Modifié

"Il faut tout un savoir-faire pour arrêter un train de 450 tonnes"

L'invité-e de La Matinale (vidéo) - Hanny Weissmuller, présidente du personnel de locomotives au syndicat SEV [RTS]
L'invité-e de La Matinale (vidéo) - Hanny Weissmuller, présidente du personnel de locomotives au syndicat SEV / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 10 min. / le 8 octobre 2020
Un métier "magnifique", mais des conditions cadres à améliorer: Hanny Weissmüller, nouvelle présidente de la sous-fédération des mécaniciens de locomotive, a défendu dans La Matinale jeudi l'importance de revaloriser le travail des conducteurs de train.

Petite fille déjà, elle rêvait de conduire une locomotive, mais ce n'était "pas pour une fille", a-t-on décrété à sa place. Quarante ans plus tard, Hanny Weissmülller a réalisé son rêve, et au-delà: non contente de sillonner la Suisse dans la cabine de pilotage de trains CFF - de "traverser notre beau pays qui change au fil des saisons, en toute sécurité et sans embouteillages", elle sera également la première femme présidente du personnel de locomotives au syndicat SEV, dès le 1e janvier 2021.

Car plus que jamais, sa profession doit être défendue, valorisée. "Pour que ça reste le métier que j'aime faire", fait valoir la Valaisanne d'adoption. Pour les conducteurs de train en effet, la dégradation des conditions cadres est réelle: flexibilité extrême en matière d'horaires de travail, valorisation salariale jugée insuffisante pour un métier à haute responsabilité, heures supplémentaires, pénurie de mécaniciens.

"Une CCT existe entre les partenaires sociaux et les entreprises ferroviaires", indique Hanny Weissmüller, mais cette convention collective est en renégociation constante, tous les trois ans pour les CFF. "C'est là qu'il faut des partenaires sociaux forts", faute de quoi "l'employeur fait ce qu'il veut". Si les discussions étaient "très difficiles" avec l'ancien président de direction des CFF Andreas Meyer, beaucoup d'espoirs reposent en revanche sur son successeur, le Fribourgeois Vincent Ducros, indique-t-elle.

Encore loin du train autonome

Côté relève, quelque 340 personnes sont actuellement en formation pour devenir mécanicien-ne de locomotive, mais il ne faut pas en rester là, estime la responsable. Aux CFF, il en faudrait au moins un millier ces prochaines années, et l'ex-régie fédérale l'avoue: elle a mal anticipé les besoins en personnel.

>> Lire aussi: Les CFF manquent de conducteurs et suspendent des prestations

"Pour l'ex-directeur Andreas Meyer, les trains devaient devenir autonomes en 2025. Le métier de conducteur était donc sans futur", déplore Hanny Weissmüller. Or, dans la réalité, conduire un train est une opération infiniment plus complexe que de diriger une rame de métro ou un tram. "Les trains sont soumis à d'autres conditions. Lors d'un trajet Brigue-Genève, par exemple, le climat change énormément entre la montagne, le littoral vaudois, le bout du lac", illustre-t-elle". Ces facteurs s'avèrent cruciaux notamment au moment du freinage: "Il faut tout un savoir-faire pour arrêter au bon endroit un train régional de 450 tonnes. En conditions autonomes, il faudrait de très nombreux capteurs et données. Le facteur humain reste donc extrêmement important", souligne Hanny Weissmüller.

Interrogée sur la mixité au sein de sa profession - 4% de mécaniciennes locomotive chez les CFF -  la conductrice reste factuelle. "Les CFF doivent trouver en tout 10'000 personnes ces prochaines années pour renouveler leurs effectifs. Cela ne sera pas possible uniquement avec des hommes."

Propos recueillis par David Berger

Adaptation web: Katharina Kubicek

Publié Modifié