Modifié

Etonnement après les propos d'Ueli Maurer qui refuse de "céder à l'hystérie"

Ueli Maurer photographié le 25 août 2020 à Vienne lors d'une conférence de presse. [Christian Bruna - Keystone]
Ueli Maurer relativise la gravité de la crise sanitaire: interview de Rebecca Ruiz / Forum / 8 min. / le 17 octobre 2020
Face à l'augmentation rapide du nombre de cas de Covid-19, Ueli Maurer a appelé "à ne pas céder à l'hystérie" et a relativisé la gravité de la situation. Des propos qui n'ont pas manqué de susciter l'étonnement, notamment chez la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz.

Selon le conseiller fédéral, un renforcement général des règles n'est pas approprié. "Il n'est pas acceptable de fermer à nouveau les écoles et d'enfermer les gens. Nous devons apprendre à vivre avec le virus - avec une mise en oeuvre cohérente des mesures. Mais nous devons pouvoir vivre!", souligne-t-il dans une interview avec la Schweiz am Wochenende.

Ueli Maurer appelle également à ne pas se focaliser uniquement sur l'évolution du nombre de nouveaux cas. Il faut également prendre en compte les admissions à l'hôpital et les décès, explique-t-il. Seules quelques personnes ont été admises à l'hôpital seulement à cause du Covid-19. Dans la plupart des cas d'hospitalisation les malades ont des pathologies pré-existantes, ajoute-t-il.

Rebecca Ruiz surprise

"Je ne sais pas très bien d'où monsieur Maurer tire ses propos", s'étonne Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat vaudoise, dans Forum.

"L'OFSP n'a pas les données sur les profils des patients puisque toute la politique sanitaire hospitalière est dans les mains des cantons. Je doute beaucoup que monsieur Maurer ait la vue d'ensemble de tous les hôpitaux suisses", ajoute-t-elle.

Je ne sais pas très bien d'où monsieur Maurer tire ses propos

Rebecca Ruiz, conseillère d’État vaudoise en charge de la santé. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat vaudoise

La ministre en charge de la santé précise qu'aucun canton ne réclame d'enfermer les gens, contrairement aux propos du conseiller fédéral. "On essaye de mettre en place des mesures pour éviter à tout prix d'enfermer la population à nouveau, personne n'a envie de revivre la période de semi-confinement. Par contre, on doit prendre acte du fait que les contaminations ne cessent d'augmenter, que les hospitalisation progressent aussi et qu'on est obligés de devoir prendre des mesures", indique Rebecca Ruiz.

Sous pression, le Conseil fédéral pourrait d'ailleurs annoncer de nouvelles mesures dimanche.

>> Les précisions du 19h30 sur les prochaines annonces du Conseil fédéral:

La pression monte sur les autorités fédérales, sommées d'agir face à l'explosion des cas de coronavirus [RTS]
La pression monte sur les autorités fédérales, sommées d'agir face à l'explosion des cas de coronavirus / 19h30 / 1 min. / le 17 octobre 2020

ats/jfe/gma

Publié Modifié

Le chef des soins intensifs des HUG prône le confinement

Le chef des soins intensifs des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Jérôme Pugin, estime que la seule mesure qui marcherait pour couper le pic de la seconde vague de coronavirus serait le confinement. Il devrait être strict mais court.

"Nous ne sommes pas encore allés assez loin dans les mesures restrictives qui permettraient de couper une vague de cette ampleur", estime-t-il samedi dans une interview avec la Tribune de Genève. Et de préciser que "si on le décide aujourd'hui, on en verra les effets dans trois semaines. Si on ne le fait pas, aussi...".

S'il souligne un manque de visibilité, le médecin des HUG table sur une vague qui durera des mois. Ce qu'il va se passer va toutefois dépendre des décisions politiques.