Modifié

Baromètre: l'UDC aussi forte qu'en 2003

L'UDC a bien rebondi depuis le sondage de la mi-septembre
L'UDC a bien rebondi depuis le sondage de la mi-septembre
La campagne de l'UDC centrée sur Christoph Blocher semble porter ses fruits: les démocrates du centre sortent grands vainqueurs du dernier baromètre SRG SSR idée suisse publié vendredi. Le PDC continue pour sa part de devancer le PRD.

Le PDC maintient sa légère avance sur le PRD. Selon le huitième
et dernier baromètre électoral de la SSR publié vendredi, il reste
le troisième parti de Suisse. L'UDC garde la pole position avec des
intentions de vote similaires à celles de 2003. La polémique autour
de Christoph Blocher n'aura pas fait perdre des plumes à son parti,
au contraire.

L'UDC récolte 26,7% des voix, soit 1,1% de plus qu'au début du
mois de septembre. Elle obtient ainsi son meilleur résultat depuis
le baromètre du mois de janvier.

Le PDC encore au 3e rang

Avec 15,4% des intentions de vote, soit une hausse de 0,4% par
rapport au baromètre précédent, le PDC devance à nouveau d'un
cheveu les radicaux. A noter que ces derniers ont retrouvé la barre
des 15% contre 14,7% il y a deux semaines. Ils restent toutefois
les grands perdants de ces élections, selon gfs.bern. En 2003, le
score du parti bourgeois était supérieur de 2,3%. En comparaison,
le PDC a lui repris du poil de la bête et gagné 1% par rapport aux
dernières élections.

Deuxième formation politique du pays, le PS reste stable avec
22,3% (22,6%). En 2003, le parti de gauche avait cependant passé la
barre des 23% pour s'établir à 23,3%. Grapillant des voix mois
après mois, les Verts confortent leur progression avec 10,6% des
voix. C'est 3,2% de plus qu'en 2003 et dans la même veine que lors
du dernier sondage (10,7%).

Dans leur sillage, les Verts libéraux continuent leur avancée. Ils
obtiennent 2,5% des intentions de vote contre 2,3% il y a quinze
jours et pourraient pour la première fois faire leur apparition
sous Coupole.

Couchepin mal aimé

Au rayon nouveauté dans ce dernier baromètre: la question de
savoir quels membres du Conseil fédéral l'Assemblée fédérale
devrait réélire le 12 décembre prochain. Et les gagnantes sont sans
conteste Doris Leuthard et Micheline Calmy-Rey. La première récolte
88% de pour et seulement 5% de contre.

Quant à la deuxième, 79% des sondés souhaitent qu'elle reste et
15% n'en veulent plus. Suivent Samuel Schmid (77%/14%), Hans-Rudolf
Merz (71%/19%) et Moritz Leuenberger (69%/23%).

La réélection de Christoph Blocher divise: une petite majorité
(50%) le soutient et 43% des personnes interrogées préféreraient
s'en passer. Dernier du classement, Pascal Couchepin: ils sont 49%
à réclamer son départ et 41% à vouloir le voir rester en place.

Röstigraben

Des différences significatives se manifestent entre les régions
linguistiques notamment autour de la question de la réélection du
ministre de la Justice. Si outre-Sarine, 55% des sondés sont pour
son maintien (39% contre), ils ne sont que 35% à partager cette
opinion en Suisse romande et surtout 60% à souhaiter sa
démission.

ats/nr

Publié Modifié

Le comparatif avec 2003

Union démocratique du centre: 26,7% (26,7% en 2003)

Parti socialiste: 22,3% (23,3%)

Parti démocrate-chrétien: 15,4% (14,4%)

Parti radical: 15% (17,3%)

Les Verts: 10,6% (7,4%)

Dans le cadre de ce dernier baromètre, 53% des sondés ont déclaré avoir l'intention de se rendre aux urnes, soit 2% de moins qu'il y a deux semaines.

En 2003, le taux de participation s'était élevé à 45%.

Ce 8e sondage a été réalisé entre le 12 et le 23 septembre. Au total, 2022 personnes ont été interrogées par téléphone. La marge d'erreur est de plus ou moins 2,2%.

Composition du Conseil fédéral: statu quo

La répartition actuelle des partis au gouvernement a aussi été un des thèmes du baromètre. En Suisse romande, 23% de la population opterait pour l'absence d'un UDC dans la composition du Conseil fédéral et 22% choisissent le statu quo, soit 2 UDC, 2 PS, 2 PRD et 1 PDC.

Côté alémanique, 36% ne veulent pas d'un changement alors que seuls 13% adhèrent à la formule sans UDC. A noter que sur le plan national, 18% des personnes interrogées seraient pour céder un des sièges du PRD aux Verts.