Modifié

Les tiques attaquent et piquent particulièrement cette année

Une tique. [Erik_Karits - Depositphotos]
L'OFSP met en garde contre les tiques, plus actives que jamais en été. / Le Journal horaire / 25 sec. / le 13 juillet 2020
Depuis le début de l'année, l'OFSP a reçu 215 annonces d'encéphalites à tiques, soit plus du double que l'an dernier avec 97 cas. Ces acariens sont connus pour sévir surtout durant les mois d'été. L'OFSP en profite pour rappeler l'importance de la vaccination.

Durant les dernières quatre semaines, 124 cas d'encéphalite à tique ont été enregistrés contre 59 en 2019, indique l'Office fédéral de la santé publique dans son bulletin hebdomadaire. Pour tous les cas recensés jusqu'à la fin juin, c'est la deuxième valeur la plus élevée depuis 2000.

Il est probable que les conditions météo favorables et les règles de distance sociale imposées par le coronavirus ont incité bon nombre de personnes à sortir dans la nature, indique l'OFSP en guise d'explication. Il est aussi possible que les mesures de semi-confinement ont empêché certains de se faire vacciner.

Tous les cantons concernés sauf Genève et le Tessin

Le nombre de consultations estimé en juin pour une piqûre de tique a en tout cas dépassé celui de 2018, année record. L'OFSP rappelle que le vaccin constitue une bonne parade contre la méningo-encéphalite à tique (FSME). Elle est recommandée aux adultes et aux enfants, généralement à partir de six ans, qui séjournent dans une région à risque. Tous les cantons sont concernés sauf ceux de Genève et du Tessin.

Les tiques peuvent aussi transmettre la borréliose aussi appelée maladie de Lyme. Il n'existe là pas de vaccination. La maladie est causée par des bactéries et peut être traitée avec des antibiotiques. Souvent, l'infection passe inaperçue.

Des informations sont disponibles sur le site de l'OFSP.

>> A écouter aussi: Podcast: Mais qui est vraiment cette méchante tique?

ats/asch

Publié Modifié