Chiche, nouveau patron des soins intensifs du CHUV, dans le 19h30:

Jean-Daniel Chiche "On a augmenté nos capacités pour pouvoir accueillir les patients qui en ont besoin en urgence" [RTS]
Jean-Daniel Chiche "On a augmenté nos capacités pour pouvoir accueillir les patients qui en ont besoin en urgence" / 19h30 / 3 min. / le 2 novembre 2020

06h45

Commerces non-essentiels: inégalité de traitement?

Genève revient à une forme de semi-confinement en fermant ses commerces non-essentiels. Certains, comme les restaurants ou les magasins d'habits, doivent baisser le rideau alors que d'autres comme les librairies ou les garden centrers peuvent rester ouverts. Mais des patrons s'insurgent contre ce traitement différencié qu'ils considèrent comme une injustice.

Y a-t-il donc une forme d'inégalité de traitement? L'émission Forum en a débattu lundi soir avec Pascal Vandenberghe, patron des librairies Payot et président du Trade Club à Genève, et Yves Menoud, secrétaire patronal de Nouvelle Organisation Des Entrepreneurs (NODE).

>> Le débat de Forum:

Le livre, un bien essentiel? Débat entre Pascal Vandenberghe et Yves Menoud [RTS]
Le livre, un bien essentiel? Débat entre Pascal Vandenberghe et Yves Menoud / Forum (vidéo) / 7 min. / le 2 novembre 2020

06h30

Même s'il est recommandé "autant que possible", le télétravail est peu pratiqué

Le télétravail est à nouveau recommandé "autant que possible" par le Conseil fédéral pour limiter le nombre d'infections par le nouveau coronavirus, mais les pratiques varient beaucoup selon les entreprises et les domaines d'activités.

Ainsi, huit employés de Swisscom sur dix travaillent aujourd'hui depuis chez eux. Mais au niveau suisse, une majeure partie des employés travaillent encore en présentiel, comme en témoigne la mobilité liée à l'activité professionnelle. Pour de nombreuses entreprises, ce télétravail n'est tout simplement pas envisageable.

>> Le reportage de Gabriel de Weck dans le 19h30:

Le télétravail recommandé pour limiter le nombre d'infections peine à s'imposer [RTS]
Le télétravail recommandé pour limiter le nombre d'infections peine à s'imposer / 19h30 / 2 min. / le 2 novembre 2020

06h15

Retour sur la journée de lundi

L'Office fédéral de la santé publique a annoncé lundi 21'926 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, week-end compris. Un total de 93 décès supplémentaires sont à déplorer et 497 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité s'élève à 24,67%, en augmentation.

Après avoir consulté les milieux concernés, le canton de Neuchâtel a annoncé à son tour lundi après-midi la fermeture des bars et des restaurants, tout comme celle des lieux de spectacles et des musées. La mesure entrera en vigueur mercredi soir.

Face à l'aggravation de la situation sanitaire, Genève s'est reconfiné partiellement dès lundi à partir de 19h. Les bars, les restaurants et les commerces non indispensables sont fermés alors que les écoles resteront ouvertes, a annoncé dimanche le Conseil d'Etat.

Dans le Jura, outre les bars et les restaurants, les musées, les théâtres et les cinémas sont fermés depuis lundi et jusqu'au 15 novembre. Les "infrastructures d'accès public", tels que bibliothèques, salles de sport ou casinos, sont aussi concernées, a communiqué le canton vendredi.

>> En lire plus: Plus de 90 décès dus au Covid-19 et 22'000 nouveaux cas durant le week-end en Suisse

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus