Modifié

Les partisans de la 5G lancent un site pour "engager le dialogue"

Les pro 5G lancent la plateforme "Chance5G". Leur objectif: engager une dialogue technique et scientifique avec la population. [RTS]
Les pro 5G lancent la plateforme "Chance5G". Leur objectif: engager une dialogue technique et scientifique avec la population. / 19h30 / 2 min. / le 10 juillet 2020
Les soutiens à la technologie 5G regroupent leurs forces au sein de la plateforme CHANCE5G. Lancé vendredi matin, le site souhaite engager un "dialogue technique et scientifique" avec la population, basé sur les faits en particulier en ce qui concerne les préoccupations sur la santé.

Quarante-cinq personnalités issues de la société, de la science, de l’économie et de la politique, ainsi que 19 associations soutiennent CHANCE5G. La plateforme a été initiée et sera financée par l'Association suisse des télécommunications (asut) et ses membres, en particulier Sunrise et Swisscom, Cellnex ainsi qu'Ericsson et Huawei. Tous doivent affronter les réticences d'une partie de la population face à cette nouvelle norme de téléphonie mobile ultra-rapide, notamment en Suisse romande.

Selon la plateforme, le développement de la 5G est freiné, politiquement et au niveau sociétal, en raison de conclusions erronées et d’une méconnaissance de cette technologie. Elle compte remédier à cette situation par le dialogue et montrer, grâce à des exemples d’applications, les avantages de la 5G.

L'internet des objets

"La 5G est intéressante non seulement pour la communication sur les smartphones, mais aussi pour toutes les applications industrielles, qu'on appelle l'Internet des objets", explique à la RTS Philippe Joye. Le professeur en informatique et systèmes de communication à la HES Fribourg précise que l'objectif est de collecter des informations sur des petits capteurs connectés sur un serveur et rapportées à l'intérieur d'un système. "Il faut pouvoir exploiter ces données, les vendre ou les présenter aux différents acteurs du système. Et la 5G a la capacité de le faire".

Chez ecoRobotix, on attend le déploiement de la 5G avec impatience. L'entreprise a développé un véhicule agricole qui a déjà séduit les investisseurs, avec près de 30 millions de francs récoltés. Ce robot est muni de deux caméras capables de détecter les mauvaises herbes. Il permet des traitements ciblés, nécessitant jusqu'à 95% de désherbant en moins, selon ses concepteurs, qui envisagent d'autres développements à l'avenir: "Les robots sont continuellement dans les champs et peuvent collecter beaucoup de données, par exemple sur le type de mauvaises herbes, ou si des plantes sont en stress hydrique, sur des maladies qui se propagent, des insectes qui attaquent des plantes, etc. Toutes ces données pourraient être traitées en direct grâce à la 5G et pourraient donner des informations très utiles pour l'agriculteur", souligne Aurélien Demaurex, cofondateur de l'entreprise.

Cantons prudents, experts divisés

La 5G a connu un départ fulgurant en Suisse. Les grands opérateurs helvétiques Swisscom, Sunrise et Salt avaient déboursé en février 2019 quelque 379 millions de francs pour acquérir les licences d'exploitation.

Mais parallèlement, la résistance à cette nouvelle technologie a grandi. Outre Vaud et Genève, le canton du Jura a aussi décrété un moratoire sur la construction d'antennes, invoquant des risques pour la santé. Fribourg et Neuchâtel ont décidé de soumettre l'implantation d'antennes 5G à l'octroi d'un permis de construire. Enfin, une initiative populaire intitulée "Responsabilité en matière de téléphonie mobile", visant la 5G, a été lancée l'automne dernier.

Quant aux experts ils n'ont pas été en mesure de s'accorder sur la question centrale s'il fallait ajuster les valeurs-limites des ondes émises par les antennes de téléphonie.

Les opérateurs eux ne restent pas inactifs et continuent à installer de nouvelles antennes ou transformer des antennes 4G là où c'est possible. Sunrise affirme disposer du plus gros réseau suisse, avec plus de 300 communes et 80% de la population couverts. Quant à Swisscom, il a annoncé en décembre 2019 en couvrir 90%.

>> Retrouvez sur la carte les antennes 5G déployées durant les 6 premiers mois:

Découvrez sur notre carte où 2000 antennes 5G ont été déployées en 6 mois

Nicolas Rossé/ats/kkub/fme

Publié Modifié