Publié

Un nouveau système pour mesurer la ponctualité des trains aux CFF

En 2019, moins de 90% des voyageurs sont arrivés à destination avec moins de trois minutes de retard. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
En 2019, moins de 90% des voyageurs sont arrivés à destination avec moins de trois minutes de retard. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Les CFF ont décidé de changer de système pour mesurer la ponctualité des trains. Ce sera désormais l'arrivée à l'heure des trains qui sera prise en compte et non la "ponctualité des voyageurs". Les convois n'auront pas moins de retards pour autant.

Un porte-parole des chemins de fer fédéraux, Raffael Hirt, a confirmé mercredi la nouveauté rapportée par les titres de Tamedia.

Jusqu'à présent, les CFF avaient pour objectif d'amener à l'heure le plus grand nombre possible de clients. Ce système a été introduit en 2009 par l'ancien directeur général, Andreas Meyer. Il indique le nombre de voyageurs arrivés à destination avec moins de trois minutes de retard.

Pas de tromperie pour le client

Mais les résultats sont devenus de moins en moins bons ces dernières années, l'indice passant même sous la barre des 90% pour 2019. En revanche, la ponctualité des trains pour cette même année atteignait 93%. Or ce qui importe pour les passagers, c'est l'arrivée à l'heure du train et non le nombre de clients à l'heure, souligne Raffael Hirt. Ce dernier assure qu'il n'y a aucune tromperie pour les passagers.

Système plus pertinent et plus précis

Le nouveau système présente aussi d'autres avantages, selon la compagnie. Il est plus compréhensible, plus transparent et plus pertinent pour le client. Il est aussi plus précis, car il permettra de mieux analyser les ratages de correspondance et d'examiner quels tronçons, lignes ou gares sont problématiques.

Enfin, les résultats seront davantage comparables avec ceux des autres compagnies de chemins de fer, ainsi qu'avec les données du site www.puenktlichkeit.ch, dédié à la ponctualité.

>> Les objectifs du nouveau patron des CFF Vincent Ducrot:

Vincent Ducrot est le nouveau patron des CFF. Il tire le bilan de ses trois premiers mois en pleine pandémie de Covid-19. [RTS]
Vincent Ducrot est le nouveau patron des CFF. Il tire le bilan de ses trois premiers mois en pleine pandémie de Covid-19. / 19h30 / 1 min. / le 3 juillet 2020

Jusqu'à deux ans pour résoudre le problème

Pour combattre ces problèmes de ponctualité toujours plus aigus, les CFF ont présenté un paquet de mesures à la fin de l'année dernière, admettant des erreurs.

Andreas Meyer avait toutefois exclu une amélioration rapide. Son successeur Vincent Ducrot a déclaré récemment qu'il faudrait jusqu'à deux ans pour résoudre le problème.

La crise du Covid a quelque peu mis entre parenthèses les travaux. L'analyse des mesures prises sera faite dès que l'exploitation ferroviaire et le nombre de passagers seront revenus à la normale. La compagnie a mis en place un groupe d'experts pour "examiner de manière critique" les futurs horaires dès 2022.

Planification trop optimiste jusqu'ici

Les mesures immédiates annoncées par les CFF l'automne dernier pour améliorer la ponctualité ont été d'ajuster les correspondances, de prévoir plus de temps de réserve et, au besoin, de supprimer des arrêts de train.

La ponctualité a en effet souffert d'une planification trop optimiste, de trop de chantiers ouverts aux heures de passage et d'un manque de conducteurs de locomotive.

ats/oang

Publié