Modifié

"La crise n'a pas été assez grave pour provoquer une rupture de société"

Des chercheurs et chercheuses de l'Université de Genève ont publié une étude des conséquences sociales du Covid-19. [Martial Trezzini/RTS - Keystone]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Sandro Cattacin, professeur de sociologie, UNIGE / La Matinale / 13 min. / le 27 juillet 2020
Alors que la pandémie de coronavirus continue de frapper le monde, des chercheurs et chercheuses de l'Université de Genève publient "Covid-19: le regard des sciences sociales", un livre qui aspire à "produire de l'orientation" en vue d'un retour à une normalité.

Publiée aux éditions Seismo, cette étude, menée "dans la hâte" par une vingtaine de sociologues, a pour but "produire de l’orientation", une mission fondamentale des sciences sociales, expliquent ses auteurs en avant-propos.

Elle souligne principalement que la pandémie n'a pas marqué de véritable rupture avec le monde d’avant, mais a plutôt accéléré des tendances déjà existantes. Télétravail à grande échelle, consommation locale, mobilité douce: la crise a amené, voire obligé, à expérimenter des pratiques déjà existantes.

Cette conclusion n'est pas étonnante, explique lundi dans La Matinale Sandro Cattacin, professeur de sociologie à l’Université de Genève et qui a co-dirigé la rédaction de cet ouvrage. "Les crises sont des accélérateurs, c'est rare qu'une crise change radicalement quelque chose dans notre société".

Une solidarité attendue

La pandémie a permis d'expérimenter une forme insoupçonnée de solidarité, notamment en ville, où les recherches montrent que 20 à 30% de la population, dont beaucoup d'actifs, s’est investie pour les autres.

"Dans l'analyses de crises, il peut y avoir des cas où la société devient anomique, sans aucune confiance dans l'autre, où la violence s'installe, qui peuvent aller jusqu'à une situation de guerre civile", développe Sandro Cattacin. Mais selon lui, la crise du Covid-19 n'était "pas suffisamment grave pour marquer une véritable rupture". "Il y avait encore beaucoup de ressources pour se rassembler en tant que société", relève-t-il. Cela est passé notamment à travers des rituels, comme les applaudissements aux balcons.

Même dans la société ultra-individualiste actuelle, les réactions de solidarité étaient attendues, explique le sociologue spécialisé dans les questions urbaines. "Voir que la ville réagit aux situations de crise, que l'individualisme s'efface au profit des comportements solidaires, que dans une situation de crise, on peut compter sur l'autre, ça marquera l'individualiste dans le futur", estime-t-il, "c'est un vrai apprentissage collectif". Et même si ces comportement étaient ponctuels et ont d'ores et déjà tendance à s'estomper, "ça améliore la confiance dans la société, qui est à la base de tout".

Cela ne signifie pas pour autant que la pandémie ne laissera pas de traces à long terme. "Toutes les crises aggravent des tendances dramatiques déjà présentes dans la société, et accélèrent des dynamiques de demain", explique le sociologue, citant par exemple les risques de discrimination. "Des stigmates se réveillent durant ce type de crises, on a une société qui cherche toujours une responsabilité dans l'autre", dit-il.

Quel futur pour le télétravail ?

Sandro Cattacin relève aussi d'autres tendances plus positives, notamment en termes de logique plus écologique ou encore de travail. Parmi elles, le recours massif au télétravail a beaucoup fait couler d'encre et alimenté les réflexions.

Et si on constate déjà une dynamique de retour à la normale, celle-ci est liée au fait qu'il y a des tâches qui sont plus simples à réaliser de manière collective. "Le télétravail est peu adéquat pour certaines choses, il ralentit nos capacités à communiquer ensemble", analyse le chercheur, "mais pouvoir travailler de temps en temps à la maison est bénéfique, cela permet d'organiser sa journée de manière plus autonome et ainsi de gagner en efficacité".

Reste à voir à quel point la concrétisation des beaux discours se fera par les actes. Et Sandro Cattacin de rappeler que les sociologues ne sont pas des médiums. "C'est difficile aujourd'hui, alors qu'on est encore dans la crise, de dire de quoi sera constitué demain", dit-il, "le bilan, on pourra le faire dans un an ou deux".

Propos recueillis par Benjamin Luis

Texte web: Pierrik Jordan

Publié Modifié