Modifié

Une Session des femmes pour les 50 ans du droit de vote des femmes

La salle du Conseil national à Berne. [Anthony Anex - Keystone]
Une Session des femmes pour les 50 ans du droit de vote des femmes / La Matinale / 1 min. / le 6 juillet 2020
Une Session des femmes aura lieu en octobre 2021 sous la Coupole fédérale. Elle est organisée par plusieurs associations à l'occasion des 50 ans du droite de vote des femmes. Selon les organisatrices, l'égalité entre les genres est loin d'être acquise.

Les inégalités persistent à tous les niveaux de l'économie et de la société, constatent des associations féminines, comme la faîtière des associations féminines de Suisse Alliance F, ainsi que la Commission fédérale pour les questions féminines (CFQF), les Femmes protestantes en Suisse (FPS), l'Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF).

Pour la conseillère aux Etats socialiste tessinoise Marina Carobbio, 2021, l'anniversaire du droit de vote des femmes, c'est le moment de rappeler que le combat pour l'égalité est toujours là! "Il faut toujours avoir une pression qui vient de la société civile, des associations qui s'occupent de l'égalité ou qui luttent contre les discriminations. On l'a vu en 2019 avec la grève des femmes, ce n'est pas seulement dans les parlements qu'on a la force et qu'on prend les décisions. Il faut vraiment une plus grande force."

Représentation dans le monde politique et professionnel, les retraites, les salaires, les violences faites aux femmes ou encore le travail du "care" Voilà de quoi débattrons les 246 participantes qui viendront d'un peu partout en Suisse.

"Il faudra que les hommes se sentent solidaires"

Débattre entres femmes, une démarche qui plaît à Jacqueline de Quattro, conseillère nationale PLR vaudoise. Mais il sera ensuite essentiel de faire passer le message plus loin.

"Au-delà de ce moment où on se retrouve entre femmes pour partager une proposition pour que les choses évoluent plus vite, il sera extrêmement important de faire le relais avec les hommes du Parlement, avec nos collègues masculins pour dire 'voilà ce que nous aimerions mener comme projets concrets avec vous." Et la Vaudoise de souligner: "Il sera très important de ne pas leur donner l'impression qu'ils sont mis de côté. Si nous voulons qu'ils nous soutiennent, il faudra qu'ils se sentent solidaires."

Ce sera la deuxième Session pour les femmes et par les femmes. La première avait eu lieu en 1991.  L'année prochaine, un homme au moins sera invité à y participer: le futur président du Conseil national, l'UDC Andreas Aebi.

Camille Degott/ebz

Publié Modifié