Le suivi de la situation du Covid en Suisse le 12 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

270 personnes placées en quarantaine à cause d'un cas dans un bar fribourgeois

- La Suisse compte lundi 4068 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Sept décès supplémentaires sont à déplorer et 70 malades ont été hospitalisés. Les chiffres du samedi et du dimanche sont dorénavant transmis le lundi par l'OFSP. Durant les dernières 72 heures, les résultats de 35'556 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 11,44%, alors qu'il était à 9,76% vendredi.

- A Fribourg, 270 personnes ont reçu lundi un message les invitant à se mettre en quarantaine après avoir potentiellement côtoyé une personne testée positive dans un bar dans la nuit de vendredi à samedi, a appris la RTS.

- La saison de ski à venir s'annonce particulière et incertaine en raison de la pandémie de coronavirus. "On se prépare, comme tout nouveau challenge", lance Didier Défago, le nouveau président des remontées mécaniques du Valais, dans La Matinale. "Les concepts de protection qui sont élaborés fonctionnent."

- Alors que de nombreux cantons suisses sont désormais en vacances, les principales destinations européennes habituelles ne sont plus accessibles. Conséquence, de nombreux Helvètes restent au pays.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

22h00

270 personnes placées en quarantaine à cause d'un cas dans un bar fribourgeois

A Fribourg, 270 personnes ont reçu lundi un message les invitant à se mettre en quarantaine après avoir fréquenté un bar dans la nuit de vendredi à samedi, a appris la RTS.

Contacté par la RTS, le gérant confirme qu'une personne, testée positive au Covid-19, est arrivée sur place à 1h30 samedi matin.

Les 270 clients concernés ont été contactés par le Service du médecin cantonal, qui leur a ordonné une mise en quarantaine jusqu'au 19 octobre.

21h15

Les mesures sanitaires vues par les jeunes

Actuellement, ce sont les jeunes, en particulier âgés entre 20 et 29 ans, qui sont le plus souvent touchés par le Covid. De jeunes adultes sur lesquels la société fait peser une lourde responsabilité. Ils ont d'ailleurs été récemment accusés par l’OMS de favoriser la transmission du virus, par leur mode de vie.

Diane, 24 ans, est tombée malade en septembre après une soirée d'anniversaire entre amis. Elle a pourtant toujours été consciente des risques et faisait très attention. Avec un autre jeune Romand, elle partage son vécu et son ressenti face à cette situation.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Coronavirus: les mesures sanitaires vues par les jeunes. [RTS]
Coronavirus: les mesures sanitaires vues par les jeunes. / 19h30 / 2 min. / le 12 octobre 2020

21h00

Des tests Covid rapides au banc d'essai en Suisse

La pression augmente en Suisse pour l'utilisation de tests rapides à l'aide desquels il serait possible de dépister les potentiels malades en seulement 15 minutes. L'attente est énorme notamment pour le secteur économique. Les employeurs pourraient en effet profiter de ces tests pour diminuer les quarantaines de leurs employés.

Pour André Berdoz, entrepreneur et vice-président de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), les tests actuels, trop lents et parfois suivis de quarantaines, sont incompatibles avec la gestion d'une entreprise. "Dans mon entreprise, un planificateur-électricien est venu me voir en me disant que l'un de ses enfants était peut-être atteint de Covid, qu'il allait devoir se mettre en quarantaine. On est en train de mener un projet qui doit se terminer bientôt. Je ne peux pas le remplacer car il a tous les éléments en main." Pour le chef d'entreprise, les tests rapides permettraient d'éviter ce genre de situation embêtante.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Des tests Covid rapides au banc d'essai en Suisse. [RTS]
Des tests Covid rapides au banc d'essai en Suisse. / 19h30 / 2 min. / le 12 octobre 2020

A noter que le domaine du tourisme pourrait également en bénéficier. Tester les voyageurs en un clin d'oeil serait en effet réjouissant pour ce secteur en crise.

20h45

Plus de 80% de passagers en moins à l'aéroport de Zurich en septembre

Comme partout, l'hémorragie du nombre de passagers dans les aéroports se confirme en septembre, comme à celui de Kloten à Zurich. Il a recensé 536'406 passagers soit une baisse de 81,4% sur un an, a indiqué l'exploitant de l'aéroport lundi soir. Plus en détail, la part des passagers locaux a diminué de 77,8% à 457'263 et celle des passagers en transit de 90,9% à 75'114.

Sur les neuf premiers mois de l'année, 7,24 millions de passages ont utilisé l'aéroport zurichois, soit près de 70% de moins qu'un an auparavant.

20h30

Trois bars fermés en ville de Berne

Le canton de Berne a fait fermer lundi trois bars de la capitale fédérale. Le week-end des 3 et 4 octobre, deux personnes testées positives au Covid-19 ont en effet fréquenté plusieurs établissements de la ville, provoquant la mise en quarantaine de 1400 personnes.

En outre, l'analyse des données de contact ayant révélé certains manquements, comme de fausses informations ou des données manquantes, les trois établissements concernés devront soumettre à l’Office du médecin cantonal un plan indiquant comment ils comptent faire respecter les prescriptions légales. Ils ne pourront rouvrir qu’à cette condition, a annoncé la Chancellerie d’Etat du canton de Berne.

18h10

Deux stades pour les poumons de patients atteints de Covid-19

Les autopsies des poumons de seize patients décédés du Covid ont montré que les lésions pulmonaires ne se produisent que dans le stade avancé de la maladie. Au début, le poumon présente principalement une inflammation et une charge virale élevée. C'est ce qu'ont rapporté lundi les médecins des hôpitaux de Bâle, de l'hôpital universitaire de Zurich et de l'université italienne de Trente.

Les résultats des autopsies concordent avec une étude épidémiologique antérieure qui distinguait deux groupes de patients différents: un groupe qui meurt après un court séjour à l'hôpital et un autre qui succombe à la maladie après un séjour plus long.

Selon les experts médicaux, il en résulte deux méthodes de traitement différentes: au premier stade, les patients doivent être traités avec des médicaments antiviraux comme le Remdesivir ou des anti-inflammatoires. Dans un second temps, les inhibiteurs dits de complément pourraient être efficaces. Ces inhibiteurs empêchent le système immunitaire de réagir de manière excessive et d'endommager les poumons.

17h50

Les masques rappelés par la Confédération en juillet sont inoffensifs

Le laboratoire des Hôpitaux universitaires de Genève avait détecté en juillet des traces de champignons sur des échantillons de masques de protection. Par mesure de précaution, la Confédération avait rappelé les lots concernés et demandé des analyses sur les masques retirés ainsi que sur de nouvelles commandes.

Deux analyses indépendantes menées par l'Hôpital universitaire de Bâle-Ville et un laboratoire environnemental indépendant et certifié montrent qu'ils satisfont au critère de pureté microbiologique. Tous les échantillons examinés ont présenté des valeurs bien inférieures à la limite de la norme européenne, précisent les analyses. Ils correspondent au critère de pureté microbiologique et les masques ne présentent donc pas de risque pour la santé.

Les masques récupérés sont pour l'instant stockés. Leur sort n'est pas encore déterminé. Ils pourraient être détruits, voire remis en circulation. Leur sort n'est pas encore déterminé. Ce deuxième scénario semble peu probable. Ce ne sera en tout cas pas le cas pour les premiers lots qui devaient être utilisés jusqu'à septembre.

17h00

Alain Berset en visite à St-Gall pour s'informer des concepts de protection

Le conseiller fédéral Alain Berset s'est rendu lundi à St-Gall pour se faire une idée des mesures de lutte contre le coronavirus. Il a effectué une visite dans le stade du FC St-Gall et s'est informé du concept de protection mis en place par le club de football au début du mois d'octobre, et dont les premières expériences sont bonnes.

Il a profité de cette visite pour répondre à une question qui lui revient souvent: pourquoi les grosses manifestations sportives sont possibles tandis que les petits événements privés doivent être réduits?

"Il n'y a pas de contradiction", insiste le conseiller fédéral. Lors de grandes manifestations, "quand il y a suffisamment de place et que le concept de protection mis en œuvre est clair, on peut faire pas mal de choses. En revanche, dans des événements privées où il n’y pas de distances, pas de masques, pas de concept de protection, c’est une toute autre situation."

>> Ecouter la réponse complète d'Alain Berset:

Alain Berset lors de sa visite à Saint-Gall, le 12 octobre 2020.  [Peter Schneider - keystone]Peter Schneider - keystone
Les précisions de Alain Berset sur les grandes et petites manifestations / Le Journal horaire / 55 sec. / le 12 octobre 2020

Le conseiller fédéral a ensuite rencontré le président du gouvernement st-gallois et chef du département de la santé Bruno Damann ainsi que le chef du département de la sécurité Fredy Fässler. Ensemble, ils ont visité le Centre de médecine de laboratoire, où le conseiller fédéral a notamment insisté sur l'importance du traçage.

Le canton de St-Gall recense aussi une hausse des cas depuis quelques jours. Le gouvernement cantonal discutera mardi de nouvelles mesures, a indiqué Bruno Damann. Il n'est pas exclu de rendre les masques obligatoires comme dans d'autres cantons.

15h45

L'Hôpital du Jura met en quarantaine plusieurs de ses unités

Suite à la découverte de nouvelles contaminations touchant plusieurs de ses services, l'Hôpital du Jura a décidé dès ce lundi la mise en oeuvre d'autres quarantaines, annonce-t-il dans un communiqué. Sont concernés l’entier du site de Saignelégier, l’Unité UHP (Unité hospitalière de psychogériatrie) ainsi que l’Unité Cornoline (Unité de vie psychogériatrique) sur le site de Porrentruy.

Ces nouvelles mesures débutent immédiatement et jusqu’au 25 octobre prochain. Les personnes concernées et leurs familles ont été averties.

C'est notamment grâce au renforcement des mesures prises la semaine dernière pour endiguer la pandémie, surtout au niveau du traçage des personnes positives, qu'il a été possible d’identifier ces nouveaux secteurs potentiellement infectés.

15h15

Le Tessin adopte de nouvelles mesures d’aide

Le gouvernement tessinois lance une proposition de "Pont Covid" pour aider à surmonter la crise économique et éviter une hausse des requêtes d'assistance sociale. Il s'agit d'une mesure extraordinaire et temporaire adoptée en collaboration avec 87 communes du canton.

Présentée ce lundi à Bellinzone par le chef du Département de la santé et des affaires sociales (DSS), Raffaele De Rosa, cette mesure prévoit l'octroi d'une indemnité allant jusqu'à 1000 francs par mois par salarié et 500 francs pour chaque membre de la famille à charge. Elle s'adresse aux travailleurs indépendants ainsi qu'aux salariés qui ne touchent pas l'assurance-chômage, et doit être limitée à la durée de la pandémie en cours.

Les coûts prévus pour mettre en œuvre ces nouvelles aides sont estimés à 7,5 millions de francs, dont 5,5 millions à la charge du canton et le reste couvert par les communes. Le gouvernement tessinois estime que 6000 à 7500 requêtes d'aide devraient lui parvenir. Cette mesure doit encore obtenir le soutien du Parlement.

14h45

Berne impose le masque dans les espaces publics clos

Pour enrayer la hausse des cas, le canton de Berne introduit dès lundi l'obligation du port du masque dans tous les espaces intérieurs accessibles au public, soit les musées, les lieux de culte, les gares, les administrations, ou encore les magasins, restaurants et bars.

Il n'est toutefois pas sûr que la mesure suffise à contenir la multiplication des cas, car les cantons qui ont d'ores et déjà adopté de telles mesures voient tout de même leur nombre exploser.

Pour le chef de la santé bernois Pierre Alain Schnegg, qui s'exprimait lundi dans le journal de 12h30, porter le masque dans les espaces intérieurs publics est une restriction peu contraignante par rapport à d'éventuelles mesures qui pourraient venir. "Les mesures suivantes qui nous restent sont la fermeture de bars et clubs, puis la limitation de la participation aux événements à 50 ou 30 personnes. Je pense qu'il s'agit de restrictions qui sont bien pires", estime l'élu UDC.

>> Plus de détails sur la situation à Berne: Le canton de Berne appelle l'armée à la rescousse de son équipe de traçage

14h00

Un cluster tend à se confirmer au Grand Conseil genevois

Une élue au Grand Conseil genevois a subi dimanche un test positif au coronavirus, dont elle a appris le résultat lundi, a appris la RTS. La semaine passée, un autre député avait tardé à se faire tester alors qu'il présentait des symptômes depuis plusieurs jours.

La députée, membre du PLR, doit donc respecter une période de quarantaine et se placer à l'isolement.

Plusieurs personnes présentes au Grand Conseil début octobre sont donc concernées. Le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers a lui-même été testé positif. Plusieurs autres suspicions planent sur les élus et leurs collaborateurs, dont certains sont encore en attente du résultat de leur test. Au total six personnes seraient contaminées.

>> Plus de détails : A Genève, un deuxième député a été testé positif au Covid-19

Invitée de Forum, la députée et présidente du PDC genevois, Delphine Bachmann, déplore la communication confuse qu'il y a eu autour de ces cas au sein du Grand Conseil. "Que des députés soient touchés, ça ne m'étonne pas car ils restent des citoyens comme tout le monde. En revanche, la communication autour de ces contaminations n'a pas été rassurante pour la population." Elle trouve dommage que certains élus aient tardé avant d'aller se faire dépister. "Cela nous rappelle une fois de plus à quel point il est important de miser sur la responsabilité individuelle et la prévention."

>> Regarder l'interview complète de Delphine Bachmann, dans Forum:

Plusieurs cas de coronavirus au Grand Conseil genevois: interview de Delphine Bachmann [RTS]
Plusieurs cas de coronavirus au Grand Conseil genevois: interview de Delphine Bachmann / Forum (vidéo) / 4 min. / le 12 octobre 2020

13h30

Le canton de Berne appelle l'armée à la rescousse de son équipe de traçage

Le chef de la Santé du canton de Berne Pierre Alain Schnegg propose que l'armée ou la protection civile soient appelées pour renforcer les équipes de traçage des cantons. Avec les capacités actuelles, la hausse des cas de Covid-19 rend la tâche presque impossible.

>> Plus de détails dans notre article: Le canton de Berne appelle l'armée à la rescousse de son équipe de traçage

D'une trentaine de cas par jour il y a une semaine, le canton est passé à plus de 130 dimanche. Des clusters ont été identifiés dans plusieurs bars de la ville de Berne. Il a fallu mettre 1500 personnes en quarantaine en l'espace de 48 heures, et les équipes de traçage sont soumises à très rude épreuve. Le point de rupture est proche si la situation continue à se dégrader.

"Nous avons passé à 80 traceurs. Si nous devons doubler cette équipe à chaque fois que les chiffres doublent, vous imaginez bien les problèmes de recrutement et de logistique auxquels nous sommes confrontés. Dans une telle situation, l'armée, la protection civile ou le service civil pourraient apporter une aide bienvenue", a déclaré Pierre Alain Schnegg dans le journal de 12h30 de la RTS.

>> Ecouter son interview:

Pierre-Alain Schnegg, conseiller d'Etat bernois en charge de la santé. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
L’armée ou la protection civile en renfort des équipes de traçage des cantons, l’appel de Pierre Alain Schnegg / Le 12h30 / 5 min. / le 12 octobre 2020

>> Voir le sujet du 19h30:

Traçage du coronavirus: des cantons appellent Berne à la rescousse. [RTS]
Traçage du coronavirus: des cantons appellent Berne à la rescousse. / 19h30 / 2 min. / le 12 octobre 2020

>> L'avis du conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, dans le 19h30:

L'avis de Mauro Poggia sur la difficulté des cantons à tracer les cas de coronavirus. [RTS]
L'avis de Mauro Poggia sur la difficulté des cantons à tracer les cas de coronavirus. / 19h30 / 3 min. / le 12 octobre 2020

12h15

Plus de 4000 cas enregistrés durant les 72 dernières heures

La Suisse compte lundi 4068 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Sept décès supplémentaires sont à déplorer et 70 malades ont été hospitalisés.

Les chiffres du samedi et du dimanche sont dorénavant transmis le lundi par l'OFSP. Durant les dernières 72 heures, les résultats de 35'556 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 11,44%. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 8246. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 136,2 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Près de 65'000 cas

Depuis le début de la pandémie, 64'436 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'506'450 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1801 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5071.

Le pays dénombre par ailleurs 4083 personnes en isolement et 9973 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 14'793 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

10h45

La Garde suisse confinée au Vatican

Six gardes suisses du Vatican auraient été testés positifs au Covid-19, a appris la SSR. Conséquence: l'ensemble de l'effectif est consigné dans le quartier suisse. Les visites des familles et les permissions sont suspendues. Tous les gardes vont être soumis à un test de dépistage dans la journée de lundi, a indiqué un officier de la garde.

Les gardes ne sortent de leur caserne que pour assurer leur service de planton aux portes, masqués.

Ayant réduit ses apparitions publiques, le pape François n'aurait pas été exposé puisqu'il n'a plus de contacts rapprochés avec ses gardes.

10h20

Masques défectueux rappelés

L'entreprise e+h Services SA rappelle son masque de type "KN-95" jeudi. Suite à un contrôle, le produit ne protège pas suffisamment son usager.

Le Bureau fédéral de la consommation (BFC) annonce dans un communiqué que suite à un contrôle de la SUVA, le manque de protection de ce masque peut "mettre en danger la santé de ses utilisateurs".

Il s'agit spécifiquement du masque produit par e+h Services SA portant le numéro d'article 2581098 vendu notamment en quincaillerie. Les autres masques portant la désignation "KN-95" ne sont pas concernés, selon le BFC.

Les clients sont priés de ne plus utiliser ce produit et sont appelés à le rapporter au point de vente pour remboursement.

09h30

Repli de l'économie suisse moins pire qu'attendu

L'économie suisse a résisté à la pandémie de Covid-19 et devrait même pouvoir retrouver son niveau d'avant la crise à la fin de l'année prochaine, d'après le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). La dynamique de reprise devrait toutefois s'atténuer par la suite.

Le PIB suisse va reculer de 3,8% en 2020, soit le plus fort repli qu'a connu le pays depuis 1975, montrent les indications fournies par le Seco lundi.

Cette prévision est bien meilleure que les perspectives établies en juin, qui laissaient augurer un recul à 6,2%. Le Seco table par ailleurs sur un taux de chômage annuel moyen de 3,2%, contre une prévision de 3,8% en juin dernier.

>> Ecouter les précisions du 12h30:

Selon le SECO, la Suisse a surmonté la période la plus difficile de la crise économiquement. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
L’économie suisse a mieux résisté face au Covid-19 que ce que prévoyait le SECO en juin / Le 12h30 / 1 min. / le 12 octobre 2020

Reprise solide dès fin avril

Ce regain d'optimisme repose sur une reprise solide dès la fin du mois d'avril avec la fin des mesures de confinement mises en place par les autorités fédérales.

D'après le Seco, le premier semestre 2020 a ainsi été marqué par un retour fort à la consommation et aux investissements, avec un recours limité au chômage partiel.

Tous les secteurs économiques ne sont cependant pas sortis d'affaire: une partie de l'industrie manufacturière ainsi que les acteurs qui dépendent du tourisme international et des grandes manifestations "ont connu une reprise moins forte".

Par conséquent, "la reprise économique demeure limitée et la plupart des secteurs n'ont toujours pas renoué avec les chiffres de l'an passé", indique l'institution.

Une crise tout de même aussi grave qu'en 2009

Pour Daniel Kaufmann, professeur assistant en microéconomie à l'Université de Neuchâtel, il faudra certainement attendre jusqu'à la fin de l'année 2021 pour retrouver une situation semblable à celle d'avant la crise. Malgré les signes réjouissants, "c'est une crise économique grave que nous vivons, autant que celle que nous avons connue en 2009", explique-t-il au micro de Forum.

>> Regarder l'interview complète de Daniel Kaufmann, dans Forum:

L'économie suisse a mieux résisté que prévu à la pandémie de coronavirus: interview de Daniel Kaufmann [RTS]
L'économie suisse a mieux résisté que prévu à la pandémie de coronavirus: interview de Daniel Kaufmann / Forum (vidéo) / 5 min. / le 12 octobre 2020

09h15

Didier Défago: "Une épée de Damoclès au-dessus de la tête"

La saison de ski à venir s'annonce particulière et incertaine en raison de la pandémie de coronavirus. "On se prépare, comme tout nouveau challenge", lance Didier Défago, le nouveau président des remontées mécaniques du Valais, dans La Matinale.

Le champion olympique suisse s'appuie sur le bilan positif du ski d'été pour se rassurer. "Les concepts de protection qui sont élaborés fonctionnent. Les gens ont pris le rythme, ils mettent le masque quand c'est nécessaire et se sentent après beaucoup plus en liberté au niveau du ski", assure-t-il.

L'inquiétude subsiste toutefois. "On ne sait pas quel touriste pourra venir depuis l'étranger. On a des nouvelles informations chaque jour. On compte sur le tourisme local, qui a répondu très présent cet été", indique Didier Défago.

La crainte d'une fermeture pure et simple des remontées est aussi présente. "On a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. On a vu l'effet sur la fin de la saison l'année passée, avec des millions de pertes pour les remontées mécaniques à cause du confinement et de l'arrêt prématuré. Beaucoup de stations ne survivraient pas à ce genre de choses", prévient le skieur de Morgins.

>> L'interview de Didier Défago dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Didier Défago, ex-champion olympique de ski alpin [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Didier Défago, ex-champion olympique de ski alpin / La Matinale / 10 min. / le 12 octobre 2020

9h00

Le défi des stations de ski de moyenne montagne

Pour les stations de ski suisses, l'incertitude de l'évolution des mesures sanitaires s'ajoute à celle de la météo et des chutes de neige. Ces inconnues rendent la situation difficile, d'autant que le manque à gagner de la saison précédente, brutalement écourtée en mars dernier, est important.

De plus, les stations ne pourront pas compter sur les clients étrangers, ni sur les traditionnelles festivités de l'après-ski pour remplir leurs caisses. En outre, le canton de Vaud a d'ores et déjà annoncé que les écoliers ne partiront pas en camp de ski, en tout cas jusqu'au 31 janvier.

Quand aux mesures sanitaires, elles restent peu claires, et risquent bien de créer une concurrence entre les cantons. Seule certitude: le masque sera obligatoire dans les télécabines.

Lueur d'espoir dans ce marasme ambiant, la vente d'abonnements du "Magic Pass" a quant à elle augmenté de 5 % par rapport à l'an dernier. Preuve, sans doute, que l'attrait pour le ski n'est pas au point mort.

L'hiver reste déterminant pour les remontées mécaniques suisses, qui réalisent 75% de leur chiffre sur cette période.

>> Le sujet dans La Matinale:

Des skieurs sur les pistes du domaine de Villars, dans les Alpes vaudoises. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les incertitudes sont nombreuses pour la prochaine saison de ski / La Matinale / 57 sec. / le 12 octobre 2020

8h45

Appréhender la pandémie, huit mois après, au regard de l'Histoire

Après huit mois de vie avec le nouveau coronavirus, l'épidémie arrive-t-elle à un tournant en Suisse ? Vincent Barras, médecin de formation et professeur d'histoire de la médecine à l'Université de Lausanne, pose dans La Matinale son regard d'historien sur la gestion actuelle de la pandémie.

Selon lui, l'Histoire montre que ce type de pandémie est destinée à durer longtemps. Dans ce genre de cas, il est normal de "faire du bricolage, comme on l'a toujours fait en gestion de pandémie depuis des centaines d'années", car il est difficile d'être parfaitement préparé à ces situations.

En effet, même si les nouveaux moyens permettent de meilleures mesures, les habitudes de vies des personnes ont changé, les moyens de propagation de l'épidémie sont infiniment plus grands et plus rapides qu'avant. Par ailleurs, "on a la mémoire très courte sur la manière dont se sont comportés les individus", estime-t-il.

"Ce qui a changé, ce sont les rapports entre l'Etat, le politique et le biologique", explique-t-il. C'est ce qui rend les différentes pandémies incomparables, même si l'Histoire, à défaut de pouvoir aider à gérer concrètement la pandémie actuelle, peut contribuer à porter un regard critique sur les faits. "L'Histoire peut contribuer à une réflexion globale, politique et critique sur les rapports entre l'individu, la collectivité et le politique", poursuit-il.

>> L'interview complète de Vincent Barras:

Vincent Barras décrypte la gestion de la pandémie du coronavirus (vidéo) [RTS]
Vincent Barras décrypte la gestion de la pandémie du coronavirus (vidéo) / La Matinale / 10 min. / le 12 octobre 2020

8h30

Le secteur touristique suisse toujours plus en difficulté

La clientèle suisse n'a pas comblé le manque de touristes étrangers cet été, selon le dernier sondage sur la situation de l'hébergement publié dimanche par la faîtière HotellerieSuisse. Tandis qu'en juin, environ 3 % des établissements hôteliers avaient fait état d'une probabilité de faillite, ils sont désormais 6 % à compter avec un tel risque.

Bien que davantage de Suisses aient passé des vacances dans les régions rurales et alpines, les pertes ont été massives suite à l'absence des touristes internationaux, et les faillites menacent à nouveau l'hôtellerie suisse, particulièrement dans l'Oberland bernois et le Valais.

Et l'horizon ne s'améliore pas. Pour les mois à venir, 70% des établissements, toutes régions confondues, tablent sur une saison d'hiver plus mauvaise que l'année précédente. Les évaluations sont particulièrement alarmantes en zone urbaine.

HotellerieSuisse estime que près de 150 établissements seront contraints de mettre la clé sous la porte. Pour y remédier la faîtière demande une libération du remboursement des crédits Covid-19 dans les cas de rigueur.

Retour des touristes chinois

Les touristes chinois se sont remis à prévoir des vacances en Europe. Selon une enquête de la Sonntagszeitung, les réservations pour l'année prochaine sont en forte hausse. De quoi donner de l'espoir pour 2021 à un secteur touristique en difficulté. Il faudra cependant pour cela que les frontières rouvrent durant le premier semestre.

Les citoyens de Chine continentale, de Hong Kong et de Taïwan trépignent d'impatience, constate le directeur pour l'Asie chez Suisse tourisme. Pour d'autres pays, la Corée, le Japon ou encore la Thaïlande, les touristes sont encore réticents. En mai dernier, le taux de réservation avait chuté de 90% par rapport à l'an dernier. Il est aujourd'hui remonté à près des deux tiers du niveau de 2019, selon ce qu'indiquent les statistiques des réservations en ligne.

>> Écouter le sujet de La Matinale:

Les touristes chinois se font rares depuis le début de l'épidémie de coronavirus (photo d'illustration). [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Les touristes chinois se sont remis à prévoir des vacances en Europe / La Matinale / 1 min. / le 12 octobre 2020

8h00

La situation économique de Montreux se fragilise encore

À Montreux (VD), la pandémie a mené à une diminution du tourisme et à l'annulation d'événements importants pour la ville, comme le festival de Jazz ou le marché de Noël.

Désormais, à ces difficultés s'ajoutent celles du secteur de la construction, confronté à la décision du Tribunal fédéral, début juin, d'annuler le nouveau plan général d'affectation de la ville, jugé trop gourmand en termes de zones à bâtir. Ainsi, une trentaine de projets immobiliers ont été stoppés net. Presque aucune nouvelle construction ne sera possible ces prochaines années.

Le coup de frein a donc été brutal pour toute une chaîne de production, promoteurs, architectes, ingénieurs ainsi que les peintres, les maçons, etc... La Municipalité présentera un crédit d'étude au Conseil communal, pour esquisser les contours du futur plan.

>> En lire plus: Montreux souffre après l'annulation de son nouveau plan général d'affectation

07h45

Faute d'Europe, les Suisses restent en Suisse

Dès lundi, il n'est plus possible d'aller à Berlin, Venise ou encore en Tunisie sans quarantaine obligée au retour. Actuellement, 61 pays et 28 régions sont considérés à risque par la Confédération. Le choix de destinations de vacances s'est donc drastiquement restreint en Europe et seule la Grèce semble tirer son épingle du jeu.

Mais beaucoup de Suisses ont préféré réserver leurs vacances au pays. Et selon les sites de voyages en ligne, Zermatt et le Tessin sont en pole position. Mais il est trop tôt pour avoir des chiffres précis, la situation sanitaire et la météo ayant réfréné les ardeurs des Suisses.

>> Voir le reportage du 19h30:

Les vacances d'octobre se dérouleront en Suisse. [RTS]
Les vacances d'octobre se dérouleront en Suisse. / 19h30 / 2 min. / le 11 octobre 2020

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30:

Suisse Tourisme encourage les Suisses a rester dans le pays pour les vacances d'automne. [Davide Agosta - Ti-Press/Keystone]Davide Agosta - Ti-Press/Keystone
Des vacances d’automne pour les Suisses dans le pays / Le 12h30 / 2 min. / le 10 octobre 2020

07h30

Le conseiller national Alfred Heer (UDC/ZH) testé positif

Le conseiller national Alfred Heer (UDC/ZH) a été testé positif au coronavirus la semaine dernière et s'est mis en isolement jusqu'à jeudi prochain. L'élu avait participé lundi à une réunion avec la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.

Un porte-parole du Département fédéral de justice et police (DFJP) a confirmé dimanche soir ces informations parues sur le site Blick.ch. Il a toutefois précisé à l'agence d'information Keystone-ATS que Karin Keller-Sutter était protégée par un plexiglas lors de la réunion d'une sous-commission des commissions de gestion (CDG). À aucun moment elle n'a eu de contact direct avec Alfred Heer. La conseillère fédérale se porte bien.

07h15

Le traçage en question

Le traçage des contacts, mené par les cantons, est au coeur de la stratégie pour endiguer la progression du coronavirus. Mais face à l'augmentation du nombre de cas, cette stratégie est-elle encore efficace?

Non, si l'on en croit l'expérience zurichoise. Selon la presse alémanique, les autorités du plus grand canton seraient aujourd'hui débordées.

Et l'exemple zurichois est révélateur des difficultés que connaissent aussi plus largement les autres cantons dans ce domaine.

>> Voir le sujet du 19h30:

Les cantons ont du mal à tracer les cas de coronavirus. [RTS]
Les cantons ont du mal à tracer les cas de coronavirus. / 19h30 / 2 min. / le 11 octobre 2020

>> Regarder le grand débat, dan Forum:

Le grand débat - Traçage anti-Covid: encore possible? [RTS]
Le grand débat - Traçage anti-Covid: encore possible? / Forum (vidéo) / 18 min. / le 12 octobre 2020

07h00

Journée d'action de la Chaîne du Bonheur

Partout dans le monde, les personnes les plus vulnérables sont les plus durement frappées par la pandémie de Covid-19, et la crise aggrave les problèmes existants, au premier rang desquels les inégalités et la pauvreté, indique la Chaîne du Bonheur lundi.

En collaboration avec la SSR, la fondation organise le 22 octobre une journée nationale de solidarité "Coronavirus International" en faveur de ces personnes. Cette collecte de dons est également soutenue par les organisations humanitaires partenaires qui combattent les conséquences de la pandémie dans le monde entier.

Les fonds collectés serviront à soutenir le travail des organisations qui interviennent dans des pays où les crises existantes ont été amplifiées par la pandémie, précise la Chaîne du Bonheur. Pour l’aide en Suisse, plus de 42 millions de francs suisses ont été collectés depuis le mois de mars. Cet argent permet de soutenir plus de 150 projets menés par 114 organisations qui aident les personnes en Suisse particulièrement affectées par les conséquences de la pandémie.

Les dons peuvent être faits en ligne sur le site www.bonheur.ch ou par virement bancaire sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus International". De plus, le jour de la collecte, un numéro de téléphone gratuit (0800 87 07 07) sera ouvert pour recueillir les promesses de dons.

>> En lire plus: La Chaîne du Bonheur lance un nouvel appel en faveur des victimes du Covid

06h45

Dur de sortir le week-end pour les jeunes

Ce week-end, de nombreuses personnes ont rêvé d’aller danser, ou boire un verre. Mais où? Les lieux de nuit se font rares. Genève, Vaud et le Tessin ont fermé leurs discothèques, Covid oblige. A Bulle, Globull a éteint sa boule à facette et rangé ses platines en raison de la hausse du nombre de cas de Covid-19.

Dans d’autres pays, ce sont parfois même les bars et les cafés qui sont fermés. Cette situation est difficile pour les jeunes, car sortir, c'est un rituel de passage vers l'âge adulte qui se retrouve aujourd'hui compromis.

>> Ecouter le reportage du 12h30:

Le club Globull de Bulle. [Globull/flickr]Globull/flickr
Les rituels de sortie de la jeunesse sont touchés par la pandémie / Le 12h30 / 2 min. / le 10 octobre 2020

06h30

Inquiétude pour la santé mentale

La situation sanitaire et économique a des impacts sur la santé mentale. Les personnes souffrant de troubles psychiques n'osent pas sortir de chez elles et cette situation préoccupe les acteurs de la santé.

>> Voir le sujet du 19h30:

La crise du coronavirus a particulièrement touché les personnes souffrant de troubles psychiques. [RTS]
La crise du coronavirus a particulièrement touché les personnes souffrant de troubles psychiques. / 19h30 / 2 min. / le 10 octobre 2020

>> Revoir aussi le sujet de Forum:

Santé physique, coronavirus et travail, l'équation dangereuse? interview de Florence Nater et Pierre Vallon [RTS]
La pandémie de coronavirus pourrait avoir de lourdes conséquences sur la santé mentale de la population / Forum (vidéo) / 8 min. / le 7 octobre 2020

06h15

Le Covid, source de tension en famille

Le canton de Genève a demandé vendredi à ce que ceux qui organisent des fêtes privées, que ce soit des réunions de famille ou des repas entre amis, s'annoncent aux autorités à partir d'un certain nombre de personnes, qui doit encore être défini.

>> Lire: A Genève, les fêtes privées nombreuses devront être annoncées

Toute la question est celle des mesures sanitaires à respecter. Mais le sujet est souvent source de conflit entre amis et même au sein des familles.

>> Voir le sujet du 12h45:

La crise du coronavirus attise les tensions en famille et entre amis. [RTS]
La crise du coronavirus attise les tensions en famille et entre amis. / 12h45 / 2 min. / le 10 octobre 2020

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus