Modifié

Vers une liste rouge Covid à la carte pour la France?

Le chef du Département fédéral de l'intérieur, Alain Berset, lors de la conférence de presse du 2 septembre.  [Peter Schneider - keystone]
La Suisse va régionaliser le système de liste rouge des pays à risque / Le 12h30 / 1 min. / le 3 septembre 2020
La Suisse pourrait bientôt modifier son système de liste rouge pour y inclure certaines régions françaises. Le Conseil fédéral ne veut pas paralyser les agglomérations frontalières et se donne encore un temps de réflexion pour étudier les différents scénarios possibles.

Depuis plusieurs jours, la France dépasse le critère de la Confédération des 60 nouvelles infections pour 100'000 habitants. En théorie, elle devrait être placée sur la liste rouge, ce qui impliquerait l'imposition d'une quarantaine pour les voyageurs en provenance de l'Hexagone.

Problème: la France est un pays limitrophe avec des agglomérations communes, comme Genève ou Bâle, et un intense trafic frontalier. Le Conseil fédéral rechigne donc à tout stopper et prend son temps pour analyser la situation.

Prendre en compte les contextes régionaux

L'idéal, selon le conseiller fédéral Alain Berset, serait de pouvoir prendre en compte les différents contextes régionaux, en imposant par exemple une quarantaine seulement aux touristes parisiens ou aux vacanciers revenant de la Côte d'Azur. Cette solution permettrait de ne pas paralyser les régions frontalières, d'autant plus qu'à l'intérieur de celles-ci, la situation épidémiologique peut être assez homogène.

Jusqu'à présent, la liste rouge de la Confédération a fonctionné par pays entier, avec un système de quarantaine rigide et lent par rapport à d'autres Etats. L'inventaire des pays à risque n'a changé que trois fois depuis début juillet.

Seules certaines zones, comme les îles espagnoles, ont bénéficié d'un découpage plus subtil.

Plusieurs scénarios envisagés

Dans le cadre de la France, la régionalisation envisagée pourrait prendre plusieurs formes. La première serait une sélection des zones les plus touchées, un système de classement des départements vulnérables qu'utilise le gouvernement français. A l'inverse, l'autre solution serait une sélection des zones exemptées.

Quoi qu'il en soit, le Conseil fédéral envisage de modifier son ordonnance. Il faudra toutefois voir si ce changement concernera aussi d'autres pays. A voir aussi si Berne préfère continuer d'attendre que la situation se calme. Le gouvernement en discutera en tout cas lors de sa prochaine réunion, le vendredi 11 septembre.

Etienne Kocher/jfe

Publié Modifié