Modifié

Greenpeace accuse la BNS et la FINMA de financer la crise climatique

Greenpeace accuse la FINMA, la BNS et les autorité de surveillance des caisses de pension de favoriser le réchauffement climatique [Peter Schneider - Keystone]
Greenpeace a porté plainte contre contre les autorités de surveillance de la place financière suisse / Le Journal horaire / 36 sec. / le 15 juillet 2020
L'ONG écologiste Greenpeace a annoncé mercredi avoir déposé plainte contre les autorités de surveillance de la place financière suisse (BNS et FINMA notamment). Elle les accuse de laisser les banques et les compagnies d'assurance financer la crise climatique.

Pour accompagner ce dépôt de plainte, des militants de l'organisation de protection de l'environnement ont installé devant le Palais fédéral trois têtes de singe, aux yeux, oreilles et bouches fermés et couverts par des billets de banque.

Elles symbolisent l'inaction de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) et de la Banque nationale suisse (BNS) face aux investissements peu respectueux du climat des banques, des assurances et des caisses de pension.

Selon Greenpeace, "par leurs actions et leurs omissions, la BNS, la CHS PP et la FINMA contribuent de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre de la place financière suisse".

Principe de précaution et devoir de protection de l'Etat bafoués

Par la voix de son avocate Cordelia Bähr, l'organisation estime que ces entités ne sont pas exemptes des devoirs de l’Etat. "Le principe de précaution et le devoir de protection de l'Etat, selon lequel celui-ci doit protéger préventivement ses citoyens contre une perturbation dangereuse du système climatique, doivent être respectés. Et donc aussi la Convention de Paris, qui prescrit que les flux financiers doivent être respectueux du climat", a-t-elle avancé.

"Le comportement actuel des institutions financières suisses en matière d’investissement favorise un réchauffement climatique dévastateur de 4 à 6 degrés Celsius", poursuit Greenpeace dans son communiqué de presse.

Rendre publiques les émissions directes et indirectes

Dans sa plainte déposée auprès des Commissions de gestion du Parlement, elle réclame notamment que les institutions supervisées par la BNS, la FINMA et la CHS PP rendent compte chaque année de leurs émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre à partir de 2021 et rendent publiques ces informations. "Les autorités de surveillance doivent veiller à ce que tous les établissements surveillés tiennent compte des risques financiers climatiques", exige Greenpeace.

Ces derniers mois en Suisse, la mobilisation pour le climat a notamment été marquée par une action du groupe Lausanne action climat ciblant Roger Federer et son sponsor Credit Suisse, accusé de prêter des milliards de dollars à l'industrie des énergies fossiles. Les 12 militants impliqués avaient été acquittés en appel après avoir été condamnés en première instance à des amendes pour avoir fait irruption dans une succursale lausannoise de la banque en 2018.

>> Plus de détails dans notre article: Les 12 activistes du climat ont été acquittés lors du procès à Renens

vic avec afp

Publié Modifié