Banner 10 septembre [Keystone]
Publié Modifié

Le sport et l'événementiel devraient bénéficier d'un coup de pouce

- Les ligues sportives professionnelles devraient bénéficier de prêts directs. Et les entreprises du secteur de l'événementiel être mieux soutenues. Le Conseil des Etats a accepté jeudi ces ajouts du National à la loi Covid-19. Il y a toutefois apporté des précisions.

- L'Office fédéral de la santé publique a annoncé jeudi 405 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. 16'400 tests ont été effectués. Le ratio de tests positifs s'élève à 2,47%, soit une baisse par rapport aux derniers jours.

- Selon l'OFSP, la situation actuelle est stable mais aussi fragile. L'objectif est de stabiliser et, si possible, de réduire le nombre d'infections et d'hospitalisations.

- La flambée de cas de Covid qui a causé le décès de sept résidents dans un EMS de Siviriez (FR) et l'hospitalisation de neuf autres, place l'Hôpital fribourgeois (HFR) dans une situation tendue. Ses capacités sont proches de la limite pour l'heure.

- Les CFF enregistrent une baisse du nombre de voyageurs de plus d'un tiers au premier semestre 2020 à cause de la pandémie. Concrètement, ce sont 810'000 passagers qui ont voyagé quotidiennement à cette période, contre 1,2 million l'an dernier.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h00

Hausse de cas inquiétante dans le canton de Vaud

Alors que le canton de Vaud enregistre la hausse de cas la plus importante en Suisse, le Conseil d’Etat négocie depuis plusieurs jours avec tous les acteurs économiques qui pourraient se faire imposer de nouvelles restrictions dès la semaine prochaine.

Depuis septembre, le nombre de tests effectués dans le canton a considérablement augmenté. Plus de 1500 personnes se font tester par jour, une hausse de 50% par rapport à mi-août. Parmi les personnes testées, 7% sont positives, soit un taux deux fois plus élevé qu'il y a un mois.

>> Le sujet du 19h30:

Vaud et Genève figurent désormais sur la liste rouge Covid établie par l'Allemagne. [RTS]
Hausse de cas inquiétante dans le canton de Vaud, où de nouvelles mesures devraient bientôt être annoncées / 19h30 / 2 min. / le 10 septembre 2020

Ces contaminations en augmentation n'ont pour l’instant aucune incidence sur les hospitalisations. Il n’y a jamais eu plus de six personnes infectées par le virus dans les soins intensifs du canton depuis le début de l’été.  

Selon Didier Trono, professeur en sciences de la vie à l'EPFL et membre de la task force Covid, il est possible d’éviter des mesures trop drastiques, mais à condition de véritablement respecter les gestes barrières: "Il faut que les gens réalisent que la distanciation physique, le port du masque et le lavage des mains sont indispensables pour contenir l’épidémie", explique-t-il dans le 19h30.

>> L'interview de Didier Trono dans le 19h30:

Les explications de Didier Trono, professeur en sciences de la vie à l'EPFL. [RTS]
Les explications de Didier Trono, professeur en sciences de la vie à l'EPFL. / 19h30 / 3 min. / le 10 septembre 2020

20h15

Soutien accordé par le Conseil des Etats au sport et à l'événementiel

Les ligues sportives professionnelles devraient bénéficier de prêts directs. Et les entreprises du secteur de l'événementiel être mieux soutenues. Le Conseil des Etats a accepté ces ajouts du National à la loi Covid-19. Il y a toutefois apporté des précisions.

Depuis le 13 mars, le Conseil fédéral a édicté plusieurs ordonnances visant à surmonter la crise du coronavirus. Le projet de loi est nécessaire pour que ces dispositions ne deviennent pas caduques six mois après leur entrée en vigueur.

Lors de son examen du texte, le National s'est montré plus généreux que le gouvernement. Le Conseil des Etats lui a emboîté le pas, précisant toutefois plusieurs dispositions. Au vote sur l'ensemble, le projet a été adopté par 33 voix contre 1 et 4 abstentions.

Cas de rigueur problématiques

Les sénateurs se sont notamment attardés sur les cas de rigueur. Aucun n'a contesté la nécessité de légiférer sur le sujet. Mais de nombreuses questions restent ouvertes, a noté entre autres Daniel Fässler (PDC/AI). "Qu'est-ce qu'un cas de rigueur? Qu'est-ce qu'une entreprise en bonne santé?"

Au final, le Conseil des Etats s'est en partie éloigné du National. Les entreprises durement touchées par les conséquences de la pandémie, en particulier dans les secteurs de l'événementiel, du tourisme et des voyages, pourront être soutenues. Mais seulement à condition que les cantons, où l'entreprise a son siège, mettent aussi la main au porte-monnaie.

Le soutien financier fédéral ne sera toutefois accordé que si les entreprises affichaient une bonne santé économique avant la crise. Et il devra prendre la forme de contribution à fonds perdu.

>> Voir le sujet du 19h30:

Un soutien financier est prévu pour venir en aide aux entreprises du spectacle touchées par la pandémie. [RTS]
Un soutien financier est prévu pour venir en aide aux entreprises du spectacle touchées par la pandémie. / 19h30 / 1 min. / le 10 septembre 2020

Prêts sans intérêts pour les ligues de football et hockey

Les ligues professionnelles de football et de hockey sur glace seront également aidées. Elles pourront bénéficier de prêts sans intérêts. Leur montant pourra atteindre un quart des charges d'exploitation 2018/2019 des clubs. Et ceux-ci devront fournir des garanties à hauteur de 25%.

Concernant la culture, les sénateurs ont décidé de revenir à la proposition du gouvernement. L'Office fédéral de la culture disposera d'une enveloppe de 80 millions de francs. La gauche aurait voulu maintenir les 100 millions proposés par les députés.

18h30

"Les hospitalisations étaient nécessaires pour soulager l'EMS de Siviriez"

L'hypothèse d'une saturation des hôpitaux à cause de la pandémie était l'un des grands sujets de préoccupation du printemps dernier. La menace semble s'être depuis éloignée, mais la situation reste préoccupante par endroits.

A Fribourg notamment, il ne reste plus que sept lits de libres en médecine générale, et en Gruyère, le site de Riaz est actuellement plein. "Pour le moment on a assez de lits à l'hôpital, mais ça peut changer très vite, par exemple si on reçoit d'un coup plusieurs patients d'EMS", a expliqué dans Forum Ronald Vonlanthen, directeur médical de l'Hôpital fribourgeois.

>> L'interview de Ronald Vonlanthen dans Forum:

Des hôpitaux saturés à cause de la pandémie ? Interview de Ronald Vonlanthen [RTS]
Des hôpitaux saturés à cause de la pandémie ? Interview de Ronald Vonlanthen / Forum (vidéo) / 1 min. / le 10 septembre 2020

Un épisode en particulier a justement contribué à aggraver la situation: la flambée des cas au sein de l'EMS de Siviriez, avec 7 décès en l'espace de quelques jours et l'hospitalisation de 9 résidents de l'établissement.

>> Lire aussi : L'Hôpital fribourgeois sous la pression de la flambée de cas dans l'EMS de Siviriez

Pour le médecin cantonal fribourgeois, Thomas Plattner, ces hospitalisation étaient inévitables: "Ces hospitalisations sont notamment dues à l'absence du personnel - plus de 20 membres du personnel soignant ont dû être isolés après avoir été testés positifs au Covid. Nous avons donc pris la décision d'hospitaliser une partie des résidents pour soulager l'EMS en question."

>> L'interview de Thomas Plattner dans Forum:

L’inquiétude après une flambée de cas dans les EMS : interview de de Thomas Plattner [RTS]
L’inquiétude après une flambée de cas dans les EMS : interview de de Thomas Plattner / Forum (vidéo) / 7 min. / le 10 septembre 2020

>> Le reportage du 19h30 sur les EMS de Siviriez et de la Maison bourgeoisial à Bulle :

Plusieurs résidents de l'EMS de Siviriez ont du être hospitalisés, après une vague de contaminations au Covid [RTS]
Plusieurs résidents de l'EMS de Siviriez ont dû être hospitalisés, après une vague de contaminations au Covid / 19h30 / 2 min. / le 10 septembre 2020

>> Lire aussi: L'Hôpital fribourgeois sous pression après la flambée de cas dans l'EMS de Siviriez

17h10

La loi Covid ne sera pas scindée

La loi Covid-19 ne sera pas scindée en deux. Le Conseil des Etats a rejeté par 30 voix contre 7 une proposition de Thomas Minder (Indépendant/SH) en ce sens.

Dénonçant une loi "fourre-tout", Thomas Minder aurait voulu séparer le projet en deux. La première partie aurait réuni les "mesures primaires" visant à lutter contre l'épidémie de Covid-19, et la seconde les "mesures secondaires" ayant pour but de surmonter les conséquences des mesures de lutte contre l'épidémie. Une telle scission permettrait à ses yeux de limiter le risque de référendum.

Difficile de séparer les choses

Il est difficile de déterminer quelles mesures sont primaires et lesquelles sont secondaires, a pointé Paul Rechsteiner (PS/SG), car chacun a une interprétation différente. Séparer le projet en deux reviendrait en outre à compliquer les droits politiques de la population, a relevé Carlo Sommaruga (PS/GE). Lisa Mazzone (Verts/GE) a elle appelé à ne pas créer de précédent.

Le projet n'est pas parfait, ont admis certains parlementaires. "Mais c'est un pas pragmatique pour combattre la pandémie", a souligné Paul Rechsteiner (PS/SG). Il est nécessaire pour affronter les conséquences économiques et sociales de la crise, a abondé Marina Carobbio (PS/TI).

16h30

L'OFSP anticipe une forte demande en vaccins

Alors que les vaccinations contre la grippe débuteront bientôt, Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP, a indiqué devant la presse que se faire vacciner permettrait d'éviter de devoir subir un test de dépistage du coronavirus à cause de la grippe.

Anticipant la probable forte demande de vaccins contre la grippe, la Confédération devrait recevoir "quelques centaines de milliers de doses supplémentaires" pour la fin novembre.

15h30

Les CFF touchés de plein fouet

Quelque 810'000 passagers ont emprunté les CFF durant le premier semestre 2020, contre près de 1,2 million l'an dernier à la même période. Ceci représente une perte de 479 millions de francs. Alors qu'à la même période l'année d'avant, ils enregistraient un bénéfice de 279 millions de francs.

L'entreprise ferroviaire, qui a présenté son bilan semestriel à Berne jeudi, subit de plein fouet les effets de la crise sanitaire. Il faut dire que ses recettes ont fortement diminué (-11,5%), alors que les coûts n'ont été que "légèrement amortis" en raison du maintien d'un service minimum pendant le confinement.

Le domaine le plus touché est le transport des voyageurs. Mais pas seulement: le transport de marchandises, l'infrastructure et les revenus immobiliers des CFF ont aussi diminué.

Les CFF vont donc devoir économiser dans les mois et années à venir. Son directeur, Vincent Ducrot, promet toutefois que les coupes ne se feront ni sur le dos des usagers ni sur celui des employés. "On doit économiser dans notre appareil administratif, en faisant moins de publicité par exemple. On va continuer à investir, mais plus intelligemment", explique-t-il.

>> Les précisions du 12h45:

Les CFF ont eu un manque à gagner de 480 millions au cours des six premiers mois de 2020.  Les clients passeront à la caisse [RTS]
Les CFF ont eu un manque à gagner de 480 millions au cours des six premiers mois de 2020. Les clients passeront à la caisse / 12h45 / 2 min. / le 10 septembre 2020

>> Lire aussi: Les CFF sont touchés de plein fouet par la pandémie

15h00

Feu vert au soutien fédéral pour les transports publics

La Confédération aidera les entreprises de transports publics à faire face aux pertes liées au Covid-19. Suivant le Conseil des Etats, le National a approuvé jeudi une enveloppe de 700 millions et étendu l'aide au trafic local et touristique et au ferroutage.

La Chambre du peuple s'est ralliée par 151 voix contre 42 à la version acceptée lundi par les sénateurs. Le projet présenté constitue une solution équilibrée et urgemment nécessaire, a ainsi souligné Philipp Matthias Bregy (PDC/VS). Il envoie un signal à notre service public, a renchéri Michael Töngi (Verts/LU).

Tout en reconnaissant l'urgence de la situation pour le trafic régional, l'UDC s'est retrouvée seule pour combattre un projet qui va trop loin à ses yeux. Le secteur des transports publics n'a pas cessé de se développer ces dernières années, a rappelé Benjamin Giezendanner (UDC/AG). Selon lui, l'Etat ne doit pas seulement distribuer de l'argent, il doit aussi réfléchir à supprimer les lignes qui ne sont pas rentables.

14h20

Le masque obligatoire jusqu'au 30 novembre à Neuchâtel

Le port du masque restera obligatoire dans les commerces neuchâtelois d’une capacité de plus de dix personnes, personnel inclus, jusqu’au 30 novembre. La mesure en vigueur depuis le 21 août est prolongé de deux mois.

Le prolongement vaut aussi pour les mesures liées au nombre de personnes autorisées à l’intérieur des musées et galeries d’art ainsi que dans les établissements publics clos proposant une consommation debout, a indiqué l'Etat de Neuchâtel. Bars, restaurants, pubs, boîtes de nuit, salles de danse et discothèques sont concernés.

"Le port du masque reste vivement recommandé pour l’ensemble des lieux publics clos où il n’est pas expressément obligatoire", précise le communiqué. Ces mesures s’ajoutent à la distanciation sociale, aux gestes barrières et à toutes les mesures de protection déjà en vigueur pour limiter l’impact de la pandémie de Covid-19.

14h00

Une situation stable, mais fragile

La situation actuelle est stable mais aussi fragile, a déclaré devant la presse à Berne Stefan Kuster, chef de la division Maladies transmissibles de l'OFSP.

L'objectif est de stabiliser et, si possible, de réduire le nombre d'infections et d'hospitalisations. Le taux de cas positif est actuellement de 3,1%. La moitié des cas se produisent dans les cantons de Genève, Vaud et Zurich, devant Fribourg et Berne. Les autres cantons ont enregistré un nombre de cas peu élevé ou en baisse.

En moyenne, la moitié des personnes infectées ont moins de 31 ans. Le but est maintenant d'éviter que davantage de personnes âgées ou de groupes à risque soient infectés. Les mesures actuelles s'avèrent dans l'ensemble efficaces, a poursuivi Stefan Kuster. Cependant, les règles d'hygiène et de distanciation sociale doivent toujours être respectées, y compris dans le milieu familial.

13h40

Après le National, aux Etats d'aborder la loi Covid-19

Le Conseil des Etats a entamé jeudi ses débats sur la loi Covid-19. Le projet permettra un retour à la normalité, ont souligné plusieurs sénateurs.

Depuis le 13 mars, le Conseil fédéral a édicté plusieurs ordonnances visant à surmonter la crise du coronavirus. Le projet de loi est nécessaire pour que ces dispositions ne deviennent pas caduques six mois après leur entrée en vigueur.

Citoyens inquiets

Les sénateurs ont été nombreux à recevoir des lettres de citoyens inquiets à propos de cette loi. Ils craignent pour la démocratie et ont peur que le droit d'urgence soit pérennisé ou encore qu'un vaccin soit rendu obligatoire, a noté Maya Graf (Verts/BL).

Ce ne sera pas le cas, a insisté la Verte. Le projet de loi permettra au contraire un pas vers un retour à la normalité. Un point de vue partagé par des sénateurs de tous bords. Même s'ils reconnaissent souvent que le projet n'est pas parfait.

Préciser les mesures du National

Plusieurs sénateurs se sont encore réjouis des mesures ajoutées par le National, notamment concernant les cas de rigueur. Pirmin Bischof (PDC/SO) a toutefois assuré qu'elles devront être précisées, afin que le Conseil fédéral sache que faire.

Les députés ont entre autres décidé d'un coup de pouce pour les ligues sportives et les entreprises durement touchées par les conséquences de la pandémie. Les entreprises des secteurs de l'événementiel, du tourisme et des voyages devraient en particulier être soutenues. Et les ligues professionnelles de football et de hockey sur glace bénéficier de prêts sans intérêts.

13h00

405 nouveaux cas, mais ratio en baisse

La Suisse enregistre jeudi 405 nouveaux cas de contamination au Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant les dernières 24 heures, huit personnes ont été hospitalisées et deux sont signalées mortes.

16'400 tests ont été effectués. Le ratio de tests positifs s'élève à 2,47%, soit une baisse par rapport aux derniers jours (2,67 mercredi, 2,77% mardi, 4,14% lundi et 3,52% dimanche).

Au total, 45'711 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur 1'145'949 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le pays dénombre 2098 personnes en isolement, et 5278 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 10'090 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Depuis le début de la pandémie, le total des décès s'élève désormais à 1737 - 5 sur les 7 derniers jours - et le nombre de personnes hospitalisées atteint 4625 - 28 sur les 7 derniers jours. Mercredi, seules 14 personnes étaient hospitalisées.

>> A lire également: Le coronavirus en chiffres et en cartes

12h30

L'Hôpital fribourgeois sous pression

La flambée de cas de Covid qui a causé le décès de sept résidents dans un EMS de Siviriez (FR), et l'hospitalisation de neuf autres, place l'Hôpital fribourgeois (HFR) dans une situation tendue. Ses capacités sont proches de la limite pour l'heure.

Contrairement à la période du semi-confinement, l’activité hospitalière est au plus haut et les lits sont comptés, a expliqué l'HFR. Les neuf résidents malades ont en effet été accueillis depuis mercredi sur le site gruérien de Riaz.

Sur place, les services de chirurgie et d’orthopédie ont dû être réaménagés en urgence pour pouvoir mettre à disposition neuf lits sur un même étage. Mais l'accueil de ces patients fait que l’HFR Riaz est désormais plein, ce qui contraint les nouveaux patients à être déroutés vers le site de Fribourg.

>> Voir le sujet du 12h45:

Le médecin cantonal fribourgeois a demandé l’hospitalisation de 10 résident de l'EMS de Siviriez pour soulager l'établissement [RTS]
Le médecin cantonal fribourgeois a demandé l’hospitalisation de 10 résident de l'EMS de Siviriez pour soulager l'établissement / 12h45 / 2 min. / le 10 septembre 2020

Sept lits disponibles

Le problème est que le site principal de l’HFR Fribourg - Hôpital cantonal accuse également une forte activité hospitalière depuis le mois de juin, a noté le directeur médical Ronald Vonlanthen. Il ne présente du coup plus que sept lits disponibles pour l'heure. Le contexte pandémique de hausse des cas positifs depuis août complique donc la situation.

Selon l'information donnée mercredi, 53 personnes de la maison de retraite de Siviriez sont désormais infectées au Covid-19 ou placées en quarantaine. La semaine passée, 37 pensionnaires avaient été testés positifs, sans être hospitalisés, avec à la clé sept décès. Sur les 53 personnes mentionnées, 19 sont des employés de l'EMS.

Un effectif qui constitue un tiers du personnel de l’établissement, où les visites sont interdites. Dans ce contexte, le médecin cantonal a demandé que des résidents soient admis à l'hôpital. Par ailleurs, la protection civile sera engagée à compter de samedi pour une durée de dix à quinze jours, avec six astreints.

Ces derniers travailleront quotidiennement dans les domaines des soins de base et de l’animation, de la logistique et de la cuisine. Une autre flambée épidémique est en cours dans un EMS à Bulle. Jusqu'à présent, 21 résidents et 13 employés y ont été testés positifs au Covid. Une personne est décédée.

>> L'Hôpital fribourgeois commence à manquer de lit. Ecouter le sujet du 12h30:

L'Hôpital fribourgeois mis sous pression en raison de la flambée des cas de coronavirus à l'EMS de Siviriez. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
L'Hôpital fribourgeois fait face à un manque de lits et de personnel en raison du coronavirus / Le 12h30 / 1 min. / le 10 septembre 2020

>> Lire aussi: L'Hôpital fribourgeois sous la pression de la flambée de cas dans l'EMS de Siviriez

11h50

Coup de fouet au marché du deux-roues

Le redressement du marché du deux-roues motorisé en Suisse s'est poursuivi pendant les mois d'été. Plus de 12'000 véhicules neufs ont été vendus entre juillet et août, ce qui représente un bond de plus de 40% par rapport à la même période un an plus tôt, indique l'Office suisse moto et scooter (Osms) jeudi sur son site internet.

"Les tendances nées avec le coronavirus, notamment une certaine distanciation par rapport aux transports communs et un retour prononcé au transport privé, ont eu des conséquences directes sur le marché du deux-roues", explique l'organe de communication de la faîtière des importateurs (Motosuisse) dans un communiqué.

Depuis janvier, le marché global (motos et scooters) affiche une progression de 12,8% à 38'934 unités.

Le marché du deux-roues bénéficie en outre cette année d'un effet réglementaire, lié à la suppression prévue début 2021 de la disposition connue comme "accès direct", à savoir la possibilité pour les conducteurs de moins de 25 ans de passer directement à un véhicule de grosse cylindrée.

11h30

Soupe à la grimace pour les événements populaires

La pandémie de coronavirus a eu raison de nombreuses manifestations populaires cette année. Ces annulations portent un coup au moral de nombreux habitants.

Fête des Vendanges à Neuchâtel, Saint-Nicolas à Fribourg, course de l'Escalade à Genève ou les Brandons de Payerne: la liste des événements qui n'auront pas lieu dans les mois à venir est loin d'être exhaustive.

Décider rapidement

Pour les organisateurs, accueillir jusqu'à 30'000 visiteurs était une tâche trop compliquée à gérer en raison de l'impossibilité de conserver les distances entre chaque participant ou encore garantir la traçabilité. Le risque était trop grand et il était impensable de maintenir la fête dans ces conditions.

Le comité d'organisation de la Saint-Nicolas, à Fribourg, a ainsi estimé qu'il fallait mieux annuler rapidement pour éviter de créer une attente du public, puis une déception. A posteriori, les organisateurs de l'événement fribourgeois ont l'impression que le public comprend la décision, "même si l'on sent une forme de résignation", a déclaré l'un d'eux à la RTS.

D'autres y croient encore

Si passablement d'événements sont passés à la trappe, d'autres y croient encore. C'est le cas, par exemple, du carnaval de Bâle, des marchés de Noël de Zurich, Lausanne et de Montreux, l'un des plus grands de Suisse. Tous sont en pourparlers avec les autorités et les médecins cantonaux.

Derrière cette volonté de maintenir le cap envers et contre tout se cachent des aspects économiques. Yves Cornaro, le directeur de Montreux Noël, parle même de "marché de la survie" pour ses 150 exposants déjà fortement impactés par la crise.

Des mesures chères

Maintenir un événement a toutefois un prix, car les concepts de protection sanitaire sont coûteux et les visiteurs devraient être moins nombreux. Le risque financier doit être mis dans la balance.

A Genève, par exemple, la compagnie 1602 - qui organise le grand cortège de l'Escalade - fera une pesée des intérêts avant de se déterminer d'ici la fin du mois de septembre.

>> Ecouter le sujet de Virginie Gerhard dans La Matinale

De nombreuses fêtes ont dû être annulées en raison du Covid-19 [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Soupe à la grimace après l'annulation d'événements populaires en cascade / La Matinale / 1 min. / le 10 septembre 2020

11h15

Perspectives peu joyeuses pour le secteur du voyage

Frappées de plein fouet par la pandémie, les agences de voyage souffrent plus que jamais. Le secteur, qui occupe en Suisse environ 8170 postes (équivalent plein-temps) pourrait perdre jusqu'à 3000 emplois, a averti la Fédération suisse du voyage. "Notre destin est entre les mains du virus et du politique", déplore Max Katz, président de la faîtière.

Et les perspectives ne sont pas bonnes. Pour la deuxième moitié de l'année, la branche s'attend en effet à un repli de 70% du chiffre d'affaires et de 65% sur l'ensemble de l'année. Sans compter que la crise pourrait également accélérer la numérisation des agences de voyage et leur organisation en réseau.

A noter que ce sont environ 1300 agences de voyage qui sont actives en Suisse, pour un chiffre d'affaires estimé de 6 milliards de francs. En raison de la pandémie, un manque à gagner de jusqu'à 2,9 milliards pourrait être essuyé, comme le craint la faîtière.

10h30

Feu vert à une enveloppe de 770 millions

Après le National, le Conseil des Etats a donné son feu vert jeudi aux 770 millions de francs de plus demandés par le Conseil fédéral pour faire face à la crise du Covid-19. Le supplément au budget a été adopté à l'unanimité.

La majorité s'est ralliée au Conseil fédéral pour l'ensemble de ce supplément au budget. Il comprend 288,5 millions pour financer les tests Covid-19 jusqu’à la fin 2020. Ces coûts sont à charge de la Confédération depuis le 25 juin. Ils incluent le risque de recrudescence des infections à partir de septembre et suffisent pour la réalisation de 8000 tests en moyenne par jour.

Le fonds d'infrastructure ferroviaire bénéficiera lui d'un coup de pouce de 221,3 millions. Et quelque 150 millions sont prévus pour recapitaliser Skyguide.

Le Parlement a déjà autorisé des dépenses de 31 milliards de francs, ainsi que des cautionnements et des garanties de 42 milliards lors du premier semestre 2020.

Il semble que les dépenses approuvées jusqu’à présent ne seront pas totalement utilisées dans tous les domaines. Selon les estimations effectuées en août, les dépenses extraordinaires se monteraient à 18 milliards, avait précisé le chef du Département fédéral des finances devant le National.

07h15

La loi Covid laisse-t-elle trop de marge de manoeuvre au Conseil fédéral ?

Si le coronavirus aura chamboulé nos modes de vie, il s'invite aussi dans le débat fondamental sur nos institutions et sur leur fonctionnement.

Le Conseil national a fixé mercredi un cadre légal aux mesures d'urgence prises par le gouvernement durant la pandémie.

>> Revoir le reportage du 19h30:

La gestion de la crise du Covid-19 provoque un débat sur le fonctionnement de nos institutions et le pouvoir du Conseil fédéral. [RTS]
La gestion de la crise du Covid-19 provoque un débat sur le fonctionnement de nos institutions et le pouvoir du Conseil fédéral. / 19h30 / 2 min. / le 9 septembre 2020

Mais pour certains, la loi laisserait une latitude trop importante au Conseil fédéral.

C'est ce que pense notamment Yves Nidegger, conseiller national UDC genevois.

>> Revoir son interview dans le 19h30:

Le conseiller national UDC genevois Yves Nidegger sur le passage des mesures d'urgence au droit ordinaire. [RTS]
Le conseiller national UDC genevois Yves Nidegger sur le passage des mesures d'urgence au droit ordinaire. / 19h30 / 3 min. / le 9 septembre 2020

07h00

Avertissement allemand pour Vaud et Genève

L'Allemagne a lancé mercredi un avertissement aux voyageurs concernant Genève et Vaud, en raison de l'augmentation des cas de contamination au Covid-19 dans ces cantons. Il ne s'agit pas d'une interdiction de voyage, mais Berlin en attend un effet dissuasif. Cet avertissement permet aux voyageurs d'annuler leur réservation sans frais.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a émis le même avertissement concernant plusieurs régions européennes, notamment en France. Les voyageurs provenant de ces zones pourraient se voir soumis à une quarantaine. Cette décision est toutefois de la compétence des Länder.

06h45

Les allocations pour perte de gain spéciales Covid pourraient disparaître dès jeudi prochain

En vertu d'une ordonnance du Conseil fédéral, les personnes placées en quarantaine, celles qui doivent s'occuper d'un enfant dont la classe a été fermée, ou encore les indépendants dont le revenu a chuté en raison de la pandémie de Covid-19 reçoivent actuellement des allocations spéciales pour perte de gain, à hauteur de 80% de leur salaire ou de leurs derniers revenus.

Cette ordonnance sera toutefois caduque dans une semaine jour pour jour, en dépit des garanties et des volontés politiques, la plupart convergentes, sur la question de la nécessité des quarantaines et de leur financement. Autrement dit, si rien n'est fait d'ici jeudi prochain, les indemnités pour perte de gain ne seront plus versées, a constaté la RTS.

La loi Covid actuellement débattue au Parlement aurait dû prendre le relais des ordonnances édictées en urgence par le Conseil fédéral. Elle ne sera cependant pas sous toit à temps: les votes finaux auront lieu le 24 septembre, et il faudra ensuite au gouvernement le temps d'arriver avec un projet, ce qui laisse un bon mois sans base légale pour distribuer des indemnités. Il est plus vraisemblable que le Conseil fédéral arrive, lors de sa prochaine séance, avec une prolongation de son ordonnance, ou une autre solution. Mais il n'a que jusqu'à ce vendredi, dernier délai, pour le faire.

>> Les explications de l'émission Forum de la RTS:

Dès la semaine prochaine, les personnes en quarantaine pourraient ne plus être indemnisées [RTS]
Dès la semaine prochaine, les personnes en quarantaine pourraient ne plus être indemnisées / Forum (vidéo) / 2 min. / le 9 septembre 2020

Interrogé dans l'émission Forum mercredi, le conseiller national Olivier Feller (PLR/VD) a dénoncé le manque d'anticipation du Conseil fédéral et entend l'interpeller sur la question lundi prochain. "C'est une situation inacceptable. Je ne comprends pas ce qu'a fait le Département de l'intérieur, alors que nous ne sommes pas sortis de la crise".

Particulièrement inquiet pour les indépendants qui pourraient ne plus recevoir d'allocations pour compenser leur manque à gagner, il déplore aussi le mauvais message envoyé à la population: "Il est clair que si vous êtes privé de ressources, vous allez essayer d'éviter la quarantaine".

>> Ecouter son interview:

Qui doit payer les quarantaines? Interview d’Olivier Feller [RTS]
Qui doit payer les quarantaines? Interview d’Olivier Feller / Forum (vidéo) / 4 min. / le 9 septembre 2020

06h30

Neuf résidents d'un home fribourgeois hospitalisés

Le médecin cantonal fribourgeois a demandé mercredi l'hospitalisation de neuf résidents du Foyer Notre-Dame Auxiliatrice à Siviriez (FR) malades du Covid-19, afin de faciliter la prise en charge des soins. L'EMS compte 32 personnes malades parmi ses 54 résidents, et déplorait mardi un septième décès parmi ses pensionnaires.

Le transfert de certains résidents à l'hôpital a été rendu nécessaire par l'absence de plusieurs collaborateurs, qui n’ont pas pu être remplacés. Environ un tiers du personnel est en effet infecté ou mis en quarantaine, a indiqué mercredi la Direction de la sécurité et de la justice du canton de Fribourg.

La Protection civile à la rescousse

La Protection civile sera en outre engagée dès samedi et pour 10 à 15 jours pour venir en aide à l'établissement. L'engagement a été sollicité par le Préfet de la Glâne et président du Réseau santé Glâne. Six astreints recevront une formation spécifique vendredi. Ils seront quotidiennement engagés dans les domaines des soins de base et de l’animation, de la logistique et de la cuisine.

06h15

Retour sur la journée de mercredi

L'Office fédéral de la santé publique a annoncé mardi 469 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Comme 17'565 tests ont été effectués, le ratio de tests positifs s'élève à 2,67%, soit une baisse par rapport aux derniers jours (2,77% mardi, 4,14% lundi et 3,52% dimanche). Quatorze personnes ont été hospitalisées et un nouveau décès est à signaler.

>> Lire aussi: La Protection civile à la rescousse d'un EMS à Siviriez (FR)

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus