Modifié

Les médecins romands demandent une baisse des primes maladie en raison du Covid-19

Des dossiers d'assurance maladie. [Gaëtan Bally - Keystone]
La Société médicale de la Suisse romande demande une baisse des primes d'assurance maladie / Le 12h30 / 2 min. / le 3 septembre 2020
La Société médicale de la Suisse romande a demandé jeudi une baisse des primes d'assurance maladie, à quelques jours de l'annonce de l'évolution des primes pour l'an prochain. Elle se base sur la diminution prévisible des coûts induite par la pandémie de Covid-19.

Avec cet appel, la faîtière romande, qui représente environ 6500 médecins, lance les débats. Elle demande une baisse des primes d'assurance maladie d'au moins 4%. Ce calcul se fonde sur la diminution prévisible des coûts, en raison de la pandémie actuelle.

"C'est l'addition d'une baisse du chiffre d'affaires que les hôpitaux ont rendu publique ces derniers jours et des sondages effectués par la Société médicale de la Suisse romande auprès de ses membres, qui ont montré une baisse d'activité pendant un mois et demi d'environ 60%", explique le docteur Philippe Eggimann, président de la société. "Ces activités qui n'ont pas eu lieu ne seront pas compensées sur le reste de l'année, puisque les médecins ne vont pas travailler un jour et demi par jour, il est donc déjà prévisible que les coûts de la santé à charge de l'assurance maladie obligatoire pour 2020 vont être plus bas que ceux de 2019."

La faîtière estime que les caisses paieront environ 2 milliards de francs en moins que ce qu'elles auront perçu.

Autre lecture pour les assureurs

Le calcul des primes est chaque année une véritable bataille de chiffres. Avec une vision des assureurs qui diffère de celle des médecins.

"Si on observe nos chiffres, c'est-à-dire les prestations qui ont été remboursées au premier semestre 2020, on n'observe pas de diminution", souligne Christophe Kempf, le porte-parole de Santé Suisse. "On observe des montants constants par rapport aux montants qui ont été remboursés au premier semestre 2019." Selon lui, aucune baisse ne peut être constatée pour l'instant. "On pense qu'il y aura vraisemblablement une légère hausse des coûts de la santé cette année, étant donné que le système de santé tourne de nouveau à plein régime. Si toutefois il devait y avoir une différence entre les primes perçues et les coûts de la santé, cette différence pourrait être remboursée par les assureurs maladie à leurs assurés."

En attendant, les médecins romands demandent à la Confédération de changer la manière de calculer les primes maladie et de les fixer a posteriori, sur la base des coûts réels.

Dominique Choffat/ebz

Publié Modifié