Le suivi de la situation le 14 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

"La Suisse s'est trop inspirée du modèle de confinement à la chinoise"

- Daniel Koch, l'ancien Monsieur coronavirus de l'OFSP, a estimé jeudi soir à la RTS que la Suisse s'est trop inspirée du modèle chinois. "C'était le seul exemple à disposition, mais les gens ont besoin de gagner leur vie au jour le jour, et ce modèle de confinement fait beaucoup de dégâts".

- La Suisse compte 2613 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres publiés jeudi par l'OFSP. Deux décès sont aussi à déplorer. Le taux de positivité s'élève à 13,23%.

- Cantons et Confédération souhaitent briser la tendance à la hausse du nombre de cas positifs au Covid-19. Pour cela, ils appellent la population à prendre ses responsabilités et à respecter les règles sanitaires de base.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h00

Daniel Koch: "On s'est trop inspiré du lock-down à la chinoise"

Daniel Koch est devenu une figure familière pour des millions de Suisses en l'espace de trois mois, après avoir incarné la stratégie fédérale de lutte contre la pandémie au plus fort de celle-ci. L'ancien "Monsieur Corona" de la Confédération sort sa biographie en français, intitulée "Calme dans la tourmente". Il y égratigne certaines décisions, notamment émanant de la communauté scientifique "alarmiste".

Sur le plateau du 19h30, il estime notamment que la Suisse, comme d'autres pays, se sont trop inspirés du modèle de "lockdown" chinois. "C'était le seul exemple à disposition, mais les gens ont besoin de gagner leur vie au jour le jour, et ce modèle de confinement fait beaucoup de dégâts".

Il estime par ailleurs qu'il n'y a pas eu de conflit entre praticiens et scientifiques, mais que "deux visions totalement différentes du monde" se sont opposées. "Et bien sûr, parfois le monde pratique ne correspond pas à la théorie!" Il s'est donc réjoui que les cantons romands n'aient pas adopté le modèle du confinement "à la française".

Il estime enfin que trop d'énergie a été consacrée à l'application SwissCovid: "Oui ça aide, mais ça reste une application", dit-il, estimant qu'il aurait fallu "investir beaucoup plus dans d'autres choses". Mais, de manière générale, "ce ne sont pas les mesures en soi qui font la différence, c'est vraiment le comportement de la population", résume-t-il.

>> Voir l'interview complète de Daniel Koch dans le 19h30:

Daniel Koch "Je suis inquiet, mais il faut expliquer à la population. C'est le comportement qui fait la différence" [RTS]
Daniel Koch "Je suis inquiet, mais il faut expliquer à la population. C'est le comportement qui fait la différence" / 19h30 / 4 min. / le 15 octobre 2020

20h30

Les cantons se préparent à la hausse des hospitalisations

Un peu plus de 2600 personnes ont été testées positives en 24 heures jeudi, mais les cantons s'inquiètent surtout de la hausse des hospitalisations. Pour s'y préparer, les services de soins intensifs romands ont mis sur pied une cellule de coordination.

Celle-ci aura pour but de favoriser l'échange d'informations et de patients, afin de mieux répartir les malades en soins intensifs. Elle pourrait être déjà activée dès la fin de la semaine.

>> Le reportage du 19h30:

Les cas testés positifs au covid-19 augmentent et les cantons craignent la hausse des hospitalisations [RTS]
Les cas testés positifs au covid-19 augmentent et les cantons craignent la hausse des hospitalisations / 19h30 / 2 min. / le 15 octobre 2020

19h15

Le point sur l'état des connaissances scientifiques actuelles

Des nouvelles mesures pourraient être annoncées dès vendredi, et celles-ci devront prendre en compte des facteurs sociaux, économiques et sanitaires. Mais du côté de la communauté scientifique, il y a un consensus assez large pour le télétravail et pour l'obligation du port du masque en intérieur.

La hausse exponentielle des cas ces deux dernières semaines se constate surtout chez les personnes actives, les 20-30 ans en particulier. Des personnes qui travaillent, se déplacent et sortent davantage. Et pour l'épidémiologiste Julien Riou, le masque, même s’il est imparfait, protège dans ces interactions sociales. Cela a donc du sens de l’imposer à l'intérieur.

Même chez les spécialistes, il n'y a pas de certitude claire qui expliquerait une telle accélération. Les comportements individuels ont souvent été pointés, mais depuis deux semaines, personne ne s’explique vraiment cette accélération particulièrement forte.

Un temps de retard

Des hypothèses existent. Les recherches scientifiques ne sont pas très claires sur les effets du froid sur le virus, mais l'arrivée de la saison froide fait que l'on passe plus de temps à l’intérieur, dans des espaces clos. Le rôle des aérosols est donc accentué.

Antoine Flahault, directeur de l’institut de santé globale à Genève, l’a rappelé à plusieurs reprises. Il est lui aussi pour le port du masque en tout temps, à l’intérieur.

Les scientifiques le rappellent, on a toujours un temps de retard, car on n’a pas une observation en temps réel. Et Julien Riou a fait le calcul : pour une semaine de croissance exponentielle comme celle que l'on vit aujourd’hui, il faut trois semaines de confinement ou de réduction forte des contacts pour revenir au niveau d’avant.

>> Les explications d'Alexandra Richard dans Forum:

Ce que disent et ne disent pas les chiffres et les courbes du coronavirus. [RTS]RTS
Hausse des cas de Covid-19, qu’en disent les épidémiologistes? / Forum / 2 min. / le 15 octobre 2020

18h45

"La population ne doit pas attendre les mesures des autorités pour agir"

Jeudi matin, la Confédération et les cantons ont présenté un front uni face au regain épidémique du Covid-19. Dans la soirée, la présidente Simonetta Sommaruga a confirmé ce message, appelant à une "réaction forte de tout le pays". "C'est le message des cantons et de la Confédération", a-t-elle dit.

Pour la ministre socialiste, la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons est particulièrement importante, et donnera lieu à une nouvelle séance vendredi. "Mais pour la population, il ne faut pas attendre les décisions des autorités, il faut déjà agir maintenant", estime Simonetta Sommaruga. "Et d'ailleurs, ce n'est pas très compliqué", poursuit-elle.

La présidente dit toutefois comprendre que la population soit fatiguée, "c'est compréhensible". Selon elle, "il n'y a pas tellement d'explications précises à la hausse particulièrement rapide en Suisse", mais "la bonne chose, c'est qu'on sait comment réagir".

"On sait que dès que les hospitalisations augmentent, la situation devient grave. C'est donc ça qu'il faut éviter, parce que ça provoquerait des mesures beaucoup plus fortes", argumente-t-elle, précisant que la priorité des autorités est d'éviter un retour à un semi-confinement ou à d'autres mesures "graves pour la société ou l'économie".

>> L'interview complète de Simonetta Sommaruga dans Forum:

Simonetta Sommaruga lors de la conférence de presse Confédération-cantons du 15 octobre 2020. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Simonetta Sommaruga appelle les Suisses à réagir face une situation épidémique inquiétante / Forum / 6 min. / le 15 octobre 2020

>> La présidente s'est également exprimée dans le 19h30:

Simonetta Sommaruga "La situation est sérieuse, les prochains pas sont planifiés, les décisions vont être prises très vite" [RTS]
Simonetta Sommaruga "La situation est sérieuse, les prochains pas sont planifiés, les décisions vont être prises très vite" / 19h30 / 2 min. / le 15 octobre 2020

17h00

Quelques cas de réinfection à nuancer

Sur 37,5 millions de cas officiellement confirmés dans le monde, cinq cas de réinfection ont été référencés dans la littérature scientifique. Une publication du Lancet, parue mercredi, décrit notamment le cas d'un jeune Américain de 25 ans qui semble avoir contracté deux fois le Covid-19 en trois mois.

S'agit-il d'erreurs de diagnostic, ayant mené à des faux positifs, ou de réelles réinfections? L'émission scientifique CQFD a interrogé Jean Villard, responsable de l'unité d'immunologie et de transplantation aux HUG.

"Pour parler de réinfection, il faut que 2 souches différentes du virus soient détectées, afin de conclure à deux infections indépendantes l'une de l'autre", explique-t-il d'emblée.

Il note qu'il y a beaucoup de buzz autour de la maladie, et de ces quelques cas de réinfection. Dans la plupart, une réinfection est asymptomatique, car le système immunitaire a appris à mieux lutter contre la maladie.

Dans le cas analysé par le Lancet, il n'y a pas eu d'analyse de la réponse immunitaire, déplore Jean Villard. Mais "le cas décrit est encore plus particulier, car l'homme était à nouveau symptomatique, et même un peu plus sévèrement la seconde fois. "C'est possible que ça soit un signe de système immunitaire déréglé, et ce n'est pas non plus quelque chose qui est totalement inattendu".

>> Les précisions de Jean Villard dans l'émission CQFD:

Cinq cas de réinfection au Covid-19 auraient été confirmés dans le monde.
Tatyana22021985
Depositphotos [Tatyana22021985 - Depositphotos]Tatyana22021985 - Depositphotos
Peut-on contracter deux fois le Covid-19? / CQFD / 11 min. / le 15 octobre 2020

16h30

L'hôpital de Schwyz sature après un concert de yodel superpropagateur

Une comédie musicale de yodel, 600 spectateurs, absence de masque et quelques personnes contaminées: il n'en fallait pas plus pour faire du canton de Schwyz la région la plus touchée de Suisse.

Le résultat est sans appel: 1100 personnes sont aujourd'hui infectées par le Covid-19 dans le canton de Suisse centrale. La région est même devenue la plus touchée de Suisse avec une incidence de 408 cas pour 100'000 habitants. L'hôpital cantonal est proche de saturer et tire la sonnette d'alarme.

>> Plus d'informations à ce sujet: L'hôpital de Schwyz sature après un concert de yodel superpropagateur

16h20

Quelles perspectives pour le tourisme dans les villes suisses ?

Dans les villes suisses, certains offices du tourisme ont tiré leur épingle du jeu cet été. Mais l'avenir, lui, est plus incertain que jamais, et il est presque impossible de faire des pronostics, selon les responsables des offices du tourisme contactés jeudi matin par la RTS.

Plus que jamais, les réservations se font à la dernière minute, suivant l'évolution de la situation épidémique. Et les annulations sont légion. Les taux de réservation pour octobre et les mois à venir ne dépassent guère les 15 à 20% dans des villes comme Montreux, Berne ou encore Interlaken.

Les touristes d'Outre-Mer, Américains et Asiatiques en tête, continuent de manquer. Tout comme la tenue de congrès et les séminaires, qui se tiennent habituellement dans les villes à cette saison.

>> Écouter le sujet d'Alain Arnaud dans le 12h30:

Vue sur Montreux. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
L'avenir du tourisme dans les villes suisses reste très incertain / Le 12h30 / 1 min. / le 15 octobre 2020

16h00

La pandémie alourdit les chiffre de Roche

On pourrait croire que l'industrie pharmaceutique sortirait largement gagnant de la pandémie de Covid-19. Ce n'est pas tout à fait le cas pour le laboratoire bâlois Roche, qui affiche sur les neuf premiers mois de l'année un chiffre d'affaires en recul de 5%, à 43,98 milliards de francs, selon un compte-rendu intermédiaire diffusé jeudi par l'entreprise.

Hors effets de change cependant, le laboratoire rhénan affiche une modeste croissance de 1% et revendique ainsi avoir comblé le passage à vide du deuxième trimestre.

La relativement modeste division Diagnostics a profité de la pandémie et de sa palette d'une douzaine d'offres en matière de détection du Sars-Cov-2 pour étoffer ses recettes (+9% à taux de change constants). Le portefeuille de produits Covid-19 a ainsi largement comblé le manque à gagner induit par la crise sur les produits de diagnostic de routine.

Reconnaissant un impact négatif du Covid-19 sur les recettes de sa division Pharma, Roche assure avoir néanmoins réussi à pratiquement combler le manque à gagner grâce à ses nouveaux produits. Les ventes de médicaments ont rapporté 34,32 milliards de francs, soit 1% (taux de change constants) de moins qu'un an auparavant.

15h30

Le Conseil d'Etat valaisan interpellé sur les primes Covid de la HES-SO

Le Conseil d'Etat valaisan a été interpellé jeudi au Grand Conseil sur la prime coronavirus de 250 francs accordée à 800 salariés de la HES-SO Valais. Comment la HES-SO Valais, qui bénéficie du soutien du canton, justifie-t-elle le versement de cette prime", s'est interrogée la députée PDC Sandra Cretton.

"La HES-SO Valais-Wallis est un établissement de droit public et est l'employeur de ses collaborateurs", lui a rétorqué le chef du département de la formation et de l'économie Christophe Darbellay, soulignant que le secteur de la formation tertiaire a été "particulièrement impacté par la situation sanitaire". Selon lui, la HES-SO a été très active avec notamment un enseignement à distance "systématique", des examens qui ont pu se tenir jusqu'en septembre 2020 et la recherche de solutions pour garantir la poursuite des activités d'enseignement et de recherche.

Par ailleurs, cette "prime extraordinaire" provient d'une participation aux excédents liée à une assurance perte de gain en cas de maladie privée et qu'elle a été versée "sans toucher au budget 2020".

Christophe Darbellay note toutefois qu'il aurait souhaité pouvoir discuter de cette initiative en amont avec la direction de l'établissement. Distribuer une prime à tout le monde n'était pas "la meilleure des idées", a-t-il relevé. Cette reconnaissance financière de 250 francs a été versée aux salariés à l'exception des apprentis, des stagiaires et de la direction générale.

13h30

Mises en quarantaine dans plusieurs cantons

Des infections au coronavirus dans plusieurs discothèques le week-end dernier entraînent la mise en quarantaine d'environ 700 personnes dans les cantons de Nidwald et d'Uri.

Dans le canton de Nidwald, une jeune personne infectée a fréquenté une discothèque à Wolfenschiessen et un centre de jeunesse à Stans vendredi et samedi soir. Les 400 autres personnes qui s'y trouvaient également ont été envoyées en quarantaine.

En terres uranaises, deux personnes infectées ont entraîné la mise en quarantaine de 300 clients et du personnel de deux boîtes de nuit à Altdorf. Dans ces deux cantons, le traçage des contacts a été rendu difficile par des listes de clients incomplètes ou partiellement illisibles.

A Brigels (GR), 73 participants d'un camp des Unions chrétiennes ont aussi été mis en quarantaine début octobre. La moitié des participants ont été infectés.

12h15

2613 nouveaux cas annoncés jeudi

La Suisse compte 2613 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres publiés jeudi par l'OFSP. Deux décès supplémentaires sont à déplorer et 41 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 19'750 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 13,23%. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 11'630. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 200,6 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 71'317 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'556'475 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1818 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5208.

11h50

Tous les cantons appelés à prendre des mesures

Le président de la conférence cantonale des directeurs de la santé, Lukas Engelberger, a appelé jeudi tous les cantons à prendre des mesures.

Port du masque dans les commerces, restrictions dans les bars, les discothèques et les restaurants, réduction des participants aux manifestations. Ces mesures s'adressent dès à présent à l'ensemble des cantons. Tous doivent revoir leurs concepts.

Restrictions aussi dans la vie privée

Un durcissement est nécessaire, a-t-il averti. Les libertés seront restreintes afin de protéger au mieux une vie normale. "Tout le monde a envie de faire des vacances d'hiver. Pour cela, des efforts sont nécessaires."

Et pas que dans le domaine public. Les rencontres privées pourraient être réglées de manière plus stricte, a souligné Lukas Engelberger. "Il ne sert à rien de respecter toutes les mesures au travail, si les masques tombent à l'apéro."

>> Le sujet du 19h30 jeudi:

La Suisse fait face à une aggravation rapide de la pandémie, le Conseil fédéral tire la sonnette d'alarme [RTS]
La Suisse fait face à une aggravation rapide de la pandémie, le Conseil fédéral tire la sonnette d'alarme / 19h30 / 2 min. / le 15 octobre 2020

11h30

La Confédération appelle la population à réagir

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga décrit comme "sérieuse" la situation en lien avec le coronavirus. Elle appelle la population à réagir et à se ressaisir.

"Nous avons beaucoup à gagner, mais seulement si nous le faisons tous ensemble", a déclaré jeudi devant les médias Simonetta Sommaruga, après une rencontre avec les représentants des cantons. "Plus vite nous réagissons, moins il y aura de restrictions pour la population, l'économie, les familles et les groupes à risques".

Il est important de briser la forte tendance à la hausse des infections, a relevé la présidente de la Confédération. Il s'agit maintenant d'empêcher une plus grande diffusion du virus. Tout le monde doit respecter les règles de base du lavage des mains, du maintien de la distanciation sociale et du port du masque.

>> Voir le sujet du 12h45:

Réunion de crise à Berne en présence d'Alain Berset et de Simonetta Sommaruga alors que les cas de Covid-19 explosent [RTS]
Réunion de crise à Berne en présence d'Alain Berset et de Simonetta Sommaruga alors que les cas de Covid-19 explosent / 12h45 / 53 sec. / le 15 octobre 2020

"Nous savions que l'hiver serait difficile"

La situation se dégrade plus rapidement qu'ailleurs, a prévenu jeudi le ministre de la santé Alain Berset devant la presse.

"Nous savions que l'hiver serait difficile", a précisé le conseiller fédéral. La forte hausse des cas de coronavirus attendue est toutefois arrivée plus vite et plus fortement. Depuis huit jours, il y a plus de 1000 nouveaux cas quotidiennement. Et le taux de positivité se situe entre 12 et 13%, soit quatre fois plus qu'il y a deux semaines. Toutes les classes d'âge sont touchées.

Les hospitalisations sont sous contrôle, mais aussi en hausse, a-t-il poursuivi. En comparant avec la situation dans les autres pays, une hausse bien plus importante est à venir.

Discussion avec les cantons prévue vendredi

Des mesures supplémentaires pourraient être prises. Elles seront discutées lors d'une rencontre entre la Confédération et les cantons prévue vendredi. Certains cantons ont déjà renforcé leur dispositif de lutte. Il s'agit notamment de l'obligation du port du masque dans les espaces publics fermés.

>> Ecouter le sujet du 12h30:
 

Simonetta Sommaruga. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
La Confédération appelle la population à réagir face au Covid-19 / Le 12h30 / 2 min. / le 15 octobre 2020

>> Les précisions d'Esther Mamarbachi dans le 12h45:

Réunion à Berne sur la flambée des cas de Covid-19: les précisions d'Esther Mamarbachi [RTS]
Réunion à Berne sur la flambée des cas de Covid-19: les précisions d'Esther Mamarbachi / 12h45 / 1 min. / le 15 octobre 2020

10h00

Les HUG ont décidé de réactiver leur plan d'action Covid au niveau 1 sur 4

Les hôpitaux romands font actuellement face à une recrudescence du nombre d'hospitalisations liées au Covid (lire encadré ci-dessous). Avec un nombre de patients ayant plus que triplé en un mois, passant de 20 à presque 70, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont en alerte. Ils viennent d'ailleurs tout juste de réactiver leur plan d'action Covid au niveau un sur quatre.

Invité de La Matinale, ce jeudi, Bertrand Levrat, directeur des HUG, exprime toute son inquiétude face à cette augmentation du nombre de cas et d'hospitalisations observés dans son canton qui reste l'un des plus touchés en Suisse.

>> Ecouter l'interview de Bertrand Levrat dans La Matinale:

Bertrand Levrat s'exprime sur le plan d'action Covid-19 à Genève (vidéo) [RTS]
Bertrand Levrat s'exprime sur le plan d'action Covid-19 à Genève (vidéo) / La Matinale / 11 min. / le 15 octobre 2020

>> Lire également: "La première vague de Covid-19 a été éprouvante. S'y remettre sera difficile"

09h00

Une cellule de coordination romande pour les soins intensifs

Après le branle-bas de combat du printemps, les hôpitaux ont tiré les leçons de la première vague du coronavirus. La difficulté pour ces établissements est de maintenir les opérations non urgentes, tout en traitant, en parallèle, les personnes atteintes du Covid-19. Une cellule romande de coordination pour les soins a donc été mise sur pied, à la demande des cantons.

"Lorsque tous les hôpitaux seront saturés, ce sera un réel défi. Les ministres romands ont donc voulu permettre aux patients qui ont besoin de soins intensifs de pouvoir être hospitalisés dans une région qui parle le français", indique Stéphanie Monod, directrice générale de la santé du canton de Vaud.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

La coordination des soins intensifs en Suisse romande s'opère depuis le CHUV (photo). [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Une cellule de coordination des hôpitaux romands a été mise en place. / La Matinale / 1 min. / le 15 octobre 2020

>> Lire également: Face au Covid, les hôpitaux romands coordonnent leurs soins intensifs

08h25

Des civilistes pour renforcer le traçage dans le canton de Neuchâtel

Face à la forte augmentation des cas de Covid, le canton de Neuchâtel demande davantage de civilistes pour faire face à la situation. Les personnes astreintes au service civil dans le canton ont reçu un mail mercredi les appelant à venir en aide à la ligue pulmonaire, qui trace les contacts des personnes positives.

Pour Emilie Yossen, directrice-adjointe de la ligue pulmonaire neuchâteloise, l'appel au service civil est une des solutions pour accomplir un travail en constante augmentation. "Toutes les forces sont bonnes à prendre. On a essayé de chercher dans les différents secteurs d'activités pour répondre à la masse d'appels (...). Normalement, on a droit à un civiliste et on nous en a accordé deux de plus en lien avec cette mission (de traçage), explique Emilie Yossen dans La Matinale. Un chiffre qui pourrait augmenter en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

>> Le sujet dans La Matinale:

Les civilistes peuvent être mobilisés pour soutenir les autorités dans la lutte contre le Covid-19. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Neuchâtel demande plus de civilistes pour renforcer ses équipes de traçage / Le Journal horaire / 1 min. / le 15 octobre 2020

07h50

L'appel de l'ancien chef de la taskforce Covid-19

L'ancien chef de la taskforce Covid-19 de la Confédération Matthias Egger appelle à de nouvelles mesures pour contenir le virus au niveau national. Selon l'épidémiologiste bernois, il serait judicieux de rendre le port du masque obligatoire à l'intérieur.

Le télétravail devrait également être à nouveau recommandé, indique-t-il jeudi dans une interview avec les journaux alémaniques de Tamedia. Il estime en outre qu'une interdiction des grandes manifestations n'est pas appropriée tant que les concepts de protection fonctionnent.

Matthias Egger voit surtout un problème dans les grandes fêtes de famille auxquelles participent plusieurs générations. Il estime qu'en l'état il est préférable de les reporter.

Pour l'épidémiologiste, il faut éviter à tout prix un nouveau confinement, c'est pourquoi il faut agir maintenant. "Si nous continuons à attendre, il faudra prendre des mesures encore plus drastiques plus tard", insiste-t-il.

07h45

L'inquiétude grandit devant l'explosion du nombre de cas de Covid

Le nombre de contaminations a drastiquement augmenté sur les dernières 24 heures, avec plus de 2800 nouveaux cas, contre un millier seulement mardi dernier. Les hospitalisations sont encore très loin des niveaux du printemps, mais la tension est palpable à Berne, où le Conseil fédéral recevra les autorités cantonales jeudi dans une réunion très attendue.

>> Le sujet du 19h30 sur l'augmentation du nombre de cas de Covid:

En Suisse, le nombre de contaminations a drastiquement augmenté, avec plus de 2'800 nouveaux cas en 24h. [RTS]
En Suisse, le nombre de contaminations a drastiquement augmenté, avec plus de 2'800 nouveaux cas en 24h. / 19h30 / 2 min. / le 14 octobre 2020

>> L'interview de Bertrand Kiefer dans le 19h30:
Bertrand Kiefer: "La situation est vraiment impressionnante. Il faut qu'on se comporte de façon plus sérieuse". [RTS]
Bertrand Kiefer: "La situation est vraiment impressionnante. Il faut qu'on se comporte de façon plus sérieuse". / 19h30 / 2 min. / le 14 octobre 2020

>> Lire aussi: Covid-19: la deuxième vague en Suisse? Les hospitalisations en hausse

07h30

Les mesures genevoises ne vont pas mettre fin à tous les événements privés

Genève a annoncé mercredi de nouvelles mesures drastiques pour endiguer la propagation de l'épidémie dans le canton. Interrogé mercredi soir dans Forum, le conseiller d'Etat Mauro Poggia confirme que la situation est déjà grave. "Actuellement, 10% des personnes hospitalisées le sont aux soins intensifs. Si l'on ne fait rien, la prochaine étape, ça sera à nouveau des personnes qui décèdent comme on l'a connu ce printemps", annonce-t-il.

Mauro Poggia justifie les mesures visant les manifestations privées. "C'est principalement dans ces manifestations, qui étaient très peu réglementées jusqu'ici, que l'on constate l'apparition de foyers", explique-t-il.

Interrogé sur l'impact de ces mesures sur les fêtes de fin d'année, il estime que ces dernières ne sont pas mises en danger. "Il n'y a pas tant de fêtes de famille que ça qui dépassent 15 personnes", juge-t-il, "et si c'est le cas, il faudra tout simplement prendre des précautions".

>> L'intervention complète de Mauro Poggia:

Le canton de Genève met en place de nouvelles mesures pour les fêtes: interview de Mauro Poggia [RTS]
Le canton de Genève met en place de nouvelles mesures pour les fêtes: interview de Mauro Poggia / Forum (vidéo) / 6 min. / le 14 octobre 2020

Pas de descente de police chez les privés

La police pourra-t-elle ainsi faire irruption chez les gens lors de fête privées pour vérifier le respect des mesures ? Non, tempère Mauro Poggia, mais des éventuelles sanctions pourront être prises retrospectivement. "Si on constate qu'un foyer s'est créé lors d'un anniversaire où il y avait passablement de personnes, par exemple, nous demanderons quel était le plan de protection, et cas échéant des sanctions seront prises", détaille-t-il.

"Nous avons fondé l'ensemble des mesures sur la responsabilité individuelle, et nous le maintenons", poursuit encore le ministre, mais ça ne veut pas dire que l'Etat fermera les yeux: "Un policier ne pourra pas intervenir uniquement pour contrôler le respect des mesures sanitaires. En revanche, s'il intervient lors d'une fête pour tapage et qu'il constate des manquements aux protocoles de protection, des suites pénales sont possibles".

>> Le sujet du 19h30:

Genève durcit le ton face à la progression des cas de Covid-19. Pas plus de 100 personnes dans les rassemblements privés. [RTS]
Genève durcit le ton face à la progression des cas de Covid-19. Pas plus de 100 personnes dans les rassemblements privés. / 19h30 / 2 min. / le 14 octobre 2020


>> Lire aussi:
Genève interdit à nouveau les rassemblements dès 15 personnes

07h00

Masque dans les bars à Zurich

Le canton de Zurich serre la vis dans la lutte contre le coronavirus dans les bars et les clubs. Il faudra désormais y porter un masque. Il en va de même pour tous les évènements réunissant plus de 30 personnes. Cette limite était fixée à 100 jusqu'à présent.

La nouvelle mesure entre en vigueur dès jeudi. Elle concernera aussi tous les établissements de restauration où les clients ne consomment pas uniquement assis, indique mercredi le gouvernement zurichois. La mesure restera en vigueur au moins jusqu'au 31 octobre.

06h45

Forte hausse des cas de Covid-19 dans un EMS jurassien

En une semaine, le nombre de cas de résidents testés positifs au Covid-19 sur le site EMS de Saignelégier (JU) est en forte hausse.  A ce jour, 18 pensionnaires ont été contaminés. Au niveau des collaborateurs, 9 soignants sont positifs au coronavirus.

Malgré les importantes mesures prises jusqu'ici, la propagation du virus reste difficile à contenir, a annoncé mercredi l'Hôpital du Jura (H-JU). La situation sur les trois autres sites de l'H-JU est sous contrôle. L'EMS de Saignelégier avait déjà été placé en quarantaine.

06h20

2823 nouveaux cas

La Suisse a comptabilisé mercredi 2823 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres publiés par l'OFSP. Huit décès supplémentaires ont été dénombrés, de même que 57 nouvelles hospitalisations.

Depuis mardi, 20'704 tests ont été enregistrés. Le taux de positivité s'élèvait à 13,63% mercredi, contre 15,1% mardi, et 11,44% lundi.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus