Publié

La fonte du permafrost va bouleverser nos habitudes en montagne

La fonte du permafrost entraîne l'instabilité de certains pans de montagne [Arno Balzarini - Keystone]
La fonte du permafrost et ses conséquences inquiètent aussi en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 22 juillet 2020
Le réseau suisse d'observation du permafrost fête ses 20 ans. La Suisse était le premier pays au monde à se doter d'un tel dispositif pour étudier les effets des changements climatiques sur les sols gelés. Aujourd'hui, le constat est clair: comme les glaciers, le permafrost fond.

Ce qui est vrai en Sibérie l'est aussi dans nos montagnes: au-dessus de 2500 à 2600 mètres, les sols sont gelés en permanence, même au plus fort de l'été. Ou du moins, étaient gelés. Car ici aussi, le réchauffement fait des ravages, et le permafrost, ou pergélisol, fond petit à petit.

Sa fonte n'est pas sans conséquences dans un pays montagneux comme la Suisse. "Il faut s'en inquiéter, parce qu'elle a un effet sur l'utilisation qu'on fait de la montagne en ce moment. Il y a des cabanes de montagne qui sont construites sur du pergélisol. Si ça commence à dégeler, il y aura des problèmes de stabilité avec les fondations. C'est la même chose avec les remontées mécaniques et avec les chemins de randonnée, qui ne sont plus praticables à cause des chutes de pierres", a expliqué Cécile Pellet, chercheuse à l'université de Fribourg, dans La Matinale de la RTS mercredi.

Pour la spécialiste, qui est aussi l'un des piliers du réseau suisse d'observation PERMOS, il est "important de savoir ce qui se passe dedans et comment il va évoluer".

La couche proche de la surface inquiète

Le permafrost peut faire 100 mètres de profondeur. Il faudra donc encore très longtemps pour qu'il disparaisse complètement, mais le problème est ailleurs: "Ce qui est important pour nous, ce n'est pas le pergélisol à 100 mètres de profondeur, mais vraiment proche de la surface. Il y a certaines couches de sol qui dégèlent chaque été et regèlent en hiver. C'est la couche dite active. En ce moment, elle fait autour de 4 à 5 mètres, mais sa profondeur augmente depuis ces 20 dernières années. Si elle continue à augmenter, on va avoir vraiment des gros problèmes", avertit Cécile Pellet.

Avis aux randonneurs, donc: gare aux chutes de pierres en haute montagne, puisque le dégel augmente clairement le risque de les voir se détacher (lire encadré).

>> Lire aussi: Le forage du permafrost risque de réveiller de très anciens virus

Sujet radio: Alain Arnaud
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié

Téléphériques fermés et sentiers dangereux

Les chutes de rochers et autres glissements de terrain engendrés par la fonte du permafrost sont parfois à l'origine de la fermeture de remontées mécaniques. En octobre dernier, un affaissement de terrain provoqué par son dégel a ainsi entraîné la fermeture du téléphérique Fiescheralp-Eggishorn, point de vue réputé sur le glacier d'Aletsch et point culminant du domaine skiable de Riederalp, Bettmeralp et Fiescheralp.

>> Lire à ce sujet: Le téléphérique Fiescheralp-Eggishorn à l'arrêt en raison d'un affaissement

Par crainte des accidents, certaines communes décident aussi de poser des panneaux de fermeture sur les sentiers de montagne à risque pour dissuader randonneurs et alpinistes de les emprunter. Dans la vallée de Zermatt, plusieurs sections du célèbre sentier de randonnée de l'Europaweg ont été fermées ces dernières années en raison des risques d'éboulements. Pour éviter un secteur où ceux-ci devenaient chroniques, une longue passerelle a même été inaugurée en 2017.

vic